Monarchies - Forum Index du Forum

Monarchies - Forum
Forum officiel du jeu de rôle éponyme
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP] Le parc

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Monarchies - Forum Index du Forum -> + Résidences de la Noblesse Française + -> Résidence de Azelma d'Argenson
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Azelma
Parti Bonapartiste

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2016
Messages: 3 278
Localisation: Saint Rémy de Provence
Féminin

MessagePosté le: 25/12/2017, 15:30    Sujet du message: [RP] Le parc Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
25 décembre 1823  




Après un réveillon de Saint Epicure aux côtés des employés de la vicomté, la d’Argenson a passé une nuit comme elle n’avait pas bénéficié depuis longtemps. Un vrai sommeil, une vraie nuit de repos où le corps reprend des forces, où l’esprit est serein, pas de cauchemar pour la rebasculer dans certaines horreurs, non rien de négatif.

Aussi ce matin, après s’être levée, avoir déjeuné, s’être chaudement vêtue, Azelma quitte sa chambre pour se rendre dans le parc de la propriété. C’est ainsi qu’elle sort seule de la demeure, la jeune femme aime l’endroit, la résidence est magnifique et les alentours tout autant.

Elle emprunte le chemin de gravier avec une forme de nonchalance, ses azurs caressent l’endroit avec un plaisir non dissimulé. La jeune femme se plait ici, elle n’escompte nullement reprendre les routes pour rentrer sur la Capitale, quoi qu’elle se dit que si elle veut revoir son époux il lui faudra y songer. Elle soupire à l’idée, mais que ne ferait-elle pas pour le revoir ?

Az inspire l’air frais, expirant une forme de fumée due à la vapeur de son souffle plus chaud que l’air ambiant. Elle marche tranquillement d’un pas lent, la d’Argenson n’a plus aucune raison de courir et est décidée désormais à prendre son temps, à se laisser aller à une forme d’insouciance, à profiter de la vie, à devenir égoïste. Elle n’a guère l’envie de croiser à nouveau des personnes hypocrites, avides de pouvoir, des lèches bottes qui tueraient père et mère pour parvenir à leurs fins, des perfides qui agissent dans l’ombre pour démolir d’autres.

Toutefois, elle pense encore avec une certaine mélancolie à certaines personnes comme les Titis, Alcide... la parfumeuse..  Elle avait dû partir précipitamment de la Capitale et n’avait pas eu le temps ni de mener à bien certaines choses qui lui tenait à cœur concernant ses charges, ni prévenir de son départ... Elle remonte le col de son manteau en fourrure que lui a offert son époux il y a quelques mois, l’humidité est pénétrante mais ça ne l’empêchera pas de poursuivre sa promenade.

La d’Argenson arrive près du bassin, elle observe l’eau de ce dernier, avant de marcher le long de ce dernier.  Elle se sent bien et profite pleinement de l’endroit, un fin sourire se dessine sur ses lèvres.  Soudain, elle entend des pas dans son dos, Az qui pensait pouvoir être seule un moment, c’était sans compter sur la jeune Judith qui ne perdait pas un instant pour la rejoindre dès qu’elle avait un moment de liberté qu’elle découvre en se retournant dans sa direction.

Vicomtesse ! Vicomtesse ! Je peux marcher un peu avec vous avant de reprendre mon service?

La d’Argenson lui offre un large sourire pour toute réponse en se retournant pour reprendre sa promenade. Sans mot dire, elle sait que la jeune fille a toujours un tas de questions sur la vie Parisienne, sur les charges qu’elle avaient eue, aussi elle attend que celle-ci délie sa langue de petite provençale avé l’accent chantant.

Vous aimez le calme de Saint Rémy mais Paris ne vous manque pas un peu?

Les monuments, les parcs, ma maison... certaines personnes mais franchement il fait bon vivre ici Judith vous savez.

Vous comptez rester ici tout le temps ? Qu’allez vous faire ? Vous n’avez pas peur de vous ennuyer ?

Azelma la regarde sans cesser de marcher le long du bassin.

Je suis médecin, je peux exercer partout vous savez et j’ai quelques projets qui m’occuperont grandement quand j’aurai la force de m’y mettre.

Judith sautille presque à ses côtés : Oh ! C’est vrai ? Dites m’en plus je vous prie.

Azelma lui sourit tendrement : Non vous verrez quand je déciderai de les mettre à bien.

