Monarchies - Forum Index du Forum

Monarchies - Forum
Forum officiel du jeu de rôle éponyme
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP] Desperate Houseking

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Monarchies - Forum Index du Forum -> + Royaume de France + -> . Palais des Tuileries .
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
François-de-Bourbon
Roi de France
Roi de France

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 1 476
Localisation: Aux Tuileries
Masculin

MessagePosté le: 03/04/2018, 11:39    Sujet du message: [RP] Desperate Houseking Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
    Desperate Houseking – 3 Avril 1824 – 17 heures.
    (Pardon pour le jeu de mot).

    41 jours. 41 petits jours. 40 dodos. Oui mais avant quoi ? Avant le jour du 14 Mai.

    Les gens normaux apprécient généralement les quelques semaines précédant son anniversaire. On se doute qu’il se trame quelque chose, mais on laisse faire. Mais pas le Roi… Il redoute plus que tout d’arriver à son vingt-quatrième anniversaire. Il l’a annoncé plusieurs fois dans les premiers mois de son règne, il s’était donné jusqu’à cette date-là pour annoncer très officiellement ses fiançailles. Bien que certains en doute, il n’a qu’une parole. Dans quarante-et-un jour, il sera fiancé très officiellement.

    Il a repoussé jusqu’au dernier moment cette échéance. Pourtant, c’est le premier devoir d’un Souverain. La monarchie française repose sur l’hérédité dans la dynastie capétienne, qui tient son pouvoir de Dieu, et qui se le transmet entre membres de la famille selon des règles antiques, créées par les Hommes pour garantir à jamais l’indépendance nationale face à une nation étrangère.

    Il avait allumé un contre-feu : le mariage de sa sœur, la duchesse de Montpensier. Résultat catastrophique, il faut bien le dire : mariage sans enfant, les époux malades et retirés en leurs domaines. Sur ce point précis, le Roi n’a pas hérité, comme chef de la Maison de France, du talent politique pour arranger les mariages de sa famille. Heureusement qu’il n’avait qu’une seule sœur à marier.

    Chacun son tour.

    Depuis la réception de remise de l’ordre du Mérite, il est troublé, et depuis, il prend soin d’éviter toutes les questions insistantes du comte d’Etiolles, son secrétaire particulier, à ce sujet. Le doux souvenir de la Princesse ce soir-là ne quittait plus son esprit.

    Chaque matin, au bureau de son cabinet de travail, il restait de longues minutes à regarder le portrait de sa douce Mary. Une simple feuille blanche et quelques coups de crayon exécutés par un jeune duc d’Angoulême qui lui avait promis la veille de son avènement de l’épouser… Cela fera bientôt trois ans aussi qu’il l’a fait assassinée car lors de cette nuit, elle reçu le don d’Epicure qui ne doit arrivé qu’à une femme mariée.

    Un bâtard ? Oui, tout à fait. Et François ne souhaitait pas donner, au début de son règne, l’image d’un Roi débauché. Il serait alors devenu l’archétype de tout ce que les Français avaient rejetés lors de la Révolution. L’intégrité de la Couronne devait passer avant les amourettes d’un Roi. On avait fait passé ça pour une pneumonie foudroyante auprès de la mère à Hartwell.

    Des trois personnes qui accompagnèrent le Roi lors de son arrivée en France, pas un en vie encore aujourd’hui. Pas un à qui le Roi pourrait demander conseil dans le choix qu’il allait faire dans les prochains jours.

    Il demanda donc la veille, à la duchesse de Vermandois de venir aux Tuileries, à l’heure du thé. Il était donc dans son cabinet de travail, à attendre l’arrivée de la première personne a avoir occupé la fonction de Président du Conseil sous son règne.

_________________
Revenir en haut
MSN
Faith Elizabeth MacKenzie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 1 835
Localisation: Ici et là, qu'importe?
Féminin

MessagePosté le: 03/04/2018, 18:26    Sujet du message: [RP] Desperate Houseking Répondre en citant

