Forum Officiel du jeu Monarchies Index du Forum

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1824
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP] Résidence de Zélie Thellier
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Forum Officiel du jeu Monarchies Index du Forum -> + Résidences de la Noblesse Française + -> Résidence de Zélie Thellier
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Zélie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 726
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: 30/07/2017, 17:25    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?


 


La résidence se trouve à 13 km au Sud de Cherbourg, pour être exact, à mi-chemin entre les côtes est et ouest de la péninsule.

La demeure de 530 m² comprend un ensemble de 15 pièces. Le tout se trouvant sur un terrain arboré d'arbres, la surface totale de 99 433 m² permet de longues promenades sur les quelques chemins boisés non loin de la résidence.

Le lieu est calme et à l'abri des regards curieux. Il n'offre certes pas la merveilleuse vue de la mer cherbourgeoise mais on peut apprécier malgré tout l'air iodé provenant du large.


 

_______________


Dernière édition par Zélie le 30/08/2017, 21:48; édité 1 fois
Revenir en haut
Zélie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 726
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: 27/08/2017, 14:48    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

La vie est bien plus calme désormais. Il me manquait néanmoins. En fait, c'est de travailler pour LUI qui me manquait. J'apprécie néanmoins cette nouvelle demeure, bien plus grande que celle de Saint Denis et encore plus de celle de Paris. Je passe mes journées à rêvasser. Les promenades sur mon terrain sont devenus mon quotidien. Je me suis même pris à lire. Regardez celui que je possède dans mes petites mains blanches. Un livre pris dans ma bibliothèque et que je m'apprête à lire.

Pour cela, je m'installe dans mon salon, petite pièce par rapport aux autres. Ce petit espace m'aide à me concentrer dans ma lecture ou à mes écrits. J'y ai installé un petit bureau sur lequel je travaille, voire même y réfléchis. Si si si, cela m'arrive. Notamment pour y écrire des courriers ou mes pensées. Non loin de la fenêtre, vous trouverez un fauteuil pour deux personnes avec accoudoirs brodés. C'est là que je vais poser mon séant. Mes doigts caressent délicatement la reliure du livre que je vais m'atteler à lire d'ici quelques secondes. Je trépigne presque d'impatience. Je souris au plaisir que je vais ressentir durant ma lecture. Nulle personne pour me déranger. Le moment est donc parfait. Une domestique néanmoins tape à la porte pour me prévenir de son entrée. Je reste silencieuse, lui adresse même un léger sourire. Une odeur agréable à mon petit nez me rend heureuse. Une tasse de thé à la bergamote avec une rondelle de citron vint se poser sur le petit guéridon près de moi. Je remercie la demoiselle d'un signe de la tête et d'un petit "merci" souriant. Celle-ci quitte la pièce me laissant enfin seule.


Citation:
"Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations" - Adam Smith


Ma lecture se veut intellectuel ce jour. J'ouvre le livre, puis sourit à la relecture du titre. Ma lecture débute, prenant de temps à autre une gorgée de ce divin thé.


Citation:
- Date : 1776 -


Le travail annuel d’une nation est le fonds primitif qui fournit à sa consommation annuelle toutes les choses nécessaires et commodes à la vie ; et ces choses sont toujours ou le produit immédiat de ce travail, ou achetées des autres nations avec ce produit.

Ainsi, selon que ce produit, ou ce qui est acheté avec ce produit, se trouvera être dans une proportion plus ou moins grande avec le nombre des consommateurs, la nation sera plus ou moins bien pourvue de toutes les choses nécessaires ou commodes dont elle éprouvera le besoin.

Or, dans toute nation, deux circonstances différentes déterminent cette proportion. Premièrement, l’habileté, la dextérité et l’intelligence qu’on y apporte généralement dans l’application du travail ; deuxièmement, la proportion qui s’y trouve entre le nombre de ceux qui sont occupés à un travail utile et le nombre de ceux qui ne le sont pas. Ainsi, quels que puissent être le sol, le climat et l’étendue du territoire d’une nation, nécessairement l’abondance ou la disette de son approvisionnement annuel, relativement à sa situation particulière, dépendra de ces deux circonstances.

L’abondance ou l’insuffisance de cet approvisionnement dépend plus de la première de ces deux circonstances que de la seconde. Chez les nations sauvages qui vivent de la chasse et de la pêche, tout individu en état de travailler est plus ou moins occupé à un travail utile, et tâche de pourvoir, du mieux qu’il peut, à ses besoins et à ceux des individus de sa famille ou de sa tribu qui sont trop jeunes, trop vieux ou trop infirmes pour aller à la chasse ou à la pêche. Ces nations sont cependant dans un état de pauvreté suffisant pour les réduire souvent, ou du moins pour qu’elles se croient réduites, à la nécessité tantôt de détruire elles-mêmes leurs enfants, leurs vieillards et leurs malades, tantôt de les abandonner aux horreurs de la faim ou à la dent des bêtes féroces. Au contraire, chez les nations civilisées et en progrès, quoiqu’il y ait un grand nombre de gens tout à fait oisifs et beaucoup d’entre eux qui consomment un produit de travail décuple et souvent centuple de ce que consomme la plus grande partie des travailleurs, cependant la somme du produit du travail de la société est si grande, que tout le monde y est souvent pourvu avec abondance, et que l’ouvrier, même de la classe la plus basse et la plus pauvre, s’il est sobre et laborieux, peut jouir, en choses propres aux besoins et aux aisances de la vie, d’une part bien plus grande que celle qu’aucun sauvage pourrait jamais se procurer.

Les causes qui perfectionnent ainsi le pouvoir productif du travail et l’ordre suivant lequel ses produits se distribuent naturellement entre les diverses classes de personnes dont se compose la société, feront la matière du premier livre de ces recherches.
Quel que soit, dans une nation, l’état actuel de son habileté, de sa dextérité et de son intelligence dans l’application du travail, tant que cet état reste le même, l’abondance ou la disette de sa provision annuelle dépendra nécessairement de la proportion entre le nombre des individus employés à un travail utile, et le nombre de ceux qui ne le sont pas. Le nombre des travailleurs utiles et productifs est partout, comme on le verra par la suite, en proportion de la quantité du Capital employé à les mettre en œuvre, et de la manière particulière dont ce capital est employé. Le second livre traite donc de la nature du capital et de la manière dont il s’accumule graduellement, ainsi que des différentes quantités de travail qu’il met en activité, selon les différentes manières dont il est employé.