La jeune fille fait une certaine moue mais le sourire lui revient prestement car elle a toujours de la suite dans les idées : Je pourrai vous aider ?

Cette question, elle l’attendait et ne peut retenir un léger rire.

Oui Judith, vous le pourrez. Elle marque une courte pause avant de reprendre en douceur : Comme vous rêvez de découvrir la Capitale, je vous enverrai sur Paris afin de m’aider dans un de mes projets d’ailleurs.

Judith se met à sautiller de joie sur place avant de rejoindre Azelma en écarquillant les yeux de bonheur.

C’est vrai? C’est pas pour de rire ?

Az fait un signe de tête à la négative avant de poser son index sur les lèvres de la demoiselle.

Chaque chose en son temps ma petite demoiselle, pas de précipitation, plus de questions à ce sujet, vous en saurez plus en début d’année prochaine.

Si la jeune brune est curieuse et trépigne déjà d’impatience, elle sait que la Vicomtesse ne lui en dira pas plus, elle commence à la connaître aussi, elle ne pose pas les questions qui lui brûlent les lèvres à ce sujet.

Elles poursuivent leur marche en échangeant sur les différentes fonctions de la d’Argenson, cette dernière reste radine en explications, ne désirant nullement donner des informations importantes ni dénigrer certains êtres. Azelma préfère prendre encore du recul avec tout ce qu’elle a vécu, aussi met-elle son chapeau sur ses émotions et ressentis.

Savez-vous monter ?

Judith fronce les sourcils et secoue à la tête à la négative. Non… Mais…   Vous aimeriez bien. Azelma  lui sourit en faisant demi-tour.

Il y a une foire équine sous peu, j’aimerai m’y rendre pour acheter quelques chevaux, si vous le voulez, vous m’y accompagnerez.

J’aimerai bien oui! Mercé Vicomtesse. Pourquoi ne prenez-vous pas de demoiselle de compagnie comme certains nobles qui s’entourent de pleins de gens?

La d’Argenson ne peut contenir un rire franc.

Vous ne me trouvez pas assez bien entourée avec vous tous ? Et puis, Judith vous me tenez compagnie si souvent que je ne vois pas l’intérêt d’avoir une demoiselle que je payerai pour cela et qui n’y prendrait pas forcément plaisir. Alors que vous le faites naturellement par plaisir et sans rien en attendre en retour.

Elles reviennent sur leurs pas pour rejoindre l’entrée principale de la demeure, la d’Argenson lève le nez pour détailler l’architecture avant de poser ses azurs sur Judith.

Aimez-vous travailler ici Mademoiselle Barthas ?

La jeune fille répond enjouée, elle exprime exactement tout ce qu’elle apprécie ou aime moins dans son travail à la Vicomté, la conversation se prolonge à l’intérieur de la demeure alors qu’elles vont s’installer au salon. La journée va se passer ainsi tranquillement en compagnie de la demoiselle dès que celle-ci en a terminé de ses taches.
Revenir en haut
MSN
Thierry d'Argenson
Avocats
Avocats

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2016
Messages: 899
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: 01/01/2018, 17:55    Sujet du message: [RP] Le parc Répondre en citant

