Monarchies - Forum Index du Forum

Monarchies - Forum
Forum officiel du jeu de rôle éponyme
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP/Privé] Une crique et des espoirs
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Monarchies - Forum Index du Forum -> + Département de la Manche + -> Ville de Cherbourg
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Obéron
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 79
Masculin

MessagePosté le: 06/12/2017, 23:32    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Obéron avait laissé Isabelle se rendre à son entrevue décisive, puis il avait marché lentement jusqu'à la plage.

Le regard fixé sur l'horizon, il avait savouré le simple fait d'être là. Laissant ses pas le guider plus avant, il avait trouvé une petite crique éloignée du reste, comme une enclave de tranquillité. Loin de tout, il avait enlevé sa veste, ses godillots et ses chaussettes pour se mettre à l'aise. Il s'était assis dans le sable pour remonter le bas de son pantalon, et c'est en chemise, bretelles apparentes, qu'il s'était approché de l'eau.

Il avait fermé les yeux, pris une grande inspiration face à la mer.
Respirant l'air iodé et accueillant les embruns sur son visage, il sourit.
Il passa une main sur son visage, goûta le sel sur sa bouche et fit quelques pas dans les vagues, très froides, mais étrangement apaisantes.

Il se laissa habiter par son environnement : le vent qui s'enroulait autour de son corps et lui rappelait qu'il était petit ici, le rythme hypnotisant des vagues, et encore une fois le son de ces rouleaux puissants qui charriaient l'écume jusqu'à ses pieds. Le sable sous lui semblait se carapater à chaque vague. L'équilibre devenait précaire, et Obéron rectifiait le tir en conséquence.

Il était bien, apaisé, heureux d'être venu jusqu'ici. Nulle impatience en lui. Il savait qu'Isabelle le rejoindrait bientôt.

_________________
Revenir en haut
Isabelle
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 155
Féminin

MessagePosté le: 07/12/2017, 12:29    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Le tête à tête avec son père n’a pas été à la hauteur de ses espérances. Derechef, c’est à coup de piques assassines et de propos moralisateurs que son père avait terni cette troisième rencontre. Désappointée, la jeune femme a cheminé une bonne heure dans les ruelles méconnues de cette ville portuaire. Emmurée dans un univers où ses espoirs sont si vains. Plongée dans un farouche mutisme qu’il serait inconséquent de troubler sans subir le courroux de la jeune Delafleur.

Toutefois, son attention happée par la clameur récurrente des commerçants, Isabelle se soustrait à sa prime observation distraite du pavé pour relever la tête et poser un regard stupéfait sur les étals du marché de Cherbourg. Depuis combien de temps marchait-elle sans but ? Elle ne saurait le dire exactement. Mais à la vue de certains articles proposés, Isabelle tressaute.

Ciel ! Monsieur Lerouge, la plage. Quelle sotte !

Les mirettes vagabondent d’une manière hasardeuse, mais bien à la recherche d’éléments pour agrémenter ce moment de retrouvailles avec son nouvel ami. Elle amorce ses investigations et déniche assez hâtivement un panier en osier dans lequel elle dépose à la suite : Une grande nappe, des mouchoirs, des fruits, du pain frais, quelques tranches de saucisson sec, deux verres, ainsi qu’une flasque de vin chaud pour se réchauffer. Juste ce qu’il faut pour un verre chacun. C’est que le temps n’est pas très clément en ce mois de décembre. Après ses petites emplettes, la jeune femme loue les services d’un coche pour se retrouver au plus vite au lieu de rendez-vous.

Sur la plage, La Delafleur ne peut qu’apprécier cette union harmonieuse entre les éléments de la nature. Un portrait si saisissant que les iris céruléens de la brunette se perdent dans le vide. Elle est subjuguée alors même que le vent danse allégrement dans sa chevelure d’ébène, libérant par cette caresse aérienne, les effluves floraux que ses mèches nébuleuses renferment.

