Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1825
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

[RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement
Goto page: <  1, 2, 3  >
 
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Parlement + -> Entrée du Parlement
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Gabrielle de Sade
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 03 May 2015
Posts: 1,875
Localisation: à coté d'un bel esprit
Féminin

PostPosted: 05/01/2019, 20:53    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
Une voix féminine la sortit de ses pensées.

-Bien le bonjour, Baronne. Vous savez en général dans le royaume on se côtoie juste pour le travail. Enfin bien souvent.
Un petit sourire s'affiche à cette phrase.

-Vous savez de la politique j'en fais depuis des années mais il était très difficile d'ouvrir un parti sans adhérents. Même si ce n'était pas un parti mais une liste. J'ai pu contribuer à l'UDR avec le Baron d'Orcanie.

Un homme très critiqué mais il aimait récolter ce qu'il semait en arborant un sourire carnassier.

-Je me suis investis comme tant d'autres dans la crise de cet été, alors peu de temps à y consacrer.Puis-je n'ai pas eu de nouvelles de mes projets de loi en tant que députée. Je ne pourrais vous dire vraiment si je fonderais un parti, un jour...

Déçue,sûrement.Puis l'esprit combatif de la politique n'y est plus.Un ingrédient nécessaire à la politique. Les deux projets de loi étaient sûrement trop révolutionnaires pour le royaume, mais les pupilles...non?

_______________

Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,129
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 05/01/2019, 21:12    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

J'acquiesce à ses propos tout en regardant l'estrade s'animer.

- Il est vrai que les adhérents ne se bousculent plus trop ces derniers temps. Oh une liste... je devais me tromper alors.

Cet été aura été une période difficile pour tout le monde. Espérons que le prochain soit plus calme.

- Oui, cet été... et j'ai effectivement eu écho de votre aide. Et personnellement, je tiens à vous remercier pour tout le temps que vous avez consacré aux parisiens. Ce ne devait pas être de tout repos. De mon côté, j'ai mis la politique de côté pour me consacrer à d'autres choses et donc je n'ai pas trop bien suivi tout ça surtout ces derniers temps. Et vous me voyez désolé de savoir que vos projets de loi n'ont apparemment pas abouti. Qu'étaient donc ces projets qui vous tenait à coeur ?

Je la laisse répondre éventuellement avant de reprendre la parole.

- Et puis, si vous ne pouvez fonder de parti, vous pourriez à défaut en rejoindre un, non ? Si le Siècle vous dit... ou pas...

Un sourire se fait alors sur mon visage. Qui ne tente rien, n'a rien !
_______________
Back to top
JeanditNeu
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 06 Jan 2013
Posts: 2,720
Masculin

PostPosted: 06/01/2019, 01:36    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

Jean toussota... en entendant dans son dos.. Fallait quand même être de Manche pour recruter en un tel moment.. Pas que il jette la pierre à Zélie. A sa place il aurait fait pareil, bon pas avec la Sade ou il était cramé. Mais bon là.. au premier rang en attente du Roi, il se voyait mal faire des appels du pied à.. B' en a Lévy. Pourquoi lui ?.. b' en il était là. Fallait pas chercher plus loin.

 (Hrp :Si personne ne doit entendre ^^, "écrire" en tout petit.. Mr. Green ... les paroles .. )
_______________
Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,129
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 06/01/2019, 02:13    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

Un toussotement se fait entendre... Mon regard se tourne alors vers ce bruit. Tsss... le bonapartiste qui faisait des siennes.

Mon sourire se fait alors plus grand, satisfaite de l'avoir quelque peu dérangé. Puis mon intérêt s'arrête sur l'estrade, dans l'attente de l'arrivée royale.

_______________
Back to top
Louis de Bourbon
Roi de France
Roi de France

Offline

Joined: 03 Aug 2018
Posts: 1,107
Localisation: Palais des Tuileries, Paris

PostPosted: 06/01/2019, 16:44    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote


Le Roi était en grande discussion avec le Grand Maitre de la Maison du Roi, consultant rapidement le livre sur lequel était inscrit le discours qu'il allait prononcer, comme pour s'assurer qu'il s'agissait bien du bon, lorsque trois coups retentirent sur la porte, qui s'ouvrit sans attendre de réponse des occupants de la pièces, comme le voulait le protocole. Le Roi releva la tête, cessant toute discussion et le Chef du protocole entra et adressa une révérence de la tête au Souverain face à lui.

Votre Majesté ! Sire, il est l'heure.

Le Roi n'adressa qu'un signe de la tête pour toute réponse, consultât du regard le Grand Maitre à ses côtés pour s'assurer que sa tenue était bien portée et que rien ne manquait, pendant que le Chef du Protocole s'avança dans la pièce pour prendre le livre. Deux gardes venaient de prendre place dans le couloir devant la porte du salon. Le Grand Maître de la Maison du Roi, le coussin om trônait la Couronne dans ses mains, se plaça derrière eux, suivit par le Monarque puis le Chef du Protocole qui tenait le livre. La marche était fermée par deux autres gardes. Sur le côté, un valet arriva à hauteur du Roi et, après avoir abaissé la tête, planta son regard dans le sien prêt à le servir. C'était le valet chargé d'annoncer le Roi dans la salle.

Annoncez Nous Rozoy, lui ordonna le Roi.

Le valet se mit en marche en direction du hall et se plaça sur la marche de l'estrade, près de la porte, le convoi royal à sa suite. Deux valets encadrant la porte par laquelle le Roi allait arriver se mirent à jouer de leur trompette pour l'annoncer et faire respecter le silence dans la salle et le valet annonça le Roi, afin d'inviter les personnes à se lever pour l'entrée royale.