Des nations qui ont porté assez loin l’habileté, la dextérité et l’intelligence dans l’application du travail, ont suivi des méthodes fort différentes dans la manière de le diriger ou de lui donner une impulsion générale, et ces méthodes n’ont pas toutes été également favorables à l’augmentation de la masse de ses produits. La politique de quelques nations a donné un encouragement extraordinaire à l’industrie des campagnes ; celle de quelques autres, à l’industrie des villes. Il n’en est presque aucune qui ait traité tous les genres d’industrie avec égalité et avec impartialité. Depuis la chute de l’empire romain, la politique de l’Europe a été plus favorable aux arts, aux manufactures et au commerce, qui sont l’industrie des villes, qu’à l’agriculture, qui est celle des campagnes. Les circonstances qui semblent avoir introduit et établi cette politique sont exposées dans le troisième livre.

Quoique ces différentes méthodes aient peut-être dû leur première origine aux préjugés et à l’intérêt privé de quelques classes particulières, qui ne calculaient ni ne prévoyaient les conséquences qui pourraient en résulter pour le bien-être général de la société, cependant elles ont donné lieu à différentes théories d’économie politique, dont les unes exagèrent l’importance de l’industrie qui s’exerce dans les villes, et les autres celle de l’industrie des campagnes. Ces théories ont eu une influence considérable, non-seulement sur les opinions des hommes instruits, mais même sur la conduite publique des princes et des États. J’ai tâché, dans le quatrième livre, d’exposer ces différentes théories aussi clairement qu’il m’a été possible, ainsi que les divers effets qu’elles ont produits en différents siècles et chez différents peuples.

Ces quatre premiers livres traitent donc de ce qui constitue le revenu de la masse du peuple, ou de la nature de ces fonds qui, dans les différents âges et chez les différents peuples, ont fourni à leur consommation annuelle. Le cinquième et dernier livre traite du revenu du Souverain ou de la République. J’ai tâché de montrer dans ce livre : 1° quelles sont les dépenses nécessaires du souverain ou de la république, lesquelles de ces dépenses doivent être supportées par une contribution générale de toute la société, et lesquelles doivent l’être par une certaine portion seulement ou par quelques membres particuliers de la société ; 2° quelles sont les différentes méthodes de faire contribuer la société entière à l’acquit des dépenses qui doivent être supportées par la généralité du peuple, et quels sont les principaux avantages et inconvénients de chacune de ces méthodes ; 3° enfin, quelles sont les causes qui ont porté presque tous les gouvernements modernes à engager ou à hypothéquer quelque partie de ce revenu, c’est-à-dire à contracter des dettes, et quels ont été les effets de ces dettes sur la véritable richesse de la société, sur le produit annuel de ses terres et de son travail.

***texte provenant de l'IG

_______________
Revenir en haut
Zélie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 726
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: 01/09/2017, 10:23    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

Le soleil se lève, il fait encore frais. Mais cela est agréable lorsque la température de ces derniers jours était à la hausse et lorsque l'on ne supporte pas trop cette chaleur étouffante. D'ailleurs alors qu'autour de moi, je sentais la fierté de ces immenses et vieux arbres qui jalonne mes pas, mes pensées pour je ne sais quelle raison m'amenait à penser au Duc. Enfin pas à lui personnellement, mais à ces voyages dont il m'avait fait l'éloge lors de notre repas en sa demeure. Je me demande comment je pourrais supporter ces chaleurs tropicales alors qu'ici cela m'était difficile. Et puis de fil en aiguille, mon imagination se mit en mode fonctionnement, et je m'imaginais dans une jungle, entourée d'arbres et de plantes tropicales. Telle une héroïne de roman, nulle peur face à l'inconnu. Ma seule personne pourrait éloigner les indigènes ou autres animaux dangereux.

C'est brandissant mon bras devant moi telle une épée que je m'imaginais prendre le dessus sur je ne sais quoi, un ours peut-être même si j'imagine qu'il n'est point un animal exotique. Mais n'en ayant jamais vu, je ne savais quoi imaginer. Alors j'imagine n'importe quoi, frôlant presque le ridicule, mais peu m'importe. J'ai le droit d'imaginer ce que je veux, non ?

Il s'agit de ma première promenade sur mon terrain. Il me fallait de toute façon voir de moi-même les travaux éventuels que je devrais prévoir. Comme par exemple, éclaircir le chemin qui n'a pas été utilité depuis plusieurs mois apparemment. Mais bon, je me doutais bien de cet état. Aussi, je me suis habillée en conséquence. Une vieille robe, mais toujours aussi joli, une paire de bottine pour protéger mes pieds et mes chevilles. On ne sait jamais, peut-être y croiserai-je des serpents.

Cela fait maintenant plusieurs minutes que je marche telle une folle d'un point de vue extérieur. Je suis ravie de ce que je vois. Il fait bon de s'y promener. A l'ombre parfois, ou ensoleillé à d'autres endroits. Certes je ne parcourrai pas les 98000 m² aujourd'hui. Mais au moins, je peux apprécier l'étendue et la beauté de ce paysage mi arboré, mi champ. Le chant des oiseaux est également dans l'équation de mon appréciation. Je me vois allonger sur l'herbe, plonger dans ma lecture. Mais pas aujourd'hui, point de livre sur moi, une prochaine fois peut-être, je verrais bien.

Je m'aperçois également qu'il y avait plusieurs chemins qui amèneraient à des lieux différents. Comme je vais apprécier d'aller à l'aventure découvrir ces différents lieux. Peut-être aurai-je de bonnes surprises. Une seule me suffirait largement mais qui sait. Peut-être y en aura-t-il plusieurs.

