Forum Officiel du jeu Monarchies Index du Forum

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1824
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon -
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Forum Officiel du jeu Monarchies Index du Forum -> + Département de la Seine + -> Ville de Paris
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alexandra
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2013
Messages: 2 524
Localisation: Manoir de Montrieux (Seine)
Féminin

MessagePosté le: 02/12/2016, 10:39    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Citation:
- Le Samedi 17 Décembre de l'An de grâce 1822 à 20H00
Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon – 6ème arrondissement de Paris

Britannicus de Jean Racine
Tragédie en cinq actes et en vers.
Réflexion sur l’histoire, la politique, les calculs de Cour.
 



 
 

_______________
Alexandra de Montrieux
Pair de France
Comtesse de Beaulieu
Baronne de Sceaux
Chevalier des Ordres du Roi

25 mai 1800 - 30 décembre 1822
Revenir en haut
Alexandra
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 25 Nov 2013
Messages: 2 524
Localisation: Manoir de Montrieux (Seine)
Féminin

MessagePosté le: 16/12/2016, 09:08    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

Une heure avant la représentation :

Alexandra vient déposer le livret qui sera remis à chaque spectateur et s'assure que la loge royale soit agréablement et confortablement agencée et pourvue en boissons, gourmandises et autres douceurs sucrées, provenant directement des cuisines du Palais des Tuileries. Du personnel délégué par le Palais des Tuileries est en place afin d'assurer le service auprès de la famille royale si toutefois elle se présentait.
Ceci fait, elle s'en retourne à ses bureaux.


     
 
Citation:
LIVRET BRITANNICUS
de Jean Racine
Tragédie en cinq actes et en vers
Date de la première parution : 1670

     
Liste des personnages de Britannicus :     
  • Néron, empereur, fils d'Agrippine.
  • Britannicus, fils de l'empereur Claudius (Claude).
  • Agrippine, Veuve de Domitius Ænobarbus, mère de Néron, et, en secondes noces, veuve de l'empereur Claudius (Claude).
  • Junie, fiancée de Britannicus, descendante d'Auguste.
  • Burrhus, gouvernant de Néron.
  • Narcisse, gouvernant de Britannicus, conseiller de Néron.
  • Albine, confidente d'Agrippine.
  • Gardes.











1er ACTE :     

     
Au petit matin, Agrippine attend devant la chambre de Néron que l’Empereur son fils veuille bien la recevoir. Elle vient d’apprendre que pendant la nuit, sans l’en avertir, Néron a fait enlever Junie, l’amie de son autre fils Britannicus. Agrippine, qui a favorisé l’arrivée au pouvoir de Néron, enfant d’un premier mariage, au détriment de Britannicus, prétendant légitime au trône de son père défunt (l’empereur Claude), s’inquiète de voir Néron échapper à son contrôle et s’en prendre à Britannicus. Le gouverneur de son fils (Burrhus) vient annoncer à Agrippine que Néron ne la recevra pas, il plaide le droit du jeune empereur à se libérer de la tutelle politique de sa mère. Britannicus survient, cherchant Junie. Agrippine l’informe et lui propose son soutien.     

     
2ème ACTE :     

     
Néron apprend à Narcisse (le gouverneur de Britannicus, qui espionne son maître pour Néron) qu’il est tombé amoureux de Junie, cette nuit-même, en voyant la jeune fille en pleurs. Junie refusant ses avances, Néron organise entre elle et Britannicus une entrevue où elle devra faire comprendre au jeune homme qu’elle ne l’aime plus. Sinon, il le tuera. Junie fait ce qu’on lui demande, mais elle ment si mal que Néron, jaloux, décide de supprimer Britannicus.     

     
3ème ACTE :     

Luttes en coulisse pour le pouvoir : Burrhus s’inquiète des outrances de Néron et s’en ouvre à Agrippine, mais lorsque celle-ci se dit prête à favoriser la conquête du pouvoir par Britannicus, il s’effraie et défend Néron. Agrippine se confie à Albine : outre la colère de voir le pouvoir lui échapper, elle éprouve une sorte de dépit amoureux face à l’amour de Néron pour Junie. Mais quand Britannicus lui apprend qu’il a obtenu le soutien de membres importants du Sénat contre Néron, elle s’alarme.
Junie apprend à Britannicus les raisons de sa froideur lors de leur récente entrevue. Néron, qui a tout entendu, les surprend ; après une violente dispute, Néron fait arrêter Britannicus et Agrippine
     

     
4ème ACTE :     

Agrippine obtient enfin un tête à tête avec Néron : elle lui rappelle tout ce qu’elle a fait pour lui et se défend de toute alliance avec Britannicus. Néron promet de se réconcilier avec Britannicus.  Néron explique ensuite à Burrhus que cette modération n’est qu’une feinte et qu’il fait assassiner Britannicus. Mais Burrhus le conjure de revenir sur cette décision néfaste, mettant sa vie dans la balance. Il parvient à ébranler Néron, mais Narcisse convainc l’empereur qu’il est trop tard et que l’ordre d’empoisonner Britannicus a été donné.
     