Sa Majesté le Roi

Le convoi entra dans la pièce. Les deux gardes prirent place sur le bas de l'estrade, rejoignant leurs collègues. Derrière le Grand Maitre de la Maison du Roi monta sur l'estrade et installa la Couronne sur le guéridon à côté du trône. Le Roi enfin, monta sur l'estrade et se place debout, devant son trône et face à la foule. Le Chef du Protocole attendit au bas de l'estrade, sur le côté que ce soit le moment d'apporter le discours. Les deux gardes qui fermaient la marche s'installèrent dans l'encadrement de la porte par laquelle le Roi était arrivé.

Le Roi, après être resté un instant, saluant d'un signe de la main le centre, la gauche puis la droite face à lui, s'assit sur son trône, signe pour les personnes présentes, qu'elles pouvaient s'assoir à nouveau.

_______________
Back to top
Jules_Di_Guglielmo
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 18 Aug 2018
Posts: 157

PostPosted: 06/01/2019, 18:02    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

La salle était désormais bondée. Les dorures décorant le hall apportaient un peu plus de faste aux lieux, Jules admirait chaque recoin, lui qui n'avait jamais mis les pieds dans pareil endroit. Il n'était pas le seul à avoir fait le déplacement, loin s'en faut. Le peuple était venu en nombre, sans surprise car tous voulaient découvrir le Roi de France, et écouter son discours. Installé dans son fauteuil, il était conscient de la portée historique de l'évènement, et n'aurait voulu rater cela pour rien au monde. En observant les sièges en contrebas, il aperçut sa bien-aimée, en conversation avec une autre femme qu'il ne connaissait pas, sûrement un membre du gouvernement elle aussi étant donné sa place attribuée. Il reconnut également Nicolas Lévy tandis qu'il prenait place au premier rang.

"Je ne connais pas le roi ni ses idées, mais si Gabrielle et Nicolas font partie de son gouvernement, alors c'est qu'il sait s'entourer de gens de valeur, au moins pour ces deux-là", pensait-il.

Assise à côté de Jules, se tenait une jeune fille de petite stature, l'air intimidée, mais avec une grande lueur d'intelligence dans le regard. Jules lui lança un sourire amical pour tenter de la rassurer.
C'est alors que des trompettes retentirent dans la salle. Un officiel annonça ensuite l'arrivée du monarque. Jules se leva de son siège, comme tout le monde, pour voir entrer un petit cortège. Il déduisit que le Roi se tenait derrière la couronne, car cet homme monta sur l'estrade. Jules, ne sachant trop comment se tenir, se contenta de rester bien droit, les bras collés au corps, comme un militaire. Sa majesté saluant la foule, il apprécia ce geste simple mais néanmoins élégant. Il se rassit, prêt à écouter la parole royale.
Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,129
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 06/01/2019, 20:01    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

Un silence profond se fait alors qu'une trompette résonne encore au sein de la bâtisse. Mon attention se porte alors sur l'estrade où du mouvement se faisait.

Le roi serait sûrement là d'ici sous peu. Je me mets en mode silencieuse et attend la suite avec curiosité et impatience.

_______________
Back to top
Anastasie Lévis-Mirepoix
Haute Justice
Haute Justice

Offline

Joined: 08 Jan 2017
Posts: 1,925
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

PostPosted: 08/01/2019, 12:24    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

Elle court, elle court et ... elle court ! Elle court car elle craint d'être en retard pour assister à l'allocution publique du nouveau Roi. Ce serait ballot tout de même de se faire rembarrer du parvis d'abord et du grand hall ensuite pour cause de retard. Fort heureusement, après une fouille en règle et la production de son identité, elle passe le cap du parvis puis celui du grand hall et va se poster parmi la foule. L'essentiel n'est-il pas d'être présente et de montrer l'intérêt que revêt ce discours à venir ? OUF ! Elle est arrivée à temps puisque est annoncée l'arrivée du Roi. Elle a eu chaud, elle a chaud tout court d'avoir couru comme une dératée. Allez, on reprend son souffle et on se concentre sur ce qui va être dit.
_______________
Back to top
Louis de Bourbon
Roi de France
Roi de France

Offline

Joined: 03 Aug 2018
Posts: 1,107
Localisation: Palais des Tuileries, Paris

PostPosted: 08/01/2019, 14:50    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

[HRP : désolé pour la longueur du discours. Il faisait 8 pages word et j'ai hésité à le poster en plusieurs parties]

Le Roi était désormais installé sur son Trône et les personnes présentes avaient pu faire de même. Le calme était revenu. Le silence fut brisé quelques secondes plus tard par des bruits de pas. Le Chef du Protocole monta sur l'estrade et s'approcha du Monarque. Il posa sur les mains de ce dernier le livre qu'il tenait, ouvert à la première page, puis il s'en retourna là où il était quelques secondes plus tôt. Un nouveau court silence et c'est la voix du Monarque qui s'éleva alors que celui ci commençait à faire son discours.

Nos Chers Pairs et membres de la Chambre des Députés, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,

Nos très chers Sujets,

Il y a cinq mois, Feue Sa Majesté François III était rappelée à Épicure après un règne de trois ans et un mois, laissant le trône de France vacant. À la suite d'une importante crise estivale, le Peuple de France et ceux qui ont assurés l'intérim de sa Gouvernance ont permis au pays de traverser un moment difficile et de survivre. Un mois et demi plus tard, Sa Sainteté le Pape a désigné le nouveau Souverain sur le trône de Clovis, de Hugues Capet, de Henri IV, et de tant d'autres aussi. Aujourd'hui, après trois mois et demi de règne, c'est devant vous, devant le France et le peuple de France, que ce nouveau Souverain se présente désormais.

Alors Nous diriez-vous, pourquoi ? Pourquoi un discours de politique générale ? À cette question, Nos chers Sujets, Nous répondons qu'il n'est de bon Roi qui ne se montre pas, qui ne s'explique pas, qui ne rend pas de comptes. Trop souvent, et Nous le regrettons, les Rois de ce pays ont été avant tout les Rois de leur Palais. Eh sans jamais n'en sortir, il n'était de royaume qu'un palais de cristal, impénétrable, inatteignable, sacré, royal. Mais à ces Rois des Tuileries, succèderont un jour peut-être, des Rois de terrain, des Rois du peuple. Nous n'entendons pas être un Roi des Tuileries. Un Roi ne peut en être un s'il n'a pas de peuple et de royaume. Et un Palais ne serait être ceci en oubliant le reste.

