Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1825
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

[RP] Pension Garnier à Saint-Denis
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
 
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Département de la Seine + -> Ville de Saint-Denis
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Anastasie Lévis-Mirepoix
Haute Justice
Haute Justice

Offline

Joined: 08 Jan 2017
Posts: 1,925
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

PostPosted: 06/11/2017, 12:59    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
Début Novembre 1823
          

Les deux tourtereaux sont à présent confortablement installés dans leur nouvel appartement. Un appartement si vaste, si confortable, qu'Anastasie y resterait bien sans plus en sortir. La pièce qu'elle préfère est bien la salle d'eau où une gigantesque baignoire trône en bonne place. La jeune femme a très vite compris comment se faire livrer de l'eau chaude. Pour ce faire, elle a négocié avec un "baigneur" dont le commerce est situé en bord de seine. Celui-ci, à heures fixes, se déplace à domicile et livre son eau qui a chauffé dans sa citerne. Les porteurs d'eau effectuent alors un ballet incessant jusqu'à remplir la dite baignoire où Joris et Anastasie n'ont plus qu'à s'immerger pour profiter d'un moment à nul autre pareil. Vive la déesse Hygie ! Et vive les porteurs d'eau !

Si elle doit revenir sur les deux chambres que possède leur nouvel appartement, elle dira que nos deux jeunes amoureux continuent leur guéguerre et luttent pour ne pas céder à l'envie de rejoindre l'autre et de se glisser sous ses draps. C'est que l'un comme l'autre n'a rien voulu céder, ils cohabitent comme frère et sœur et la date de mariage n'est toujours pas arrêtée. Anastasie ne va pas mentir, Joris lui manque cruellement. L'avoir comme grand frère est une chose mais l'avoir comme amant en est une autre et l'abstinence dans cette facette là commence à lui peser sacrément. Tout lui manque, sa délicieuse douceur, l'emprise de ses bras, l'envolée subtile de sa bouche qui parcourt son corps fiévreux. Arfffff ! Pourquoi a-t-elle eu l'idée de lui lancer ce jeu stupide en tête ? Elle pensait qu'il cèderait, qu'il ne résisterait pas plus d'une journée ou plutôt d'une nuit à être privé d'elle au sens biblique du terme. Mais ... le coquin tenait bon.  Moralité : Anastasie est nerveuse, mal lunée et en veut à la terre entière.

Aujourd'hui, elle compte bien changer la donne puisque l'occasion lui est offerte :
"Oh merci à toi Dame Nature !". Tant pis pour ce mariage qui n'est pas encore célébré. Au diable les diktats et les règles de bienséance. Il est un peu plus de vingt deux heures et dehors un orage gronde avec une rare férocité. Des éclaires jaillissent à travers les tentures pourtant tirées. On croirait que la fin du monde arrive tant la nature déchaîne ses éléments. Les volets de sa chambre claquent contre les murs extérieurs, elle pensait pourtant les avoir fermés. La flammèche de sa bougie se tortille sous les effets d'un petit vent qui s'insinue entre les pièces et la cheminée vient de voir son feu s'éteindre. Anastasie est apeurée mais surtout, elle voit là, le moyen d'aller rejoindre Joris dans sa chambre. Car ce coquin de fiancé s'est couché le plus naturellement du monde ... sans elle à ses côtés ! A croire qu'il ne la désire plus.  Cachée sous son édredon aux plumes d'oie, Ana n'en mène pas large mais se dit que c'est ce soir ou jamais. Courageusement, elle s'extirpe de sa couche, se mire un instant devant la psyché où sa gracieuse silhouette aux courbes parfaites se reflète. Elle ne revêt pas de robe d'appartement et décide de rester avec sa seule chemise de nuit à la transparence ne cachant rien de la vison de son anatomie. Elle recoiffe sa longue chevelure blonde et bouclée et la laisse courir jusqu'au bas de ses reins. Elle pose une très légère touche de parfum derrière chaque oreille, se pince doucement les joues pour se donner bonne mine et quitte sa chambre.

Elle n'a que quelques pas à effectuer pour arriver devant la chambre de Joris dont la porte est fermée. Sous celle-ci, elle peut voir l’oscillement de la lumière d'une ou de plusieurs bougies, preuve que Joris ne dort pas. Doit-elle frapper à la porte et s'annoncer ? Non, elle risquerait de se voir envoyée balader par un sarcastique
"Laisse ton frère en paix !" dont Joris a le secret. Dehors, l'orage gronde de plus belle et Anastasie profite d'un coup de tonnerre à retourner tout l'appartement pour entrer vivement dans la chambre et pour courir se glisser dans le lit de Joris qui lit un ouvrage le plus tranquillement du monde.

- J'ai peur de l'orage !

Se contente d'elle de dire en se serrant au plus près de son fiancé. Comment la recevra-t-il ? Elle ne le sait pas mais déjà, de sentir la chaleur de son tendre amour la réconforte plus que tout.
"Faîtes que ne cesse pas cet orage ! " Prie-t-elle en silence en calant sa tête dans le creux du cou de son amoureux tout en remontant l'édredon sur eux.

_______________
Back to top
Joris.de.Florensac
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 10 Jan 2017
Posts: 549
Localisation: Où que vous soyez, ma blondinette d'amour, mon cœur ne cessera de crier votre nom.
Masculin

PostPosted: 15/11/2017, 12:28    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

En fin d’après-midi, le temps s’était chargé en nuages noirs et comme la saison était propice aux orages, sans nul doute, il allait pleuvoir dans la soirée. Joris aimait la pluie et surtout entendre le bruit du tambourinement que faisaient les gouttes d’eau en frappant contre le vitrage des fenêtres.

Lorsqu’il regagna sa chambre, il était presque dix heures du soir, laissant Ana boudait d’entêtement tout son saoul sur l’accord platonique passé quelques jours auparavant. En fait, par moment et sans vouloir se l’avouer, il se faisait violence pour ne point succomber à la forte tentation d’aller la rejoindre sous ses draps. Grrrrr ! Ils étaient complètement fous et il était sûr et certain qu’elle le regrettait autant que lui. Mais… Mais… disons que des fois, les éléments naturels faisaient bien les choses en bousculant certaines facettes du destin.

Il referma la porte de sa chambre et posa sur la table de chevet, le bougeoir et un ancien ouvrage qu’il avait trouvé chez un des bouquinistes des quais de la Seine. Il attisa les braises du feu dans l’âtre de la cheminée en ajoutant quelques bûches puis tournant son regard vers la fenêtre où les lumières de l'éclair qui zébrait le ciel, allumèrent soudainement le ciel et quelques secondes après, le tonnerre grondait fortement. Il tira les lourds rideaux de la fenêtre puis se déshabilla complètement pour se mettre sous les draps et l’édredon pour ensuite lire bien au chaud et bien carré dans les moelleux coussins.