Certains mystères avaient le don d'attiser les curiosités. En l'occurrence, la lettre du Roi déposée la veille par un Huissier en son bureau des Finances, et qui enveloppait l'imagination de la Duchesse, ne lui laissant que la possibilité de tenter d'en deviner d'avantage, en était assurément un. Il n'était seulement pas signifié le moindre petit aperçu pouvant lui donner une idée sur la question. Affaire privée, secrète ou particulière, cela ne pouvait être que d'ordre politique ou personnel. Dans les deux cas, cela devait être mené avec délicatesse. La dernière lui paraissait plus objective, hors du cadre officiel. En cas contraire, une simple missive l'avertissant du déroulement d'une réunion au Conseil, suffirait. À moins qu'il ne s'agisse d'un point concernant ses activités financières, une bourde qu'elle aurait faite, interpellant le Roi, au point d'en discuter préalablement avec elle à huis-clos. Sa curiosité était loin d'être satisfaite et elle espérait une tournure plus heureuse, que sa dernière pensée. Enfin bientôt, le voile du mystère serait levé, déchiré même, puisque après s'être présentée aux grilles du Palais, un Huissier la mena au Roi
_________________

Banzaaaïïïïïïïïïïïï!!!
Revenir en haut
MSN
François-de-Bourbon
Roi de France
Roi de France

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 1 476
Localisation: Aux Tuileries
Masculin

MessagePosté le: 03/04/2018, 21:32    Sujet du message: [RP] Desperate Houseking Répondre en citant

    À l’heure convenue, la duchesse de Vermandois fut annoncée au Palais et introduite auprès du Roi. Pendant que le Roi se leva pour l’accueillir, un huissier vint déposer sur la table basse une tellière, deux tasses vides et un sucrier. L’huissier se retira et le Roi amena la duchesse s’asseoir sur l’un des deux fauteuils autour de la table basse, il lui dit : - Ma cousine, la lettre que je vous ai fait parvenir hier a du aiguiser votre curiosité.

    Le Roi prit place sur le second fauteuil, et empoigna la tellière pour remplir les deux tasses de thé. Il en tendit une à la duchesse, puis le sucrier, si elle souhaitait prendre du sucre. Une fois ces mondanités terminées, le Roi commença son speech : - J’ai besoin en effet de votre avis. Vous avez été la première fonctionnaire du gouvernement avec qui j’ai travaillé, et votre année et demie passée à la tête du gouvernement me sera d’une grande aide.

    Oui, il fait monter le suspens, totalement, et volontairement. Il amena la tasse de thé à ses lèvres et but une gorgée. Il reprit : - Nous en avons souvent discuter ensemble lorsque vous étiez Présidente du Conseil, dès mon avènement, je me suis fixé comme limite pour me varier mon vingt-quatrième anniversaire. Cette date fatidique arrive bientôt… le mois prochain. Et c’est à ce sujet que j’ai besoin de votre avis.

    Il but une nouvelle gorgée de la tasse de thé. La regardant pour voir quelle réaction elle avait suite à la révélation de la raison de sa venue en France, il continua : - La situation de la Famille Royale, et celle de la France sur le long terme est plus que catastrophique. La menace qui pèse autour de la Couronne n’a jamais été aussi élevée depuis l’attentat. Et que se passerait-il si je devais disparaître demain ? On a fait modifier tout exprès la règle de succession pour permettre à ma sœur de régner, mais le Parlement, vu son état, ne consentira pas à la voir me succéder. Mon beau-frère Dombes ne sera jamais proclamé Régent du Royaume pour Marie-Anne. Mon cousin le duc de Penthièvre ne sera jamais proclamé Roi car il est régicide, et mon cousin le Roi d’Espagne a déjà assez à faire pour garder son trône à Madrid… alors le trône de France, pensez-vous, on ne lui donnera pas.

    Cette fois-ci, il posa sa tasse. Il reprit : - Les bonapartistes prendraient peut être leur revanche en proclamant l’ex-Roi de Rome comme Empereur, le Roi de Sardaigne viendrait peut être réclamer les droits qui ont été cédés à mon cousin Henri, le Roi de Grande-Bretagne viendrait également réclamer les prétendus droits au trône de France qui lui ont été donnés par mon aïeul fou le Roi Charles VI par le Traité de Troyes… Et je ne parle même pas des républicains qui plongeraient le Royaume dans la guerre civile et une nouvelle terreur. Et là dessus pourrait apparaître un intriguant qui pourrait se faire proclamer Roi par le Parlement.

    Le Roi lâcha un soupir. La situation était vraiment inquiétante, mais peu de personnes savaient autant. Le Roi ne laissait jamais rien paraître à ce sujet. Il poursuivit : - Bref, vous l’aurez compris. À ma mort, le risque de voir la France démembrée est sérieux. Le seul moyen de réduire ce risque est que je donne un héritier à la dynastie. Mais pour faire un enfant, il faut être deux, ça, vous êtes d’accord avec moi.

