Forum Officiel du jeu Monarchies Index du Forum

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1824
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Forum Officiel du jeu Monarchies Index du Forum -> + Département de la Seine + -> Ville de Saint-Denis
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Louis d'Ambert
P.N.J.

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2018
Messages: 22
Localisation: Où sa science est requise mais après sa prise de bourbon et son cigare.
Masculin

MessagePosté le: 05/01/2018, 02:14    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?



A chaque fois que je placarde ma pancarte sur la porte d'un nouveau cabinet, je me marre. C'est pas vendeur. C'est le but. Je ne tiens pas à soigner n'importe qui, n'importe quand. Je choisis mes agonisants, mes patients aux maux rares. La rareté m’intéresse. Elle me permet de chercher, d'étudier et d'espérer trouver de nouvelles avancées médicales. Je suis un utopiste mais qui sait parfaitement ce qu'il fait. S'il est vrai que j'ai bien prêté le serment d’Hippocrate et que je suis reconnu pour être un bon médecin, je ne tiens pas pour autant à soigner tous les gueux qui passent. Les gueux peuvent se faire soigner à l’hôpital public, en plus, ils paieront moins cher et seront nourris et logés. Que demande le peuple, rien de plus, pas vrai ?
J'ai un standing à tenir. J'y tiens.

Saint-Denis. Nouvelle bourgade que je découvre et qui j'espère me rapprochera de mon but ultime : avoir pignon sur rue dans la Capitale. La soit-disant ville qui brille même la nuit. Tout ce qui brille n'est pas or, disent certains. Moi, je pense le contraire. L'avenir me dira si j'ai raison ou tort pour Paris. Pour le moment, je vais poser mon auguste fessier quelque temps ici car j'ai toujours des travaux de recherches en cours et le calme, c'est pas mal pour se creuser les méninges. De ce que j'ai pu voir en arrivant dans cette ville, c'est que çà se bouscule pas aux portillons. Parfait pour moi, puisque je ne cherche pas à voir mon cabinet plein de malades qui s'amassent en salle d'attente. Les malades c'est fragile, c'est sensible et avec moi ils sont mal barrés car je ne sais pas prendre de gants pour annoncer qu'ils crèveront bientôt parce que leur mal est incurable. Tout comme je ne sais pas tourner autour du pot pour envoyer balader ceux qui me rasent. J'ai un caractère de merde, faut le savoir. J'aurais peut-être dû le noter sur ma pancarte, histoire de dissuader les petites âmes sensibles.

Affalé devant ma table de travail, les pieds bottés et étalés dessus sans vergogne, je sirote mon verre de bourbon. D'ailleurs, je ne sais plus à combien de verres j'en suis. Au contraire de mes patients : le bourbon et les cigares ne souffrent pas d'attendre. Tant que j'y vois clair, si ce n'est la fumée de mon cigare qui dessine des ronds dans l'air, ce qui obstrue un peu mon champ de vision, je peux continuer de siroter et de fumer sans me tracasser. D'Ambert ne se tracasse que rarement sauf quand le cas d'un patient pose questions.

_______________
Revenir en haut
Joris.de.Florensac
Bâtonnier de France
Bâtonnier de France

Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2017
Messages: 362
Localisation: Où que vous soyez, ma blondinette d'amour, mon cœur ne cessera de crier votre nom.
Masculin

MessagePosté le: 05/01/2018, 20:56    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

L’employée de la logeuse traversa rapidement la rue pour entrer dans l’immeuble d’en face où était placardé une pancarte de praticien. La jeune femme monta un étage puis frappa doucement avant de pénétrer dans une pièce à peine éclairée où un bazar pas possible régnait. Ses yeux s’habituaient petit à petit à la pénombre et elle vit une masse encore plus sombre se détacher du décor. Elle sursauta quand la silhouette s’agita sur son siège et une voix caverneuse, emprunt de désagrément déchira le silence des lieux.

J’espère que vous avez une bonne raison pour venir me déranger autrement vous reprenez tout droit la porte.

La jeune personne prit peur et resta figé un instant, n’osant plus bouger ni parler.

- Vous êtes sourde et muette ou quoi ?

- Non, Monsieur, je… je… Je viens de la pension Garnier qui se trouve en face de votre cabinet et une jeune femme est toujours inconsciente après avoir fait un malaise.

- Et bien voilà !


Il avala le contenu du bourbon qui restait dans son verre et prenant au passage son manteau et sa grande trousse médicale, il suivit la jeune femme jusqu’à la chambre.

Allez, bougez-vous car je n'ai pas que ça à faire.
_______________
Revenir en haut
Anastasie Lévis-Mirepoix
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2017
Messages: 1 285
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

MessagePosté le: 12/01/2018, 11:42    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

12 janvier 1824 - début de matinée
    

C'est à reculons qu'elle se présente au cabinet de cet étrange médecin. Pourtant, il faut bien qu'elle pose quelques questions, quelle sache à quoi s'attendre. Ce maudit médecin n'a fait que lui annoncer sa future maternité sans pour autant lui indiquer quand elle se produirait précisément. Ana n'a pas de connaissance dans ce domaine, ce n'est pas au couvent qu'on lui aura appris comment se déroule une grossesse et encore moins un accouchement. Ce n'est pas non plus avec Joris qu'elle a pu aborder ces deux points étant donné la froideur qui règne entre les deux jeunes gens depuis la visite apocalyptique de Monsieur d'Ambert. On peut dire qu'il a semé une belle pagaille dans leur couple avec cette nouvelle. Rien que pour cela, Ana est fermement décidée à se montrer désagréable avec l'homme censé la suivre dans chaque étape de sa grossesse. Si elle connaissait un autre médecin, c'est sans hésiter qu'elle aurait été le consulter. Hélas pour elle, elle n'en connaît pas et il se trouve que le cabinet du docteur d'Ambert se situe juste en face de la Pension Garnier. Une aubaine lorsqu'on manque de temps.

Lorsqu'elle pousse la porte du cabinet, après avoir détaillé la pancarte pour le moins étonnante, c'est par une pénombre saisissante qu'elle est accueillie. Les volets sont toujours fermés et la pièce d'accueil est aussi froide et sans vie qu'une salle de morgue. Pas un chat ne patiente en salle d'attente. Au moins, n'aura t-elle pas à planquer des heures avant d'être reçue. Elle s'avance jusqu'au comptoir d'accueil où personne ne se tient, bizarrement. Ce n'est pas franchement engageant. Au fond, n'est-ce pas le signe pour Anastasie qu'il faut très vite qu'elle s'enquiert d'un autre médecin sur Paris ? Elle s'apprête à faire demi-tour, persuadée qu'il vaut mieux qu'elle s'en aille bien vite. Elle se hasarde tout de même à une petite phrase pour signifier son passage.