L’orage s’avérait redoutable en engendrant de fortes pluies avec un vent violent. Eclairs et tonnerres se succédaient à une vitesse qu’il n’avait pas encore réalisé ce qui venait de se passer à l’instant. Une ombre furtive venait de se glisser dans son lit en même temps que le ciel venait de déchaîner les enfers.
Oups ! Il ne l’avait pas vu arriver, celle-là ! Elle se colla tout contre lui en lui disant avec une simplicité monumentale qu’elle avait peur de l’orage. Il se demanda sur le moment, si c’était un stratagème de sa part pour s’approcher de lui ou si elle était réellement craintive de l’orage. Il ne bougea pas d’un pouce, juste pour baisser le livre et lui lança d’un air taquin.


Alors, ma chère, on rend une petite visite à son cher voisin de palier ! J’en suis ravi mais je dirais tout de même que les visites de courtoisie se font à des heures moins tardives ! Vous avez été bien aventureuse et surtout courageuse d’avoir tentait de belles prouesses dans le but de vous retrouver dans mon lit.

Il avait envie de rire tout en ayant conscience que la chaleur de son corps contre le sien, le faisait légèrement frissonné et lui procurait un bien fou. Il la sentit se blottir de plus en plus contre lui à chaque coup de tonnerre.

La phobie des orages ?

Il était vrai que la pluie devenait diluvienne et incessante avec un bruit de vent qui soufflait fort dans les arbres. Tranquille, il croisa les paumes de ses mains à plat sur le bouquin ouvert posé sur son ventre pour lui dire d’une façon calme et sereine afin de la rassurer.

Ma chère, vous voilà, maintenant rassurée et à l’abri du déchaînement des éléments extérieurs et il est donc inutile de paniquer la prochaine fois qu'un orage gronde… il suffira juste de patienter jusqu'à ce qu'il s'éloigne ! Logique détermination, ne trouvez-vous pas ?

Sentant sa tête lovée au creux de son cou, il reposa l’ouvrage sur la table de chevet et s’enfonça de plus en plus sous les draps tout en faisant de louables efforts pour éviter de croiser son regard mais la tentation fut telle, qu’un seul regard ne suffisait pas à dissiper ce souhait avoué.

A la lueur de la bougie, elle était encore plus troublante, encore plus ravissante que dans ses souvenirs et rêves dont il se nourrissait depuis ce jeu idiot auquel ils s’étaient prêtés sans penser qu’ils auraient bien du mal à y résister. Le halo de cheveux blonds encadrait un visage dont la mince beauté patricienne avait pris un lustre nouveau. Les lèvres éveillaient le souvenir brûlant des baisers d’un très proche passé. Bien avant d’avoir réussi à détourner les yeux, Joris sut qu’il la désirerait jusqu’à son dernier souffle.

Arf ! C’était fort tentant et elle le savait pertinemment, la coquinette. Il ferma les yeux sur un esprit en ébullition, se demandant s’il allait plier et lui faire l’amour ou s’il allait renoncer jusqu’au mariage à ce corps magnifique et à ses lèvres pulpeuses qui étaient devenus depuis obsessionnels. Il pensait que de son côté, elle tenterait quelques choses, mais rien.

Et si la peur de l’orage lui coupait toutes envies et désirs de l’autre ? Oui, c’était peut-être cela, il fallait donc respecter cette décision. Alors sagement, il passa délicatement son bras derrière la nuque de sa belle blondinette et la serra doucement tout contre lui en signe de protection puis posa sa tête sur la sienne après lui avoir déposé simplement un tendre et doux baiser sur ses lèvres.

_______________
Back to top
Anastasie Lévis-Mirepoix
Haute Justice
Haute Justice

Offline

Joined: 08 Jan 2017
Posts: 1,925
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

PostPosted: 22/11/2017, 12:03    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Ana reste serrée contre Joris à la fois prostrée par le déferlement de cet orage qui selon ses prières se déchaîne avec force et ne semble pas vouloir s'éteindre et, terriblement heureuse de retrouver celui qui lui manquait tant. Elle ne peut éviter de sourire, cachée sous l'édredon, par l'accueil de son tendre amour. Même dans un moment de grandes retrouvailles charnelles, il ne peut s'empêcher de se montrer sarcastique et cassant. Elle adore çà pour tout dire car sans quoi :  elle s’ennuierait si elle devait avoir à répondre à des phrases bateau et sans saveur. Pour le moment, elle sourit, sous cape, -enfin ...  sous édredon-. La chaleur du corps de Joris vaut toutes les turpitudes d'un orage effrayant et de quelques mots cinglants.

- Je suis navrée que cet horaire tardif vous chagrine, mon Cher.

Elle se retient de rire en continuant de cacher sa frimousse sous l'épaisseur à plumes d'oie.

- Je pensais qu'une visite à son voisin de palier pour s'enquérir de son bien-être, vous comblerait. Comme il est dommage de constater qu'il n'en soit rien car, quelque soit l'heure, n'est-ce pas le geste qui compte ?

A chaque coup de tonnerre, Ana en profite pour se serrer davantage contre Joris. Et çà gronde sec au dehors !

- Sortez votre agenda, mon Cher, que nous trouvions une heure qui vous sied davantage. Je vais devoir me résigner à quitter ce lit et à revenir à l'heure de votre choix pour m'informer de votre bonne installation.

Ce qu'elle s'amusait finalement, bien que l'orage continuait de la terrifier à chaque éclair se dessinant sur les murs de la chambre ou à chaque coup de tonnerre secouant tout l'appartement. De sa fine petite main, elle se permet de tâter le corps musclé de son fiancé et avec un air faussement outré, elle se redresse légèrement et regarde Joris.

- Mais vous dormez ... NU ! Oulàlàlà ! Voilà qui n'est pas très Épicurien, mon Cher voisin !

Bien vite, elle retourne se cacher sous l'édredon en souriant. Le tendre et doux baiser reçu la conforte dans l'idée qu'elle est bien à sa place, ici et maintenant.

- Moi qui pensais trouver réconfort et soutien face au déferlement de Dame Nature, voilà que je constate avec grand étonnement que mon voisin de palier se tient ,nu, dans son lit, prêt à s'offrir à la première qui passe.