Les doigts emprisonnent quelques mèches pour les coincer derrière son oreille, à l’instant même où elle aperçoit au loin son compagnon de voyage. Esquisse d’une radieuse risette, la jeune femme lève son bras libre pour aviser de sa présence. Mais Monsieur Lerouge ne la considère pas une seule seconde, son champ de vision toujours captif de l’immense étendue aquatique. Souriante, elle va donc à sa rencontre à pas de loup.

Isabelle réussit à se faufiler furtivement derrière lui et pose délicatement le panier sur le sable fin pour se déchausser dans des mouvements feutrés. Ensuite, elle se rapproche, sur les orteils pour être à la bonne taille, elle referme ses doigts aux ongles de nacre sur le visage de Monsieur Lerouge.

Revenez sur terre bel Ange.

_________________
Morte au cours d'une ronde. Navrée le jeu me déprime trop.
Revenir en haut
Obéron
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 79
Masculin

MessagePosté le: 08/12/2017, 20:15    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Obéron contemplait le tableau sauvage de la mer démontée, perdu dans ses pensées, les deux pieds dans le sable. Relâché, ouvert à l'instant présent, en paix avec lui-même...

Le vent et les vagues couvrant les bruits alentour, Obéron n'entendit rien de l'approche furtive de la demoiselle.
Deux mains fraîches se posèrent sur ses yeux, le jeune homme sourit, couvrit de ses paumes les doigts fins et répondit :

- Si je suis un ange, qu'êtes-vous ? Une fée peut-être ?

Il laissa retomber ses mains et se retourna vers Isabelle, le visage détendu, plus frais qu'il ne l'avait été ces derniers jours.
Obéron chercha dans le regard de la jeune femme des signes sur l'issue de sa rencontre avec son père. Était-elle soulagée, frustrée ou ravie ?

- Allez-vous bien ? Cette entrevue ?

Sans y penser, il avait gardé la main d'Isabelle dans la sienne, comme une évidence. Il remarqua ensuite le panier posé non loin. Une bien belle idée qu'un pic-nic sur la plage !

- Asseyons-nous, nous serons mieux pour parler un peu.

Il entreprit de déplier la nappe et de l'étaler pour que la jeune femme puisse s'y installer confortablement.
_________________
Revenir en haut
Isabelle
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 155
Féminin

MessagePosté le: 08/12/2017, 22:55    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Paumes contre revers, ce contact chaleureux suffit à instaurer une cordiale connivence entre les deux protagonistes. Des perles immaculées qui embellissent les lèvres rosées de la Delafleur, cette dernière s’impose un pas en retrait pour mieux jauger l’expression flanquée sur le visage du jeune homme. Satisfaite de le voir si réceptif à son humeur facétieuse, la jeune femme approuve ses dires.

Je veux bien être une petite chose fragile qui accomplit des miracles, si vous reconnaissez être un ange-gardien dont il n’est pas aisé de se priver en cas de perdition.

A cet aveu implicite de son état d’âme actuel, les iris se teintent soudainement de tristesse à la curiosité justifiée de Monsieur Lerouge. Elle ne s’empourpre même pas de cette union prolongée de leurs mains, son esprit se remémorant déjà les dernières heures qui ont fait éclore de nombreuses incertitudes. Telle une automate, elle s’exécute lorsque le jeune homme l’invite à s’asseoir pour échanger sur ce début de journée avec son père.

Son séant sur la nappe, elle détourne les yeux pour admirer les vagues distraitement. C'est à cet instant qu'elle se confie.

Je regrette cette nouvelle rencontre Monsieur Lerouge.

Tourne la tête pour l'englober de ses intenses billes bleutées.

Une fois de plus, il n’a voulu voir en moi que l’image qu’il se fait d’une jeune fille, pour ne pas dire d’une enfant. Il omet assez souvent un détail primordial…Je suis une femme à présent, et j’entends vivre ma vie sans un regard critique à chaque action posée.

Haussement d’épaules pour marquer sa contrariété, elle plonge une main dans le panier et en sort les deux verres.