Le soleil commence à me réchauffer la peau du visage malgré mon ombrelle. Aussi, je me décide à faire demi-tour. La brise du vent fait parler les arbres m'indiquant leur présence. Aussi bizarrement que cela puisse paraître, Je me sens en sécurité. Une vie se déroule autour de moi sans que je m'en aperçoive réellement. Les arbres, les oiseaux, les plantes, les gibiers, les insectes font comme si je n'étais pas là. Tout comme moi, d'ailleurs. Je ne prête aucune attention à eux si ce n'est aux arbres, aux branches d'arbres plus précisément.

Ma demeure fait son apparition devant moi. Je quitte mon chemin de terre pour retrouver le bruit des petits cailloux. D'ailleurs, un bruit de sabots trottant dans les cailloux m'interpelle. Machinalement, je me tourne vers ce bruit. Un homme à cheval change de direction pour me rejoindre. Il avait apparemment une lettre à mon attention. Lettre provenant du cadastre, d'après l'entête de l'enveloppe.

Remerciant l'individu, je continue de m'avancer vers l'entrée de ma demeure, tout en décachetant l'enveloppe. Je ne peux m'empêcher de sourire devinant son contenu. D'un coup, je sursaute de joie, levant les bras toute contente. Je l'avais enfin reçu !

Même si cela n'était qu'administratif, cela me faisait énormément plaisir. C'était la preuve incontestable que mon bien m'appartenait. Lorra venait de me faire parvenir mon justificatif de domicile. Et j'en étais heureuse, telle un cadeau qu'on offrait à une petite fille. Les yeux émerveillés, le coeur battant la chamade, le cri du bonheur, un petit "ouiiiiii !" s'était lâché de ma bouche alors que je brandissais mon courrier.

Puis je pénètre dans ma demeure pour le raconter à toutes les personnes s'y trouvant. Et tel un trésor que l'on ne veut perdre, je le range délicatement en lieu sûr dans mon bureau.

_______________
Revenir en haut
Zélie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 726
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: 11/09/2017, 14:11    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

Que la vie dorénavant est bien calme loin des facéties parisiennes et des coups fourrés. Je profite pleinement de ma nouvelle vie. Au revoir, le stress ! Au revoir, les coups de poignards dans le dos !

Dorénavant, je sais marcher sans me préoccuper de ce qui se passe derrière mon dos. Quel soulagement ! Seul regret, avoir déçu celui pour qui je donnerai ma vie. Il a été le seul a avoir eu confiance en moi. Et rien que pour ça, je lui serais fidèle jusqu’à la fin de ma vie.

Ce jour, j’ai décidé de m’occuper de la décoration extérieur. L’intérieur de la maison manque cruellement de ces magnifiques fleurs. Leurs parfums sauront agréablement accueillir dans chacune des pièces. Aussi, j’ai fait mander à trouver des vases. Peu m’importe leurs formes et leurs couleurs. Ils sauront décorés chacune des pièces, à n'en pas douter.

Il y a peu, j’ai pu engager un jardinier, à la quinzaine certes. Mais au moins, il pourra m’aider à entretenir mes plantes et ce jardin que je veux décorer gaiement, de toutes les couleurs de l’arc en ciel.

D’ailleurs, c’est aujourd’hui que celui-ci commence. C’est très tôt, à l’aube, que nous nous sommes donné rendez-vous. Cela nous a permis de discuter longuement sur mes désidératas et sur ses idées. Et apparemment, mes désirs pouvaient se réaliser. Bien sûr, ce dernier a su me conseiller sur telle ou telle plante afin que durant toute l’année, la demeure soit magnifiquement décorée et parfumée. Bon, il y avait des travaux à mettre en place que ce soit à l’intérieur qu’en extérieur. Du rafraichissement est à prévoir. Et surtout la décoration n’est pas vraiment à mon goût, bien trop masculin.

Il lui fallait découvrir la propriété pour faire fonctionner son imagination. Aussi, je me suis mise à le suivre. C’est donc d’un pas normal que je me trouve à ses côtés. Je l’écoute me donner quelques idées par-ci, par-là. Celles-ci ne sont pas mauvaises. Aussi, je ne peux me résigner à le laisser vaquer à son imagination. D’ailleurs, j’en profite pour cueillir quelques fleurs également.

C’est donc armé de gants de jardinier, d’un chapeau de paille et d’un panier en osier, non sans oublier l’outil indispensable, le sécateur !

_______________
Revenir en haut
Zélie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 726
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: 29/09/2017, 11:34    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

Les jours passent, je me suis décidée à prendre contact avec quelques autochtones cherbourgeois.

L'inquiétude, néanmoins, se fait de jour en jour, n'ayant aucune nouvelle de sa part. Il nous semblait qu'il nous l'avait promis. Tous les jours, je n'ai qu'une hâte en me levant, me jeter sur les courriers. Encore aujourd'hui, je me dépêche, je cours même en descendant les marches de l'escalier grinçant. Et puis je m'arrête, la tête baissée voyant mon intendant les mains vides. Je soupire. Il est mon ami et le sachant sur des terres brûlant où pouvait couler du sang, je m'inquiète de n'avoir de ses nouvelles. Il me l'avait pourtant promis. Enfin dans ma tête, c'était ce que j'avais compris.

Je descend néanmoins les dernières marches pour me diriger vers le salon. De la lecture m'y attend.

_______________
Revenir en haut
François-de-Bourbon
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 1 566
Localisation: Aux Tuileries
Masculin

MessagePosté le: 10/10/2017, 20:43    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

    Baden-Baden à Cherbourg… 10 Octobre 1823.

    Depuis plusieurs semaines, l’état de santé mental de la duchesse de Montpensier était préoccupant. L’agoraphobie dont elle souffre depuis l’attentat de Janvier a l’air de s’agripper comme l’enfant à sa mère (j’ai rien trouvé d’autre merci). Le Roi s’en voulait, et à vrai dire, il n’était plus le même. Sa sœur était tout pour lui : ils avaient partagé le deuil d’un père parti trop tôt, l’exil forcé à cause de Papes vendant la couronne comme l’Eglise vendait des absolutions au Moyen-Âge. Elle a vécu dans un couvant durant toute son adolescence pour être la plus pieuse des Princesse de France.