En cet après midi du premier janvier de l'an 1824, Thierry et Azelma se promenaient doucement dans le parc du château.. Chaudements vêtus, parapluie à la main, le temps étant au gris et une fine ondée se présentant de temps à autre, il profitaient du calme de la nature et de la pureté de l'air ambiant. 
Depuis deux jours, depuis qu'il était arrivé, ils ne s'étaient plus lâchés d'une semelle... Ou qu'ils soient, on pouvait les apercevoir si ce n'était l'un contre l'autre, au moins main dans la main, à chuchoter, à sourire, parfois même un éclat de rire fusait pour déchirer le calme alentour.. 
La discussion avait tourné sur le soir du nouvel an... Azelma n'avait eu le temps, ni l'idée de prévoir une soirée particulière, pensant qu'elle la passerait seule... De son côté, Thierry souhaitait d'une part que cette soirée soit pour elle chaleureuse, mais aussi voulait, à sa manière, remercier ceux et celles qui avaient entouré son épouse lors des heures sombres... 
Il émit l'idée que les familles des personnes travaillant au château soient conviées au repas du 31 au soir... Tout le monde serait à la même table, de la manière la plus conviviale qui soit... Emballée par l'idée, Azelma convoqua Monsieur Jullien afin que celui-ci fasse le tour du pays afin de récupérer tous ceux et celles qui pouvaient l'être..
Ainsi, au soir du 31, le couple Esposito et leurs deux filles étaient réunis, ainsi que Monsieur Jullien prénommé Joseph, et son épouse... Ils n'avaient pas d'enfants... Le jeune Marius et la fraîche Judith furent heureux de voir arriver leurs parents respectifs, les Saïx vinrent avec leur fils qui travaillait à Aix chez un horloger. Diane fut émue de retrouver sa seule parente encore vivante, une soeur qui vivait à Avignon, et pour laquelle une berline spéciale fut envoyée.. Secret Lépidi et Marthe n'avaient plus de famille... Aussi, pour leur éviter de ressentir la solitude, Azelma prit soin de les installer près d'elle et de Thierry afin qu'ils puissent discuter ensemble.. 
Joseph ne lésina pas sur les efforts, et parcouru des kilomètres afin de réussir à ramener tout le monde dans les temps..
Diane et Marius furent mis à rude contribution pour préparer le repas de ce soir la, et ce fut pour qu'ils puissent eux aussi profiter enfin d'un peu de repos et de convivialité que trois jeunes femmes du village furent recrutées afin d'assurer le service... 
La soirée fut réussie.. Les discussions étaient incessantes, et Thierry put mesurer la simplicité des gens d'ici.. Naturels et ouverts, il portaient à Azelma un regard empli de respect mais aussi d'une autre chose que Thierry ne sut définir.. Amour ?? Attention ?? Bienveillance ?? Sûrement un peu de tout cela en même temps.. 
Il apprit ce soir la à connaître chacun, prenant du temps avec tous pour discuter... L'un lui raconta sa passion des plantes, l'autre l'envie de devenir un grand cuisinier reconnu... L'une lui parla de sa longue vie passée aux cuisines du château, l'autre de son rêve de voir la capitale... 
Mais évidemment, il ne pouvait passer à côté de retrouvailles avec Philibert Maraval et ses filles... Il ressentit une réelle émotion à revoir cet homme qui s'était un peu transformé.. L'homme taciturne et discret était devenu plus souriant, plus sûr... Une renaissance... Pour autant, Thierry n'oubliait pas qu'il avait encore un secret lourd à porter le concernant... Et il n'était toujours pas décidé à lui révéler..
Le repas s'étendit jusque tard dans la nuit, et le jour se levait lorsque tout le monde était parti dormir.. Dans l'après midi, tout le monde repartirait, hormis les employés, et la vie reprendrait son cours après cet intermède festif..
Mais s'il n' y avait à retenir que l'important, ce fut le duo composé du sourire qui n'avait pas quitté les lèvres de son épouse,  et de l'éclat de ses yeux... Enfin, plusieurs fois dans la soirée, il put se délecter de son rire... Enfin.. De nouveau... la réussite de cette soirée, la vrai, était la. 


Il passa son bras autour des épaules de sa jeune épouse... Les yeux fixé sur l'horizon, il sourit puis lui demanda juste :


Et bien mon coeur ?? N'est tu pas trop fatiguée ?? Cette soirée à été longue.. 


Il stoppa et se tourna vers elle...


Te voir ainsi radieuse fut merveilleux... L'année ne pouvait vraiment pas mieux commencer.... 
Revenir en haut
Azelma
Parti Bonapartiste

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2016
Messages: 3 278
Localisation: Saint Rémy de Provence
Féminin

MessagePosté le: 02/01/2018, 11:50    Sujet du message: [RP] Le parc Répondre en citant


Après un réveillon improvisé réussi, où chacun a pu prendre plaisir à partager la soirée, où Thierry a eu l’occasion de découvrir chaque employé, où Azelma a ri comme elle ne l’avait jamais fait depuis son arrivée à Saint Rémy, lorsqu’elle s’est endormie dans les bras de son époux, la jeune femme imagine une nouvelle année pleine de promesses.

Emmitouflée dans son manteau de fourrure, aux côtés de son époux, Azelma apprécie cette promenade dans le parc malgré l’air ambiant légèrement chafouin. Ils se promènent depuis un moment déjà lorsque Thierry la prend par les épaules, elle l’observe du coin de l’œil et son sourire qui ne la quitte plus depuis leurs retrouvailles s’élargit un peu plus :

Non mon Amour, je ne me suis jamais sentie aussi bien depuis des mois. La fatigue n’est pas au rendez-vous à cet instant. La soirée que nous avons passée, était merveilleuse. Grâce à toi, chacun a pu partager un moment avec des membres de leur famille... Je dois t’avouer ne pas m’être autant amusée depuis bien longtemps. Je t’en remercie.