    Oui, ça tout le monde est d’accord, pour faire un enfant il faut être deux. Et trouver LA personne est l’objet d’âpres discussions. Il reprit la parole : - Depuis plusieurs mois, mon secrétaire particulier, le comte d’Etiolles, m’a préparé une liste de Princesses de mon âge, et célibataires, qui pourraient faire une Reine de France convenable. De cela aussi, nous en avions déjà discuté, jamais j’abaisserai mon sang à contracter une union morganatique, même si elle est permise par les lois de ma famille. J’ai le choix entre deux personnes : une infante de Portugal, et la fille du duc de Sussex. Une Portugaise ou une Britannique. Diplomatiquement, je ne peux pas. Le Portugal a des tensions au Brésil, et la Grande-Bretagne avec son ancienne colonie, les Etats-Unis. Je ne veux pas rentrer dans un clan, car contracter une telle alliance, le pays que j’épouserai pourrait me réclamer de l’aide, et je ne veux pas mobiliser mon armée à outrance.

    Le sujet principal de la conversation arrive. Si ce n’est pas une infante d’Espagne, ni lady Sussex, qui alors ? Le Roi ne va pas se marier avec lui-même. On y arrive : - Voilà… Il y aurait une Princesse qu’Etiolles a oublié, et qui pourrait faire l’affaire. Vous la connaissez… Très bien même, puisque vous lui avez donné un toit. Il s’agit de la Princesse Asmahane.

    Le nom est lâché pour la première fois de la bouche du Roi, dans le cadre d’éventuelles fiançailles. Il laissa le temps à la duchesse de digérer la logorrhée du Roi avant de reprendre : - Pour la connaître quel que peu, elle a toutes les qualités de coeur. Le soucis est son jeune âge. Nous avons huit années de différence, je vais sur mes vingt-quatre ans, elle en a à peine seize. Son titre de Princesse lui a valu de connaître des événements dramatiques dans sa jeunesse. À son jeune âge, pensez-vous qu’elle sera apte à soutenir le poids de la Couronne, avec toutes les obligations qui en découleront ?

    Et le Roi se tut. François reprit sa tasse de thé et la porta à ses lèvres pour écouter la duchesse.

_________________
Revenir en haut
MSN
Faith Elizabeth MacKenzie
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 1 835
Localisation: Ici et là, qu'importe?
Féminin

MessagePosté le: 07/04/2018, 06:03    Sujet du message: [RP] Desperate Houseking Répondre en citant

Le Roi prompt à l'accueillir se leva lorsqu'elle pénétra les lieux. Aussitôt, la Duchesse s'abaissa en une belle et élégante révérence, alors que l'huissier déposait le service à thé sur la table. Elle sourit à la question du Roi. Pour l'intriguer, ça, elle l'intrigua. Emplie de mystères, la lettre n'avait eu de cesse de l'interroger. C'est ce qu'elle lui fit savoir lorsqu'elle prit place après qu'il l'eût guidée vers l'un des fauteuils.

Je ne vous le fais pas dire Majesté. Mon esprit en fut bien torturé.

Torturé, peut-être un peu poussé, mais le fait est, qu'elle s'était imaginée moult choses, sans parvenir à la moindre conclusion. Et elle ne connaissait toujours pas le fin mot. Ceci dit, l'accueil qui lui fut fait, la rassura quelque peu. En supposant qu'il ait des choses à lui reprocher, l'accueil aurait été moins heureux. Son regard suivait les gestes de sa majesté, tandis qu'il servait le thé, avant de lui en proposer, ce qu'elle accepta bien volontiers, le remerciant en parole et d'un sourire, puis il commença à parler. Elle se tut, écoutant ce qu'il voulait lui dire, acquiesçant à la première phrase d'un dodelinement de tête. Tant de temps passé auprès du Roi directement ou indirectement. Dans le sens où il fut son supérieur direct de par ses fonctions, mais avaient eu ensemble, moult conversations privées. Il avait donc eu le temps de la connaître, de la jauger, et de savoir si une certaine confiance entre eux pouvait s'instaurer. Au delà de cela, savoir que son avis lui importait, lui procurait une très grande fierté, contenue, mais bien réelle. Si encore, elle savait où il voulait en venir. Lorsque le Roi porta la tasse à ses lèvres, la Duchesse osa en faire de même, l'oreille toujours tendue, à l'affût du moindre indice. Que nenni! Piano, crescendo, il y allait.