J’ai pensé à du vin chaud pour ne pas geler sur place. Vous m’accompagnez j’ose espérer ?

_________________
Morte au cours d'une ronde. Navrée le jeu me déprime trop.
Revenir en haut
Obéron
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 79
Masculin

MessagePosté le: 09/12/2017, 14:15    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Le visage d'Obéron s'éclaira d'un sourire conquis à la réponse de la jeune femme. Il aimait cette facette de sa personnalité qu'il découvrait un peu plus.

- Je ne sais si elles sont aussi fragiles que vous le pensez, je vous raconterai des choses à leur sujet, mais... Je me propose volontiers comme ange-gardien à vos côtés, c'est une place qui me convient je dois dire.

Il réalisa en le disant qu'il le pensait sincèrement. Il aimait ce qu'il voyait à cet instant, il préférait la voir sourire que s'assombrir, elle dégageait quelque chose de... lumineux. Une étincelle qu'il pourrait bien avoir envie de préserver, près d'elle, contre toutes les tempêtes.

Son expression changea soudain, Obéron devina que, comme il l'avait craint, l'orage avait encore fait des dégâts entre le père et sa fille.
Il s'installa à ses côtés, attentif, et l'écouta conter cette rencontre.


- J'en suis désolé, Mademoiselle.

Elle le regarda et il soutint son regard pour lui signifier qu'il était là, simplement.

- De ce que vous m'en dites, il a l'air... d'avoir des idées bien arrêtées, oui. Peut-être le reflet de son inquiétude vis-à-vis de vous ? Je vois bien que cette attitude vous blesse, et je ne peux qu'espérer que son emportement se calmera lorsqu'il vous connaîtra mieux.

Obéron haussa un sourcil et son expression se fit espiègle, les yeux pétillants :

- Et moi aussi j'aspire à mieux vous connaître.

La demoiselle changea de sujet, Obéron acquiesça et s'agenouilla pour proposer sa veste pour les épaules d'Isabelle, avant d'accepter le vin chaud.

- Ne prenez pas froid. Partageons donc ce vin, et espérons que nous saurons chasser l'humeur chagrine qui assombrit votre regard. En bonne compagnie, les soucis sont moins lourds. Laissez-moi vous soulager de cela, s'il vous sied.
_________________
Revenir en haut
Isabelle
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 155
Féminin

MessagePosté le: 09/12/2017, 19:39    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Sourcil arqué en préambule, la jeune femme voit poindre chez Monsieur Lerouge une humeur enjouée, pour ne point dire plus téméraire. A ce constat, elle sonde les informations récoltées sur l’homme et doit bien reconnaître qu’elle ignore tout de la personnalité de son interlocuteur. Tout au plus, est-elle forcée de lui allouer une éducation soignée et un sens du sacrifice assez prononcé. Comme c’est le cas présentement, alors même qu’il habille ses graciles épaules de sa veste.

Les cérulés vissés dans les ténébreux, la Delafleur les couvre de ses cils ombrageux, justifiant cette désunion visuelle par ce verre qu’elle s’empresse de remplir du vin fumant.

Vous êtes bien trop prévenant avec moi Monsieur Lerouge. Il vous arrive de penser à vous ? Qu’en sera-t-il de votre santé si je vous allège du seul rempart valable vous garantissant la clémence des caprices de la nature ?

C’est aimablement qu’elle lui présente son verre où s’échappe une fumée vaporeuse. Elle pose le sien et retire délicatement la veste qu’elle lui remet, accompagnant ce geste d’un sourire mutin.

N’insistez pas je vous prie. Si vous êtes disposé à veiller sur moi, sachez qu’il en est de même pour ma personne.

Mais rassurez-vous…


L’index orienté dans sa direction, elle lui fait remarquer un détail non négligeable.

Ce manteau est bien plus lourd qu’il n’y parait. Croyez-moi. En outre…

Les doigts dans le panier, elle en sort une lourde écharpe qu’elle passe hâtivement autour de son cou.