Il s’arrête pour lui faire volte face, la brune plonge son regard dans le sien en l’écoutant. Une main gantée vient longer la joue de son mari, ses azurs sont pétillants, son sourire radieux.

Cela aussi est de ton fait, ta présence illumine mes journées, adoucit mes nuits... Tu es ma raison de vivre.

Sans le quitter du regard, elle poursuit tendrement :

Depuis notre mariage, nous n’avons guère eu l’occasion de passer du temps ensemble, nous dévouant corps et âme à nos charges. Aujourd’hui, Thierry, je dois t’avouer avoir eu longuement l’occasion de repenser à tout cela et je peux te dire que jamais plus rien ne se mettra entre nous.

Et je veux me dévouer corps et âme à notre vie à deux, celle que nous allons désormais construire ensemble. Je n’ai même pas le désir de retourner sur Paris, Saint-Rémy est si agréable.

La Vicomté est certainement le seul point positif et merveilleux qu’elle ait de tous ces mois passés, elle n’a jamais rien demandé à personne, mais ce domaine lui a été confié et pour cela elle en est encore reconnaissante au Roi en pensée.

Pourtant, maintenant elle désire faire sa vie autrement, aussi elle le regarde avant de reprendre :

J’ai comme projet de faire l’acquisition d’une demeure dans un village voisin afin d’en faire une maison pour enfant, y faire venir les Titis et d’autres enfants qui en auraient besoin.

Avoir quelques poneys sur Roussan pour eux....

Elle lui sourit doucement, dépose ses lèvres sur les siennes :

Qu’en penses-tu ?

Sortir les Titis de Paris leur offrir le bon air de la région, recueillir des enfants maltraités ou orphelins dans un lieu différent de tous ceux qu’elle a pu rencontrer jusque là.

Se dévouer à son époux et à essayer d’offrir un peu de bonheur à de pauvres âmes perdues ou sans affection, voilà à quoi elle voit sa vie désormais, mais elle ne le fera pas sans l’accord de Thierry. Ni sans ses connaissances juridiques, en fait elle a besoin de son soutien moral, de son regard, de ses conseils, de ses remarques, c’est un homme intelligent, franc qui sait lui faire entendre raison lorsqu’il pense ses projets fous ou déraisonnables. Elle n'imagine plus sa vie sans lui, avoir son opinion sur ses projets lui est essentiel...

Revenir en haut
MSN
Thierry d'Argenson
Avocats
Avocats

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2016
Messages: 899
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: 02/01/2018, 16:43    Sujet du message: [RP] Le parc Répondre en citant

L'entendre dire qu'elle se sentait de nouveau revivre avait sur lui un effet quasi euphorisant... Des heures passées à ruminer et à douter, plus rien en cet instant ne subsistait... Lors de ces jours sombres, Azelma n'avait pourtant pas oublié de faire le tri dans ses idées, ses pensées... Aujourd'hui, l'avenir, flou il y avait peu encore devenait plus net... Et si il y avait des choses bannies à jamais, pour autant la jeune femme laissait revenir le naturel qui faisait sa personnalité, le don de soi aux autres, mais pas à n'importe quels autres.. Elle avait toujours été attentive au sort réservé aux enfants de ce pays... Elle entendait maintenant se servir de sa position, et des facilités que celle ci offrait pour agir en faveur des jeunes démunis.. Il laissa s'installer un instant le silence, réfléchissant à ce qu'il venait d'entendre, puis à son tour prit la parole..


Prenons les choses dans l'ordre Madame la Vicomtesse... D'abord, la foire équine... Nous irons donc à Aix le cinq Janvier, en, compagnie de la jeune Judith... Cependant, même si je comprends parfaitement tes attentes et tes envies, je ferai la remarque que remonter à dos de canasson me semble être un peu précipité... Ne force pas les choses mon ange, tu es encore convalescente, et je ne suis pas certain qu'une chute de cheval soit la meilleure chose qui puisse t'arriver... D'ordinaire, si celle ci ne serait pas forcément grave, dans ton état actuel, elle risquerait de prendre des proportions catastrophiques... Donc, oui pour la foire, oui pour l'acquisition de bêtes mais.... Non, pour le moment, tu resteras sur tes deux pattes à toi... Tant que les médecins ne me promettrons pas que les risques sont écartés...