Sur le moment, elle ne réagit pas, haussant les sourcils, puis un éclair jaillit. elle attendait seulement plus de précisions. Si c'était ce don elle pensait, alors Il fallait avoir conversé avec lui souvent et être honoré de ses révélations personnelles, pour comprendre et interpréter les choses de la bonne façon. Elle l'écouta poursuivre, tout en se faisant certaines réflexions. Mais la situation c'est sûr, n'était pas très glorieuse. Il n'avait décidément pas de chance. Il avait tant reculé ce quoi il redoutait, en s'appuyant sur un héritier de la Princesse. Seulement son état ne le permettait pas, mettant le Roi dans une situation inconfortable, et il n'avait pas le choix, il devait se sacrifier pour la pérennité de la famille en sa branche légitime incontestée. Le précipice face à lui se précisait, puisque aucune autre solution ne seyait. Le simple fait d'entendre le mot bonapartiste lui faisait froncer les sourcils et le nez, au même titre que les prétendus droits d'autres Roi. vade retro satanas! Lui et ses suppôts. Quant aux républicains...elle pensait qu'ils plongeraient le pays dans un chaos, devant surmonter des crises, avec au beau milieu les français, les oubliés méprisés du pays. Elle reprit un peu de son thé, tandis que le Roi, lui, déposait sa tasse dans un soupir en disant long sur son sentiment. Un peu avant qu'il ne lâche sa bombe, elle se permit une réflexion.

En effet, Il ne vous reste que peu de choix, mais...je ne vous contredirais pas. Il faut bien être deux pour cela...même si je ne suis pas spécialiste de la question, je vous l'affirme et confirme.

Elle faillit rire à son affirmation, se retenant, heureusement, car la Duchesse sans aucun doute aurait eu tôt fait d'envoyer gicler sa gorgée de thé en pleine tête couronnée. Ça...si on lui disait le contraire, elle ne le croirait pas. A moins d'un immaculé conception..Ils avaient tout de même une drôle de conversation. La cousine se serait attendue à tout, sauf à l'éventuelle conception d'un enfant. Elle n'en perdrait cependant pas un oeil et c'était bien ainsi.

Ce n'était plus un secret, qu'il haïssait les mariages morganatiques. Nul ne pouvait lui en vouloir, permis ou pas, son ou ses futurs enfants pourraient être considérés illégitimes et cela pourrait créer des branches cadettes bâtardes. Quant aux deux Princesses, si c'était pour qu'il siège entre deux chaises au lieu de son trône, ce serait pire que de nouer des liens avec les bonapartistes. Quoi que...

A l'évocation de la Princesse Asmahane, la Duchesse sourit. Eh bien voilà! On y arrivait au fin mot de l'histoire! Il en avait mis du temps, juste pour exprimer le choix porté sur une possible épouse. Elle aurait eu le temps de savourer 10 fois une tasse de thé. mais elle était fixée. Il avait nommé une personne envers qui elle avait un grand respect, une amie, son amie. Et pas des moindres, une Princesse sultane, extrêmement belle, radieuse. Mais au delà de ces qualités, elle était digne, respectable, intelligente aussi et qui savait montrer une certaine retenue. L'âge en ce cas, n'était pas un problème. D'autres ne lui arrivaient pas à la cheville malgré leur grand âge. Elle reprit une gorgée de thé, avant de répondre, cherchant ses mots pour exprimer son sentiment.

Si vous voulez mon sentiment...je pense que vous avez raison. Vous ne pouvez décemment pas épouser n'importe qui. Il faut vous épargner les ennuis et il faut vous en tenir à une personne convenable et digne de votre rang. La Princesse Asmahane l'est sans aucun doute. Et je puis vous dire que son âge n'a rien d'un obstacle. Justement, comme vous l'avez dit, les terribles épreuves qu'elle a surmonté, l'ont certainement rendue plus adulte, qu'un adulte qui se respecte ou un vieillard. Elle est intelligente et a la tête sur les épaules. Au delà de son extrême beauté bien sûr

Elle se tut un instant.

Je dirais donc que si vous suivez votre instinct, vous ferez le bon choix.

A son tour de voir sa réaction, finissant son thé délicieusement.
_________________

Banzaaaïïïïïïïïïïïï!!!
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:32    Sujet du message: [RP] Desperate Houseking

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Monarchies - Forum Index du Forum -> + Royaume de France + -> . Palais des Tuileries . Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template