    Le Roi avait peur de se marier, voilà la raison… Dans un sursaut d’égarement, le Duc d’Angoulême avait demandé en mariage une jeune gouvernante qui n’avait rien demandé, et dans cet égarement, un bâtard allait pointer son nez… Et pour protéger une Couronne fragile, il avait demandé au Baron d’Orcanie de mettre fin aux jours de la mère et de l’enfant. Il avait peur de s’engager depuis, de peur de devoir reproduire sur une Princesse les erreurs commises avant son avènement. Ainsi, il avait précipité le mariage entre un Prince hollandais frivole et dévoué, et une Princesse française dévote. Etrange mélange…

    Sauf, que cette agoraphobie ne permettant pas de conclure ce mariage par ce que tout le monde attend (la naissance de l’héritier) va précipiter le mariage du Roi… Et il n’est pas prêt… Pas maintenant…

    La crise politique qui couvait à Paris avait rajouté à la peur du Roi, une fatigue physique qu’il ne parvenait pas à dissimuler. D’un blond si commun aux Bourbons, quelques mèches de cheveux du Roi virèrent au blanc…

    Aussi, dans la matinée du 10 Octobre 1823, il eut une discussion avec le comte d’Etiolles : - Je vais faire une tournée d’inspection à Cherbourg pour de prochains traités commerciaux. Gérez le reste en mon absence.

    Evidemment, il n’en était rien, et ce n’est pas pour du travail, mais pour se ressourcer que le Roi allait prendre la route de la Manche. Il se souvenait d’une lettre envoyée plusieurs semaines auparavant par Zélie, la dévouée commissaire au Sceau et aux Titres.

    L’étiquette ne prévoyait pas pour le Roi une escapade pour se ressourcer chez une de ses vassales. Aussi, parti le matin, c’est vers quinze heures, qu’une calèche escortée par quelques gardes royaux (une dizaine qui logeront dans une auberge de la ville) s’arrêta devant le portail de la demeure de madame Thellier.

_______________
Revenir en haut
MSN
Zélie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 726
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: 10/10/2017, 23:38    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

Que dire de cette journée…. Elle fut agréable, aucun soucis particulier n’est venu griser cette journée, enfin pas pour l’instant. En fait, elle était fidèle aux journées précédentes.

La Manche est un département agréable. De merveilleux lieux sont à visiter et je me suis promise de les découvrir. Mais chaque chose à la fois, il me fallait d’abord découvrir moi-même ces lieux qui me sont totalement inconnus. Seul ombre à mon tableau, le Duc…. Toujours aucunes nouvelles de sa part et pas moyen pour moi de lui envoyer un petit mot. Son silence m’inquiète…

Ce jour, aux alentours de 15 h, je suis assise à mon bureau, à travailler sur mon projet. Enfin, là, je me fais une petite pause et je délaisse mon bureau pour m’installer dans le salon où je pouvais apprécier un excellent café, bien noir, accompagné de quelques chouquettes de ma boulangerie. D’ailleurs, gourmande que je suis, je n’ai pu m’empêcher de déguster une petite chouquette bien sucrée. Je le trouve d’ailleurs trop bon…

Alors que je prends ma tasse de café et en apprécier le parfum délicat, des bruits de pas vinrent à ma rencontre. L’un de mes domestiques, essouflé, m’interpelle tout en essayant de reprendre son souffle. C’est que pour lui, c’est bien la première fois qu’il voyait une calèche escortée par tant de gardes royales.


- Ma… Madame…. Une calèche à l’entrée….une calèche…. Oui… une calèche royale !!!

Ne voulant croire à ce que je venais d’entendre, je me lève de ma fauteuil pour me diriger vers l’une de mes fenêtres et en effet j’aperçois une calèche et des hommes montés sur leurs chevaux… C’est alors que mon cerveau se met à réagir. Je me retourne alors vers l’individu qui venait de m’annoncer une arrivée apparemment royale. Un sourire s’affiche alors sur mon visage. Il avait bien reçu mon courrier et le plus important, il y répondait positivement en venant directement sur place.

- Mais ouvrez la porte ! Ne vous a-t-on pas appris d’ouvrir les portes à l’arrivée d’une calèche royale ?!? Faites passez le mot également… Le silence complet sur cette arrivée, vous m’avez compris !?!

Celui-ci sortit de la demeure en courant non sans avoir acquiescer de la tête à ma revendication, comprenant son erreur et espérant pour lui qu’il n’y aurait pas de suite à son ignorance. De mon côté, je le suis jusqu’aux premières marches de l’entrée. Les portes s’ouvrirent pour laisser passer le véhicule royal et ses dizaines de gardes royales qui l’entouraient. Je peux d'ailleurs entendre se rapprocher le bruit des sabots et des roues du calèche faisant danser à leur passage les petits cailloux les menant jusqu'à l'entrée. Comme je suis fière, en cet instant, de pouvoir l’accueillir en ma demeure. Je n’avais nullement perdu de sa confiance ce qui me rassurait.
_______________
Revenir en haut
François-de-Bourbon
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 1 566
Localisation: Aux Tuileries
Masculin

MessagePosté le: 18/10/2017, 13:01    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

    Le véhicule pénétra dans l’enceinte de la résidence. Le Roi regardait les arbres que l’automne commençait à dénuder. Tout ici respirait l’authenticité, là où aux Tuileries tout respirait le protocole pesant de la monarchie française. Un des gardes vint ouvrir la porte de la calèche, et le Roi en sorti, habillé comme un homme de la ville, si le décorum de la calèche et si sa tête n’était pas sur toutes les pièces de monnaie, rien ne pouvait laisser penser que François était le Roi. D’abord la jambe droite, puis la jambe gauche, et hop, voilà tout le corps royal dehors, le Roi tripatouillait l’anneau de son père légèrement trop grand comme il le faisait par habitude depuis que Madame la mère du Roi lui avait donné le jour de son départ d’Hartwell un matin d’Avril 1821.

    Deux ans depuis avaient passés, et c’est vieilli de ces deux années de pouvoir presque absolu, que François s’avançait vers Zélie, en cet instant il retrouvait le sourire de pouvoir s’extirper quelques jours à son rôle de Roi. Il lui dit : - Madame, merci pour votre invitation, elle tombait à pic, j’espère que cette arrivée un peu surprise ne troublera pas vos habitudes.