Il la regarda, et sourit... 


Et ne joue pas l'effarouchée, tu ferais exactement la même chose si les rôles étaient inversés... 


Il s'amusait parfois de l'impatience de sa jeune épouse... Il restait quelque chose d'une enfant en elle...


Ensuite, nous irons à Marseille... Nous, car nous irons ensemble, je te le confirme... Nous pourrions y rester quelques jours, et effectivement profiter de cette belle mer Méditerranée.. Mon rendez vous terminé, nous aurons du temps libre, autant en profiter... Pour le reste..


Il resta de nouveau silencieux un instant, puis reprit..


Je te rassure... Revenir à Paris n'est pas du tout dans mes intentions.. Hormis la promesse faite à Joris, rien ne peut m'y faire revenir, en dehors d'un désir pour nous deux d'aller revoir notre résidence... Mon unique préoccupation maintenant touche à tout ce qui pourrait te faire plaisir, et à notre vie de couple... Rien ne viendra plus nous séparer, tu as raison, nous ne l'avons que trop été... Et la cause n'en valait pas la peine.. 


Il fit un mouvement circulaire de son bras libre..


Regardes tout cela... Les lieux et les gens d'ici.. Voila qui vaut la peine de s'investir à long terme... Car la nature restera toujours elle même, et les gens d'ici sont simples, sans arrières pensées, ils sont des gens de peu, méritants.... C'est pour eux qu'il faut être la maintenant.. Pour ton projet...


Il s'arrêta de nouveau, puis avisant un banc à l'abri, l'y entraîna avant de l'aider à prendre place...


C'est une merveilleuse idée... De plus, cela a toujours été pour toi très important que l'avenir des enfants... Donc, si tu me permets un avis, voila ce qu'il conviendrait de faire... Ceci n'est qu'un avis, bien sûr.. Tu es la maîtresse des lieux, et toute décision finale te reviens... Tu es la seule à avoir droit de décision ici.. 


Il la fixa longuement, puis prit place à son tour..


Laisse moi juste le temps de faire un état des lieux avec ton régisseur et Maraval... Il nous faut savoir ce qui entre et sort, financièrement s'entend... Voir également ce qu'il conviendrait de faire pour accentuer les revenus du domaine... Pardonnes ce côté cartésien, mais combien de fois me suis je entendu expliquer par mon grand père que toute dépense nécessite auparavant le double d'entrées ?? 


Il sourit en repensant à ces cours qui à l'époque le fatiguaient prodigieusement...


Ainsi, nous pourrons savoir ce qu'il est possible d'investir exactement dans ce projet... Acheter un terrain, y faire trôner un institut pour les enfants nécessiteux, voila une cause qui vaut qu'on se batte pour elle... Mais il faut également prévoir du personnel, et une école qui leur serait réservée.. S'occuper d'eux signifie leur promettre un avenir... Il va falloir les nourrir, les vêtir, les soigner... Tout cela va demander des fonds considérables mon amour, et seule, tu ne pourras faire face... Aussi devras tu certainement aller frapper aux portes afin de trouver de généreux donateurs... Ce qui t'amènera à voir des gens importants de la région... D'autres familles nobles, le préfet, des industriels.. Des gens riches qui mettront la main à la pâte.... Tu auras certainement des réceptions à organiser... Pour lever des fonds... Tu t'attelles la à un projet pharaonique mon coeur, mais passionnant... Et je t'aiderai, bien sûr... Même si j'entends continuer une carrière juridique, je serai la, toujours.. D'ailleurs, cette institution dont tu prendrais la tête aura besoin d'un conseil juridique... Le cabinet d'Argenson sera heureux de la compter parmi ses clients... 




Il l'embrassa doucement... Puis prenant une main dans la sienne continua..


Et pour honoraires comme conseil de l'institution Azelma d'Argenson, je demanderai.... Le droit de partager les nuits de la Vicomtesse du même nom jusqu'à la fin de ma vie... Cela te paraît honnête ?? 


Un nouveau baiser vint agrémenter cette question ... Puis doucement il la serra contre lui avant de lui murmurer à l'oreille :


Plus jamais séparés... Par rien ni personne... 


Ils restèrent l'un contre l'autre un instant, avant que, sans bouger, il demande..