- Ohé ! Y-a-t-il quelqu'un ici ou doit-on mourir sur place ?

Bon, comme introduction on a vu mieux mais les lieux ne lui inspirent pas grand chose d'autre.

_______________
Revenir en haut
Louis d'Ambert
P.N.J.

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2018
Messages: 22
Localisation: Où sa science est requise mais après sa prise de bourbon et son cigare.
Masculin

MessagePosté le: 14/01/2018, 12:58    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

A quatre pattes sous le bureau, je me tapissais comme un félin afin de pouvoir attraper Lucifer par sa longue queue, mon rat de laboratoire qui avait pris la poudre d’escampette. Malgré la pénombre, mon œil bleu métallique fouillait tous les coins de la pièce à la fois puis joignant le deuxième au premier, ils se fixèrent sur les petits yeux ronds luisants du rongeur qui le défiait dans l’autre coin sombre entre le meuble de la bibliothèque et le paravent défraîchi et usé.

- Enfin te voilà, mon beau Lucifer, reviens avec papa Louis ! Allez, mon gros, fais moi plaisir, reviens dans ta cage.

- Ouais, compte là-dessus ! Je n’ai pas encore donné mon corps à la science que je sache alors va te faire soigner, espèce de taré ! Et dès que je peux, je me tire de cet enfer.


Vu la tournure que cela prenait, je n’insistais pas et verrais plus tard et au moment de me relever de ma posture sous le meuble, je me cognais la tête dans l’angle de celui-ci quand j’entendis une voix de femme résonner à travers la pièce. Cela venait du comptoir de l’accueil. La main sur ma tête, je frictionnais la partie lésée qui m’avait laissé une horrible petite bosse. Elle allait savoir comment je m’appelais, cette petite idiote.

J’entrais dans une autre pièce qui me servait d’accueil et de salle d’attente. Debout devant la jeune femme maigrichonne de la pension d’en face qui le regardait étrangement, je fis une grimace qui prévoyait que cela n’allait pas être du bon.


Si c’est pour l’accouchement, revenez dans six mois et pourquoi crier comme un charretier, jeune impudente ? Avez-vous seulement une bonne raison pour mourir sur place ? Moi, je ne vois qu’une stupide môme qui vient me déranger dans mon travail pour je ne sais quel motif ?

Un sourire narquois en coin, je la dévisageais sans retenu frictionnant toujours la bosse sur mon crâne.

Bon, entrez dans le bureau et si vous le pouvez, trouvez-vous de quoi poser vos fesses faméliques sur ce qui s’appelle une chaise.

_______________
Revenir en haut
Anastasie Lévis-Mirepoix
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2017
Messages: 1 285
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

MessagePosté le: 15/01/2018, 00:52    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

Il surgit de nulle part l'étrange médecin et Ana en sursaute presque. Sur le point de partir, là voilà finalement obligée de rester. Elle dévisage son vis-à-vis et se confronte au bleu acier de cette paire d'yeux qui lui glace le sang. Fichtre ! Que fout-elle là ? Ah oui ! Elle doit lui dire deux mots ou un peu plus. Interloquée par la façon qu'il a de la recevoir, il ne sait pas encore à quel point elle peut être impudente comme il dit.

- N'êtes vous pas médecin ? Je suis donc en droit de venir vous consulter, non ?
- Je vous dérange en quoi ? Il n'y a pas un rat dans votre foutu cabinet ! C'est d'ailleurs à se demander si vous exercez vraiment.

Non mais il la traite de stupide môme en plus ? Elle croit rêver toute éveillée !

- La môme stupide va vous coller un procès au derrière si vous continuez de la maltraiter de la sorte.

Oulala ! Joris lui a déjà demandé de se montrer plus mesurée avec ce Doc. Trop tard. A la demande de Monsieur d'Ambert, elle se dirige vers ce qui doit être la salle d'auscultation et avise la dite salle d'un regard quelque peu inquiet.

- Dîtes ? Vous ne rangez jamais ? C'est un vrai foutoir ici ! Et puis cessez de me traiter de famélique ou de maigrichonne.

Après avoir épousseté de sa main gantée, une chaise trouvée, Ana s'y installe sans trop savoir si elle doit vraiment s’obstiner à être suivie par ce curieux bonhomme. Elle a des questions à lui poser, après elle verra ce qu'il y a lieu de décider.

- Parlons-en de mon accouchement. Dans six mois,  mais quand précisément ? C'est vague ce que vous me dites, non ?
- Et puis d'abord comment sait-on que c'est le ... Ahem ... le moment ?
- Est-ce vous qui êtes supposé vous en charger ?


Pour le moment elle s'en tient là. Elle le regarde se frotter la tête et ne peut retenir un joyeux éclat de rire.

- Vous semblez mal en point. C'est ballot pour un médecin ! Oh ! ...

Son index pointe la bosse qui se dessine nettement sur le front du Doc.

- ... Hihi. Vous avez une jolie corne de diablotin sur le front !

N'y résistant plus, Ana éclate de rire à nouveau sans plus pouvoir quitter des yeux la bosse qui devient couleur bleuâtre.

- Voulez-vous que j'appelle un médecin pour vous soigner ?

_______________
Revenir en haut
Louis d'Ambert
P.N.J.

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2018
Messages: 22
Localisation: Où sa science est requise mais après sa prise de bourbon et son cigare.
Masculin

MessagePosté le: 20/01/2018, 17:12    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

La pièce est dépourvue de tout ornement, et les murs d’une nudité fonctionnelle puisque le bazar est uniquement en bas, au bon endroit et là où il faut. Le foutoir est tel que je m’y complais et cela peut déranger pas mal de bigotes mal léchées ou plutôt mal baisées. D’autres images à la limite indécentes me sollicitent mais je les chasse sévèrement, voulant me vouer pour une fois en passant, entièrement au genre humain et quelque chose me dit que je vais m’amuser un peu avec cette petite souris qui n’a pas froid aux yeux et qui a la langue bien pendue. Sans compter, que je me réjouis d’avance de prendre les gens à partie, en me moquant le plus souvent de leurs faiblesses.

Un point pour vous mais à se demander si je le suis vraiment ? N’est-ce pas ? Rien ne le prouve et le laisse paraître à part cette foutue plaque placardée dehors de « Docteur ès médecine ». Maintenant à savoir si j’exerce vraiment, ce sera à vous de me le dire ?

Je rie jaune quand j’entends « rat » et Lucifer ne perdait rien pour attendre. Elle ne croyait pas si bien dire et si seulement elle avait su que Lucifer les observait dans son coin, elle aurait été à la limite de faire une crise d’hystérie comme toutes ces pisseuses qui se pâment pour des broutilles. Jetant un œil rapide entre la bibliothèque et le paravent, le bougre devait se tapir et se réjouir en écoutant de ses grandes oreilles, la joute verbale.