    Faisant quelques pas, il lui dit : - Je souhaiterai passer quelques jours ici, sans que personne ne soit au courant de ma venue. Il se passe beaucoup de choses à Paris, et j’aimerai pouvoir me reposer un peu avant de devoir attaquer cette seconde quinzaine d’Octobre qui s’annonce mouvementée… très mouvementée même… trop mouvementée en fait. Le comte d’Etiolles mon secrétaire me remplace jusqu’à mon retour.

    Se retournant vers la calèche, il lui dit : - Mes gardes iront loger à l’auberge la plus proche, il n’y en aura qu’un seule qui restera avec moi. Avec ces histoires d’attentat, je ne peux pas les congédier, mais je suis sûr que si je devais mourir, ça ne viendrai pas de vous, vous n’êtes pas une traitre à votre Roi j’espère ?

    Connaissant la réponse, il rit, imaginant en même temps la tête de ces ministres s’ils devaient apprendre que le Roi a fait une escapade… non pas pour du travail, mais pour du repos. Ça en ferait jaser plus d’un à la Cour, mais « j’suis le Roi et… » vous connaissez la fin de cette réplique des Inconnus : ça résume le pouvoir absolu que possédait le Roi sur son emploi du temps. Regardant Zélie, il lui demanda : - Vous me faites visiter ?

_______________
Revenir en haut
MSN
Zélie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 726
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: 18/10/2017, 16:52    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

Alors qu’il s’avance vers moi, j’ai cette impression de sourire bêtement. Cela n’était bien entendu pas dans mes intentions. Un sourire s’affiche sur son visage ce qui me rassurait. A cette proximité je ne peux m’empêcher de lui faire une révérence, légère, mais quand même. Puis de sourire à sa première phrase.

- Du tout, votre majesté. Comme indiqué sur mon courrier, ce lieu est vôtre si vous avez besoin de vous ressourcer. Et puis les habitudes ne sont-elles pas faites justement pour être troubler !?!

A cette dernière phrase je souris également, amusée. Son souhait sera satisfait. Et comme je me doutais bien, sa venue devait rester ignorée.

- Pas de soucis, j’ai déjà informé mon personnel dès la vue de votre calèche devant la grille. Nulle personne en dehors de ce lieu ne saura au courant de votre présence. Et je veillerai à ce que vos souhaits soient exaucés en ce lieu.

Alors qu’il se tourne vers la calèche, je me mettais à réfléchir. Envoyer des gardes à l’auberge la plus proche risque de rendre sa venue tout sauf discrète.


- Veuillez nous excuser, votre majesté….. Mais envoyer vos gardes à l’auberge la plus proche ne risque pas de rendre public votre venue en Manche ? Peut-être pourraient-ils rester dans l’arrière cour, près de l’écurie… il devrait y avoir pour eux de quoi dormir et manger. Le palefrenier leur fera un petit peu de place. Surtout que ce n’est que pour quelques jours. Ainsi votre sécurité sera encore plus renforcée qu’avec un seul garde à vos côtés. Qu’en pensez-vous ?

La Seine, département très…. mouvementée apparemment. Elle reste digne de sa popularité. Apparemment il s’y trame bien plus que ce que je ne pensais. Et j’en suis ravie dans un sens, car au moins, mon Roi est avec moi ! Et de faire un grand sourire à cette pensée. Et puis il me pose une bien drôle de question. Moi, une traitre ?!? J’esquisse un sourire le voyant rire, et bêtement j’en faisais autant.

- Ohhhh que non, je vous rassure, votre majesté… Oui bien sûr, je vous fais visiter les lieux. Par contre, n’ayant pas prévu votre arrivée, votre suite n’est pas totalement prête. Mais cela sera fait d’ici ce soir, pour sûr !

Puis je m’avance vers la porte d’entrée l’invitant à pénétrer dans mon chez moi. Je suis en cet instant remplie de fierté. Ce n’était pas la première fois que tous les deux n’étions que deux, ayant déjà travaillés ensemble en mon bureau du Louvres. Mais là, c’est pour qu’il puisse se détendre. Enfin de la détente pour lui, moi, je vais croiser les doigts pour que ses quelques jours lui permettent de se ressourcer. En tout cas, si cela se savait, ça risquerait de jaser sur Paris. Donc j’avance tout en faisant le guide comme demandée.

- La demeure se trouve à plus d’une dizaine de kilomètres de Cherbourg. Celle-ci comprend 15 pièces, au rez de chaussée, vous trouverez le salon, une grande pièce de réception, une bibliothèque, mon bureau. Mmmm… Il y a également la cuisine et nous avons une cave au sous-sol. Par contre, ne m’y connaissant pas du tout, je n’ai pas eu encore l’occasion de la visiter. Je ne saurai donc vous dire ce qu’il y a ! A l’étage, vous avez des suites, tous contiennent une salle d’eau, et un petit salon. J’espère que la vôtre vous satisfera. Auriez-vous une préférence quant à la position de celle-ci ? Plein soleil ? Vue sur le terrain arboré, sur l’arrière cour ?!?

Tout en discutant, j’avance vers le salon, n’ayant nullement oublié le café qui m’attendait bien sagement. C’est en cet instant, que je remarque une chose d’inhabituelle chez le roi. Sa tenue… ce devait être la première fois que je le voyais en habit de ville. Cela le changeait et lui allait tout aussi bien. Il est toujours aussi beauuuuuu !

- Puis-je vous proposer un café ? Justement, il y a des chouquettes ! Et pas n’importe quelles chouquettes ! Elles proviennent de ma boulangerie. J’ai le meilleur boulanger-pâtissier de France ! après le vôtre bien entendu.

Et hop, je ne perds pas le nord non plus. Et j’en souris, amusée.