Nos chers Sujets, lorsque Nous avons franchis les frontières de ce pays, Nous avons vu tant de misère, tant de pauvreté, qu'il Nous en a été difficile de le supporter. Nous nous sommes alors engagés, et Nous engagerons aujourd'hui, par ce que Nous allons dire dans ce discours, à soulager Nos peuples. Ce peuple de France, qui depuis de nombreuses années connait, supporte, et bien souvent subis, les crises et les ambitions de certains, les changements et les affres du temps, les dirigeants et la politique. Ce peuple, Nous le disons aujourd'hui, a le droit, autant que le besoin, au calme, à la tranquillité et à la sérénité pour qu'il puisse connaitre enfin la stabilité qui lui sera propice pour se développer et grandir de lui-même. Et c'est le rôle ceux qui, s'ils prétendent représenter et diriger la France, doivent observer et au premier rang duquel, son Roi. Un Roi, dont le rôle, Nous en sommes convaincus, est moins celui de diriger que celui de servir. Car au fond, qu'est-ce que diriger, sinon servir celles et ceux qui peuple une terre ? Mais il n'est de bon serviteur, qui ne s'écoute, et cela ne pourra avoir lieu qu'avec le concours de ce même peuple par un dialogue constructif et réfléchit. C'est parce que Nous sommes acquis à cette idée, que Nous nous présentons devant vous aujourd'hui, pour ce discours de politique générale que Nous espérons voir devenir un nouveau rendez-vous traditionnel de l'agenda politique du Royaume. Ce discours, Nous le concevons comme un lien entretenu par un Souverain, dont la mission est de représenter son peuple, d'en être un symbole, d'incarner l'unité nationale et derrière lequel la nation peut se retrouver, avec son peuple. Mais pour être ce symbole de l'unité nationale, il faut être celui qui va à la rencontre de son peuple, autant que celui-ci peut aller à la rencontre de ce Roi. C'est ce message que Nous aimerions faire passer à la France aujourd'hui. Un message de paix, de stabilité et de communion. Ce discours, Nous l'avons voulu dès l'instant où Nous sommes arrivés en terre de France. Ce discours, qui sera pour toujours l'occasion pour un Roi de rendre des comptes à ceux qu'il prétend diriger, se veut un moyen d'informer les françaises et les français de l'action de ceux qui les gouvernent pour que plus jamais, celle-ci soit abusive, imposée, sans qu'aucune information ne soit donnée et pour que plus jamais, la politique reste enfermée derrière les ors d'un palais, prise par des individus inatteignables et qui n'en assument pas la responsabilité. Ce discours doit être l'illustration de quel Monarque Nous sommes et Nous serons. Ce discours aujourd'hui, c'est tout ceci à la fois et bien plus encore.

Nous avons souhaité que cet exercice, que Nous pensons profitable à tous, puisse se renouveler régulièrement, à l'occasion de chaque nouvelle législature, ici, dans le hall du Parlement, qui symbolise le lien entre le pouvoir du peuple et le pouvoir du Roi, et pour le dire plus simplement, entre un peuple et son Roi. C'est pourquoi, Nos chers Sujets, Nous vous donnerons rendez-vous ici même, à l'occasion d'un nouveau discours qui entretiendra encore le lien entre tous pour le bien commun.

C'est ici, ce que Nous avions à dire en préambule de ce discours. Vous comprendrez pourquoi Nous y tenions tant, et espérons que vous trouverez dans celui-ci, les réponses aux questions que vous vous posez. Et pour que la progression de celui-ci soit la plus fluide possible, Nous le décomposerons en trois parties, dont la première, théorique, Nous permettra d'exposer l'idiologie sur laquelle se fonde Notre réflexion et Notre action, la deuxième et la troisième, plus concrètes, apporteront respectivement un éclairage sur la politique menée depuis Notre montée sur le trône puis celle à venir.



Nous commencerons donc par vous exposer l'idéologie au fondement de Notre action et de Notre réflexion, celle qui fait se mouvoir un homme, qui tout Roi de France est-il, n'en est pas moins celui des français.