Cette écharpe s’acquitte de sa tâche sans faillir.

Fugace étirement des commissures, la jeune femme se sert à son tour le vin et porte un toast avec son vis-à-vis.

A la découverte des trésors de ce monde…Et à cette belle rencontre que vous êtes pour moi Monsieur.

Les verres s’entrechoquent, les lèvres sont trempées dans le nectar pourpre, quelques gorgées et elle reporte ses mirettes sur lui.

Bien. Il me tarde d’en savoir plus sur l’homme que vous êtes Monsieur Lerouge. Dites-moi tout… Dites-moi vite.Finalise-t-elle sur une esquisse rehaussant une candeur spontanée.

_________________
Morte au cours d'une ronde. Navrée le jeu me déprime trop.
Revenir en haut
Obéron
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 79
Masculin

MessagePosté le: 09/12/2017, 20:27    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Obéron rit face à la réaction de la jeune femme. Il récupéra donc sa veste et la revêtit.

- J'ai une constitution résistante. Je tombe rarement malade. Je dois avoir un organisme qui se réchauffe naturellement de son propre feu, j'imagine. Vous veillerez donc sur moi... Eh bien, je vous avoue être peu habitué à cela, mais... Je ne mourrai donc pas idiot sans avoir essayer, soit !

Il hocha la tête quand elle voulut le rassurer sur la robustesse de son manteau.

- Je vous fais confiance là dessus.

Il suivit des yeux ses mouvements lorsqu'elle se drapa dans l'écharpe épaisse. Nota la finesse du cou découvert avant d'être emmitouflé. Il sourit pour lui-même, surpris d'avoir cette pensée éphémère.

- Vous semblez être prévoyante, oui. Je n'insiste donc pas plus longtemps.

Obéron leva son verre et trinqua avec Isabelle, appréciant ce moment de complicité naissante, dans un décor privilégié même si le froid lui engourdissait les doigts.

- Aux surprises qui bousculent nos chemins, pour le meilleur ! Et aux rencontres ! La réciprocité est toute aussi vraie de mon côté. C'est une très belle chose que le Hasard...

Il avala une longue gorgée du vin chaud, ferma les yeux un instant, puis, dans un sourire chaleureux, entreprit de sonder la curiosité de la demoiselle.

- Que voulez-vous savoir exactement ? Si j'ai des frères et sœurs ? Si j'aime les balades nocturnes ou l'orage ? Ou d'où me vient ce prénom peu répandu, peut-être ?

Il a posé un coude sur la nappe, tourné vers Isabelle, dans une attitude ouverte et propice aux confidences.

_________________
Revenir en haut
Isabelle
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 155
Féminin

MessagePosté le: 10/12/2017, 07:59    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

S’il est avéré que la jeune femme n’est pas accoutumée à faire preuve d’autant d’indiscrétion sur la vie, ou plutôt le passif d’une personne, elle doit bien reconnaître qu’elle n’en cure de cette liberté octroyée pour apprécier doublement l’homme qu’est Monsieur Lerouge. Certes, elle s’introduit de ce fait dans sa sphère privée, mais n’est-ce pas là justement ce qu’elle aurait dû faire les premiers jours ? Après tout, elle est peut-être en présence d’un homme redoutable ? Prétendre avoir de bonnes manières ou mettre en exergue sa bonne éducation, ne nous affranchit pas des tentations malveillantes. Il est donc important qu’il se livre sans réserve.

Couché sur le flanc, exigeant un intérêt pour son passif plus explicite, la Delafleur le regarde en biais, les lèvres pincées. Les doigts dans le panier, elle en sort deux mouchoirs qu’elle dispose respectivement devant eux. Tout en répartissant équitablement leur petit encas, Isabelle lève le voile sur ce qui pourrait réellement capter son intérêt dans les réponses du brun.

Je ne sais même pas d’où vous venez Monsieur Lerouge. C’est pour vous dire à quel point j’ignore tout de vous.

Avez-vous de la famille ? Quels sont vos centres d’intérêt ? Quel est votre plus grand défaut ?