Revenant à nos moutons, je me laisse tomber dans mon fauteuil et scrute en détails mon hôtesse. De taille moyenne, la jeune femme présente un portrait plutôt intéressent qu’insignifiant. Ses effets vestimentaires sont de très bonne facture et dans le genre menu, je sais qu’elle a des jambes aussi sveltes que ravissantes. Ses mains fines sont gantées, je sais également puisque j'ai déjà constaté chez elle, que sous ces protèges mimines, il y a une imperceptible ombre de tache d’encre qui se profile entre l’index, le majeur et le pouce de la main droite et qui représente une entière maîtrise du savoir de l’écriture. Une habilité particulière d’allocution et surtout une très bonne répartie d’un langage assez châtié, j’en conviens. Il est inutile de me demander si elle est issue d’une bonne famille de l’aristocratie car l’état général est plus altier que sombre.

Malgré ses airs dominateurs, elle m’a à la fois attiré et irrité avec ses railleries. Pour une fois, je trouve à qui causer. Sans ménagement, elle me menace de procès. Je la regarde sérieux avant de rire à m’en décrocher la mâchoire. Il n’y a pas à dire, elle est gonflée, la môme.


Mais je vous en prie, ne vous gênez pas, foutez-moi un procès au cul. Si vous saviez comme j’en ai cure. Vous ne serez pas la première ni la dernière à vouloir me mettre en justice parce que je vous ai dit que vous étiez stupide, famélique et maigrichonne. M’enfin, vous êtes-vous regarder entièrement nue devant une glace ? Est-ce ma faute si vous passez derrière les tapisseries sans les décoller ? Vous devez faire approximativement quarante-cinq kilogrammes toute mouillée et compte tenu que le squelette humain d’un adulte représente environ 15% du poids du corps, je vous laisse faire le compte de votre masse corporelle.

Je la trouve amusante et je continue de la titiller avec saveur.

Pourquoi, cela vous dérange ? Moi, le bordel ça me va très bien. N’était-ce pas une raison suffisante ?

Ma théorie relative sur l’accouchement pour une mise en place de la pratique dans quelques mois était évidente pour moi mais pas pour la môme qui caquette sans cesse. Je la regardais bizarrement car sa grossesse ne fait, désormais, plus de doute. Elle parait, et se sent, au mieux de sa forme et n’a pas l’air de souffrir de crises de nausées matinales. Je lui souris, amusé car elle ne va pas du tout aimer ce que je vais lui annoncer.

Sous l’effet des hormones, votre corps va subir beaucoup de transformations. Vous n’avez plus vos menstrues jusqu’à l’accouchement et vous allez grossir, épaissir car vous mangerez pour deux, vos seins vont devenir douloureux et beaucoup plus volumineux. Par contre, étant donné que vous avez une petite ossature, votre bassin est étroit dont si le poids du fœtus est important, vous risquez d’avoir de sérieux problèmes lors de la délivrance. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir si vous avez de petits saignements et que vos sécrétions vaginales sont plus importantes en début de grossesse, cela contribue à votre confort.

Le corps ne trahit jamais et quand ce sera le moment, des spasmes utérins qu’on appelle aussi contractions qui sont des douleurs très intenses vont directement vous donner la marche à suivre, mais nous n’en sommes pas encore à ce stade.

Et quant à savoir comment sait-on la date approximativement de la délivrance, c’est simple par le calcul des semaines d’aménorrhée. Il existe en fait deux façons de calculer l’avancée de votre grossesse. La première est le calcul qui a pour point de départ le premier jour des dernières menstrues, c’est-à-dire étalé sur 41 semaines, le second est le calcul des semaines de grossesse qui s’étale sur 39 semaines et a pour point de départ le jour de fécondation. J’utilise la première version et si cela fait environ 3 mois, vous risquez d’accoucher à terme vers le mois de juillet, bien sûr si tout ce passe bien.

Oui, je peux faire ça et m’en charger.


Mais c’est que la bobosse due à mon traumatisme crânien semble persister jusqu’à m’emmerder gravement et à la limite de me faire asticoter par cette môme enquiquineuse jusqu’à ce qu’elle rit bêtement de mon infortune.

Non,… ne vous inquiétez pas pour moi, j’ai la tête dure et les matières grises bien en place.

Je ris jaune et une grimace mesquine me barrait les lèvres. Elle a sans doute raison mais je ne supporte pas qu’on se foute de ma gueule. Je pense subitement à Lucifer, son beau Rattus rattus qui doit s’en payer une tranche dans son coin.

Il ne peut pas si bien dire le savant taré car oui, Lucifer, le satisfait, n’en perd pas une miette, même qu’il en rit comme un demeuré.


Bravo! Trop bien, ma belle, continue à le tarabuster de la sorte, cela lui fera les pieds. Hahaha ! Nous étions en pleine hiérarchie de la démonologie. Un diablotin, créature démoniaque de petite taille. La comparaison était de taille et pas très sympathique pour celui qui se croyait le nombril du monde.

Elle se fout réellement de ma tronche en prenant son pied. Je la regarde d’un œil noir.

Et cela vous fait rire, hein ! Arrêtez de rire comme une bécasse, je vais croire à la force que vous souffrez de la rigolo manie. Cela se soigne comme la bosse sur mon front.

_______________
Revenir en haut
Anastasie Lévis-Mirepoix
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2017
Messages: 1 285
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

MessagePosté le: 25/01/2018, 12:37    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

Étranges sentiments que ceux qui traversent l'esprit d'Anastasie tandis qu'elle observe cet homme si particulier. De sa courte vie, jamais encore elle n'a croisé un tel phénomène. L'homme face à elle est à la fois imbu de sa personne mais aussi très professionnel dans son discours. Un homme atypique voilà qui sera son médecin attitré, car elle vient de décider que c'est lui et seulement lui qui va désormais se charger de suivre sa grossesse. Heureusement qu'il ne l'a pas envoyée bouler ou mise à la porte manu militari. Elle échappe au pire, encore que le pire est probablement devant elle avec les six mois qu'il lui reste à passer avec un tel médecin.

Avec grâce, bien que le lieu ne s'y prête pas franchement, elle retire ses gants et cherche où les poser. Si la pièce revêt un parfait désordre, elle doit avouer que hormis la poussière trouvée sur son siège, l'ensemble de la pièce est propre et plutôt bien organisée. Du moins pour ce qu'elle connaît d'un cabinet médical car c'est le premier qu'elle visite, le médecin du couvent d'Abbecourt se rendant toujours sur place pour les auscultations qui n'étaient que pour les sœurs, Ana ayant une santé de fer.
Peu à peu, elle se familiarise avec la douce pénombre qui tout de même la surprend quelque peu. Pourquoi le Doc ausculte-t-il dans une pièce si peu éclairée ? A moins qu'il ne décide de tirer les tentures qu'au moment de son examen médical ? Il faut qu'elle en ait le cœur net.