- Pour poursuivre dans la présentation de ma demeure, celle-ci est construite sur un terrain assez grand et arboré d’arbres pouvant permettre de longues promenades à cheval. Cela vous dirait pour demain ? Ou peut-être préférez-vous rester un peu ici vous reposer. Vous verrez cet endroit est calme et les arbres empêchent les gens d’y jeter un œil.
_______________
Revenir en haut
François-de-Bourbon
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 1 566
Localisation: Aux Tuileries
Masculin

MessagePosté le: 23/10/2017, 18:43    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

    Alors que Zélie s’exécute dans une révérence, le Roi lui prend la main droite pour lui indiquer qu’elle pouvait se relever. Il lui adressa un : - Allons, pas de protocole. Je ne suis pas venu avec l’attirail militaire.

    Lui relâchant la main, il réfléchit. Elle n’avait pas tort à propos des gardes, les laisser aller à l’auberge était un risque, et sa venue serait assurément ébruiter. Il acquiesça alors d’un signe de la tête à Zélie à propos de son idée : - Si vous avez assez de places alors tout va très bien. C’est justement parce que j’ignorai le nombre de vos places que j’avais proposé l’auberge.

    Se dirigeant vers la porte d’entrée, à sa réponse qu’elle formula suite l’évocation d’une possible « traîtrise », le Roi sourit, évidemment il le savait. Toutefois, elle s’emblait inquiète que la suite royale ne soit pas prête, ou du moins en retard. François l’a rassura : - Oh vous savez, quand on a connu comme moi l’exil pendant 20 ans, et surtout le départ précipité dans la nuit pour fuir un pays qui ne vous veux plus, on peut dormir sur tout et n’importe quoi. J’ai appris à dormir sur un cheval, comme dans une calèche… C’est de famille en quelque sorte, mon grand-père l’a testé à ses dépens.

    François faisait référence à la fuite à Varennes de ses grands-parents maternels Louis XVI et Marie-Antoinette, accompagnés du petit Dauphin Louis XVII et de Madame Royale, mère du Roi. Il était rare, et cela mérite d’être souligné, que le Roi badine en parlant d’eux. Dans la famille, leur évocation était plutôt synonyme de modèle à ne pas suivre. Il suivait Zélie et pénétra donc au sein de sa demeure. En parfaite maîtresse de maison, faisant honneur à la réputation des dames françaises, elle présentait au Roi le contenu des pièces, une par une. En même temps… mal connaître la maison dans laquelle on vit, ce serait paradoxal. Si elle n’habitait pas ici, on aurait pu croire à une Stéphane Plaza avant l’heure.

    A l’évocation d’une cave, le Roi esquissa machinalement un sourire. D’un ton rieur, il lui dit : - A vrai dire, si c’est du vin, je ne m’y connais guère non plus. Quand on me présente une bouteille, je me contente de hocher de la tête et de me faire servir. Mais entre nous, cela ne me réussit pas l’alcool, la journée, c’est uniquement à l’eau… Sinon les affaires de l’Etat iraient mal.

    Un Léodagan de Carmélide pourrait dire ici : « Parce que sobre les affaires de l’Etat vont bien ? C’est vrai qu’il est en pleine forme l’Etat ». On ne pourrait pas lui donner tort vu ce qui se passe à Paris en ce moment. Il continuait de suivre Zélie vers le salon, tout en l’écoutant attentivement, les bras dans le dos, comme l’était son habitude. Le Roi sorti de ses pensées à la question sur la position de sa suite. Un peu surpris par la question, à vrai dire il n’y avait pas réfléchit, il répondit : - Et bien… je n’ai pas spécialement de préférence. Aux Tuileries, mes appartements donnent sur les jardins, alors… va pour les jardins.

    Chouquettes, on a dit chouquettes ? On n’a pas rêvé ? Le Roi est le premier consommateur de chouquettes, c’est connu. A chaque heure entre les repas il en grignote des tonnes. Il a fallu un boulanger-pâtissier formé rien qu’à reproduire cette recette (au grand dam des caisses de l’Etat diront les mauvaises langues). Il lui répondit : - Si elles sont vraiment bonnes, prenez garde que je ne l’engage pas aux Tuileries.

    Il rit à la fin de sa phrase, répondant à ses dernières interrogations : - Un café ? Ma foi oui volontiers, la route a été assez longue depuis Paris. Et pour demain, oui pourquoi pas une balade à cheval… la dernière fois que j’ai dû en faire, c’est sûrement pour une revue de troupes… je ne sais plus, le temps passe vite, je ne me rappelle plus quand est-ce la dernière fois.

    Il ajouta : - Vous n’imaginez pas tout ce qui se passe à Paris. Entre la motion de censure, et cette enquête sur l’attentat… c’est pour cela que je suis venu… avant mon départ, j’ai eu une discussion plus qu’houleuse avec le comte d’Etiolles mon secrétaire. Sur le fond de ce qu’il a dit il n’a pas tort, mais, cela me rappelle de trop mauvais souvenirs.

    Marquant une pause, se remémorant cette scène, il poursuivit : - Il faut que je me marie. Il m’a donné une liste de princesses en ce sens.

_______________
Revenir en haut
MSN
Zélie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 726
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: 26/10/2017, 20:47    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

Cela le changeait de le voir ainsi. Il m’impressionne de part sa stature et sa beauté ne me laisse nullement indifférente, loin de là. Il n’avait qu’un mot à dire, et je sauterai par-dessus une falaise si il me le demandait. Je sais être fidèle aux personnes pour qui je suis reconnaissante. Il a été le premier à me tendre la main et à me faire confiance en me proposant le poste de commissaire aux sceaux et aux titres, chose que je n'oublierai jamais de toute ma vie.

Oh que si. Je pouvais imaginer n’importe quoi venant de Paris, en fait. Cette motion de censure m’avait en effet quelque peu étonnée, ne suivant pas ce qui se passait au sein du gouvernement actuel. Cela ne me regardait nullement et je savais rester à ma place sans me préoccuper des affaires des autres. Ma main prit le plat de chouquettes pour le tendre au roi. Il m’avait par le passé déjà indiqué les préférences royales pour cette gâterie tandis que l’on verse le café dans la deuxième tasse qu’on venait de poser.


- A vous de nous le dire ! Et le seul moyen ce serait d’en prendre au moins une, non ?

Puis je l’écoute attentivement buvant de petites gorgées de mon café tiédi mais tout à fait buvable.