Là, elle ne rit plus vraiment car rien que d'imaginer que ce qu'elle vient de dire puisse se produire, elle est déjà dans une jalousie monstre.

- Oui, j'ai peur de l'orage ! Oui, j'espérais que mon voisin de palier saurait m'accueillir avec compassion et sollicitude.
Ah là, là, là, quelle déception.... Ahem ... grande, grande, déception ... hum ...


Théâtrale la Ana ? Ben oui ! Faut bien qu'elle gagne le droit de rester dans ce lit qu'elle n'aurait jamais dû quitter à cause de ce pari idiot ! Et pour ce faire, quoi de mieux qu'un baiser torride et passionné qu'elle se permet de donner à Joris sans qu'il ait le temps de répondre à toutes ses accusations ? Son fiancé fondra comme neige au soleil sous l'émoi de ce baiser reçu et Ana se blottira plus fort contre lui pour que ne cesse pas ce rapprochement que tous deux appellent de toutes leurs forces ...

La suite ? Bouhou vilains mateurs ! Vous ne le saurez pas !
       

_______________
Back to top
Joris.de.Florensac
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 10 Jan 2017
Posts: 549
Localisation: Où que vous soyez, ma blondinette d'amour, mon cœur ne cessera de crier votre nom.
Masculin

PostPosted: 25/11/2017, 19:40    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

La peur de l’orage ne l’avait pas rendu muette, c’était déjà ça. Elle lui répondit sous une tonne de ce truc à plumes, ce qui, avec le bruit du déferlement de l’extérieur, lui faisait une petite voix blanche. Il ne pouvait que tendre l’oreille attentivement vers l’épaisseur de l’édredon afin de pouvoir récupérer au vol quelques fragments de phrases.

Chagriné, moi ? Non pas, ma chère et comme vous le dites si bien, il n’y a que le geste qui compte et non la tardiveté de l’horaire… Quant à mon bien être, ma chère voisine, je suis agréablement touché et vous en remercie et quant à vous informer de ma bonne installation, vous le voyez par vous-même puisque vous avez pris ce risque.

Cela grondait dur dehors tellement qu’il plissa les yeux en grimaçant puis il sentit comme la douce caresse d’une main sur son corps. Il souriait à cette sensation agréable tout en la taquinant.

Vous tâtez la marchandise, j’espère qu’elle vous convient ?

Il éclata d’un rire sonore avant de répondre.

Pas très Epicurien, vous dites ? Sachez ma chère, que je me couche nu même quand je suis seul, cela depuis toujours… Avez-vous un seul instant imaginé me voir dans une chemise longue jusqu’en bas des mollets et la tête emmitouflée jusqu’aux yeux dans un bonnet de nuit ? Peut-être plus tard dans mes vieux jours ?

Alors là, il riait de plus belle à son dernier propos.

Oh ! Non !... Vous êtes vraiment impayable et vous allez finir par me faire mourir de rire à ce rythme.

Tout en parlant, le regard de Joris cherchait le sien enfoui sous l’édredon. Il pouffa intérieurement à cette idée ni séduisante et ni élégante de la comparer à une tortue qui sortait la tête de sa carapace pour sortir ses pires boutades puis de la rentrer pour se protéger des réactions engendrées. Il poursuivit donc afin de se justifier.

Oh ! Mais… Comme vous y allez… Vous rendez-vous compte de ce que vous avancez ? Je tiens tout de même à vous faire savoir que je n’offre pas mon corps à la première qui passe et à part vous, à qui d’autres, faites-vous allusion ? Dites tout de suite que je suis comme le libertin de Venise !

Et la voilà repartit de plus belle dans la parodie théâtrale. Sentant confusément le ton de sa voix virer légèrement au vinaigre, il se demandait comment la soirée allait se terminer vue la grande déception de sa fiancée et que la plaisanterie n’était plus de mise. Il allait lui répondre mais elle ne lui en donnait pas le temps en lui clouant le bec par un baiser brûlant et passionné qui entraîna instantanément une excitation tout aussi ardente que dévorante de leur deux corps.
_______________
Back to top
Joris.de.Florensac
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 10 Jan 2017
Posts: 549
Localisation: Où que vous soyez, ma blondinette d'amour, mon cœur ne cessera de crier votre nom.
Masculin

PostPosted: 28/11/2017, 10:09    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Joris remettait à Madame Garnier, leur logeuse, un faire part de mariage.



_______________
Back to top
Anastasie Lévis-Mirepoix
Haute Justice
Haute Justice

Offline

Joined: 08 Jan 2017
Posts: 1,925
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

PostPosted: 30/11/2017, 11:55    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Son Beau Brun d'amour a dégainé son colt  pistolet et vient de la trouer de balles avec ses réponses piquantes. BANG ! BANG ! BANG !          

Elle, toujours cachée son son édredon protecteur, pouffe de rire. Elle en a presque mal aux côtes tant elle rit. Le rire mélangé à la chaleur du corps de Joris : voilà un programme tout à fait nouveau qu'elle entend bien découvrir jusqu'à la lie. De temps à autre, comme l'oisillon qui cherche à s'aventurer hors du douillet nid, elle se hasarde à sortir sa jolie frimousse pour essayer de se faire entendre et de ne pas perdre la face.

Ce qui donne :

- Oui, oui, oui, je tâte la marchandise, Môssieur ! Je n'aime pas dépenser mon argent sans être certaine de ce que je vais acheter !

Et hop, elle replonge sa tête sous l'édredon en se disant que la marchandise en question est carrément emballante et qu'elle ne raterait l'achat sous aucun prétexte.

- Un vieux bonhomme avec chemise de nuit et bonnet ? Mouarfffff ! Ce n'est guère attirant, mon Cher ! Je préfère la vigueur et la jeunesse que des vêtements ne sauraient cacher.

Et hop, elle replonge sa tête sous l'édredon en riant de plus belle rien qu'à l'idée d'imaginer Joris ainsi accoutré. Elle préfère et de loin, ce corps nu dont elle ne pourrait plus se passer et qui lui a tant manqué depuis ce pari contracté il y a quelques semaines.

- Le libertin de Venise ? Oh ! oh ! oh ! Voilà qui me plaît ! L'interdit libertin est un met piquant qui se savoure à discrétion.

Et hop, elle replonge sous l'édredon mais cette fois entaînant avec elle son Beau Brun d'amour.

Dehors, l'orage gronde toujours et de violents coups de tonnerre raisonnent jusque sous leur édredon.  BOUM ! BOUM ! BOUM !
         