Et tes activités de médecin ?? Comptes tu t'y remettre et ouvrir un cabinet toi aussi ?? 
Revenir en haut
Azelma
Parti Bonapartiste

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2016
Messages: 3 278
Localisation: Saint Rémy de Provence
Féminin

MessagePosté le: 02/01/2018, 18:05    Sujet du message: [RP] Le parc Répondre en citant


Après sa prise de parole, un court silence s’installe, silence tout relatif car Dame Nature se charge de le rendre agréable et non pesant. Azelma connaît parfaitement son époux, si elle est rêveuse  parfois enthousiaste à foncer tête baissée, lui a l’esprit plus pragmatique, il analyse prestement. Ils se complètent totalement, s’ils ne partagent pas toujours le même avis, ils savent s’écouter, s’entendre et se comprendre.  

Il y avait longtemps qu’ils n’avaient effectué des projets ou même conversés ensemble, depuis les travaux sur la demeure parisienne et encore, elle n’en a pas encore vu les résultats. Aussi, elle l’écoute un regard espiègle ancré dans celui de son époux alors qu’il lui explique sa façon de penser sur le fait qu’elle puisse remonter  à dos d’équidé.

Un large sourire alors qu’il lui indique qu’il l’accompagnera à la foire équine, une légère moue boudeuse quant au fait qu’elle puisse remonter. Mais il a raison, elle le sait, en tant que médecin et à l’écoute des siens, elle ne le niera pas. Pourtant l’ensemble de son minois marque une forme de contrariété qu’elle ne peut dissimuler et il lui en fait la remarque en ajoutant une vérité. Az le dévisage un instant, elle lui sourit :

Tu as raison, je te promets d’être raisonnable.

Elle n’a rien à ajouter déjà toute excitée à l’idée de pouvoir se rendre à Aix à son bras pour choisir des équidés. Az se voit déjà « courir » les éleveurs à la recherche des « perles » rares à ses yeux.

Son sourire s’étire plus encore alors qu’il lui mentionne le voyage à Marseille où ils pourront passer quelques jours et profiter de la Méditerranée.  La d’Argenson ne connaît aucune des deux villes, son état ne lui permettait pas de quitter la Vicomté, envisager les découvrir avec lui l’enchante littéralement. Arpenter les sentiers, visiter les environs avec lui que pourrait-elle envisager de mieux ? Rien !

Ces dernières semaines lui ont permises de faire le point sur sa vie, ainsi elle sait désormais quelles sont ses priorités, elle sait aussi que certain plante des coups de poignards dans le dos et surtout en nie même l’évidence, tout cela elle n’en veut plus. Alors ce qu’il lui annonce ressemble à un rêve qu’elle vit éveillée, les sacrifices qu’elle a pu faire avant sont loin et si elle en fait d’autres ce sera pour de bonnes raisons, des raisons qui trouveront sens à ses yeux. La gloire, briller ne font pas partie de ses objectifs, elle désire une vie humble et pouvoir aider au mieux ceux dans le besoin.

Thierry sait tout cela, même si c’est un sujet qu’ils ne partageaient pas foncièrement auparavant, il n’a jamais été contre son épouse et ses désirs, la suite de ses propos en sont la preuve.

Elle suit sa main du regard et soupire longuement, il a raison rien ne vaut ce qu’ils ont actuellement. Comme elle apprécie les gens  à leur service, des gens simples mais entiers, un caractère méditerranéen parfois emportés mais tous ont le cœur sur la main.

Az croise le regard de son époux et hoche de la tête à l’affirmative, elle partage pleinement son opinion. Elle aime Saint Rémy, elle aime ce parc, elle aime tout ce qui se trouve au sein et aux alentours du château.

Thierry l’aide à prendre place sur le banc, elle va mieux certes, mais pas prête à courir un marathon, ni à supporter de longs déplacements, elle en a conscience. Mais son état était tellement critique à son arrivée, peut-être même a-t-elle frôlé la mort, elle ne sait pas trop et ne désire pas le savoir, ce qui est sûre c’est qu’à ce jour elle a envie de crier à quel point elle se sent mieux... Pourtant, il lui faudra encore un peu de temps pour être pleinement remise, c’est donc avec gratitude qu’elle accepte son aide et lui sourit tendrement en guise de remerciement. Thierry est un homme attentionné, aimant, il le lui prouve chaque seconde depuis qu’il est là même si elle le savait déjà, ça aide beaucoup sur son chemin de guérison, il ne faut pas se leurrer.