Une gorgée de vin pour se réchauffer le gosier, elle enchaîne.

Comment gagnez-vous votre vie si vous êtes continuellement sur les chemins pour satisfaire votre désir de découverte ?

Un moment de blanc pour mesurer la portée de la phrase qui va être exprimée, la jeune femme se montre hardie.

Êtes-vous un malandrin Monsieur Lerouge?

Tripe buse. Bien sûr qu'il va te le dire s'il est mêlé à des affaires répréhensibles.

_________________
Morte au cours d'une ronde. Navrée le jeu me déprime trop.
Revenir en haut
Obéron
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 79
Masculin

MessagePosté le: 10/12/2017, 16:59    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Beau joueur, Obéron se prête au jeu des questions de la demoiselle, un sourire aux lèvres.

- C'est vrai. Notre rencontre a pris un tour imprévu et les informations d'usage n'ont pas été échangées. Pardonnez-moi cet oubli des convenances.  Sachez alors que je suis un enfant du Nord, j'y ai une mère et une sœur, qui porte elle aussi un prénom tiré d'une œuvre chère au cœur de notre petite maman.

Son regard s'adoucit à la pensée de cette famille qu'il a laissé derrière lui.

- Mes centres d'intérêt, beaucoup de choses, comme tout un chacun j'imagine. Voyons voir... J'aime les livres et la nature sous toutes ses formes. Quant à mon plus grand défaut... Ma réserve sans doute, ou ma gentillesse dont certains peuvent abuser.

Il fronça les sourcils, essayant de chercher s'il n'y avait rien d'autre. Il voulait faire cet examen de conscience avec sérieux. La jeune femme y tenait, donc lui aussi.

- J'ai peut-être un côté ombrageux qui peut dérouter. Je ne sais me forcer en rien, et je préfère être spontané, toujours.

Ne voyant plus quoi ajouter sur ce plan, il écouta l'interrogation suivante et son regard se fit plus triste.

- J'ai quelques sous de côté, le modeste héritage de... mon père. Mais je propose mes services régulièrement lorsque j'arrive en ville, je manie assez bien la hache et l'hiver arrivant, je fends le bois comme personne, on cherche toujours des bras pour cela.

Un grand sourire éclaira son visage face à l'inquiétude d'Isabelle :

- Oh non, je n'ai pas l'âme d'un scélérat, l'honneur est plus important chez moi que les mauvais penchants. Mes mains ne sauraient prendre à d'autres ce que je n'ai pas mérité. Loin de moi cette voie étrange et vile.

Un doute l'assaillit et il demanda à son tour :

- Vous sentez-vous en danger auprès de moi, Mademoiselle ?
_________________
Revenir en haut
Isabelle
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 155
Féminin

MessagePosté le: 10/12/2017, 22:14    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Évasif. C'est là sa première remarque. Naturellement il lui relate certains éléments importants de sa vie, de sa personnalité, mais sans jamais se déposséder complètement du voile de réserve qui le caractérise que trop bien. Est-ce un mal que de ne trop en dire sur soi? Isabelle ne le pense pas. Elle partage même cette retenue lorsqu'il est question d'aborder le récit tragique du décès de ses parents. Par ailleurs, son cœur est oppressé par un ardent sentiment de mélancolie lorsqu'en évoquant la famille et l'héritage, il lui révèle qu'il est orphelin de père. Elle le dévisage avec tendresse, sans pour autant associer des mots à cette compassion apparente.

Une grande gorgée de vin, elle manque de s'étrangler et réprime un fou rire en l'imaginant avec une hache.

Que je peux être maladroite parfois. Lance-t-elle avant de saisir un mouchoir pour se tamponner les lèvres.