Le rapprochement des corps se fait, petit à petit, mais le libertin de Venise se montre alors si convaincant après ce baiser passionné qu'elle vient de lui offrir, qu'elle n'est plus capable de fanfaronner sous son édredon et qu'elle vient épouser ce corps masculin avec passion et envie. La bataille sera torride et les mènera jusqu'au petit matin. L'orage s'est éteint en même temps que leurs dernières forces dans les corps à corps livrés toute au long de cette nuit. Des corps à corps que même l'édredon ne pourrait vous décrire.


La chambre des fiancés est à présent inondée de soleil et l'on peut entendre deux cœurs battre à l'unisson sous l'édredon. TIC ! TiC ! TiC !
         

_______________
Back to top
Anastasie Lévis-Mirepoix
Haute Justice
Haute Justice

Offline

Joined: 08 Jan 2017
Posts: 1,925
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

PostPosted: 25/12/2017, 09:49    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

25 décembre 1823
Fête de la Saint-Epi

  

C'est avec le couple Garnier qu'Anastasie a organisé cette journée qui ne serait pas merveilleuse sans un beau sapin, un grand sapin, un immense sapin décoré avec harmonie et soin. Monsieur Garnier s'est chargé de monter l'arbre jusqu'à l'appartement des jeunes mariés. L'emplacement a été choisi méticuleusement par une Ana impatiente de dévoiler sa surprise à son époux adoré. Le sapin trône en bonne place dans le grand salon, près de la cheminée où crépitent de hautes flammes chaleureuses et rassurantes par ce grand froid.
Madame Garnier a aidé Ana à décorer, à animer cet arbre de la Saint-Epi ainsi que la pièce toute entière. Depuis leur arrivée à la pension, le couple Garnier a pris sous son aile les deux jeunes gens. Ils sont un peu comme les parents qu'ils n'ont plus et comme les enfants que les Garnier n'ont jamais eus.

Anastasie a dû user de stratagèmes un peu tirés par les cheveux pour éloigner Joris de l'appartement depuis leur prise d'un petit déjeuner copieux. Elle n'a donc eu que fort peu de temps pour tout mettre en place. Heureusement, tout a été soigneusement préparé avec les Garnier depuis deux bonnes semaines, dans un secret absolu. Tout est à présent comme elle l'avait imaginé. Une table pour deux a été dressée et c'est bien évidemment Madame Garnier qui a cuisiné pour eux. Du reste, des fumets appétissants investissent le grand salon puisque dans la cuisine, tout mitonne à feu doux.
Il n'est pas loin de midi, Joris ne devrait plus tarder. Monsieur et Madame Garnier discrets comme tout n'ont pas voulu rester pour ce déjeuner. Ana leur fera porter, plus tard dans la journée, les cadeaux achetés pour eux de la part des deux tourtereaux.
Ana s'est changée pour revêtir une robe d'appartement aussi blanche que la neige qui vient de tomber sur le monde. Elle a laissé sa longue chevelure blonde courir en cascades jusque dans le bas de ses reins.


Lorsqu'elle entend la clé tourner dans la serrure, elle bondit comme une enfant et file se cacher derrière le sapin. Joris la trouvera-t-elle ? Sera-t-elle son premier cadeau du jour ? Chuuuut ! Plus un bruit, le voilà qui arrive !


  




_______________
Back to top
Joris.de.Florensac
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 10 Jan 2017
Posts: 549
Localisation: Où que vous soyez, ma blondinette d'amour, mon cœur ne cessera de crier votre nom.
Masculin

PostPosted: 30/12/2017, 19:56    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Il trouvait que ce matin de la Saint-Epi semblait assez bizarre et vide de décorations, étant donné que la pièce à vivre devait selon les traditions et les coutumes des fêtes de fin d’années, s’habiller d’ornements et de cadeaux et étinceler de lumière pour faire bombance de bonne chaire et de rince gorges.

Mais bon, rien de tout ça mais lui, il y avait pensé car il avait acheté hier à son épouse un précieux cadeau qui lui, au moins brillait de mille feux pas comme les pièces de l’appartement. Il allait lui proposer de déjeuner à l’extérieur quand il se vit mettre gentiment hors de l’appartement par sa douce et tendre blondinette prétextant je ne sais quoi. Il devait de ce fait, revenir vers midi à la pension.

Mince, alors ! Il ne l’avait pas prévu celle-là. Qu’avait-elle donc mijoté pour le mettre aussi rapidement hors de chez lui ? Il souriait en coin, se demandant si elle ne lui préparait pas une surprise à sa façon. Il fallait s’attendre à tout avec sa douce et tendre moitié. Content de son idée, son sourire s’élargissait sur ses lèvres quand il dévala les quelques marches de l’escalier menant au rez-de-chaussée puis croisant la logeuse dans la cour qu’il salua bien bas avant de passer le porche de la pension pour se retrouvait sur les pavés enneigés la ville.

Il souleva le col de son manteau et enfonça un peu plus le haut de forme sur sa tête pour se parer de la froidure du temps et des légers flocons qui tombaient et tapissaient le sol sans faire de bruit. En grandes enjambées, il parcourut la distance qui le séparait de la grande brasserie du coin où il pourrait consommer un bon café chaud et prendre connaissance des dernières nouvelles du royaume car il fallait bien tuer le temps jusqu’à midi.

Après deux heures de lecture, deux cigares et quatre cafés, il regarda sa montre à gousset, il était grand temps pour lui de rentrer. Il refit le chemin inverse jusqu’à la pension avec empressement car il commençait à neiger dru. Le manteau neigeux avait recouvert la rue et le trottoir qui ne faisaient plus qu’un maintenant. Arrivé en bas de l’escalier, il secoua son manteau et son chapeau pour faire tomber la neige puis décrotta ses bottes en tapant des pieds sur un genre de paillasson pour ensuite gripper jusqu’au premier et se retrouver sur le palier. Il ouvrit la porte et la referma derrière lui et ce qui vit le laissant pantois et bouche bée. Il entreprit de faire quelques pas et se figea au centre de la salle à manger avec un regard d’enfant. Il ne manquait rien, tout y était mais où était donc sa blondinette chérie, encore dans la salle d’eau en train de se pomponner.


Coucou mon Amour, je suis là ! Où te caches-tu, ma divine princesse ?

Il se déplaça jusqu’à la salle de bain puis fit le tour des deux chambres, sans résultat. Il revint à son point initial et son regard se positionna fixement sur le sapin. Héhé ! Il était certain de la trouver caché derrière. Il s’avança à pas feutré jusqu’au petit conifère puis se pencha au-dessus d’elle en pousser un énorme.