     
5ème ACTE :     

Malgré les craintes exprimées par Junie, et encouragé par les assurances données par Agrippine, Britannicus se rend au festin offert par Néron pour sceller la réconciliation. Pendant qu’Agrippine s’attarde quelques instants en compagnie de Junie, Burrhus fait irruption et leur apprend la mort de Britannicus, empoisonné par les soins de Narcisse.  Agrippine prédit une fin tragique pour elle, mais aussi pour son fils. Junie s’enfuit et fait vœu de devenir une vestale. Narcisse a été tué par la foule en voulant s’emparer d’une femme devenue sacrée.

     
     

     

     

     

     

     

     

     
     

_______________
Alexandra de Montrieux
Pair de France
Comtesse de Beaulieu
Baronne de Sceaux
Chevalier des Ordres du Roi

25 mai 1800 - 30 décembre 1822
Revenir en haut
Persevael
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2014
Messages: 1 971
Localisation: Saint-Denis
Masculin

MessagePosté le: 16/12/2016, 11:38    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

En l'absence du lieutenant général, Persevael fit placer des policiers à l'extérieur du bâtiment et quelques uns en visibilité à l'entrée principale. Il ne fallait pas imaginer que les gens allaient pouvoir entrer dans l'endroit sans avoir un peu de protection. Il verrait ce qui se passerait. Il fait entrer du monde qui se plaça de manière stratégique proche de la loge royale. Il croisa les doigts pour que tout se passe bien.
_______________
Revenir en haut
Frédéric d'Orange
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2016
Messages: 1 077
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: 19/12/2016, 20:55    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

Frédéric avait demandé une arrivée discrète, plus pour ménager sa promise que lui-même. Il ne voulait pas qu'un bain de foule vienne perturber ce premier rendez-vous, pour les autres ils sauraient s'en accommoder. C'est ainsi qu'ils entrèrent entourés de gardes chargés de tenir chacun à bonne distance. Les traits tendus et l'air inquiet le prince regardait autour de lui et machinalement sa main alla prendre celle de Marie Anne, autant pour la rassurer que pour se sentir lui-même moins seul. Fort heureusement, la foule ne s'était pas pressée pour l'événement et il se détendit petit à petit sans lâcher la main de sa promise tandis qu'un sourire égayait petit à petit son visage. Pour peu, il aurait pu paraître rayonnant. Le jeu prince était surprenant, l'on pouvait facilement croire au bonheur prétendu qu'il éprouvait à ce moment-là et il regarda la princesse furtivement avec tendresse. Si la folie de sa jeunesse relevait son voile mélancolique il savait qu'il pourrait la trouver belle, mais si sa tristesse le touchait il n'y trouvait aucun attrait réel.

Tandis qu'ils montaient les marches allant à leur loge le prince alors tout à fait détendu chercha le regard de la duchesse de Montpensier:


-Nous espérons que cette sortie sera la première d'une longue série. Nous aimons beaucoup l'Art, quel qu'il soit et pensons qu'il est bon pour la santé de se divertir de temps à autre.

Dans la loge royale Frédéric accompagna sa promise jusqu'à son fauteuil avant de prendre place lui-même. Un serviteur leur mena un vin de champagne et servit deux verres en silence avant de se fondre dans l'ombre comme s'il avait été un mirage. L'homme prit sa coupe et la leva lentement vers Marie Anne:

-A nous, madame, à notre glorieux avenir et à la France à qui nous vouons notre existence.

Sur ces paroles il but une gorgée et son regard glissa vers les fauteuils en contrebas. Il n'y avait presque personne, quand les loges latérales dédiées à la noblesse étaient pour le moment désespérément vides. Les festivités de la Saint Epi ne semblaient pas connaître en France l'engouement espéré, cette pensée laissa le prince songeur quelques instants. Si les fêtes étaient si rares, ce n'était pas parce-que les organisateurs manquaient mais parce-que cela ne semblait intéresser personne. Au fond, cela était comme la chambre basse: le peuple se désintéressait de l'Art et de la culture comme de la politique et semblait avoir en même temps la critique facile. Il fallait avoir du courage et les épaules larges pour gérer un peuple si instable et capricieux, une fois de plus Frédéric en vint à admirer son futur beau-frère, lui même n'aurait ni la patience, ni la diplomatie nécessaire pour assurer une telle fonction.
De nouveau, son regard se porta sur la blonde créature et l'homme but une longue gorgée de son vin de champagne. Il n'était pas mauvais, même si dans sa gorge le breuvage semblait laisser un arrière goût quelque peu amer. Les lieux étaient magnifiques, ils bénéficiaient d'une loge exceptionnelle et des petites jumelles avaient été laissées à leur attention afin de voir mieux: décemment l'on ne pouvait pas demander mieux. En cet instant, il se sentit comblé de joie pour la première fois depuis des mois.