Celui qui ignore son passé, est condamné à le revivre. C'est par ces mots que Nous aimerions entamer ce discours. En cette nouvelle année qui commence, il ne vous aura pas échappé que depuis trente ans, la France connait de nombreux bouleversement politiques. Les dix années qui viennent de s'écoulées ont été celles de la Restauration, les dix précédentes celles de l'Empire et les dix premières, celles de la Révolution. Voilà ce qui depuis trente ans, succède à mille cinq cent ans d'une riche histoire des Rois de France. Force est de constater que depuis pourtant, la France est instable et ne connait de tranquillité que dans de rares occasions qui sont celles souvent propice à la montée d'une nouvelle vague de violence et d'instabilité. Pourtant, la France est affaire de tous et surtout de ceux qui la dirigent. Mais depuis trente ans, il s'est avéré bien difficile de rendre à la France une paix durable et protectrice. D'aucun aura en tête les évènements qui entachèrent chacune des trois décennies que Nous venons de dénommer. Mais la France, malgré cela, toujours à sut se relever. Aujourd'hui, c'est à la paix et à la tranquillité que nous devons tous œuvrer, car il ne peut y avoir de Majesté que celle de la France. En cette nouvelle année qui commence, Nous pensons donc qu'il est tant pour la France d'entrer dans la modernité. Les divisions sur lesquelles elle se construit depuis trente ans ne sont pas propice à sa stabilité. Les oppositions clivées et les conflits et rapports conflictuels qui sont encore entretenus empêchent la naissance d'un ordre nouveau. Coincée entre son passé et son avenir, la France regarde des deux côtés sans parvenir à trouver son chemin. Il est temps de dépasser tout ceci et de couper avec ce passé, parfois trop lourd afin de regarder vers l'avenir. Il ne s'agit pourtant pas là d'oublier ce passé. Souvenez-vous de la phrase avec laquelle Nous avons commencé. Il faut vivre avec son passé mais vivre pour l'avenir et non l'inverse. Le France peut entrer dans la modernité tout en étant fier de son passé. Ce passé, Mes chers Sujets, c'est ce qui fait l'identité de cette France. Multiple, diverse, riche et glorieuse. Si la France souffre aujourd'hui de ce passé, c'est qu'elle est tiraillée par des divisions qu'elle ne sait dépassée pour son propre bien. Il ne s'agit bien entendu pas là de renoncer à ce qui fait les idées de chacun. Mais il s'agit désormais de s'écouter et se respecter pour avancer, plutôt que de se diviser et de se mépriser pour rester coincé dans le passé troublé. Tout autour de nous, la modernité du développement industriel, économique et social des pays qui nous entoure, et au premier lieu duquel, le Royaume-Uni, nous rappelle combien il est essentiel pour le pays qui fut longtemps la plus grande puissance d'Europe de parvenir à embrasser cette modernité pour retrouver sa place. La France n'est pas le pays de barbares comme certains, qui ont lamentablement essayé de la dompté et ont échoués, ont tentés de vous le faire croire. La France est un pays qui a un avenir. Un avenir qui lui est certes singulier, et qu'il lui appartient de construire, si seulement, nous parvenons à nous écouter plutôt qu'à nous diviser. Allez-vous laisser ces divisions ronger un peu plus la pureté du peuple de France ou laisserez-vous l'unité nationale vaincre l'appel au conflit ouvert ?! C'est à vous de décider.

Nous l'avons dit il y a quelques instants, la France est l'affaire de tous. Et nous avons tous notre pierre à apporter à l'édifice de la France. C'est pourquoi l'un des principes les plus importants à Nos yeux est l'investissement de chacun. S'investir, c'est apporter à la France sa contribution, c'est être français. C'est rendre à ce pays ce qu'il n'aurait jamais dû perdre : l'honneur. En tant que français, notre mission à tous c'est la France. Mais Nous savons combien les abus de certains ont découragés le plus grand nombre. Nous ne sommes cependant pas fatalistes et Nous ne sommes pas de ceux qui étaient là avant Nous. Quoi qu'ils aient pu faire, quelles qu'aient été leurs erreurs, Épicure les jugera et ils n'en seront pas emportés au paradis pour autant. Mais pour ceux qui restent, le malheur est parfois bien grand. C'est pourquoi, aux erreurs d'un homme peut succéder l'envie, l'investissement et l'unité des autres hommes qui, en criant leur amour pour la France, peuvent contribuer au changement. Nous regrettons aujourd'hui le peu d'investissement même si Nous en comprenons parfaitement les causes. C'est pourquoi Notre action visera à vous remettre en chacun, l'envie de s'investir en effaçant ses vilains maux qui font tant souffrir notre pays. Si par malheur, la confiance en la politique, en ses dirigeants, en son Roi, la France l'avait perdue, parfois depuis longtemps, Nous nous attacheront à la lui rendre, par l'honnêteté de Notre action, par la transparence de Nos mesures, par la bienveillance de Nos jugements. Il ne saurait exister de volonté de s'investir si la confiance n'est pas présente. Cette confiance, il est de Notre devoir de Souverain de vous la rendre en vous garantissant une administration droite et qui permette, loin de la corruption trop souvent subie, à chacun de s'investir et de connaitre une véritable ascension sociale.

Il y a une valeur, trop souvent oubliée naguère, à laquelle Nous voudrions vous présenter Notre attachement. Une valeur qui sera au fondement de chacun de Nos jugements et qui se doit d'être érigée au panthéon de la morale de ceux qui dirigent. Cette valeur, c'est celle du mérite. Nous savons combien le manque de reconnaissance du mérite dans l'histoire récente de la France lui a fait du tort, combien c'est cela qui est responsable de la perte de confiance et de l'absence de volonté d'investissement. La France doit en finir avec l'entre soi, ce petit monde, cette caste dirigeante qui s'entretien elle-même au détriment des véritables compétences, parfois en protégeant ceux qui n'ont rien d'autres à faire que d'user des privilèges que cela leur accorde et de mépriser ceux qui pourtant, pourraient être beaucoup plus méritants et compétents. Aujourd'hui, Nous voudrions prononcer l'arrêt de mort de cette administration corrompu pour l'avènement d'un nouvel ordre qui prônerait le mérite et dont le Roi, par sa clairvoyance, saurait reconnaitre le véritable mérite de chacun. Cette méritocratie, c'est la France de demain. Celle qui laisse à chacun une égalité de chance, et qui n'entretient pas les "fils et filles de" et les "Monsieur et Madame de" sans aucun mérite. Chacun, par son investissement et sa participation peut faire preuve de mérite si seulement, la France était le seul objectif de tous. Nous ne prétendons pas ici à faire de l'homme une perfection. Mais bien souvent, ce sont ceux qui, loin de cet objectif, mettent en exergue leurs intérêts au mépris de ceux de la France, entretiennent cette administration corrompue. Dès aujourd'hui pourtant, c'est par la reconnaissance du mérite de celles et ceux qui s'investissent réellement pour la France, que Nous orienterons notre action, en Nous entourant de ceux-ci au détriment des amitiés, jamais judicieuses. Et il appartient à chacun et à chacune d'entre vous d'en être.