- Hum ... hum ... pourquoi n'ouvrez vous pas les volets ou ne tirez-vous pas les tentures de cette pièce ? Avez-vous peur de me voir en plein jour ? Quant à votre bordel comme vous dîtes, tant que vous vous y retrouvez, c'est ce qui compte, je suppose ?
Enfin, une chatte n'y retrouverait pas ses chatons ! Je dis çà, je dis rien.

Elle a bien compris que ce Doc là n'avait aucune attirance pour elle, ce qui est parfait puisque Ana ne souhaite être admirée que par son époux. Mais ... tout de même ! Il pourrait faire semblant ! Voilà que de nouveau, il critique sa minceur ! Pffff !

- Pourtant je mange pour au moins deux ! Il paraît qu'il vaut mieux m'avoir en portrait plutôt que de m'avoir à table. Hum ... c'est ce que ne cessait de me répéter la Mère Supérieure. Je ne vais tout de même pas me gaver comme une oie !

Petit à petit, elle note tout de même le regard bleu acier, perçant, qui la détaille avec insistance. Est-ce ainsi qu'il ausculte ses patients ? Sans même les toucher ? Elle en est gênée. Jamais encore un homme ne l'a à ce point détaillée, observée sous toutes les coutures, mis à part son tendre époux. Là voilà à rougir et à se demander si elle n'a pas un bouton sur le nez tant le médecin la fixe en hochant la tête d'un côté puis de l'autre comme pour mieux la détailler.

- Heu ... quelque chose cloche ? Non, parce que si vous continuez à me fixer de la sorte, j'ai peur de me transformer en statue de sel ! Avec vous, je crois qu'il faut que je m'attende à tout.

Ce qu'il lui annonce ensuite la voit passer du rouge à une certaine pâleur. Au fond, c'est sans doute pour cela que le Doc n'ouvre pas les volets ! Pour ne pas imposer en l’affichant en plein jour, plus de gêne que ses patients n'en ont déjà en l'écoutant ou en le voyant agir ! Fichtre ! Il semble bien qu'Ana doive passer de sales quart-d'heures avec sa grossesse. Elle préfère ne retenir que ce qui peut la rendre plus belle aux yeux de son époux et en fait part à son médecin avec une spontanéité quasi indécente.

- J'en connais un qui va adorer ce que vous venez de décrire ! Des seins lourds ? Mon époux en rêve !
- Des rondeurs transformant ma morphologie ? Alors là, il va jubiler puisqu'il voudrait que j'ai un fessier plus proéminent !
- Si ! Si ! Il me l'a dit et en plus, c'est à cause de vous ! Oui, oui, à cause de vous !


Finalement, Ana se lève et commence à déambuler dans la pièce un peu nerveusement à l'idée des potentielles souffrances qui l'attendent.

- C'est pas un programme joyeux que vous m'annoncez là ! Je vais devenir lourde comme un tonneau ! Grosse comme une barrique ! Souffrir de mille morts le jour de l'accouchement. Vraiment, comme programme, j'ai connu plus réjouissant. La liste est-elle complète ou y a t-il d'autres surprises à prévoir... en juillet donc ?
- Bon enfin bref,  il y aura au moins un heureux ! Monsieur mon époux ! Pffff !


Elle gesticule dans la salle comme une dératée et va même jusqu'à tirer une tenture tout en grand, inondant ainsi la pièce d'un peu plus de lumière.

- L'arnica. Oui voilà, il faut badigeonner votre front avec un onguent à base d'arnica. Vous ne me devrez rien pour cette consultation. C'est cadeau !

Tant qu'elle y est, elle va dégager la seconde tenture en pouffant de rire devant son impertinence clairement affichée. Cette fois la pièce baigne dans une belle lumière.

- Je souhaite que vous soyez mon médecin attitré Monsieur d'Ambert et que ce soit vous qui soyez présent le jour de ma délivrance.

A présent que la pièce respire enfin la lumière du jour, Ana ébauche quelques pas pour revenir prendre place. Se faisant, son regard se porte vers la bibliothèque où il lui semble que çà remue quelque peu au niveau du sol. A cet instant, elle ne sait pas si elle doit hurler, si elle doit prendre la fuite ou bien si elle doit monter sur sa chaise pour échapper à l'horrible chose dont les yeux ronds la fixent avec insistance.

- Vous auriez pu m'avouer que vous aviez un assistant ! Un assistant qui ressemble étrangement .... ahem ... à un ... rongeur ?

De son index, elle pointe l'animal qui ne semble pas apeuré pour un rond et qui continue de la regarder avec, si elle osait le dire, un certain amusement dans les yeux.

- çà dépasse les bornes des limites tout de même ! Un médecin attitré oui, un médecin assisté d'une souris, d'un rat ou que sais-je, alors là, je dis non !

Tétanisée autant qu'intriguée, Ana reste sur place ne sachant plus si elle doit fuir en courant ou retourner prendre place comme si de rien n'était. Une autre qu'elle aurait sans doute hurlé au scandale ou à l’insalubrité publique mais au fond, toute cette singularité n'est pas pour lui déplaire. L'animal probablement joueur, vient de filer, de disparaître ! Ana va passer pour une folle, c'est certain, puisqu'elle n'a plus la preuve à quatre pattes avec des yeux rieurs à montrer au Doc.

_______________
Revenir en haut
Louis d'Ambert
P.N.J.

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2018
Messages: 22
Localisation: Où sa science est requise mais après sa prise de bourbon et son cigare.
Masculin

MessagePosté le: 07/02/2018, 15:31    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

Ce n’est qu’une première impression, confuse, certes, mais je la sais bonne car elle ne cesse de m’observer. Je sais que j’attire la curiosité, la singularité et l’excentricité et cela fait mon charme. Conscient qu’elle visite l’endroit avec son air de ne pas y toucher, faisant un arrêt plus persistant sur les tentures qui masquent les fenêtres de la pièce et je sais également qu’elles vont être les prochaines questions de cette môme curieuse comme un pot de chambre. Pourquoi retire-t-elle ses gants ? Avait-elle l’intention de s’éterniser dans le vase clos de mon territoire privé. Ah, non, par les cornes de Belzébuth, il en n’est pas question !

Êtes-vous choquée ou agacée par la pénombre ? Les volets sont ouverts et les tentures sont tirées volontairement pour masquer le jour et alors ? Est-ce que je vous en pose des questions, moi ?

Peur de la voir en plein jour, oui, elle est tellement maigrichonne que les rayons du soleil risquent de rendre visible l’intérieur de son anatomie et en plus elle doit porter un corset pour affermir sa silhouette.
Je souris en coin quand elle parle de félins. A défaut de chats, j‘ai un rat mais pas n’importe lequel. Un beau rat bien dodu et domestiqué qui se retrouve dans tout mon bordel.