_______________
Revenir en haut
MSN
benoit
Conseiller royal
Conseiller royal

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mar 2010
Messages: 4 667
Localisation: Urrugne, Pyrenées Atlantique
Masculin

MessagePosté le: 20/12/2016, 18:18    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

Ce soir, Benoit....sort

Et accompagné en plus, et par une dame de surcroits

Qui donc ?

Dame du monde, connue mais souhaitant garder l'anonymat ?
Demi mondaine croisée en taverne ?
Courtisane de luxe pour Duc errant célibataire en mal de sensation forte?
Femme légionnaire ou de son personnel de maison, a qui il offre une sortie, comme ça ?

Allez savoir

Elle ne laisse ni voir son visage, ni ses cheveux, ni même le son de sa voix, mais outre une belle élégance de bon gout, elle est bien à son bras et l'accompagne dans une loge des plus discrètes, passant loin, bien loin de l'attroupement autour du jeune couple princier

Léger signe d'activité du à l'activité de quelques serveurs, qui ne depasseront pas la porte, les Légionnaires de la garde personnelle du Duc prenant le relais.

Bien calé dans l'angle mort de la loge, ne laissant rien paraitre de leurs propos et gestes, Benoit et son invitée se préparent à apprecier le spectacle.

_______________


-Lt Gen.Roy., Régent de France(1820/21)
-Mch. Gendarmerie.Roy. (1816/17)
-Gen./Gen Div /Lt Gen (ret. 1817/21, react. 1821/...)
-Ministre d'Etat (1816/17, 1820/23)
-Juge de Seine(1816/17)
-Fondateur Légion Etrangère (1817/...)
-Lord Manor of Rugby (1820/...)
-CB(hon.)
Pére de Raphael, Clara et Sophie
Revenir en haut
Marie-Anne d'Artois
Parti Ultraroyaliste

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2015
Messages: 88
Localisation: Palais des Tuilleries
Féminin

MessagePosté le: 21/12/2016, 03:02    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

La berline princière avait démarré du Palais des Tuileries en quatrième vitesse, après tout il ne fallait pas arriver en retard même si les princes de par leur rang pouvaient se permettre de débarquer avec de longues heures de retard, un privilège des plus grands bien-nés que d'être attendus de tous. La Princesse imaginait les sièges de l'Opéra couverts de monde, sa discrétion l'empêchait naturellement de nourrir un grand attrait pour les hordes de monde, quoiqu'en étant l'héritière du trône cela faisait parti de ses attributions d'honorer la populace de se présence immédiate. Les gens aimaient sentir le Roi et son entourage au plus près d'eux, en ce sens il fallait alors leur donner pleine satisfaction. Le mécontentement du Peuple engendrait l'émotion de la foule connue lors de la Révolution, un effroi qu'il fallait éviter en particulier lorsque la restauration de la monarchie datait de peu de temps.

Visiblement, le prince d'Orange se montrait sur un bon air. Cherchait-il à conforter une place au coeur de l'estime de la soeur du Roi ? Néanmoins, la remarquable initiative de l'homme, d'offrir ce présent eut l'effet indéniable de permettre son contentement. En évidence, la jeune femme ne bondirait pas de joie, toutefois cette douce attention princière à son égard n'échappa nullement d'intérêt. Si cette considération fut intentionnelle, elle avait en tout cas le mérite de plaire l'Enfant de France. Un autre bijou, indubitablement, aurait gagné un rejet en bonne et due forme dans les règles bien entendu de la politesse. Il était question là d'un pendentif en crucifix, comment sa foi contemplative n'aurait pu trouver un éclat d'émerveillement devant cet objet qu'elle considérait comme le signe le plus sacré ici-bas. Cette belle pièce incrustée de pierreries devait être à un prix fort élevé, ce qui fit la Duchesse de Montpensier légèrement tiquer...une simple croix de bois suffirait, mais ne disait-on, c'est l'attention qui compte.


« Votre maladresse est oubliée, Monsieur. Votre présent a su être efficace.» dit-elle en remerciant le jeune prince d'un sourire parfaitement dessiné sur ses lèvres, la princesse s'autorisa de déposer avec délicatesse sa menotte sur la joue princière.