Mais alors, au milieu de tout ceci, qu'est-ce qu'un Roi ? Quelle est sa place ? Nous concevons son rôle comme celui de gardien de tout ceci. L'équilibre de la France ne peut exister sans sa clef de voute. C'est en étant impartial, aimant, serviable, à l'écoute et attentif, par la justesse de ses décisions, par la raison et la réflexion qu'un Roi pourra être cette clef de voute. En étant le guide et le symbole de tous les français, quel que soit leurs conditions, leurs origines, leurs pensées, leur âge, leur sexe, quelque soient les différences qui nous séparent, c'est en rapprochant les français qu'un Roi sera le garant de l'unité nationale, celle qui fera vivre la France et sa grandeur. Plus que tout, c'est un repère, un rocher au milieu de la tempête, lorsque tout autour semble s'effondrer. La stabilité qu'il doit incarner ne peut exister que lorsqu'il remplit cette mission. À l'image d'une boucle bouclée, Nous clôturons cette première partie de Notre discours de la même façon qu'il avait commencé. Nous avions évoqué les Rois des Tuileries, ce palais de cristal dans lequel vivait un Roi qui jamais n'en sortait et d'où pourtant, venaient toutes les décisions. C'est avec cette image que Nous entendons couper. Un bon Souverain est un Souverain de terrain, proche de son peuple. Nous entendons rapprocher les Institutions du peuple et au premier rang desquelles, le Roi. Ainsi que Nous l'exposeront dans la suite de ce discours grâce à des mesures concrètes que Nous prendrons prochainement, le Roi n'est pas celui qui gouverne seul à Nos yeux. C'est celui qui est à l'écoute de tous et gouverne avec chacun. C'est par sa présence, sa présence dans la vie du Royaume et celle des Institutions et en restant informé de ce qui s'y passe que le Roi pourra remplir sa mission, une mission d'intérêt général.

C'est ainsi que Nous achevons cette partie de notre discours. Si elle reste très théorique, chacune des annonces que Nous allons faire maintenant au cours des deux parties suivantes sont fondée sur un des principes énoncés. Nous commencerons d'abord par ce qui a été fait depuis Notre accession au trône de France.



Depuis le 20 septembre date à laquelle Sa Sainteté le Pape a rendu son verdict et que Nous sommes montés sur le Trône de France, Nous nous sommes employés à la tâche qui est la Nôtre et que Nous vous avons présenté. Nous ne sommes pas simplement le suivant d'une longue lignée de Monarques ayant régnés sur la France. Les bouleversements qu'a connu la France depuis trente ans Nous amènent aussi, comme ils ont amené Nos récents prédécesseurs à voir en la France ce qu'elle était désormais. Il y a quelques instants, Nous avons dit de la France qu'elle devait regarder vers l'avenir tout en étant fier de son passé. C'est par ces mots que Nous définissons la Charte Constitutionnelle que Nous avons octroyés à Notre peuple le 31 octobre dernier. Si Nous nous inscrivons dans une tradition plus que millénaire, en héritier des Rois qui ont fait la France, de Clovis, aux origines, Charlemagne, Hugues Capet, Saint Louis, Henri IV, Louis XIV à Louis XVIII enfin, c'est parce que la France peut être fière de son passé. Elle peut aussi être fier de son passé plus tumultueux, à l'image des évènements certes d'une violence inouïe mais qui ont su faire naître d'elle un avenir nouveau. La Charte Constitutionnelle incarne à la fois le passé et l'avenir. C'est en se séparant d'un passé parfois pesant tout en étant fier de lui, que la France regardera vers l'avenir. En Nous inscrivant dans la lignée de Louis XVIII et de sa Charte Constitutionnelle, la modération des forces, l'équilibre de l'action et la sagesse de la réflexion, que se construira la France de demain. La Charte se veut la transcription par écrit d'un mélange entre tradition et modernisme. Car c'est bien là l'essentiel du bon fonctionnement de nos Institutions. Il n'y a pas, à Nos yeux, de pensées irréconciliables ou de volontés contradictoires. Il est certes difficile de satisfaire chaque individualité de façon parfaite. Mais nos différences, nos divergences et nos oppositions sont à Nos yeux des forces. C'est par la conciliation et le compromis que nous parviendrons à l'intérêt général et du plus grand nombre. La Charte que Nous avons octroyée, Nous la voulons l'incarnation de cela et son préambule le reprend. Elle est le fondement, l'essence même de ce qui nous uni, pour que plus jamais, les droits et devoirs de chacun soient niés et bafoués et que chacun puisse connaitre les règles du jeu de nos institutions.

La Charte Constitutionnelle ne fut que la première réalisation que Nous avons souhaité mettre en place depuis Notre intronisation. Le premier novembre dernier, un Gouvernement a été constitué par Sa Prestigieuse Seigneurie le Duc-Pair d'Aumale. A ce Gouvernement, une feuille de route, reprenant Nos volontés pour la France a été donnée. Nous avons une vision de Notre projet. Nous savons où Nous voulons conduire Notre Peuple et les objectifs données au nouveau Gouvernement ont été ceux-ci. De ces projets bien sûr, tout n'est pas encore accomplis. La tâche est immense, mais Notre volonté l'est aussi et tout autant. C'est ainsi que Nous avons formulé Nos attentes. Pour permettre à la France d'entrer dans la modernité qu'offre déjà certains de nos voisins, Nous avons souhaité le développement de l'Industrie. Ce projet nécessitait au préalable cependant une relance de nos Institutions économiques, en particulier à la suite des dures mois estivaux que le pays à traverser, et au premier rang desquels la Chambre Royale du Commerce et de l'Industrie. Ce développement industriel passera par l'amélioration de notre Droit et la création d'un Droit privé et d'une personnalité morale. Cela étant, notre Droit se devrait d'être et est encore en cours de révision afin de le mettre à jour en vue de recevoir ces futures améliorations. Ce développement industriel, enfin, ne sera pas seulement bénéfique à notre économie intérieure. Nous sommes acquis à l'idée que le commerce pacifie les mœurs et notre Europe ne voudrait pas d'une nouvelle guerre qui la laisserait exsangue. Le développement de notre commerce extérieur visera à entretenir de bonnes relations diplomatiques avec l'étranger. Sur le plan intérieur, la modernité s'accompagnera d'un désenclavement de nos localités par l'amélioration de nos transports, une gestion des marchés départementalisée et confiée aux services de l'intérieur et un approfondissement des horizons commerciaux locaux. Enfin, l'avenir passe aussi par un développement culturel permettant à chacun de poursuivre ses projets et donner un souffle à tous ceux qui sont dans le besoin. Le bonheur de Nos sujets Nous importe et il passera non seulement par un volet économique qui soulagera les nécessités mais aussi par ce volet culturel.