Voilà l’homme d’affaire qui fait surface, cela la ravit sincèrement, elle apprécie l’idée qu’il compte garder un œil sur les comptes et les activités de la Vicomté. Elle n’a guère le désir de s’en charger et fait totalement confiance aux hommes de la demeure dont Thierry fait partie tout en haut de l’organigramme.

Elle le laisse parler en l’écoutant attentivement avant de lui signifier :

Je te remercie de bien vouloir te charger de tout cela. La Vicomté a des entrées et vit plutôt bien d’après ce qu’ils m’ont dit mais j’avoue ne point avoir mis le nez dans les comptes. Entre les vignes, les extraits de fleurs, et tant de choses que je n’ai pas eu le temps d’explorer, j’ose espérer que nous n’allons pas à perte. Mais je sais que si tu t’en charges nous pourrons aisément mener à bien nos futurs projets. Ne t’excuse pas pour ton côté cartésien, il comble mon côté rêveur, nous sommes complémentaire tous les deux.

Elle lui sourit.

J’ai grand besoin de toi sur ces points-là, je sais gérer des affaires et une mairie mais j’avoue ni avoir la tête à cela, ni le désir. Sans me laisser vivre, je préfèrerai ne plus avoir à mettre la tête dans les comptes.

En songeant à l’ampleur de a tache auxquels elle n’avait pas pensé, ses azurs s’assombrissent un court instant mais s’éclaircissent aussi rapidement avant de poursuivre :

Ahem ! Tu as raison, je n’avais pas pensé à tout cela. Embaucher du monde, les vêtir, les nourrir, les éduquer oui mais je n’avais pas songé devoir faire appel à des donateurs. Toutefois c’est une excellente idée, je vais y songer sérieusement, faire un point sur les institutions et personnes que je pourrais joindre, cela je peux le faire même durant ma convalescence... Monter le projet, me renseigner, commencer à écrire à certains... Hum... Pour le reste, j’attendrai d’aller mieux, il me faudra être forte pour mener ce projet à bien même avec toi à mes côtés et toute l’aide que tu pourras m’apporter.

D’autant qu’elle se refuse à être une femme maladive, elle ne veut pas être un poids pour son époux, elle a l’envie d’égayer sa vie, de la faire sourire et rire, de le rendre heureux tout simplement. Et pour ça, il lui faut guérir !

Après son doux baiser, son câlin et son murmure auquel elle déglutit en fermant les yeux, Az se décale légèrement de lui , elle penche légèrement la tête sur le côté pour prendre un air de réflexion :

Est-ce que cela me paraît honnête ? Hum... Laisse-moi y réfléchir un instant, peser le pour et le contre avant de te répondre.

Laissant un instant de silence s’installer, elle le fixe avant de papillonner légèrement de cils pour se donner un genre qui n’est pas le sien en ajoutant d’un air faussement hautain et pincé :

Mon très cher époux, je pense que je pourrai vous accorder cela... Sous certaines conditions.

Puis elle arrête de faire le pitre et rit doucement avant de caresser amoureusement sa joue :

Merci !

Après un moment tendresse, l’un contre l’autre vient un ou plutôt deux questions. Elle esquisse un sourire avant de répondre en toute simplicité :

J’y ai songé, j’escomptais me charger des soins des enfants recueillis et je me demandais si je n’allais pas ouvrir un cabinet à Saint Rémy même. Le premier médecin est à presque quarante kilomètres d’ici, il me semble essentiel que les habitants de Saint Rémy et des petits hameaux alentours méritent d’avoir un médecin sur place afin d’intervenir promptement.

Tu pourras me dire si cela est envisageable ? Si nous avons les fonds pour ?

Thierry, je suis ravie que tu gardes une activité juridique, il y a autant de besoins ici que sur Paris. Je me doute que tu ne peux me parler clairement de tes affaires, mais promets-moi d’éviter celles qui pourraient te mettre en danger...

Oui, elle se soucie.

Oui, elle ne veut plus être séparée de lui.

Oui, elle escompte sans vivre une vie plate, vivre une vie plus sereine.

C’est la raison de sa remarque.

Je dois te dire aussi que Monsieur Maraval et ses filles sont souvent venus me rendre visite, c’est un homme bien, je suis ravie qu’ils soient tous les trois présents ici.