Hou !!!

Il riait comme un petit fou, content de sa performance sur l’effet de surprise puis redevenant plus sérieux.

Mon Amour, c’est magnifique et tu es sublime dans cette robe ! Ooohhhh ! Mais dis-moi une chose, comment as-tu pu t’organiser en si peu de temps ? Et puis cela sent délicieusement bon !

Il lui saisissait ses deux mains pour les porter à ses lèvres. Posant de doux baisers sur chacune d'elles sans cesser de la regarder avec les yeux de l'Amour pour ensuite approcher lentement ses lèvres pour les sceller aux siennes après lui avoir exprimé ce qu'il ressentait.

Mes sentiments pour Toi sont si forts que je ne saurais les exprimer autrement car ces mots n'existent pas.
_______________
Back to top
Anastasie Lévis-Mirepoix
Haute Justice
Haute Justice

Offline

Joined: 08 Jan 2017
Posts: 1,925
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

PostPosted: 31/12/2017, 12:02    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Le "Coucou" entendu, la voit sourire largement avec l'envie irrépressible d'aller sauter dans les bras de son époux. Au lieu de cela, Anastasie reste assez sagement cachée derrière le sapin. Assez sagement car elle ne cesse de gesticuler, tant elle est impatiente d'être découverte. Elle aurait presque dû s'enrubanner d'un joli ruban ou d'une guirlande scintillante pour que l'illusion du cadeau humain soit parfaite. Son petit cœur bat la chamade comme à chaque fois qu'elle est en présence de celui qu'elle aime passionnément. C'est presque avec de la déception qu'elle voit Joris s'éloigner et partir à sa recherche. Il est à espérer qu'il ne se décide pas à ouvrir chaque porte d'armoire ou de chercher dans tous les coins et recoins de l’appartement avant de revenir par ici. Elle risque sans quoi de prendre racine à l'image du sapin il y a quelques heures avant qu'il ne soit coupé pour venir prendre place dans ce salon.

En trépignant d'impatience elle veille au retour de son époux afin qu'enfin il la trouve. Elle veille mais pas du bon côté puisque la voilà à sursauter en l'entendant se manifester derrière elle. Le coquin ! Il l'a bien eue ! Surprise alors que c'est l'inverse qui aurait dû se produire, elle sourit, se retourne et enlace de ses bras son tendre mari.

- Coquin et rusé que tu es. Tu as réussi à me faire sursauter.

Elle peut dès lors, quitter sa pseudo cachette et s'avancer plus près de son homme qui la complimente sur sa toilette et qui sait trouver les mots pour la rendre plus belle encore dans les yeux masculins à l'émeraude pure. Ces retrouvailles se scellent par un divin baiser et une déclaration d'amour qu'Anastasie écoute toute tremblante et émue. Pour répondre à cette émouvante et sublime déclaration et parce que, en effet, existe-t-il des mots suffisamment forts pour exprimer l'amour qu'ils se portent l'un, l'autre, elle offre un baiser tout aussi passionné à son époux en se serrant tout contre lui.

- Tu as merveilleusement résumé l'amour que je te porte en retour.

Histoire de ne pas rester ainsi sans dire autre chose que ce qu'elle vient de dire, elle fait sa coquette avec un petit tour sur elle-même puis exécute une petite révérence devant celui qui la contemple avec bienveillance et sincérité.

- Je suis heureuse que ce blanc immaculé plaise à ton regard émeraude, mon Amour.

Sans attendre, en lui tenant la main, elle l'entraîne jusque devant le sapin où quelques paquets cadeaux sont disposés. Puis, et parce qu'elle projetait que cela se passe ainsi, elle le regarde amoureusement, lui tend une bougie déjà allumée.*

- J'ai laissé quelques bougies qu'il te faut allumer pour notre première fête de Saint-Epi. En les allumant, ce sera pour nous la promesse que
nous passerons ensemble, des tas et des tas de fêtes similaires. Après toi, je ferai de même pour augmenter encore le nombre des années de bonheur à venir.

Elle lui sourit, place la bougie à la petite flamme vascillante dans sa main et tente de répondre à l'organisation qui fut la sienne durant ces deux dernières semaines.

- Je n'aurais réussi en rien cette surprise sans la précieuse collaboration du couple Garnier. Madame Garnier et moi-même avons couru les boutiques pour réunir tout ce qui compte en décoration mais c'est surtout l'habileté de Madame Garnier dans la confection des rubans, guirlandes et autres couronnes qu'il faut noter. Monsieur Garnier, lui, s'est chargé du sapin et du marché. Tu te rends compte ? Madame Garnier laisser son époux aller faire le marché ?

Ana éclate de rire tout en regardant amoureusement son époux.

- Notre déjeuner concocté par Madame Garnier mitonne en cuisine et oui, je trouve que les fumets sont prometteurs.
As-tu faim mon Amour ? Manque-t-il quelque chose pour notre première fête de la Saint-Epi ?
Je voudrais tant que tu sois heureux et comblé au long de cette journée exceptionnelle.



 
Quote:

*Note : l'allumette ne sera inventée qu'en 1826



_______________
Back to top
Joris.de.Florensac
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 10 Jan 2017
Posts: 549
Localisation: Où que vous soyez, ma blondinette d'amour, mon cœur ne cessera de crier votre nom.
Masculin

PostPosted: 08/01/2018, 00:13    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Heureux de vivre un amour sans nuage avec la plus belle fille du Royaume de France, il soupira d’aise quand il la vit tournoyer sur elle-même dans cette robe immaculée.

Oui, je ne le répéterai jamais assez, ma très chère Madame de Florensac, vous êtes la fille la plus divine du royaume et je ne cesse de chanter vos louanges et de crier fortement à la face du monde, tous les mots d’amour qui pourraient exister sur cette terre.

Lui prenant la main, il la suivit jusqu’au sapin où elle lui tendit une bougie allumée. Il ne connaissait pas grand-chose des traditions de la fête de Saint-Epi car il était trop jeune pour en avoir quelques souvenirs. Il saisissait la bougie pour pouvoir à l’aide de la petite flamme, allumer les autres, une à une.

- J’allume cette première bougie pour te dire que ce jour brille de mille feux comme mon amour pour Toi, ma Chérie.
- Et la flamme de celle-ci signifie que le secret de l’amour, c’est éterniser le présent.
- Et avec celle-là, mon cœur ne bat que pour Toi.
- Cette quatrième devient messagère et promet à nos deux âmes qui s’aiment que comme un chemin qui se dévoile et que sur la route de nos projets, le soleil se mêle aux étoiles.
- Et la toute dernière révélera le trop plein d’amour de mon cœur pour ma princesse d’Amour… Je t’aime Toi, ma belle et douce femme de ma vie, l’unique à mon cœur et l’éternelle à ma vie.