L'une des réalisations les plus importantes menées depuis Notre arrivée concerne les marchés. Chacun sait, parce qu'il en a souffert, que l'été n'a pas épargné la France cette année. Les conditions météorologiques exceptionnelles qui ont accompagnées une crise importante sur nos marchés à rendu difficile la survie du plus grand nombre. Face à l'ampleur de cette crise, il était essentiel pour Nous de prendre les mesures qui s'imposaient afin de permettre une gestion de celle-ci. Ces mesures, qui ont nécessité du temps, parce qu'elles même exceptionnelles, ont été prises au début du mois de décembre pour pallier aux différents problèmes. La nomination d'un responsable des marchés dans chaque ville de France couplés aux efforts d'une Chambre Royale du Commerce et de l'Industrie de nouveau active permet aujourd'hui encore, de faire face à une crise profonde avec une réponse adaptée et qui sera amenée à s'adapter encore dans le futur pour être au plus près des besoins.

Enfin, Nous ne pouvons pas ne pas évoquer la nouvelle législature qui s'est ouverte lundi. Nous regrettons l'absence de candidats, symptomatique à Nos yeux du manque d'implication due à la perte de confiance et à l'absence d'une véritable reconnaissance juste et correcte du mérite de chacun. Toutefois, la nomination que Nous avons faite des députés pour cette XXXème législature, Nous l'avons voulu à l'image de ce que Nous souhaitons faire pour rendre en chacun la confiance perdue et la volonté d'implication. Ainsi, la liste de ces nouveaux députés incarne un message de reconnaissance du mérite et de l'implication pour certains d'entre eux, dont Nous savons la dévotion pour la France et un message de nouvelle volonté d'implication pour d'autres afin de montrer à chacun que tout le monde peut avoir sa place et peut s'investir pour le Royaume et que la France est affaire de tous et pas seulement de certains.

En conclusion de cette partie, Nous dirons que bien que les intentions eussent été présentes et les objectifs donnés, il est encore tôt pour en percevoir les effets les plus notoires. Toutefois, le besoin de vous informer des mesures prises était essentiel comme Nous le considérons. Il nous faudra encore être quelques peu patients, l'immensité de la tâche nous le commande et il ne serait pas raisonnable de se précipiter au risque de mettre en péril le bienfondé de ces actions.



Cette dernière partie de Notre discours, peut-être la plus riche par l'ampleur des annonces que Nous allons faire, est celle qui concernera chacune de Nos actions à venir, ainsi que celles de Notre Gouvernement.

Afin de réaliser le lien avec la partie précédente et puisque Nous y avions évoqué le rôle du Gouvernement, Nous commencerons par celui-ci. Très prochainement, au début du mois de février, se tiendra un Conseil des Ministres. Nous jugeons important que ces rendez-vous réguliers, soient l'occasion pour le Gouvernement de faire un bilan sur son action et d'orienter les nouvelles marches à suivre en fonction des objectifs encore à atteindre. Ce Conseil s'inscrira dans la continuité des mesures relatives au Gouvernement et précédemment annoncées. Le Gouvernement aura rempli d'ici là les conditions préalables à la poursuite du projet de développement et de modernisme qu'étaient la relance de la Chambre Royale de Commerce et de l'Industrie, une gestion du commerce intérieur réformée et suivie et une réforme du Droit afin de permettre l'implantation d'un monde industriel dans le Droit et dans l'économie. À terme, c'est la fin de la grande pauvreté et de certaines misères qui auront durées trop longtemps qui est visée, en donnant à chacun une chance de réussite.

Par ailleurs, l'année 1825 verra un évènement majeur dans la vie d'un Souverain et d'un peuple puisqu'il s'agira de l'année de Notre Sacre et de Notre Couronnement. Cet évènement sera pour Nous l'occasion de réaffirmer Notre volonté de conciliation entre tradition et modernité puisque ce Sacre et ce Couronnement sera d'un genre nouveau. En effet, au-delà de l'image de tradition qu'il incarne principalement, l'évènement coupera avec certaines traditions d'anciens régimes. La France a évolué depuis, le Sacre et le Couronnement doivent évoluer également. Cela passera principalement par la prestation de serment sur la Charte Constitutionnelle qui est déjà elle-même le reflet de ce compromis. Il est important de ne pas revenir dans certains extrémismes tyranniques d'antan quel qu'en soit l'idéologie politique, monarchique comme révolutionnaire. La modération sera donc de mise et cet évènement, plus que celui d'un Roi, sera celui d'un peuple tout entier avec son Roi, pour symboliser l'unité à laquelle la France, si longtemps divisée, a droit.