- Par le pur hasard, je suis en effet passée à la chambre basse lors de cette motion. Je trouve cela bien triste d’en arriver là. Mais bon… Vous comprenez pourquoi j’ai préféré quitter Paris pour la Manche !?! Ici, tout est bien plus simple, plus tranquille également. Un peu trop, mais bon… la Manche est un département qui ne demande qu’à vivre. En tout cas, vous serez toujours le bienvenue en ce lieu quelque soit le jour et l’heure. D’ailleurs, votre chambre ne sera réservé que pour vous.

Puis alors qu’il me parle du comte d’Etiolles, je plisse les sourcils me posant des tas de questions quant aux raisons de ce désaccord. Une discussion houleuse avec le Comte… Je suis sûre qu’il est tout aussi beau énervé, en colère et tout et tout. Oui, j’ai un petit faible pour cet homme assis non loin de moi. Mais je sais bien qu’il ne se passera jamais rien. Le Très Haut en avait décidé ainsi. Etant aussi fidèle à Saint Epicure, je ne pourrais franchir cette limite qui m’était imposée. Cependant, rien ne m’empêche d’avoir des sentiments pour lui. Sinon pourquoi je serais prête à perdre la vie pour lui. Pour remédier à ses sentiments, j’ai décidé de lui être loyale et fidèle.

Nous avons pratiquement le même âge, et ce qui vient à mes oreilles en cet instant me fait toussoter ne m’y attendant pas, ou plutôt préférant ignorer cette possibilité jusqu'à présent. Je pose alors ma tasse sur la petite table, et me tourne vers lui. Prenant sur moi et tout sourire, je m’apprête à lui parler.


- une liste de princesses ?

Maisssss n’en avez-vous pas une non loin de vous ? si si ! Moi !!!! Ne suis-je pas une princesse ?!? Père me le disait tout le temps ! Je toussote discrètement.

- Il y en a tant que ça ?!? Ne me dites pas que l’on va devoir vous la choisir à votre place ?!? Parce que la dernière fois…. Je n’avais pas voté pour votre beau-frère… et je comprends pourquoi… enfin bref, ceci est une autre histoire que je préfère oublier.

Je préférais le lichten truc bidule… il me semble. Peut-être était-ce prémonitoire qui sait.

- Pour le bien du royaume, vous devriez vous marier en effet… Avez-vous une préférence dans la liste du comte ?

Vous marier avec moiiiii, ce serait beaucoup mieuxxxxxx ! Maissss ! Reprenons-nous….. J’ai grandi maintenant et je sais très bien que ce jour allait venir. Je connaissais son âge pour avoir pratiquement le même. Je savais également qu’il allait me falloir préparer ce grand jour également tout comme je l’avais fait pour la sœur du roi. Le pays avait besoin d’un héritier, je ne le savais que trop bien et cela depuis cet attentat manqué.

- Sinon... et cette chouquette ?!? Bonne, Excellente ?

Et d'esquisser un sourire, appréciant chaque seconde passé en sa compagnie. J'espère qu'une chose, c'est qu'il ne sache lire dans les pensées, enfin dans les miennes ! C'est que je ne voudrais qu'il se mette à fuir à ma simple vue.
_______________
Revenir en haut
Grégoire de Borderouge
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2014
Messages: 889
Masculin

MessagePosté le: 31/10/2017, 16:51    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

Citation:
 
 

 
De Son Excellence Grégoire de Borderouge 
Président du Conseil des Ministres, 
Ministre des Affaires Étrangères, 
Président de la Chambre Basse, 
Député de Seine, 
Président de l’UMC 

 
A Madame Zélie Thellier 

 
Le 31 Octobre 1823 au Louvre
 

 
Madame, 

 
Je viens vers vous aujourd’hui car je n’ai pas oublié votre intérêt profond pour le Royaume de France. C’est en ma qualité de Président du Conseil que je vous écrit pour vous proposer une place hautement importante au sein du nouveau gouvernement. Je souhaite que les mois à venir voient une classification importante de l’administration et un retour aux échanges entre les différentes branches de l’État et c’est là que vous intervenez. Je serai honoré de vous voir accepter la fonction de Secrétaire d’État affiliée à la Présidence en tant que Porte-Parole du Gouvernement.  

 
En espérant bonne réception, je vous prie de croire en mes salutations distinguées, 
 
 
Revenir en haut
Grégoire de Borderouge
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juil 2014
Messages: 889
Masculin

MessagePosté le: 02/11/2017, 18:13    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

Citation:




De Son Excellence Grégoire de Borderouge  
Président du Conseil des Ministres,  
Ministre des Affaires Étrangères,  
Président de la Chambre Basse,  
Député de Seine,  
Président de l’UMC 
 
A Madame Zélie Thellier 
 
Le 02 Novembre 1823 au Louvre

 
Madame, 
 
Je comprend votre souhait d’en savoir davantage et je peux vous proposer une entrevue le Samedi 4 Novembre à quatorze heures dans mon bureau du Louvre. Je prendrai grand soin de préparer de quoi vous déshydrater. 
Soyez certaine de ma fierté de vous savoir parmi nous.  
 
En espérant bonne réception, je vous prie de croire en mes salutations distinguées,



Revenir en haut
François-de-Bourbon
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 1 566
Localisation: Aux Tuileries
Masculin

MessagePosté le: 05/11/2017, 14:23    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

    Le Roi empoigna la tasse de café qu’on venait de lui servir, remerciant d’un signe de tête la personne qui venait de le faire. Puis, il prit une chouquette sur le plat que lui tendait Zélie, et il la goutta tout de suite, n’y tenant plus face à ces petites sucreries qu’il aime tant. Prenant une tête un peu à la Cyril Lignac (non je ne suis pas actionnaire de M6), le Roi répondit : - Elles sont excellentes, vous féliciterez de ma part votre boulanger. Permettez que j’en reprenne une seconde.