Elle en profite pour inspecter de ses grands saphirs la constitution du jeune homme. Les muscles ne sont guère saillants. Pour un bûcheron occasionnel, il n'est en rien imposant. Sa silhouette est plutôt agréable à l'œil. Énergique, tout en étant enjolivée par ce raffinement qu'elle perçoit chez lui et qu'elle affectionne particulièrement. Elle n'est guère friande des brutes épaisses qui ne savent que cogner et s'imposer qu'après l'acte le temps de réflexion. Heureusement, Monsieur Lerouge est un homme de raison, de cœur. Ce sont là de précieux traits qui attisent son intérêt.

Alors même qu'il conclut dans un souci de clarté dans l'optique d'écarter une crainte qui a germé aux primes questions de la Delafleur, Isabelle quant à elle, dodeline de la tête, les lèvres pincées à outrance pour feindre quelques incertitudes dans le seul but de badiner ou de le faire languir.

Puis elle plante ses iris azurés dans les noisettes de son interlocuteur, la mine enjouée.

Vous ai-je donné l'impression que votre présence peut me rebuter ou me causer une frayeur?

Elle pose alors son verre vide sur le côté et fait acte de son trait audacieux en couvrant la main du brun de la sienne, un radieux sourire égayant son minois.

Je n'ai jamais été autant à mon aise qu'en votre charmante compagnie Monsieur Lerouge. Vous êtes un homme comme il y en a peu en ce monde. Votre amitié, si vous me l'accordez, ne saurait se rompre. Du moins pas de mon chef.

Voyez-vous Monsieur, je vous connais à peine il est vrai. Mais cette amitié naissante ne peut être néfaste. J'en suis convaincue.


Glisse ses doigts sous le mouchoir de tranches de saucissons secs qu'elle propose au jeune homme.

Une petite faim?

_________________
Morte au cours d'une ronde. Navrée le jeu me déprime trop.
Revenir en haut
Obéron
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 79
Masculin

MessagePosté le: 12/12/2017, 00:48    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Obéron essaya de confier des morceaux de lui à Isabelle. Exercice peu aisé à brûle-pourpoint à dire vrai. Pas facile de se définir en quelques points décisifs.

Élevé dans les livres, il en avait gardé ce côté rêveur, un soupçon de candeur parfois aussi.
Il se souvenait de ces après-midi allongés sur le plancher avec sa sœur, sous leur château de couvertures, à écouter leur mère leur lire des histoires qui leur mettaient des étoiles dans les yeux. Il chérissait ces instants qui l'avaient forgé, qui l'avaient aiguillé dans la vie. Sa boussole intime nourrie d'authenticité et de rires, cette famille qui était son socle.

Il sentit l'émotion de la jeune femme quand il évoqua la perte de son père. Il avait décidé de sourire à la vie malgré tout, et c'est avec cette idée en tête qu'il releva la tête et qu'il la vit s'étrangler. Était-ce bien un sourire furtif qu'il avait surpris avant qu'elle ne s'excuse de sa maladresse ?

- Vous allez bien ? C'est passé du mauvais côté ? Dois-je vous taper dans le dos ?

Il imagina la scène si elle disait oui et se dit que, décidément, ils ne faisaient rien comme tout le monde tous les deux. Et il aimait plutôt cette idée !

Isabelle commença par pirouetter sur une question retournée avant de le rassurer finalement. Au delà de ses attentes, même.


- Non, j'ai plutôt l'impression que... Nous nous sommes bien trouvés. Enfin... Que nous sommes instinctivement à l'aise l'un avec l'autre. Et je dois dire que c'est une belle et rare chance.

Le visage d'Obéron s'éclaira lorsque la jeune femme posa la main sur la sienne. La simplicité du geste, la chaleur de cette paume qui s'autorise à toucher les doigts gourds d'Obéron, tout concorde à faire vibrer une corde sensible en lui.

- Je vous l'accorde d'autant plus volontiers que ce lien m'est cher également, déjà. Vous m'honorez en ayant une si bonne opinion de moi, j'espère ne jamais vous décevoir en cela.

Il pencha la tête sur le côté, une lueur espiègle dans le regard, mais très conscient de l'importance des mots échangés, et la remercia d'un sourire.
Elle lui rappela qu'ils avaient des victuailles à faire disparaître, et c'est avec appétit qu'il accepta la charcuterie.