Trop souvent en effet, la distance entre les Institutions et en premier lieu le Roi, du peuple, pourtant dénoncée, a conduit à rendre impossible tout compréhension, écoute ou entente d'un parti comme de l'autre. Nous entendons rapprocher les Institutions et en particulier le Roi de son peuple pour que plus jamais celui-ci soit tenu à l'écart des décisions et de ceux qui le dirigent. Nous l'avions dit en introduction, Nous ne serons pas un Roi des Tuileries comme certains l'ont été et plus que tout, Nous ne voulons pas que le Palais soit un lieu inatteignable et loin de ceux qui sont dirigés, où gouverne un Roi enfermé que personne ne saurait voir. Pour être cru, il faut-être vu. C'est pourquoi Nos chers Sujet, Nous sommes fiers de vous annoncer un important changement. Il Nous est depuis longtemps apparu que le peuple avait voix au chapitre lorsqu'il s'agissait des questions de la France. C'est pourquoi, depuis Notre arrivée, Nous avons travaillé à un projet qui permettrait à chacun de s'exprimer et d'entretenir ce lien entre le Roi, garant de l'unité de la nation et gardien des Institutions, et le peuple, si souvent opprimés. Certains auront peut-être eu l'occasion de recevoir un courrier en provenance de Notre Maitre des Courriers. D'autres peut-être se sont demandés pourquoi un tel poste et ce qui se cachait vraiment derrière ce titre de Maitre des Courriers. Nous allons mettre fin au suspense, si tant est qu'il ait existé en vous révélant aujourd'hui la véritable raison pour laquelle, au mois d'octobre, Nous avons décidé de créer ce poste -parce qu'il y en a une-. Nous avions à ce moment un projet qui verra le jour dans les semaines à venir et qui Nous vient des évènements précédant la terrible Révolution. Si certains parmi vous -les plus âgés- ont connus la Convocation des États Généraux de 1789, alors vous aurez sans doute entendu parler des cahiers de doléances, dans lesquelles les vœux et doléances étaient inscrits. Nous avons décidé de remettre au goût du jour ces fameux cahiers dans une version nouvelle. En effet, une boite au lettre, accessible à tous, quel que soit la condition de chacun, son rang, son âge, son sexe, sa religion, sa situation sociale et économique, engagés politique ou simple français, chacun de vous, sera prochainement ouverte. Elle permettra à qui le voudra de Nous écrire afin de Nous faire part d'une idée, une envie, une remarque, une critique, un projet, une situation, ou quelle que chose que ce soit concernant la France, dans le respect et un raisonnement constructif. Cette boite sera gérée par le Cabinet du Roi en la personne du Maitre des Courriers, qui sera chargé de recevoir, lire et répondre à l'ensemble des courriers qui seront ainsi adressés au Palais ou à Notre personne. Plus largement, l'ensemble des courriers destinés au Palais ou au Roi transiteront par le Maitre des Courriers qui en fera ensuite la distribution interne. Nous resterons informés de son action et pourrons ainsi assurer un lien direct avec chacun de Nos Sujets, qui pourront s'adresser directement à leur Roi. De plus, le Maitre des Courriers sera chargé de l'ensemble de la communication du Palais et il sera demandé à chaque Institution du Royaume de faire remonter leurs annonces afin qu'il puisse en faire la publication également sur les Annonces Royales qui permettront, en plus de leur publication locale ou par l'Institution d'origine, une centralisation offrant une diffusion équilibrée de l'information à chacun de Nos Sujets.

Rapprocher les Institutions et le Roi du peuple, aussi, par un discours de politique générale régulier à l'image de celui d'aujourd'hui, qui donnera lieu, Nous le souhaitons, à d'autres discours, pour vous tenir informés et vous rendre des comptes. Ce lien que Nous voulons direct, entre le peuple et le Roi sera ainsi entretenu et la politique ne sera plus une affaire secrète et privée sans que le peuple n'en soit ni jamais informé, ni jamais acteur. Proche du peuple enfin, en étant un Roi de terrain plus que celui d'un Palais.

Nous allons très prochainement donner une illustration des plus claires quant à cette volonté d'être un Souverain de terrain. En effet, loin d'ignorer les problèmes économiques, sociaux et démographiques qui touchent la France, il Nous apparait important d'organiser une grande réunion avec les Maires de France afin de pouvoir débattre et prendre des mesures au niveau national pour chacune des villes de France. Notre souhait fut que cette réunion, qui se déroulera à la fin du mois de janvier puisse avoir lieu dans une des villes les plus touchées par ces crises et qui possède pourtant un important potentiel étant une ville côtière : Notre bonne ville de Cherbourg. L'image que Nous voulons donner ici, c'est que l'éternelle oubliée qu'elle a pu être sera désormais considérée. Cherbourg sera le siège d'une Institution Royale dans les prochaines semaines, puisque le Cadastre National, déjà installé en cette ville, sera érigé en Institution Royale. Cette visite, d'une durée d'une semaine, sera aussi l'occasion de redonner à Cherbourg une dynamique et de montrer que Paris n'est pas le seul centre politique du Royaume par une délocalisation du pouvoir grâce à cette première Institution qui, Nous l'espérons, en appellera d'autres, ainsi que cette réunion. Cherbourg est également une ville côtière qui a toute sa place dans l'action du Gouvernement qui consiste à développer le commerce intérieur comme extérieur grâce à son port. Cherbourg fera de plus l'objet d'un développement nouveau avec un projet visant à créer une communication directe avec Paris au moyen d'un mode de transport moderne et dont le projet sera officiellement présenté dans quelques mois. Cherbourg, enfin, sera l'un des points principaux sur lesquels l'objectif de développement d'un monde industriel se cristallisera, permettant à la ville de bénéficier d'un essor économique de premier plan et de rendre à Cherbourg toute son importance. A termes, il sera également envisageable de renouveler ces visites et réunions royales.