    Il prit alors une deuxième chouquette qu’il trempa dans sa tasse de café avant de la manger. Il écoutait Zélie lui faire un compte-rendu de ce qu’elle avait entendu en Chambre. François lui répondit : - Je comprends en effet que beaucoup souhaitent partir de Paris pour venir à Saint-Denis ou à Cherbourg. C’est beaucoup plus calme. Il est regrettable que mon beau-frère Dombes ait préféré porté une motion de censure plutôt que de mettre à plat ses désaccords avec la Présidente du Conseil, quitte à ce que je rende un arbitrage pour mettre fin au conflit. Mais c’est ainsi, on peut désapprouver une motion de censure, mais ne pas l’empêcher. Et je n’ai pas encore décidé ce que je ferai vis-à-vis du Gouvernement à l’issue de celle-ci. Une motion de censure c’est à double tranchant, c’est très binaire comme issue : pour ou contre la politique menée.

    Au moment où se déroulait cette scène, le Roi ignorait évidemment que la Chambre des Députés avait repoussé la motion à 3 voix contre 1, mais surtout il ignorait tout de ce qui s’y était dit jusqu’à la réception du compte-rendu qui scellera la fin du Gouvernement deux mois jours pour jours après sa constitution. Pour l’heure, l’ignorance était le maître-mot.

    Le Roi fit allusion à la liste de Princesse que le comte d’Etiolles avait concoctée pour François et qui avait provoqué sa fureur. Aux interrogations de Zélie, le Roi sorti de la poche de son veston la liste. S’était une petite feuille blanche aux armes du comte d’Etiolles, pliée en quatre. Après l’avoir dépliée, il l’a lu : - Le comte d’Etiolles me conseille : l’infante Isabelle de Portugal, fille du roi Jean VI, de une année plus jeune que moi. Lady Augusta d’Este, fille morganatique du duc de Sussex, et nièce du roi Georges IV.

    Il soupira : - Une presque bâtarde comme Reine de France… on aura tout vu.

    Il poursuivit : - Voilà à quoi se résume mon choix. Sauf que le Portugal… Ils sont trop préoccupés par leur colonie brésilienne et là aussi des conflits peuvent en découler. Et je n’ai pas envie d’être lié à un pays qui engagerait le mien dans une guerre que je ne veux pas.

    Il ajouta, dans un ton moins sérieux : - D’ailleurs c’est vous qui officierez à mon mariage avec la Chancelière comme la dernière fois. Vous pourrez sortir votre médaille que je vous ai octroyé.

_______________
Revenir en haut
MSN
Zélie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 726
Localisation: Paris
Féminin

MessagePosté le: 05/11/2017, 23:22    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier Répondre en citant

Mon regard se pose sur chaque chouquette que la main royale attrapait. Pour sûr que j’allais féliciter mon chef boulanger/pâtissier. Il le mérite bien. Et je suis certaine qu’il en sera fier comme un bouc ! J’acquiesce donc de la tête aux goûts qu’il porte à mes chouquettes. Oui, mes chouquettes !

De mon côté, je me reprends une deuxième tasse de café, celle-ci est bien plus chaude, ainsi qu’une chouquette. Contrairement au roi, je préfère la chouquette sans plongeon dans mon café. J'en bois une gorgée tout en l'écoutant attentivement. C’est que pour le coup, je le trouve chou de faire trempette dans sa tasse de café. Il se sent apparemment à l’aise en ce lieu et cela me ravit.

Le voilà sortant un bout de papier plié en quatre, il le déplie puis je l’écoute me lister les propositions du comte.

*Oh que deux ?!? * Moi qui pensais qu’il me donnerait une ribambelle de prétendantes. Cela me rassure juste quelques secondes. A son soupire, je soupire également. Peut-être pas pour la même chose… Mais bon. La vie va ainsi et je m’y résous. Ni l’une, ni l’autre, m’irait très bien, pour ma part.

J’esquisse néanmoins un sourire comme pour lui remonter le moral. Puis il me parle déjà de la préparation et me parle de la médaille qu'il m'avait envoyé alors que je venais de quitter le poste de juge royal.


- Je la porterai, si c’est votre désir, votre majesté. D’ailleurs, je fus étonnée de la recevoir. J’estime pour ma part ne pas l’avoir mériter après ce qui s’est passé au Ministère de la Justice. Je sais que j’ai failli et vous m’en voyez sincèrement désolée. J’ai du vous décevoir…

J’aurai dû surtout être bien plus prudente. J'ai été bien trop naïve à l'époque à mon goût. J'ai tenu comme j'ai pu. Mais à un moment donné, il fallait lâcher prise, pour son bien. Puis la gouvernante pénètre dans la pièce me faisant signe de la tête. A force de côtoyer mes employés, je commence à comprendre leurs gestes. Aussi ne serait-ce que par sa présence, je sais que la suite royale avec vue sur les jardins était prête. J'esquisse un sourire au Roi.

- Apparemment votre chambre est prête si vous désirez vous reposer avant le repas. Nous mangeons aux alentours de 18 h si cela vous convient et si cela ne vous dérange pas dans les cuisines. Je trouve ce lieu bien plus convivial et plus proche de mes employés. Mais si cela vous dérange, il n'y a aucun soucis pour manger dans la grande salle. C'est selon vos désirs, votre majesté.

En fait, j'avais pris l'habitude d'y manger, délaissant cette salle à manger bien trop immense et ennuyeuse pour ma seule personne. Et puis, cela me permettait de me rapprocher de mon personnel. Puis je baisse légèrement mon visage vers ma tasse que je fixe quelques secondes avant de retrouver celui du roi.

- Puis-je vous demander si vous avez des nouvelles du Duc d'Aumale ? Je suis quelque peu inquiète de le savoir aux frontières espagnoles, enfin il me semble. Il m'avait dit qu'il m'enverrait de ses nouvelles. Et je dois avouer n'avoir rien reçu. Je m'inquiète vraiment.

Le Duc d'Aumale doit être le seul ami que j'ai réellement. Enfin le seul que je considère être mon ami, en espérant qu'il en soit ainsi de son côté. J'avais apprécié sa compagnie à notre repas en sa demeure.

_______________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:17    Sujet du message: [RP] Résidence de Zélie Thellier

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Forum Officiel du jeu Monarchies Index du Forum -> + Résidences de la Noblesse Française + -> Résidence de Zélie Thellier Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template