- Merci.

Il prit le temps de manger avant de reprendre, curieux lui aussi :

- Et... vous avez des rêves, Mademoiselle ? J'ai tendance à penser que ce sont eux qui nous définissent le mieux.
_________________
Revenir en haut
Isabelle
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 155
Féminin

MessagePosté le: 13/12/2017, 08:57    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Avait-elle ne serait-ce qu’aspirer croiser le chemin d’un homme de bien en quittant sa ville natale ? Sa seule préoccupation était jusqu’à lors de connaître son père, et peut-être de tisser un lien indéfectible entre eux. Jamais elle n’avait envisagé qu’elle ferait la connaissance de Monsieur Lerouge.

De toute évidence, une complicité flagrante a été des premiers instants entre eux. Comment il en serait autrement avec un homme dont les manières sont si inspirées des normes de bienséance. Isabelle a déjà une haute estime de sa personnalité. De ce fait, lorsqu’il émet une légère appréhension sur un avenir où il serait pour la jeune femme source de déception, la jeune Delafleur rétorque dans un même élan.

L’être humain est imparfait Monsieur Lerouge. Il ne tient qu’à nous d’estomper ou de réparer nos fautes. Par ailleurs, je n’ai pas constamment cette hargne qui m’inciterait à ne pas vous accorder mon pardon, un jour. En outre, je ne vois pas l’utilité d’accabler outre mesure ceux qui se repentent déjà de leur erreur. C’est le plus important en mon sens.

Les lèvres rosées s’ornent d’un scintillant sourire avant que ses azurs se baissent pour voir les doigts saisir une tranche de saucisson. Elle pose délicatement le mouchoir sur le côté et opte pour sa part pour un fruit. Mais la question de son vis-à-vis ne manque pas d’obscurcir ses iris marins.

Des rêves ? Plutôt un en particulier. Mais les lois de la nature ne lui permettraient pareil écart. Les morts ne peuvent revenir dans le monde des vivants malheureusement. A cette pensée, l’esprit embrumé par le chagrin, Isabelle repose sa pomme et se lève pour dissimuler la larme qui perle sa joue rosie par le froid. Offrant son dos à Monsieur Lerouge, les bras au-dessus de sa tête, elle s’exclame.

Heureuse ! C’est cela mon rêve Monsieur Lerouge.

Elle en profite pour essuyer sa joue et faire volte-face dans une éblouissante risette. Les mains derrière le dos, les pieds nus enfoncés dans le sable fin pour se réchauffer, elle continue.

Je souhaite être heureuse tout simplement. Connaître un bonheur sans faille, et cela dans tous les aspects de la vie. Est-ce que cela vous donne une vision plus arrêtée sur la personne que je suis Monsieur Lerouge ? Cela vous aide à mieux me définir ?

Quelques pas dans sa direction, elle se penche un peu en avant et lui retourne la question. Le regard pétillant.

Qu’en est-il des vôtres ?

_________________
Morte au cours d'une ronde. Navrée le jeu me déprime trop.
Revenir en haut
Obéron
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 79
Masculin

MessagePosté le: 14/12/2017, 00:46    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Obéron était serein, Isabelle lui assura qu'elle comprenait les facettes de la nature humaine et que le pardon faisait partie de son langage. Il en fut heureux, c'était généralement le pendant d'une belle âme, il loua une fois encore le hasard qui les avait fait se croiser !

- Imparfait et riche d'enseignements également, je vous remercie de m'assurer de votre magnanimité et de votre compréhension. C'est précieux à mes yeux. Je pense aussi être un homme qui peut dire ce qu'il pense afin de ne pas blesser l'autre par des non-dits.

Il sourit encore avant de conclure :

- J'ai tendance à tout faire pour ne pas faire souffrir inutilement, ou tout au moins consciemment.