En fait, vous avez tout compris ! J’ai l’esprit contrariant et ne donne satisfaction qu’à moi-même et je n’ai rien à foutre de ce que pensent les autres. Vous savez à quoi vous en tenir, maintenant !

Je l’écoute me parler de sa boulimie qui pour moi me semble assez vague pensant plutôt à une tendance anorexique boulimique. Ce n’est pas possible d’être boulimique comme elle le prétend et être si efflanquée. Cela relève-t-il d’un problème stomachique ou mental ? Et donc compulsions alimentaires et troubles du comportement alimentaire ou l’association des deux, à déterminer.
Un sourire amusé quant à la Mère Supérieure fut lancée dans la conversation.


Ne me dites pas que vous avez été cloîtrée dans un couvant jusqu’à votre mariage ? Alors ne cherchons pas plus loin quelle en est la cause car à part de boire de l’eau bénite et de rabâcher mille orémus journaliers, vous mangiez quoi, du pain sec ? Et non sans compter les jours et les nuits de jeûne laissés au détriment des prières, des pénitences et des méditations ?

Et bien évidemment, ma petite, il vous faudra vous gaver comme une oie si vous ne voulez pas donner naissance dans quelques mois à un oiselet.


A part son manque de capitonnage, elle est mignonne et blonde comme les blés. Je suis homme à ne jamais tomber amoureux d’une femme mais pour une fois en passant, je pourrai faire une exception car je suis loin à ressembler à un morceau de bois et bien sûr, j’ai des envies charnelles comme tout le monde. La voix de la môme me ramène au présent.

En statue de sel ?

Hilarant ! Je soulève les sourcils dû au déclic de souvenance car cela me rappelle quelque chose de la période Antique.

C’est ça oui, un coup de vent et plus rien, déjà qu’il n’y a pas grand-chose à toucher.

Lui dis-je en la regardant avec insistance pour lui faire comprendre que je parle de sa propre morphologie.

Je vais vous dire ce qui cloche chez vous… Taille trop fine, hanches trop étroites et poitrine qui n’a aucune forme pleine et les fesses, je n’en parle pas.

Par contre, la môme a un joli minois et de belles jambes longues et effilées et bien entendu, j’évite de lui matérialiser ma pensée car elle s’imaginerait que je lui fais du grain puis elle en vient à parler de l’emplâtre qui lui sert d’époux. En fait, sur ce coup là, il a raison, le rembourrage, il y a que ça de mieux. Une femme pulpeuse attire les hommes comme des mouches tandis qu’une vraie planche à pain les fait fuir avec la queue entre les jambes.
Il rirait à la voir gesticuler sur sa chaise pour accentuer ses dires. Il y a quand même une petite compensation, elle est chiante mais marrante et cela me plait.


En fait, votre époux a raison et ses raisons d’approuver mes remarques à ce sujet. Combien d’hommes ne rêvent-ils pas de mettre dans leur couche des femmes aux proportions morphologiques gracieuses de nymphes ? Et si c’était le contraire et que votre mari soit démuni de tout artifice attirant le charme et le ravissement parce qu’il ressemble à une branche de bois sèche sans intérêt. Auriez-vous eu un intérêt particulier pour lui au point de vue physique ?

La môme se lève aussi sec pour entreprendre une marche exaltée à travers la pièce.

Joyeux ou pas, c’est ainsi. Vous êtes venue pour prendre conseil auprès de ceux qui savent donc je vous le dis sans ménagement car je ne suis ni conformiste et ni traditionnel aux usages établis.

Je me réjouis d’avance et charge encore plus la mule tout en restant discret sur le tutti quanti.

En effet, en juillet, le plus dur reste à venir mais comme je vous l’ai déjà dit, nous en sommes pas encore à ce stade et puis chaque accouchement est unique donc je ne peux prévoir en avance si d’autres surprises, il y a.

L’impudente, elle a osé tirer des deux tentures de la fenêtre. Je cligne des yeux et l’ire qui monte en moi n’est pas loin de me gagner. Mais elle se prend pour qui pour lui indiquer sa façon de faire ou de vivre, pour sa mère !

Quel diable vous pique ? Surtout ne vous gênez pas… Que cherchez-vous à faire ? A prendre le contrôle total de mon environnement ou pensez-vous que je présente des signes de déviances mentales ?

Mettre de l’arnica pour ma bosse. Finalement, elle doit posséder la science infuse. Aussi rapide qu’elle vient, ma colère s’envole de même vers d’autres cieux et mon regard se fige sur la môme qui a fini son numéro de cirque pour aller reposer ses inconsistantes galettes sur la chaise.

Elle me souhaite présent lors de sa délivrance, je me surprends à lui répondre car je ne prends en général que des cas complexes qui nécessitent qu’on les diagnostique de manière rationnelle en ayant dans l'esprit un système organisé notionnel et psychologique mais pas comme sur une pratique simpliste d’un accouchement traditionnel. Mais ne faut-il pas faire de temps en temps une flexion et se plier aux règles éthiques du serment d’Hippocrate.


Vous le souhaitez vraiment ? De toute façon, vous savez maintenant à qui vous avez à faire. Il faudra vous plier aux exigences de la réflexion et de l'expérience de façon discursive et tout ira bien entre nous, c’est à prendre ou la laisser.

Soudain mon air sérieux se mue en fou rire. La môme vient de faire la connaissance de Lucifer.

Ne soyez pas si pointilleuse et alarmiste pour si peu, ce n’est qu’un animal. Oui, c’est bien un rongeur, mon assistant de labo qui répond au nom de Lucifer. Il est domestiqué et ne vous fera aucun mal.

Lucifer tapi dans son coin, se cabre subitement sur ses deux pattes arrière quand la femelle humaine fit jaillir la clarté d’une lumière puissante venant de l’extérieur. Il n’avait jamais vu ça, c’était la première fois. Il ne demande pas son reste et disparut sous le meuble se réfugier dans un coin sombre pour y demeurer jusqu’à la fin de la visite.

Par la fourme d’Ambert ! Qu’est-ce que c’est que ça, c’est aveuglant ?

Je regarde ma visiteuse en plongeant une main dans ma trousse médicale et en retire un onguent à base d'arnica, je l’étale sur ma bosse et dis d’un air à la limite de la moquerie.

Pour la notion de l’arnica, je n’y ai pas du tout pensé.

_______________
Revenir en haut
Anastasie Lévis-Mirepoix
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2017
Messages: 1 285
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

MessagePosté le: 18/02/2018, 13:47    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

Non mais quel toupet il a pas celui-là ! Choquée ? Agacée ? Les deux mon Capitaine !

- Choquée ! Oui Monsieur le Doc ! A croire que vous tâtonnez pour ausculter ! Ne trouvez-vous pas cela ... ahem ... moyen-moyen comme façon de faire ?