Le véhicule venait de s'arrêter devant l'Odéon, un petit détachement de policiers à l'entrée du théâtre lui faisait réaliser que durant leur vie conjugale leurs sorties ne seraient jamais intimes. D'un autre côté, Marie-Anne se rassurait d'avoir la présence des autorités, les services de la Couronne furent à saluer pour leur efficacité et la diligence des officiers, en particulier le Ministère de l'Intérieur qui réalisait toujours un travail remarquable : elle admirait en toute franchise la loyauté sans faille de cet homme. Le portique de l'Odéon n'était pas noir de monde tel qu'elle l'imaginait quelques minutes plus tôt, les gens détestaient tant l'oeuvre de Jean Racine, Britannicus, l'un des plus grands classiques des chefs d'oeuvres français devrait être la tragédie la plus regardée, selon la Princesse. L'un des valets tendit d'ailleurs à la Duchesse, le petit livret résumant les cinq actes scénarisés. La Bourbon se tenait au bras de son promis, un sourire gêné en raison de sa pudicité excessive apparut quelque peu lorsque celui-ci prenait sa main, on n'enseignait point à la jeune femme la science des gestes simples que se permettaient les personnes d'un couple en public.


« La pièce de Britannicus est un excellent choix. Les méthodes de transposition utilisées par Racine pour adoucir les moeurs sont remarquables. J'ai quant à moi une attache particulière au personnage de Junie.» reprit-elle à l'adresse de son compagnon du soir.

Ils gagnèrent tous la loge royale, la Mère Supérieur prenait place certes en arrière sur deux sièges plus loin, elle veillait au bon grain les agissements du prince. À chaque geste déplacé du prince, n'hésistait-elle à émettre de sa gorge, des bruitages désagréables aux oreilles, plus précisément lorsque le prince proposa un toast. La vieille femme disait ce geste démoniaque, il rappelait la catin de Babylone buvant à la gloire de la perfidie, on levait uniquement la coupe de vin afin de la consacrer lors de l'office divin ! Cependant, la Fille de France éleva sobrement son verre à l'invitation de Frédéric en prononçant ces paroles :


« Et au Roi.» ajouta Montpensier avant de déposer la coupe entre ses fines lèvres.
Revenir en haut
Frédéric d'Orange
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2016
Messages: 1 077
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: 21/12/2016, 09:02    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

Le présent lui avait visiblement plu, ainsi que la coupe de champagne mais sa suivante semblait ne rien apprécier. Il comprenait qu'un chaperon était nécessaire avant leur mariage et espérait que cette horrible trouble fête ne les hante pas une fois mariés. Serrant les dents et se retenant de l'étrangler à chacun de ses raclements de gorge infernaux le prince sut alors que la soirée qui devait s'annoncer agréable ne le serait pas tant que cela. Il regarda la princesse avec un étrange sourire, malgré tout elle ne lui avait pas lâché la main et n'avait pas rechigné à boire une gorgée d'alcool. A cette blanche colombe il s'efforcerait de montrer les plaisirs de la vie et espérait qu'à la longue elle apprécierait davantage une course coquine dans des jardins labyrinthiques qu'une longue et inutile messe.

-Nous n'avons, madame, jamais vu Britannicus et n'en connaissons pas les personnages. Nous sommes plus habitués aux œuvres de Jan Vos ou du docteur Samuel Coster. Il est plaisant de pouvoir découvrir en votre présence la culture française, vous serez d'ailleurs notre instructrice dans ce domaine.

Il n'avait aucune honte face à son ignorance, sa culture néerlandaise étant des plus poussées. Il se promit toutefois de prendre le temps de lire quelques ouvrages français quand le temps le lui permettrait. Lui-même ouvrit le livret et leva un sourcil. Quel intérêt de décrire toute la pièce avant qu'elle n'ait été visionnée ? Il referma le tout et le reposa avant de jeter un œil aux sièges en contrebas. Il n'y avait pratiquement personne alors que l'heure avancée déjà aurait dû annoncer le début du spectacle. Peut-être que le Roi était attendu, dans ce cas ils pouvaient attendre des heures encore, tant que sa sacrée personne n'était pas arrivée rien ne pouvait débuter.

C'est ainsi que Frédéric se prépara à passer plusieurs heures dans sa loge. Si passer du temps avec sa fiancée aurait pu paraître facile en dépit du contexte, partager ce temps avec l'austère femme qui les regardait de travers était bien moins réjouissant. Il entreprit donc de parler de la pièce avec la princesse et d'utiliser cette dernière pour en apprendre davantage sur sa promise:


-Junie a-t-elle votre préférence parce-qu'elle est devenue vestale après avoir perdu son amour ?

Il sourit légèrement. Ainsi donc était-elle plus romantique et rêveuse qu'elle ne le montrait ? Toute jeune personne était bercée par ses illusions, lui le premier et il avait toujours imaginé les jeunes filles attendant un prince charmant. Certes, elle aurait pu rêver à mieux que lui-même, son passé, ses jeux et ses ébats n'ayant rien de charmant et il en venait à les plaindre tous les deux. A l'évidence ils étaient bien mal assortis mais il ferait tous les efforts nécessaires pour que chacun puisse tirer profit des différences de l'autre.