Obéron remarqua le voile ému qui ne passa qu'un instant sur les traits de la jeune femme. Il ne releva pas, ne voulant pas l'accabler si elle préférait garder cela pour elle. Il hocha la tête, approuvant par là sa réponse :

- C'est déjà beaucoup, en effet ! Mais je vous comprends tout à fait et vous rejoins là-dessus. C'est le chemin de toute une vie pour y accéder, mais il vaut la peine ce rêve-là...

Plus touché qu'il ne l'aurait cru à aborder ces sujets, il prit une poignée de secondes pour sonder son cœur, les yeux posés sur le sable :

- Je crois que je rêve... de complémentarité, de partage et de complicité aussi. Donner du sens à cette existence en somme. Voilà, pour l'instant, c'est tout ce que je vois, mais ça peut évoluer dans le temps.
_________________
Revenir en haut
Isabelle
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 155
Féminin

MessagePosté le: 15/12/2017, 11:08    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Isabelle se laisse choir sur la nappe où elle se met à son tour sur le flanc, sa paume soutenant sa tête pour mieux assimiler les éléments capitaux qui sont pour l’heure un moteur dans le mode de vie de Monsieur Lerouge.

Les trois axes que vous venez d’énoncer, Monsieur Lerouge, sont assez révélateurs. Enfin si je puis me permettre cette analyse évidemment.

Elle étire sobrement ses lèvres, et tout en se redressant avec nonchalance, joint ses cuisses pour ramener ses genoux contre son buste.

Votre rêve implique forcément l’intervention d’une autre personne pour qu’il soit réalisable. Le partage, la complémentarité, la complicité. Vous n’imaginez donc pas une existence rythmée par la solitude. C’est exact?

Ne pouvant être éprouvée davantage par l’inclémence du temps, la jeune Delafleur déplie ses jambes et annonce posément en rangeant les mets dans le panier.

Il serait plus raisonnable de retourner à l’auberge. Nous en profiterons pour converser plus avant sur le chemin.

Isabelle n’exprimera pas sa pensée. Mais ce rêve auquel il aspire, elle le partage. Cela ne peut être dissocié au sien. Sont-ils à ce point compatibles ?

_________________
Morte au cours d'une ronde. Navrée le jeu me déprime trop.
Revenir en haut
Obéron
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2017
Messages: 79
Masculin

MessagePosté le: 16/12/2017, 02:07    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs Répondre en citant

Le vent forcit encore, emmêlant leurs cheveux à tous les deux, alors que la conversation abordait un sujet tout à la fois très sérieux et léger à la fois.
Un thème qui faisait naître un autre sourire sur la bouche d'Obéron :


- Permettez-vous, je vous en prie. C'est pour cela que l'on fait connaissance, pour mieux cerner l'autre et apprendre des choses sur lui... Qu'on ne dit pas forcément aux inconnus. J'ai l'impression qu'on a dépassé ce stade en quelques jours à peine.

Il avait conscience d'accepter de se dévoiler mais il n'avait aucune crainte, il ne se sentait pas menacé par cet échange, et trouvait naturel de s'ouvrir ainsi à Isabelle.

- Vous avez raison, je ne conçois pas la vie sans la partager avec une femme et lui offrir toutes les attentions qu'elle mérite. Veiller sur elle, construire ensemble, sur tous les plans d'ailleurs.

Il espéra avoir su exprimer l'importance de ces aspirations et la place qu'elles avaient pour lui. La demoiselle commença à ranger, et Obéron s'empressa de lui donner un coup de main. Une fois fait, il lui tendit la main pour la relever, attrapa le panier pour le porter sur le chemin de retour et proposa son bras à Isabelle.

- Écoutons la Raison alors, je vous avoue que je ne dirais pas non à un chocolat chaud par ce temps. Une bonne flambée face à laquelle étendre mes jambes en plus, et ce serait parfait ! Cela vous conviendrait ?
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:33    Sujet du message: [RP/Privé] Une crique et des espoirs

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Monarchies - Forum Index du Forum -> + Département de la Manche + -> Ville de Cherbourg Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template