Il redonna la bougie à sa belle blondinette pour qu’elle en fasse de même puis l’écouta admiratif lui parler de l’organisation de cette journée.

Les époux Garnier ont fait cela pour nous. J’en reviens pas qu’ils se soient dérangés ainsi et pourquoi ne les as-tu pas invités, c’était pourtant la moindre des choses ?

Il s’approche tout près de sa femme, l’enlace par la taille en la plaquant contre lui et après l’avoir embrassé avec fougue et passion, il sortit de la poche intérieur de son gilet, un petit écrin de velours satiné noir et le présenta à sa douce et tendre moitié.




Bonne et heureuse fête de Saint-Epi, mon Amour ! Je te promets beaucoup, beaucoup de tas de fêtes exceptionnelles comme celle-ci pour l’avenir et je suis très comblé et chanceux de t’avoir pour épouse, mon adorable petit Ange !
_______________
Back to top
Anastasie Lévis-Mirepoix
Haute Justice
Haute Justice

Offline

Joined: 08 Jan 2017
Posts: 1,925
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

PostPosted: 09/01/2018, 13:08    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Quelle jeune femme peut être plus comblée qu'Anastasie en cet instant ? Devant elle se tient l'homme de sa vie, le soleil qui illumine ses journées, l'étoile providentielle qui couvre ses nuits.
Elle est si heureuse d'être l'épouse de cet homme que son petit cœur en palpite à mille à l'heure. Tout est si parfait qu'elle en aurait presque peur. Peur que tout ce bonheur s'envole en fumée, s'égraine à la vitesse d'un vent à la force trop puissante. Elle croit en leur bonne étoile et au fait qu'ils étaient destinés l'un à l'autre depuis le jour de leur naissance. Elle le regarde avec dans les yeux une infinie tendresse. Elle suit la petite flamme qui vient en allumer une autre. Elle écoute chaque phrase donnant lieu à une promesse qui chavire son cœur, qui la caresse telle la plume, qui la conforte dans cette vie à deux si prometteuse, si ouatée, qu'elle n'est que douceur.

Lorsque son tour vient d'allumer quelques bougies, Ana est profondément émue. Sa voix se fait miel avec un léger trémolo tant elle est chavirée par ce qu'elle vient d'entendre. Sa fine main tremble un peu mais elle effectue son passage vaillamment afin que Joris puisse entendre, à son tour, tout ce qu'elle souhaite à leur couple naissant.

- Avec cette première bougie, je serai un cœur sur ta main, une larme dans tes yeux, un soleil sur ton destin.
- Avec cette seconde bougie, je serai une lumière dans ta pénombre, je serai ton espoir dans tes jours difficiles, de la douceur dans tes yeux.
- Cette troisième bougie symbolisera la caresse perpétuelle qui se posera avec amour sur ton si beau visage.
- Cette quatrième bougie sera mon reflet aimant dans ton miroir afin de te rappeler combien je t'aime avec passion et merveilleuse déraison.
- Cette dernière bougie sera le vent léger dans tes cheveux, soufflant les fragrances sucrées de mon parfum pour que toujours tu saches que je suis là pour toi et avec toi.


Cinq nouvelles bougies scintillent sur leur beau  sapin. Dix bougies allumées par eux qui reflètent un amour indéfectible que les deux jeunes épousés se vouent, l'un à l'autre. C'est si fort qu'Ana en a le vertige et qu'elle a besoin que Joris la rassure.

- Mon Bel Ange Brun, dis-moi que toujours nous nous aimerons et que rien ni personne ne viendra nous séparer ?

Puis c'est avec émerveillement qu'elle découvre le magnifique collier à la pierre de diamant qui brille avec panache. Elle sourit à son époux et instinctivement lui offre son cou fin et élancé afin qu'il place le bijou. Avec amusement et douceur elle ne peut s'empêcher de lui dire :

- Je vois, mon Amour, que tu tiens la promesse faite devant Monsieur d'Argenson, de remplir le si beau coffret offert pour notre mariage.

Elle aussi a un cadeau pour Joris. Elle pensait l'offrir plus tard mais puisque les hostilités sont ouvertes, elle ne résiste pas et se baisse rapidement afin d'extraire une petit paquet cadeau joliment noué d'un ruban doré. Elle est particulièrement fière de ce cadeau pour lequel une personnalisation a été demandée au joaillier place de l'Opéra. Les initiales de Joris ainsi qu'une dédicace sont gravées sur et à l'intérieur de la chevalière.

- Je pensais que nous attendrions d'avoir déjeuné mais je ne résiste pas à t'offrir ceci, tout de suite. Merveilleuse fête de la Saint-Epi à toi.  Ouvre mon Amour !



Comme toujours Ana est impatiente.

- Non, attends, il faut que j'aille avant, me mirer afin de voir le rendu de ce magnifique collier.

A petits pas, elle se dirige vers le grand miroir de l'entrée et pousse de joyeux petits cris.

- OOOOh ! Merveilleux ! Oooh comme il brille !

C'est en courant qu'elle revient et qu'elle se jette dans les bras de son époux en le couvrant de doux baisers.

- Je suis gâtée, comblée ! Oh allez, ne me fais pas attendre ! Ouvre ton cadeau mon tendre Amour !

Elle sautille sur place et repense à la question sur le couple Garnier.

- J'ai invité Monsieur et Madame Garnier pour ce déjeuner de la Saint-Epi mais tu les connais, ils ont préféré rester discrets en prétextant que la jeunesse n'avait point besoin de supporter deux âmes âgées. Nous leur ferons porter leurs cadeaux dans l'après-midi, veux tu ? Je ne les ai pas oubliés, tu penses bien.
Ne trouves-tu pas que nous avons beaucoup de chance de les avoir auprès de nous ?