Le prince ne quittait pas Marie-Anne des yeux, si elle lui plaisait bien moins que la duchesse de Vermandois il ne put s'empêcher de lui trouver quelques attraits en ce moment précis. Un raclement de gorge se fit entendre alors qu'il venait de saisir à nouveau sa coupe de champagne et le charme qui venait de naître en lui fut aussitôt rompu.C'est alors qu'il héla un serveur:


-Avez-vous faim, madame ?

Il espérait avoir au moins droit de se sustenter, sans quoi il craignait de faire passer la vieille carne par-dessus le balcon.
_______________
Revenir en haut
MSN
Asmahane
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2015
Messages: 215
Localisation: dans les limbes
Féminin

MessagePosté le: 21/12/2016, 16:53    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

Aucun chichis pour une autre princesse, arrivée en toute discrétion dans une des loges réservées à la noblesse.

Elle était là par crainte d'oublier le monde extérieur. Le livret de la pièce gisait sur ses genoux sans qu'elle l'ait ouvert. A avoir passé tant de temps recluse, à espérer des nouvelles qui ne viendraient plus, le contact du public la rendaient nerveuse. Des craintes infondées parasitaient cette soirée supposée la délasser de ses préoccupations.
Seniha avait-elle ressenti la même crainte ? Son époux la laissait-il au moins sortir un peu ? Et là, parmi tous ces visages bien que peu nombreux, se cachait-il un assassin venu pour elle ? Les petites lames cachées dans ses effets ne la rassuraient qu'à peine.

L'arrivée d'un couple illustre passa inaperçu à ses yeux, rivés sur les têtes qui occupaient les fauteuils en contrebas.
Certes, si elle avait voulu que personne ne la remarque, ne l'entende ni rien, et bien elle ne serait tout simplement pas venue. Elle n'était pas femme à manières. Non, ce soir elle tenterait de se prouver qu'elle n'était pas la bête à abattre.


Une soirée, rien qu'une soirée...

L'orientale avait l'habitude de porter un turban de même type que celui, blanc à plume dorée, qui couvrait sa tête ce soir-là. Pourtant en cet instant il lui paraissait si pesant qu'il ajoutait à son malaise.
La femme vêtue de voiles sombres à ses côtés posa une main sur les siennes pour en atténuer le tremblement.


Oh ani¹, j'ai une envie furieuse de me lever et courir loin d'ici ! Où est ma force, où est mon discernement ? Ani, j'endure ce chemin vers la rémission.

Sa compagne lui répondit avec douceur.

Sen sadece bir çocuksun. Bir kez meydan korkularını gülmek senin endişe olarak harika.²

Il aurait été étonnant pour qui connaissait les dangers mortels encourus par l'adolescente depuis son plus jeune âge de la voir si désemparée à l'idée d'assister à une simple représentation théâtrale.

Onları dinlemek çok acele etme.³

La princesse hocha la tête, à demi apaisée.

Que jouait-on ce soir, déjà ?




¹ diminutif de "mère"
² Tu n'es encore qu'une enfant. Aussi grande soit ton appréhension tu riras de tes frayeurs une fois le défi relevé.
³ Ne sois pas si prompte à les écouter.

_______________
Revenir en haut
MSN
François-de-Bourbon
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 1 566
Masculin

MessagePosté le: 23/12/2016, 19:15    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

    Vous l’attendiez tous avec impatience, vous demandant jusqu’à ne plus en dormir le soir s’il se déplacerait, et bien : vous avez votre réponse. Le Roi, bien entendu, allait s’y rendre, tout heureux qu’il était de sortir du cadre doré au Palais des Tuileries pour prendre l’air. Le Roi travailleur, ne sortait que rarement, réservant ses sorties au strict cadre protocolaire comme les Conseils des ministres, les visites au Parlement, et tout ce qui fait la gaieté des fonctions de Roi de France.

    Les loisirs ne prenaient que peu de temps dans l’agenda royal : la lecture des journaux le matin (si l’on peut considérer ceci comme des loisirs), et une heure ou deux de « vraie » lecture le soir. Voilà tout. Le reste, vous repasserez en 1823, une fois le Nouvel-An passé, si, Epicure l’y aidant, le Roi se décidait à prendre de sérieuses résolutions en ce sens.

    Pour l’heure, aux Tuileries, il se préparait. La tenue militaire d’apparait avait été écartée très vite : pas la peine de s’encombrer quand on vient pour se détendre. Toutefois, il ne pouvait s’habiller comme la simple populace. Alors, ce sera une simple queue de pie noir, en dessous de laquelle, sera passée l’écharpe bleue ciel de l’ordre du Saint-Esprit. La plaque du même ordre, de couleur argent, était bien entendue fixée sur le pendant gauche de cette queue de pie. « Il faut rester Roi partout, même aux latrines » avait coutume de dire Madame Royale, mère du Roi, montrant l’attachement qu’elle portait au prestige de la Couronne. François suivait en tout point les recommandations de sa mère.