Un petit sourire narquois se dessine sur sa frimousse.

- Et agacée ! Non mais je vous jure. Je n'ai pas grande habitude d'aller consulter un médecin mais je dois dire que vous sortez du lot ! Vous n'arrêtez pas de me critiquer ! Et elle est maigrichonne par ci, et elle n'a que la peau sur les os par là ! Non mais qu'est-ce que j'y peux, moi, si vous préférez les grosses dondons toutes bedonnantes ! Voulez-vous que je vous dise ? Je crois que le ventre maternel doit sacrément vous manquer !  Oui, oui, ne me regardez pas avec vos yeux de merlan frit. Vous avez un manque notoire du giron de votre Môman ! A votre âge ! Si ce n'est pas dommage de voir çà.

Fortement agacée mais aussi terriblement intriguée et piquée par la curiosité : elle tire la langue copieusement au médecin. Na !

- Bon alors, que dois-je faire selon-vous ? M’empiffrer du soir au matin et du matin au soir ? Rester avachie sur un sofa avec, dans une main, une assiette de pâtisserie et dans l'autre, quelques autres mets chargés en sucre ? Non, mais dites-moi ! Dois-je engraisser encore et encore pour espérer avoir un enfant qui soit bien constitué ?

Un gros soupir s'échappe. Et comme elle le fait souvent avec Joris, elle débite en vrac tout ce qui lui passe par la tête.

- Encore heureux que je n'ai pas de nausées ! Là, ce serait le pompon si je devais régurgiter ce que j'ai mangé ! Alors ? Que dois-je avaler Monsieur le médecin pour devenir aussi grosse qu'une vache  ?
- Et puis d'abord dans un couvent, on ne boit pas l'eau bénite ! Où allez-vous chercher de telles absurdités ? A ben oui, tant que nous y sommes, vous allez me dire que j'ai été élevée non pas au bon grain de la ferme voisine mais aux hosties des messes ! Pffff ! Je vous assure qu'il vaut mieux être sourde que d'entendre vos bêtises.
- Qu'est-ce qu'elles ont mes fesses ? D'abord, vous ne les avez même pas vues alors je me demande bien ce que vous pouvez en savoir. Vous faîtes comme les curés tiens ! Vous prêchez le faux pour connaître le vrai. Idem pour mes seins, d'où savez-vous qu'ils n'ont aucune forme ? Hein ? Pfff ! Ah là là ! Mais qu'est-ce que je fais là moi. Vous êtes en train de me rhabiller pour l'hiver ou bien quoi ? Oui, je suis bien là pour prendre conseil, mais ...  Vous ne faîtes que me rabaisser plus bas que terre.
- Quoi mon époux ? Ahem ... Je vous en pose des questions, moi, sur votre épouse ? La pauvre malheureuse qui doit être ronde comme une grosse boule pour vous contenter ! Monsieur mon époux se porte merveilleusement bien et ... de tous côtés de son anatomie.


Là, inutile de dire qu'Ana rougit comme un champ de coquelicots en plein été. Non mais quoi ? Elle n'en revient pas de la tournure de leur conversation. Et pourtant la voilà à enfoncer le clou. Il faut dire que pour Ana c'est bien la première fois où elle tient un tel langage sur tout ce qui est profondément intime. Ah curiosité quand tu nous tiens !

- Et vous ? Êtes-vous sûr de répondre aux attentes de votre épouse ? Au fond, plus je vous regarde et plus je vous trouve tout grand et tout sec.  Tout-est-il à l'avenant dans votre anatomie ? Hum ... hum ...

Bon là : elle ment effrontément. Le doc est un bel homme, bien bâti, à ceci près qu'elle le trouve trop vieux.

- Bref. A vous entendre, je vais finir par croire que mon époux n'a pas son compte et qu'il va devoir aller chercher ailleurs ce qui lui manque.

En disant cela, Ana panique. Joris aller voir ailleurs ? Elle en mourrait !

- Voilà ce que vous faites, Monsieur le médecin : vous me faites douter de mon époux. C'est pas joli-joli, ça !

Ana retient ses larmes car pour le coup, elle ne focalise plus que sur les éventuels autres besoins de son tendre époux dont elle ne saurait vivre sans lui.

- Oui, je sais à présent à qui j'ai à faire ... Alors dites-moi ce que je dois entreprendre pour ... engraisser ... un peu ? ... Enfin ... ce qu'il faut ?

Avec tout çà, Ana ne relève pas qu'elle a bel et bien vu un rat qui est donc vraisemblablement domestiqué par le Doc. Sa tête est tout ailleurs... la pauvre malheureuse qui vient de s'en prendre pour son grade.

_______________
Revenir en haut
Louis d'Ambert
P.N.J.

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2018
Messages: 22
Localisation: Où sa science est requise mais après sa prise de bourbon et son cigare.
Masculin

MessagePosté le: 07/03/2018, 20:28    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

Je la regarde perplexe avec un froncement des sourcils.

Non, Madame ! Je ne tâtonne jamais pour ausculter car je ne tripote ou presque jamais les gens. Saisir uniquement par l’esprit n’est pas moyen car c’est appréhender par l’instinct. C’est comme un avoir dans l’esprit avec des connaissances rationnelles acquises par l'étude, la réflexion et l'expérience, de façon approfondie et dans des domaines étendus et qui pour moi, sont assez suffisantes et me suffisent.

La suite de ses reproches me ride de plus en plus et j’écarquille les yeux comme un hibou. Elle parle de ma môman et du giron que je n’ai pas connu et tout cela arrosé par un tiraillement de langue qui n’est destiné. Quelle vilaine peste ! Mais, c’est de bonne guerre car offensant, acerbe, froissant et outrageant autant d’un côté que de l’autre.

Ma petite Dame ! Ne parlez pas de ce que vous ignorez. Pour votre gouverne, je n’ai jamais connu le giron de ma mère qui a perdu la vie en me mettant au monde… Et à savoir si j’ai un penchant pour les grosses dondons toutes bedonnantes, il est sûr que mon dévolu n’ira pas vers une planche à pain et ni vers une soupe d’os au risque de la plier comme un roseau ou de la casser comme une porcelaine mais vers une femme qui a tout ce qui faut, là où il faut sans qu’elle dégouline de bourrelets de graisse de toute part.

Hum ! Je dirais en conclusion qu’avec beaucoup plus aspérités ballonnées et vallonnées sur la surface plane de votre corps, vous seriez un beau et magnifique petit lot.


Expression ironique pour signifier qu’elle éveille en moi l’intérêt et le désir sans plus car l’attachement est un mot qui sonne fort étrangement dans mon langage.

Non, s’empiffrer du soir au matin n’est pas une solution pour un problème d’insuffisance pondérale. Le plus important est de surveiller l’indice de la masse corporelle afin de prendre du muscle et d’éviter le surpoids.