_______________
Back to top
Joris.de.Florensac
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 10 Jan 2017
Posts: 549
Localisation: Où que vous soyez, ma blondinette d'amour, mon cœur ne cessera de crier votre nom.
Masculin

PostPosted: 15/02/2018, 11:30    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

L’instant de partage était à son comble, plein d’avenir, d’amour, de bonheur, de chaleur et de joie. C’était trop beau pour y croire mais il ne rêvait pas, l’Amour de sa vie se tenait devant lui, bien réelle et pleine d’espoir pour eux deux.
C’était à son tour de faire des promesses pour la Saint-Epi et ce qu’il entendit lui ravissait au plus haut point son cœur. Il suivait religieusement la flamme de la bougie qui donnait naissance à d’autres, propageant chaleur et lumière donnant ainsi ardeur et vivacité aux vœux exprimés. Ainsi dix flammes et dix promesses furent faites pour un avenir sensé brillant et plein d’espérance pour le jeune couple. Il descendit de son nuage ouaté pour la rassurer avec douceur et tendresse.


Oui, mon Bel Ange Blond, tant que je vivrais, mon cœur ne cessera de battre que pour Toi jusqu’à mon dernier souffle et je te fais le serment devant Epicure que rien ni personne ne viendra nous séparer car nous sommes éternellement inséparables.

Il plaça le bijou autour de son cou et après avoir posé un baiser sur son épaule pour ensuite porter son admiration sur son épouse adorée, son regard émeraude plongea dans l’ambre de ses yeux.

Je tiens toujours mes promesses, mon Amour ! Il n’y a pas à dire mais en te regardant le porter, il n’y a rien de plus beau que ta beauté rivalisant avec l’éclat pur de ce diamant. Tu es magnifique, ma Chérie et je t’aime éperdument.

Emu à son tour par ce petit paquet enrubanné, il était prêt à l’ouvrir quand elle alla voir devant le grand miroir de l’entrée, l’effet que pouvait avoir le bijou qui pendait à son cou. Le résultat était tellement explosif d’admiration qu’il souriait amusé et content encore une fois de l’avoir rendu heureuse. Elle le prouva en se jetant dans ses bras en le matraquant par une selve de baisers amoureux.

Par moment c’était une vraie gosse, trépignant d’impatience comme à l’accoutumé. Il s’exécuta avec plaisir et écarquilla les yeux pour découvrir un bijou tout aussi magnifique que le sien. Une chevalière personnalisée avec ses initiales et une dédicace associée à leur Eternel Amour. A part la vieille chevalière de son défunt père, personne ne lui avait jamais offert quoi que soit.
Le couple soufflé, il l’examina sous tous les angles avant de se la passer à son annulaire gauche rejoignant ainsi son anneau nuptial puis couvrit de moult baisers doux et tendres, sa peau satinée et parfumée avec subtilité jusqu’à ce que sa belle blondinette d’Amour déposât les armes et se lançât sur le sujet Garnier.


Très bien, mon Amour, je sais que tu n’oublies personne. C’est vrai que nous avons une chance inouïe de les avoir étant donné qu’ils nous ont beaucoup aidés à notre arrivée et le font toujours même maintenant. Ils sont adorables, serviables, généreux et nous les aimons énormément.

Et si nous passions à table, mon Cher Amour ! Toutes ces réjouissances m'ont donné grand faim, pas Toi ?

_______________
Back to top
Anastasie Lévis-Mirepoix
Haute Justice
Haute Justice

Offline

Joined: 08 Jan 2017
Posts: 1,925
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

PostPosted: 25/02/2018, 14:12    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Ces échanges de vœux, de promesses propres au jeune couple qu'ils forment depuis début Décembre 1823 sont, pour tous deux, la perspective d'un avenir radieux. D’ailleurs, Anastasie n'imagine pas qu'il puisse en être autrement. Joris est son âme sœur, son double, sa moitié et sans lui, elle ne serait plus que l'ombre d'elle même. Pire, elle serait incomplète sans moyen de pouvoir avancer dans la vie. Alors en l'entendant lui répondre son visage irradie de bonheur.

- Oui mon Beau Brun d'Amour nous sommes inséparables et cela jusqu'à la fin des temps.

Elle s'empresse d'aller chercher ou prendre, plus exactement, un doux et passionné baiser qui se prolonge tant qu'elle en a le tournis. Puis, ils passent à table et se régalent des mets concoctés avec délicatesse et raffinement par Madame Garnier, un peu plus tôt dans la matinée. Une fois de plus, Ana y fait honneur et mange pour au moins deux sous le regard toujours aussi intrigué de Joris qui se contente de beaucoup moins pour se nourrir avec satiété.
L'après-midi de ce jour de la Saint-Epi se passera dans une extrême douceur pour le jeune couple. Ils déballeront leurs cadeaux, ils s'étendront longuement sur le tapis moelleux, devant le grand feu de cheminée qui crépite joyeusement dans le petit salon. Ils referont le monde en s'inventant une grande, très grande destinée, n'appartenant qu'à eux. Ils se noieront dans les bras l'un de l'autre jusqu'à la tombée de la nuit. Un petit encas sera dégusté et tous deux regagneront la chambre nuptiale où ils couronneront cette inoubliable journée par quelques divines plongées vers leur Nirvana rien qu'à eux. Le bonheur quoi !


~~ Mi-Février 1824 ~~
         

Ana s'arrondit, ou plus exactement son petit bidon est à présent bien rond. Sa grossesse se déroule bien. Là voici à la fin de son troisième mois. Joris et Anastasie mènent une vie faite de travail, de beaucoup de travail chacun dans leur domaine mais avec la même détermination à voir la Justice triompher en toutes circonstances. Lui Bâtonnier de France, elle Procureur du Roi comment pourrait-il en être autrement ? Dès lors que le Docteur Louis d'Ambert lui a conseillé de rester au repos le plus souvent possible, Ana a raccourci ses journées de travail afin de protéger l'enfant qui grandit dans son ventre. Joris a mandé auprès d'eux Mademoiselle Marie Tournefeuille, l'employée de leur hôtel particulier de Poissy. Depuis que la jeune femme est là, qu'elle navigue dans leur appartement, Ana se sent mal à l'aise. Elle n'ose lui donner des ordres car, à chaque fois, celle-ci négocie tout et impose presque sa loi.  Comme leur appartement est parfaitement tenu, que les repas sont servis à l'heure et que les mets sont fins et délicieux, elle ne juge pas utile de se rendre plus incisive mais elle apprécie quand en fin de soirée, après que le cognac de Joris, la tisane d'Ana leur soient servis, elle apprécie de voir disparaître Mlle Marie jusqu'au lendemain matin.
En ce milieu de février 1824 où il ne fait pas bon traîner dehors tant le froid est mordant, Joris et Ana viennent de terminer de dîner. Comme chaque soir, ils vont s'installer dans le petit salon près de la cheminée. Ana a quitté sa toilette de jour et enfilé une robe d'appartement d'excellente facture où son ventre se trouve moins enserré. Comme elle adore à le faire, elle glisse ses petits pieds nus sous les cuisses de Joris, installé dans un large fauteuil face au sien dans une distance suffisamment courte pour que les deux jeunes mariés puissent se tenir la main et s'échanger de tendres baisers.