    L’heure approchant, il était l’heure pour le Roi de se diriger vers l’Odéon. Le trajet se passa sans encombre, et, une fois arrivée, il fut guider directement vers la loge royale, dans laquelle, il retrouva sa sœur Marie-Anne, et son futur beau-frère, le prince Frédéric. Leur adressant un chaleureux sourire, il leur dit : - Je ne pouvais pas vous laissez seuls ici, il faut bien que je me montre aussi.

    Il prit alors place sur le siège qui lui était traditionnellement réservé, et commença à lire le livret mis à la disposition de chacun des spectateurs. Il leur chuchota : - J’espère que nous n’attendrons pas longtemps.

    Il se tourna vers le prince Frédéric, lui demandant : - Votre installation en France s’est-elle faite à votre convenance ?

    Le temps de sa réponse, il commença à scruter les bancs des spectateurs, à la recherche de têtes connues, contemplant du même coup, la décoration de cet opéra.

_______________
Revenir en haut
MSN
Asmahane
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2015
Messages: 215
Localisation: dans les limbes
Féminin

MessagePosté le: 24/12/2016, 16:42    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

Le brouhaha augmentait en intensité au fur et à mesure que l'heure avançait sans que rien ne bouge sur scène.

La salle sans être comble s'était un peu plus remplie qu'au moment son arrivée. La jeune fille n'avait tourné la tête qu'à l'arrivée du Roi, suivant le mouvement général. Elle l'avait vu échanger quelques mots plaisants avec ses voisins, sa sœur et son futur mari, lui apprirent involontairement les discussions alentours. Malgré la distance la princesse distingua sur son visage un sourire qu'elle lui envia, avant de considérer qu'elle ne l'avait que trop dévisagé.


De ! Ne başlatmak bekliyorsun¹ ? demanda-t-elle avec humeur.

Le retard que commençait à prendre la représentation ne lui était pas agréable. Elle prit le programme dans ses mains et se mit à le triturer pour passer sa nervosité.



¹ Et bien ! Qu'attendent-ils pour commencer ?
_______________
Revenir en haut
MSN
Marie-Anne d'Artois
Parti Ultraroyaliste

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2015
Messages: 88
Localisation: Palais des Tuilleries
Féminin

MessagePosté le: 25/12/2016, 23:04    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

Cette première soirée prévue et présidée par la prince s'annonçait bonne, elle paraissait bien organisée, strictement rien n'allait de travers. Il était plaisant de voir un pareil souci du détail, la méticuleuse fille des Bourbon pouvait entre autres, elle-même, se rassurer sur la véritable identité de cet parfait inconnu avec lequel elle devrait partager l'hymen désormais. Le plus souvent, les mariages de Princes n'avaient pas la vertu d'être assortis, ou alors cela se faisait accidentellement, un peu à la manière similaire des contes de fées . À première vue, ils ne semblaient pas si désagréables l'un à l'autre, seule l'opulence naturelle dans laquelle le haut-né aimait à se pavaner inclinait la Princesse vers un sentiment d'affliction. Le prince Frédéric représentait le gentleman archétype auquel n'importe laquelle jeune fille trouverait dedans une quelconque attirance : un homme courtois, charmant, certes pas très beau, mais serviable et engageant.

« Oh, et bien ce sera une découverte. À l'aube du Grand Siècle de mon aïeul, cette oeuvre de renom du classicisme témoignait de ses lettres de noblesse à la Cour. Les pièces de Racine sont incontournables si vous tenez à parfaire votre culture française. »

La Duchesse de Montpensier s'étonnait de savoir son promis intéressé par les Lettres. Il faut dire, elle l'imaginait plutôt manifester un vif intérêt pour les amusements plus empreints de virilité, la chasse à courre, les arts martiaux et les jeux d'argent. Marie-Anne n'avait eu de nulle façon le sentiment d'avoir à faire à une personne autant ouverte d'esprit, mais songeait au genre de personnage aux goûts grossiers, couvert de rugosités, manquant d'une grande finesse. Les gens eux aussi devaient certainement l'affubler d'une vision peu appréciable, sa dévotion mise en valeur en tout temps révélait un certain nombre de mystères, il est vrai passait-elle la plupart de son temps à égrener son rosaire, lire son livre d'heures et les textes immensément sacrés. Toutefois, sa foi ne devançait pas son ouverture à la beauté de la plume de scribes autres qu'agissant sous l'inspiration divine. La seule limite de ses lectures serait de ne se plonger en quelque manière dans les textes impies couverts d'indécence et d'impudicités

« Au-delà des oeuvres théâtralisées, je vous recommande vivement la lecture de Chateaubriand qui a ma personnelle admiration. Il offre à notre culture l'exaltation d'un nouveau genre littéraire. Je crains qu'à côté de lui, Racine soit passé d'actualité. Le personnage de Junie ressemble sous différents aspects à celui d'Atala dépeint par Chateaubriand, elles doivent toutes les deux choisir entre la pureté de l'amour humain ou celle de l'amour divin.»