Bon, arrêtons-là les suppositions aléatoires ainsi que des supputations hypothétiques non avérées pour un pronostic estimé plus pragmatique. Je dis et pense qu’on parle de maigreur constitutionnelle. Vous êtes ainsi faites et vous en êtes un exemple typique, quoiqu’en bonne santé, vous restez maigre et ne parvenez pas à grossir même en mangeant énormément. Ce n’est pas trop logique dans le sens étymologique du terme mais c’est une base sur laquelle nous devons nous appuyer et ne pas ignorer. Cela simplifie outrageusement les idées basiques ainsi que les questions et les réponses qu’on se pose.


Je la vois pousser un gros soupir et cela m’exulte d’autant plus que j’aime semer le trouble et l’incompréhension chez les personnes. Là, par contre, c’est bien moi qui soupire.

Par les cornes de Belzébuth ! C’est quoi cette manière de poser vos interrogations ? Si vous voulez qu’on réponde avec précision à vos demandes, prenez la peine de les formuler une à une autrement vous risquerez d’en attendre les réponses surtout sur des sujets qui impliquent réflexion. Je m’applique donc à vous répondre et si j’en oublie, tant pis pour vous, cela vous servira de leçon.
Pour les crises de nausées matinales, soyez déjà heureuse de ne pas en avoir et pour devenir grosse comme une vache, il y aurait beaucoup de travail encore à accomplir. Après c’était quoi ? Les fesses ? Les seins ? L’eau bénite ? A la fin je ne sais plus si c’était avant ou après le couvent… Enfin, bref ! Fichez-moi la paix à la fin et allez au diable avec vos torrents de questions qui désespéreraient même mon rat.
Par contre, vous avez raison sur un point, il vaut mieux être sourd que d’entendre vos inepties et la nature aurait dû vous couper le sifflet en vous rendant muette, cela m’aurait arrangé grandement. Et quant à votre époux, il doit avoir une patience d’ange pour vous supporter…


Laissant volontairement un instant de silence en suspension pour faire place à une idée qui n’allait pas lui faire plaisir, je reprends avec un petit air amusé sur le coin des lèvres en la voyant rougir.

Est-ce que votre mari arrive à vous satisfaire comme un époux qui a le devoir de le faire ? Si c’est oui, alors pourquoi doutez-vous de lui ? Si c’est non, alors vous avez du souci à vous faire ! Il ira sans doute pour ses besoins, pécher ailleurs s’il n’est pas satisfait de vos rondeurs inexistantes.

Je sens que je vais la taper ou la mettre dehors si elle continue à parler de ce qu’elle ignore. Les traits de mon visage s’assombrirent à l’annonce de ses peines de cœur. En avait-il eu ? Oui, une fois et cela remonte loin derrière lui, il n’était encore qu’un gamin. Est-il, maintenant, homme à s’accrocher à ce qu’on appelle le sexe faible ? Le pécher de la chair, oui, quand le besoin s’en fait sentir mais de là en m’entifler d’une nénette comme elle, bavarde et qui râle du soir au matin, non très peu pour moi et incontestablement, ma préférence se porte vers mon compagnon rongeur et mes accessoires et supports de laboratoire indispensables à la réalisation de mes expériences en chimie et en biologie.
Refoulant un désir d’hurler après cette insolente chipie, il hoche la tête et la regarde d’un œil noir.


Vous êtes qui pour… Et vous n’êtes pas en mesure de me foutre à la gueule tout ce qui passe dans votre petite tête de mule. Alors taisez-vous car vous ne connaissez rien de ma vie et la mienne vaut autant que la vôtre… Non, mais…

Intérieurement je ris en voyant que j’ai semé le trouble dans les petits neurones de son système nerveux. Ce n’est pas courant mais en fait, je le plains ce pauvre homme d’avoir comme femme, cette excitée.
Il serait bien maintenant de s’en tenir aux faits et de s’en débarrasser le plus rapidement possible car il commençait à avoir la gorge sèche et ne pense plus qu’à son sacro-verre de bourbon accompagné de son barreau de chaise de la Havane.


Ce que vous devez entreprendre ? Et bien, c’est fort simple et intelligent, je vous suggère d’y aller mollo en pensant que vous êtes fragile pendant les neufs mois de votre grossesse dont pas de gros efforts physiques et bien sûr, évitez l’équitation. Pour l’alimentation, mangez comme d’habitude sans tomber dans l’extrême, de façon saine et hydratez-vous sans modération et inutile de vous dire d’abolir les boissons alcoolisées.
Voilà, ma petite Dame ! Ah ! N’oubliez pas aussi de revenir me voir dans trois mois pour un contrôle de routine.


_______________
Revenir en haut
Anastasie Lévis-Mirepoix
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2017
Messages: 1 285
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

MessagePosté le: 09/03/2018, 12:06    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

Visiblement, elle a sacrément énervé le docteur Louis d'Ambert. Il lui sort alors des mots qu'elle a bien du mal à comprendre et qui sont sans doute propres au langage de la médecine. Elle plisse les yeux pour notifier son incompréhension mais préfère ne pas ramener sa fraise une nouvelle fois. Qu'est-ce qu'il lui baragouine là ? L'esprit ? L'instinct ? Mouarfff ! Elle pige rien !
Il lui annonce alors n'avoir pas connu sa mère. Là, pour le coup, elle se sent encore plus bête. Peut-être devrait-elle lui dire qu'elle non plus, à quelques années près, elle n'a pas connu sa mère ? ou, si peu, que c'est tout comme ?
Le Doc en vient alors à ses préférences morphologiques féminines. Ana baisse la tête. ET PAN ! Il frappe encore !
Ah ? Tiens ? Ana pourrait être,
un jour, un beau et magnifique petit lot ? C'est quoi un petit lot ? Elle n'a jamais entendu cette expression. Il faudra qu'elle demande à Joris.  Lui devrait pouvoir lui expliquer ce que c'est. Parce que : pas question qu'elle pose la question au Doc ! Ah çà non alors !

Ana soupire. Elle est vexée et presque effrayée. Oui, oui ! Il a réussi cet exploit le Doc ! Le voilà à repartir avec son jargon de médecin dont elle ne comprend pas grand chose. Calmement avec presque des sanglots dans la voix, elle ne peut s'empêcher de lui dire en baissant la tête tant elle se sent mal à l'aise :

- Je crois que je vais devoir aller suivre des cours de médecine à l'Université royale de Paris pour espérer vous comprendre, Monsieur d'Ambert.

Sans plus relever la tête, elle écoute toutes les engueulades qu'elle se prend en pleine poire. BOUM et re BOUM ! Prends çà Anastasie. Cette fois, s'en est trop, les larmes coulent à flot mais fière, elle refuse que le docteur puisse les voir, alors elle renifle comme une gamine. Elle ne répondra pas à ces questions concernant la satisfaction qu'elle pourrait avoir avec son époux dans leurs moments intimes.
Non mais et puis quoi encore ?