- Mon Amour ? Nous n'avons pas encore choisi de prénom pour notre enfant. As-tu quelques préférences ?

Sur le point de proposer ses idées, Mlle Marie entre avec un plateau sur lequel sont disposés le cognac et la tisane ainsi que la boîte de cigares de Joris. Le même cérémonial est alors joué là : le cognac est servi, le cigare est offert à Joris par une Mlle Marie toute souriante tandis que la tasse de tisane est déposée sur le petit guéridon près du fauteuil d'Ana sans un regard et encore moins de sourire.

- Merci Mlle Marie. Vous pouvez disposer.

Mlle Marie souhaite une bonne nuit à Joris avec le sourire tandis qu'elle souhaite une bonne nuit à Ana en ayant déjà tourné les talons en direction de la porte. Ana hausse les épaules, lasse de ce petit manège et regarde son époux avec un sourire malgré tout.

- Décidément, elle ne m'aime pas !

Elle ne veut surtout pas incommoder Joris en se plaignant. Alors, le mieux est encore de revenir à leur grande préoccupation du moment tout en sirotant quelques gorgées de sa tisane.

- Alors mon Bel Ange adoré ? Quels prénoms proposes-tu ?



_______________
Back to top
Joris.de.Florensac
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 10 Jan 2017
Posts: 549
Localisation: Où que vous soyez, ma blondinette d'amour, mon cœur ne cessera de crier votre nom.
Masculin

PostPosted: 27/02/2018, 10:38    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Oui, c’était le bonheur parfait jusqu’à ce que... Melle Marie rentre dans leur vie de façon passagère mais tout de même, il y avait de quoi redouter certains comportements qui n’allaient nullement avec l’intégrité et le respect que devaient avoir les gens de maison envers leurs employeurs. Mais bon, ajouter à cela, il n’y avait rien à lui reprocher en ce qui concernait l’entretien de l’appartement et les dons culinaires dont elle avait le secret.

Comme tous les soirs après leur journée de travail et le dîner, ils se relaxaient dans un fauteuil moelleux du salon près de la cheminée, sirotant tisane et cognac en discutant de moult choses.
Le sujet de ce soir se porta sur le choix du prénom de l’enfant à venir lorsque la domestique fit interruption dans le salon avec un plateau qu’elle déposa sur la table basse avant de faire de service. Après lui avoir donné congé, la jeune femme se retira, les laissant enfin seuls jusqu’au lendemain.
Après avoir tiré quelques bouffées de son cigare, il prenait son verre de cognac à la main afin de le porter à sa bouche quand il hocha la tête à sa remarque.


Je reconnais qu’elle est de nature difficile et pas très sociable et je sais, mon Amour, qu’elle a tendance à être désagréable quand l’envie lui prend et à mettre son nez où il ne faudrait pas mais disons-nous que ce n’est que l’affaire de quelques mois tout au plus… Et puis dès son arrivée, j’ai eu l’opportunité d’avoir pu lui dire le fond de ma pensée à ce sujet.

Il lui souriait afin de la rassurer de ne pas prendre trop ombrage sur les désagréments engendrés par la servante et finalement, arriver à les ignorer.

Quelques préférences ? Pour en revenir au choix du prénom, il est vrai que je n’y avais pas encore songé. Je pense que le mieux serait de s’en tenir aux prénoms de nos ascendants paternels pour le garçon et maternels pour la fille ou alors prendre un de nos prénoms non usuels.

Et Toi, mon Bel Ange d’Amour, que proposes-tu ?


Il dégusta quelques gorgées de ce liquide ambre et réchauffant puis reposa son verre sur la table pour placer sa main sur la cheville de sa belle blondinette afin de la taquiner un peu.

D'un air coquin, il la regardait avec insistance en commençant par caresser délicatement la fine cambrure du pied pour ensuite introduire savamment ses doigts sous la plante de son pied pour la chatouiller. Il riait en jubilant de la surprise plutôt chatouilleuse faite à sa douce et tendre moitié.

_______________
Back to top
Mlle Marie
P.N.J.

Offline

Joined: 26 Sep 2017
Posts: 35
Localisation: Azur - Poissy -
Féminin

PostPosted: 01/03/2018, 10:19    Post subject: [RP] Pension Garnier à Saint-Denis Reply with quote

Quelle torture que de devoir servir Madame de Florensac sous le regard énamouré de son beau Maître adoré ! Mlle Marie en a des nausées. Alors, il est vrai que volontairement, elle ne prend pas de gants pour servir la dame ou encore pour lui offrir un sourire, même de façade. Mlle Marie ne sait pas faire semblant. Ce qui est probablement un tort car cela lui permettrait d'accomplir son noir dessein de façon plus légère. On ne se refait pas.

Depuis deux jours, matin et soir, la précieuse tisane est portée à la maîtresse des lieux. Une tisane très spéciale dont Mlle Marie a le secret. Avec grande application, doublée d'une prudence extrême, elle a incorporé au breuvage, quelques herbes qui devraient, d'ici trois autres jours, déclencher d'atroces douleurs ventrales au sac d'os de Florensac. Des douleurs menant invariablement à une fausse-couche. Les herbes en question, Mlle Marie les a achetées chez un herboriste parisien. Elle les a travaillées de façon à ce qu'elles soient dissipées dans la boisson avec, peut-être, un très léger arrière-goût amer. Des herbes séchées, pilées au mortier, infusées dans de l'eau bouillante durant quinze minutes. Quinze petites minutes qui donneront à Mlle Marie la satisfaction de voir anéantie la volonté de son beau Maître de procréer. Mlle Marie ne supporterait pas de voir un marmot venir la séparer de son Joris tant aimé.
Pas question !

Avant de quitter le petit salon, comme ces deux derniers jours, matin et soir, Mlle Marie s'assure que Madame de Florensac ingurgite sa tisane. Parfait, la tasse est dans sa main et elle la porte à sa bouche. Cinq tisanes abortives ont déjà été avalées par Madame de Florensac. Tout se déroule au mieux !

Un sourire conquérant se dessine sur le visage machiavélique de la jeune servante tandis qu'elle referme la porte derrière elle pour regagner sa petite chambrette.


_______________
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Département de la Seine + -> Ville de Saint-Denis All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Page 6 of 9

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group
powered by ArgenBLUE free template