C'est respectueusement qu'elle formula un refus à la proposition de grignoter, la jeune dame dînerait au souper de vingt-deux heures comme à ses habitudes. Quelques minutes plus tard, un délicat sourire s'afficha sur les lèvres de la Princesse de France, son grand frère venait de rentrer dans la loge royale de l'Odéon.

« Mon frère. Il est bon de vous accorder un instant de loisir, je ne vous voyais plus. » se permit-elle de déclarer en gardant son air ravi de le retrouver.
Revenir en haut
Frédéric d'Orange
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2016
Messages: 1 077
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: 26/12/2016, 17:49    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

Le prince hocha la tête à l'adresse de sa promise, se promettant de retenir au mieux les auteurs qui lui avaient été indiqué. Chateaubriand ne devait pas être trop difficile à mémoriser, chacun sachant qu'un château avait forcément brillé à un moment de son histoire. Une idée lui vint et il la proposa à la princesse avec un sourire tout à fait courtois. Il voulait rendre ses visites futures agréables et ne pas les réduire au simple devoir de l'insémination.

-Nous ferons selon vos recommandations, madame, une fois marié il nous plairait de converser dans nos moments privés des derniers ouvrages que nous aurons lu.

A son refus de grignoter, il fit geste au serveur de retourner de là où il venait et c'est à ce moment que le Roi fit son apparition dans leur loge. Avec respect, d'Orange se leva et salua le monarque comme il le devait avant de reprendre place aux côtés de Marie Anne. Il sourit de la voir si heureuse et laissa son regard s'attarder sur les petits fossettes qui se formaient au creux de ses lèvres lorsque le bonheur s'installait. Il aurait été cruel d'éloigner la duchesse de Montpensier de son frère tant son attachement semblait important. Au fond, lui ne souffrait plus, son ego surdimensionné ayant fini par se faire à la présente situation. C'est donc détendu et tout naturellement qu'il répondit au roi:

-Nous sommes bien installé, votre Majesté, vous avez un palais tout à fait agréable et confortable. Nous déplorons cependant que l'Intendante Générale de la Liste civile du Roi ne soit pas venue vérifier notre installation alors que nous sommes arrivé depuis plus de deux mois.

Il était insupportable de constater que les gens acceptaient les postes sans être en mesure de les honorer. Soucieux que son futur beau-frère soit servi au mieux il lui avait semblé indispensable de faire mention de ce point. C'est alors que son regard glissa vers l'une des loges, celle de la princesse Ottomane et il resta quelques instants silencieux. Il avait déjà croisé toute la cour des Tuileries et jamais il n'avait croisé la femme en blanc. Si elle avait une loge et des dames de compagnie, nul doute qu'il devait s'agir d'une personne importante. Il fronça un sourcil avant de se tourner vers le Roi:

-Pardonnez notre audace Votre Majesté, mais il ne nous semble pas connaître la personne qui se trouve dans la loge plus à droite. Nous nous efforçons de retenir le nom et les titres de chaque sujet de votre cour afin d'être digne de votre Famille et nous ne voulons en aucun cas paraître grossier par ignorance.

Il ne vit pas Benoit qui n'était pas visible de la loge royale, ni le fantôme qu'il se trimbalait et son regard retourna à sa promise. Depuis l'arrivée royale la mère supérieure s'était mise un peu à l'écart et se gardait bien de racler à nouveau sa gorge au moindre son de sa voix. C'est donc en la défiant qu'il effleura de sa main le petit doigt de sa fiancée, dans un geste tendre. Sa peau était douce et son contact plaisant. Elle était une rose entourée d'épines, pourvu qu'il parvienne au fil des années à éviter les éraflures.
_______________
Revenir en haut
MSN
François-de-Bourbon
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2015
Messages: 1 566
Masculin

MessagePosté le: 03/01/2017, 16:08    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

    Le Roi avait donc pris place sur sa chaise. Tout en écoutant son futur beau-frère et sa sœur lui répondre, il regardait le public, continuant sa chasse de têtes connues, puis il leva la tête, contemplant cette fois-ci le plafond. La pièce n’avait pas l’air de démarrer. Il se pencha vers Frédéric, lui répondant : - J’en suis navré, la baronne de Joinville étant d’une santé assez fragile, quelques ennuis l’aura sûrement empêchée de venir vous accueillir. Je lui poserai la question, en tout cas, je suis heureux que les Tuileries vous conviennent. Si quelque chose vous gêne ou vous manque aux Tuileries, n’hésitez pas à m’en parler, je ferai tout mon possible pour rendre votre vie en France la plus agréable possible.

    Sa sœur semblait contente de voir François ici, il lui répondit alors : - Marie-Anne, ce plaisir est partagé, il faudrait qu’il y ait plus de soirées comme ça.