Et il continue dans les bonnes nouvelles : plus d'équitation ! En y réfléchissant bien, elle n'a plus trop de temps pour aller galoper dans la campagne dionysienne depuis qu'elle est Maire de Saint-Denis en plus de sa fonction de Procureur du Roi. Mais chaque jour, elle ne manque jamais d'aller s'assurer que sa belle jument blanche, offerte par Joris pour son vingt-et-unième anniversaire, ne manque de rien et a bien été promenée, soignée et nourrie par un palefrenier engagé juste pour elle.

Le Docteur Louis d'Ambert ne prend aucun gant pour lui signifier la fin de la visite. Lentement, elle quitte son siège en titubant presque, toujours sous le coup de la rudesse de l'entretien, elle ne relève pas la tête. Pleurant toujours, elle s'adresse au doc d'une voix faiblarde.


- Je sais que vous ne m'aimez pas, voire même que vous me détestez. Moi, pourtant, je vous aime bien même si vous n'êtes qu'un rustre par moment. Je pense néanmoins que vous êtes un bon médecin et finalement, c'est le plus important.

En se levant, elle n'a pas vu que l'un de ses gants a chu au sol. Anastasie ne voit plus rien tant elle est refroidie. Elle ébauche quelques pas en direction de la sortie.

- A dans trois mois, Monsieur d'Ambert.

C'est totalement hébétée par cette visite si particulière qu'Ana quitte le cabinet du Docteur Louis d'Ambert.

_______________
Revenir en haut
Louis d'Ambert
P.N.J.

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2018
Messages: 22
Localisation: Où sa science est requise mais après sa prise de bourbon et son cigare.
Masculin

MessagePosté le: 23/03/2018, 20:11    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

J’allais de surprise en surprise et fronçant un sourcil à nouveau, je ne ris pas.

Ne m’appelez pas monsieur mais « Docteur » ! Et j’y tiens, du moment que je possède plusieurs titres académiques honorifiques, un doctorat de médecine, de chirurgie et de botanique.

Du coup, je me sens plus haut que d’habitude et je ne parle pas de mes chevilles et tant mieux qu’elle ne connaisse pas de quoi je jacte car elle serait toujours collée chez moi pour savoir ce qu’il en retourne.

Hum ! Des cours de médecine pour comprendre le jargon médical mais ma petite Dame, il vaut mieux l’ignorer souvent car vous auriez tendance à avoir tous les maux de la terre.

Cela doit fumer du côté de la soupape puisqu’elle ne cause plus depuis quelques secondes et je me demande quand compte-elle lever son cul et prendre la tangente. Tiens, m’a-t-elle entendu dans mes pensées ? Oui, apparemment, puisqu’elle reprend la parole. Il est un rustre, et fier de l’être et cela me fit rire.

Vous avez parfaitement raison, je reconnais être grossier et brutal mais vous n’y changerez rien car je suis comme ça. Vous dites un bon médecin mais je dis même un excellent médecin qui excelle dans toutes les disciplines. Quant à vous aimer, ne vous faites pas de fausses illusions.

Enfin, elle le lève son popotin pour se diriger vers la porte et avant de disparaître de sa vue.

C’est bien cela, ma petite Dame, dans trois mois.

Enfin seul, je me lève pour aller récupérer ma bouteille de tord boyaux et mon barreau de chaise lorsque j’aperçois un de ses gants blanc qui traîne sur le sol. Si elle croit que je vais la rattraper pour lui remettre, elle se fout le doigt dans l’œil car je ne suis pas son larbin et la galanterie, je ne connais pas.

_______________
Revenir en haut
Louis d'Ambert
P.N.J.

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2018
Messages: 22
Localisation: Où sa science est requise mais après sa prise de bourbon et son cigare.
Masculin

MessagePosté le: 23/04/2018, 17:26    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

Le 03 avril 1824, au lendemain de la fausse couche de Madame de Florensac



Je passe la journée et presque une partie de la nuitée à faire mes expériences chimiques dans mon labo et le plus intéressant se trouve dans la déduction d’examens d’expertise qui me conduit directement sur ce que je redoute depuis l’approche et les arguments de la boniche des De Florensac. Le fœtus parle de lui-même et suite à l’autopsie de ce qu’un fœtus de quelques semaines peut apporter en information, je sais de quoi il en retourne. La boniche a une sale gueule et déteste sa maîtresse et c’est comme un livre ouvert car tous ses traits respirent la jalousie et la méchanceté envers celle-ci donc sa contribution à cette perte de maternité est flagrante mais il faut le prouver. Déjà médicalement, je le peux et c’est mon devoir d’en parler au mari de la petite Dame car subir une perte de grossesse est souvent une expérience dévastatrice dans la vie d'une femme, tant du point de vue physique qu'émotionnel.

De toute façon, je dois la revoir pour m’assurer si tout va bien donc pas le temps de roupiller ni de bouffer.


_______________
Revenir en haut
Brigade Police Royale
P.N.J.

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2014
Messages: 615
Localisation: Mona
Masculin

MessagePosté le: 06/05/2018, 22:59    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

( Le 3 , vers 16 heures..)
Le Brigadier Dupuis toquait à la porte du médecin pour l' entendre. Concernant la plainte, celle-ci était en route pour ses supérieurs.Bon forcément en l' état des déclarations du  père. On verrait pour la suite. Mais vu la situation .. le brigadier ne pouvait manquer ...de consulter, le médecin ayant des soupçons.    
Revenir en haut
Louis d'Ambert
P.N.J.

Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2018
Messages: 22
Localisation: Où sa science est requise mais après sa prise de bourbon et son cigare.
Masculin

MessagePosté le: 08/05/2018, 10:58    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~ Répondre en citant

Grrrr ! Qu’est-ce que c’est encore ? Les gens sont des emmerdeurs de première classe à vouloir déranger certaine élite à chercher l’inexistant en la matière. Je quitte à regret mon instrument optique et mes cornues de laboratoire en jetant un bref coup d’œil sur ma pendule murale avec un pouffement de mécontentement. J’ouvre la porte toute grande dans un élan colérique puis me calme aussitôt quand je vois un représentant de la Maréchaussée.

Oui, entrez ! Je sais pourquoi vous êtes là et je vois que cela n’a pas traîné… Prenez vos marques, Brigadier, nous avons à causer.

Je place mon fondement sur mon fauteuil derrière mon bureau et attend le bon vouloir de l’uniforme.

_______________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:18    Sujet du message: [RP] Cabinet de Louis d'Ambert ~ Médecin ~

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Forum Officiel du jeu Monarchies Index du Forum -> + Département de la Seine + -> Ville de Saint-Denis Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template