Mais dis-moi, Boulevard Poissonnières, les travaux sont terminés ? Comment va Fostine ?
Revenir en haut
MSN
Thierry d'Argenson
Avocats
Avocats

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2016
Messages: 899
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: 06/01/2018, 12:06    Sujet du message: [RP] Le parc Répondre en citant

Rassuré sur le fait qu'Azelma reconnaisse que remonter de suite n'était pas raisonnable, il écouta la suite des réponses et des questions... Après s'être fait la réflexion que de toute manière, il serait mis immédiatement au courant si elle tentait de faire une sortie équine, car il comptait bien faire surveiller tout cela, il entama les réponses..


Bien.. En ce cas, je me mettrai au travail dès Lundi pour connaître exactement le rendement de tes terres.. Un audit qui me permettra, je pense, fin de semaine prochaine, de tirer un bilan et de faire des propositions.. Après, tu décideras..


Il lui sourit, puis reprit..


Ouvrir un cabinet n'est pas aussi coûteux que mettre sur pied un institut pour jeune nécessiteux mon ange... Aussi je ne doute pas un instant que dès que tu seras remise complètement, tu puisses t'y atteler... Je m'occuperai de la partie administrative... Il te reviendra simplement de me faire savoir ou et quand tu souhaites te mettre à pied d'oeuvre... Tu as parfaitement raison, un médecin par ici ne sera pas de trop... Simplement, cela risque de te donner énormément de travail... Peut être devrais tu te renseigner afin de savoir si d'autres médecins seraient prêts à te rejoindre... Ouvrir une sorte de centre ou oeuvreraient plusieurs médecins serait peut être une bonne idée, et de plus, te soulagerait.. Ca n'est pas comme si tu avais besoin de cela pour vivre... De plus, cela te permettrait de te pencher plus spécifiquement sur les enfants... Ca n'est la qu'une idée.. 


Il y avait une autre pensée qui animait Thierry... Ils avaient déjà passé si peu de temps ensemble du temps ou ils servaient ce pouvoir déjà bien malade de son incompétence, il ne voulait pas que cela se reproduise pour d'autres fonctions, même si celles ci avaient une réelle valeur.. Lui serait toujours avocat, elle toujours médecin.. Mais l'avantage des revenus annexes faisaient qu'ils n'avaient pas besoin de se jeter sur tous les cas qu'ils auraient à traiter l'un et l'autre... Non, ils avaient ce luxe de pouvoir choisir... Ainsi, hormis les cas commis d'office, Thierry pourrait s'occuper de deux, voir trois cas dans l'année, et Azelma s'occuper uniquement des enfants... Ce qui leur dégagerait du temps... Pour eux... 


Pour le danger... Puis je me permettre de te faire remarquer qu'il sera sûrement moins dangereux pour moi de défendre un homme accusé des pires meurtres que pour toi de t'occuper d'enfants porteurs de microbes virulents ?? C'est plutôt moi qui devrait te conseiller de faire attention mon coeur... Très attention... 


Il frissonna... Un petit courant d'air venait de le frapper, et il sentit que le temps de revenir à l'abri des murs du château était venu... S'installer devant une cheminée, et profiter de la seule présence qui pour lui valait... Il se leva et tendit la main à la jeune femme..


Viens mon ange, rentrons... La promenade à été suffisamment longue, et l'air est encore trop humide pour que nous puissions rester dehors sans risques...


Alors qu'il l'aidait à se relever, il répondit à la question sur Fostine..


Fostine n'est pas revenue aux Poissonnières.. Elle t'a accompagné ici, puis m'avait demandé la permission d'aller passer quelques semaines chez une parente du côté de Tours je crois... Je lui ai donné l'autorisation... Elle devrait revenir à Paris mi Janvier, André lui dira ou nous sommes... Si tu souhaites qu'elle nous rejoigne, alors, fais lui savoir par écrit... 


Il l'entoura de son bras puis reprit..


Elle est très marquée par ton état... Je pense que retarder son retour à Paris est pour elle un moyen de surmonter cela.. Elle t'es très attachée... C'est pour cela que je l'ai laissée partir voir cette parente... 


Ils firent le chemin inverse et bientôt entrèrent dans la demeure ou Thierry demanda immédiatement que des boissons chaudes leur soient servies..
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:00    Sujet du message: [RP] Le parc

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Monarchies - Forum Index du Forum -> + Résidences de la Noblesse Française + -> Résidence de Azelma d'Argenson Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template