    Retour avec Frédéric qui lui pose une question à propos du public. Il chercha la personne décrite par Frédéric, il lui répondit : - La personne que vous me dîtes, est la princesse Asmahane, une des filles du Sultan ottoman Sélim III. Sa sœur aînée a été la seconde femme du défunt Margrave de Bade. Elle est en France suite à quelques mésaventures dans son pays. Ma sœur l’a rencontré il y a un an quand elle est arrivée d’Angleterre. Une personne exquise, si vous avez l’occasion de la rencontrer, je suis sûr que vous direz la même chose. Une Altesse impériale en sommes, un rang plus élevé que le nôtre.

    François n'en dira pas plus à Frédéric. Les souvenirs partagés avec la Princesse Asmahane au cours de cette soirée à l'Hôtel de Bade était toujours très présent. Un merveilleux souvenir. Passant sa main droite, devenue légèrement moite, dans ses cheveux, il peinait à masquer une gêne. Il ne l'avait plus vu depuis le bal masqué pour son anniversaire, il y a six mois. François tenta de faire bonne figure, et se contenta de sourire, et de croiser ses mains, les doigts pianotant, il dit à l’attention de sa sœur et de son beau-frère : - Vous savez à quelle heure doit débuter la représentation ? J’attrape faim.

_______________
Revenir en haut
MSN
Asmahane
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 07 Juin 2015
Messages: 215
Localisation: dans les limbes
Féminin

MessagePosté le: 07/01/2017, 02:44    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

Haberin yok mu ? ¹

Asmahane redoutait cette question. Tant que le sujet n'était pas abordé, c'était comme si l'angoisse n'existait pas. Aborder le sujet rendait concrète cette horrible attente.

Pour toute réponse elle regarda son accompagnatrice dans les yeux et secoua lentement la tête, négativement.
Non, son informateur n'avait plus envoyé ses rapports depuis maintenant huit mois. Et bientôt elle n'aurait plus les moyens de lancer d'autres gens à sa recherche. Les voyages étaient si coûteux... Surtout en toute discrétion.
Cette perspective n'arrangeait en rien son état de santé. Mentalement elle dressait la liste de ce qu'il lui faudrait changer de son train de vie pour continuer ses recherches.

Ce soir était peut-être sa dernière sortie à l'opéra, et la pièce ne commençait pas... Elle eut soudain envie de gifler le responsable de tout cela.






¹ N'as-tu aucune nouvelle ?
_______________
Revenir en haut
MSN
Frédéric d'Orange
Membre de Monarchies

Hors ligne

Inscrit le: 28 Sep 2016
Messages: 1 077
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: 10/07/2017, 10:36    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon - Répondre en citant

[7 mois plus tard]

Il se souvenait encore du fiasco de la comtesse de Beaulieu qui avait organisé ici même une pièce qui n'avait jamais commencé et une envie de rire l'avait submergé. Il jeta un œil à la duchesse de Vermandois qui l'accompagnait alors vêtue d'une somptueuse robe blanche et or assortie à ses propres vêtements et qu'il avait fait confectionner spécialement pour cette soirée. Tous deux se trouvaient dans la loge royale et avaient passé le début de soirée dans l'hôtel particulier que Frédéric venait d'acquérir. Les lieux étaient vétustes encore mais le prince comptait bien y faire faire de grands travaux pour y multiplier les entrées et orner chaque fenêtre de lourds rideaux: nul question de voir ce qu'il se passait dans sa demeure, nul question surtout de voir qui y passait. Plus en avant dans la soirée le couple avait bu, mangé et... Fait d'autres tas de choses entre adultes consentants.

Un employé de l'Odéon -qu'on appelait alors le second théâtre de France- arriva à l'entrée de la loge et Frédéric l'interrogea du regard. L'homme se contenta avant toute chose de s'incliner bien bas et quand le prince lui permit de se relever et de prendre la parole ce dernier ne se fit pas prier:


-Monseigneur désire que nous lui servions quelque chose ?

Ce soir, Frédéric avait bu bien plus que de raison et déjà dans son esprit les idées tournaient de manière anarchique... Cependant, qu'était une sortie à l'opéra sans un semblant de distraction ?

-Amenez-nous du vin de champagne... La bouteille entière.

Il jeta un œil malicieux à sa maîtresse suivi d'un sourire un peu béat. Il ne serait pas difficile de faire passer cette sortie comme une réjouissance seulement rattachée au travail: d'après tout n'avaient-ils pas été tous deux convoqués aux Tuileries trois jours avant pour qu'on leur annonce que le commanditaire de l'attentat de son mariage avait été retrouvé ? L'homme ne savait toujours pas la représentation qui serait de mise ce soir mais il savait déjà qu'il s'intéresserait davantage à Faith qu'à la scène.

_______________
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:51    Sujet du message: [RP/Ouvert à tous] Théâtre de l'Odéon - Place de l'Odéon -

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Forum Officiel du jeu Monarchies Index du Forum -> + Département de la Seine + -> Ville de Paris Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template