Enfin, pour conclure sur ces projets à venir, certains d'entre vous auront peut-être remarqué que dans l'Ordonnance Royale du 29 décembre 1824 relative à la dignité de Pair de France, le titre de Vicomte n'apparaissait plus dans les titres de noblesse pouvant ouvrir à une prairie, contrairement au Droit précédant. Il existe une raison à cela et comme rien de ce que Nous faisons n'est anodins, à l'image du Maitre des Courriers, Nous nourrissons un projet depuis Notre montrée sur le Trône de France. En effet, Nous avons l'intention de rétablir la noblesse de charge. La noblesse de charge est un titre accordé de droit à une personne qui occuperait avec mérite une fonction au sein du royaume. Cette idée Nous est venue alors même que Nous n'étions pas encore Roi. Cela se fonde sur Notre objectif de rendre l'envie de s'investir aux français et de reconnaitre véritablement et justement le mérite de ceux qui s'investissent. Celle-ci avait été injustement abrogée par Nos prédécesseurs pour leur permettre d'entretenir une noblesse de proches et de corrompus qui aura fini par faire perdre tout sens de la réalité et se sera rendue responsable et coupable de l'absence de volonté d'investissement et de la perte de confiance en les Institutions. Nous y voyons un symbole de leurs abus et de leur despotisme auquel il conviendra de mettre fin. Dans le but de ne pas déséquilibrer le Royaume par une action trop rapide et inadaptée, cela passera par une expérimentation qui sera le fruit d'une réflexion menée en amont d'un tel projet qui demandera un certain temps. L'Ordre du Mérite ainsi que les titres de noblesses n'ouvrant pas possibilité à une Pairie seront ouverts à une noblesse de charge visant à récompenser véritablement le mérite de chacun. Toutefois, afin d'éviter les abus de personnes mal intentionnées qui souhaiteraient profiter de cela à des fins personnelles plutôt qu'en implication pour et seulement pour la France en méprisants les autres, les conditions seront pensées de façon à être justes et à véritablement récompenser le mérite de ceux qui s'impliquent plutôt que l'immobilisme et l'opportunisme de certains. Ainsi, cela offrira une égalité de chance à chacun. Le Souverain se fera ensuite le plus impartial et juste possible pour des reconnaissances supérieures, telles que les Prairies. Encore une fois, la France est affaire de tous et ce projet visera à le prouver.

C'est ainsi que s'achève cette dernière partie de Notre discours. Encore une fois, Nous vous demandons du temps. Rien ne saurait s'accomplir parfaitement dans la précipitation et l'impatience et la prudence doit être observée -sans tomber toutefois dans la trop grande prudence, une grave erreur qui a conduit certains de Nos prédécesseur à ne pouvoir réformer et avancer, s'enfermant dans une caricature d'eux même sans même pouvoir le voir ou s'en rendre compte-. Du temps, disions-Nous, bien que les premiers résultats commencent à se faire sentir. La justesse, l'honnêteté, la transparence, la reconnaissance et le mérite devront guider chacun de nous dans nos actions les plus diverses. Chacun a un rôle à jouer pour la France et il est du devoir du monarque d'entretenir, par son parlé vrai mais juste, la confiance, l'union et le compromis tout en permettant à chacun de s'exprimer malgré les divergences d'opinions. La France est une œuvre qui se façonne avec le temps et dont nous sommes tous les acteurs.



Nos chers Sujets. Nous ne pourrions pas clôturer ce discours sans dire un dernier mot relatif à cette nouvelle année qui commence. Depuis hier, nous avons tournés la page de 1824 qui contenu son lot d'épreuves pour notre pays. Entre la misère qui fut entretenue, la crise économique des marchés, la mort d'un Souverain et l'arrivée d'un nouveau, la France n'a pas été épargnée. Nous faisons cependant confiance à l'histoire et misons sur l'avenir pour qu'à l'image d'un bon vin, le regard et le jugement que les générations futures porteront à cette année qui s'est achevée, se bonifie avec le temps. L'année qui s'ouvre désormais face à nous, nous demandera surement également des efforts pour surmonter des défis nouveaux. C'est ensemble que nous y parviendront pour construire ce que sera 1825 et la France de demain. C'est en comptant sur vous tous et si nous jouons chacun le jeu, que Nous vous adressons Nos meilleurs vœux de bonheur, de santé, de réussites sociales, économiques et culturelles, Nos souhaits de joie les plus profonds et que Nous espérons que cette année vous apportera à tous, ce que chacun est en droit d'attendre d'elle, pour aller plus loin, regarder autrement et rêver de demain pour écrire chaque jour un peu plus, la petite et la grande histoire de France.

Nos chers Sujets, Nous vous souhaitons une très belle et merveilleuse année 1825.

Vive le Peuple de France, Vive la France.


Le Roi releva la tête. Il avait terminé. Dans le silence qui venait de naître, le Chef du Protocole monta de nouveau sur l'estrade et prit le livre que le Roi avait entre les mains, avant de reprendre la place qu'il occupait à l'instant. Le Roi, toujours assis, attendait maintenant quelques secondes, une éventuelle réaction en face. Après quoi, il se lèverait et quitterait les lieux, ne s'agissant pas d'une conférence de presse question-réponse mais d'un discours. Toutefois, s'il sentait que le besoin s'en fesait sentir, il penserait à en organiser une par la suite.

_______________
Back to top
Emilie
Maire de Saint-Denis
Maire de Saint-Denis

Offline

Joined: 24 Feb 2018
Posts: 2,263
Localisation: Saint-Denis
Féminin

PostPosted: 08/01/2019, 18:10    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

A l'entrée de Sa Majesté, elle s'était levée, et avait ainsi découvert celui qui était leur Souverain. Rassise, elle avait écouté son discours avec la plus grande attention. Elle comprenait ses intentions de façon générale, et attendrait de connaître les projets de façon plus détaillée au fur et à mesure qu'ils seraient mis en oeuvre.

Une réunion des maires à la fin du mois. Donc a priori Monsieur de Réan et elle-même seraient nommés d'ici là, supposa-t-elle.

Du temps. Clairement il y en aurait besoin, il semblait y avoir tant de choses à réaliser. Pour sa part pas de problème, elle était très patiente. Et si c'était positif pour la France et les Français, cela en valait la peine. Il semblait réellement motivé à leur offrir une vie meilleure, pour le peu que la jeune femme pouvait en juger. Les actes seraient ceux qui en diraient le plus long.

Noblesse de charge. Donc les gens jugés méritants dans l'exercice de leur fonction seraient récompensés, c'était une bonne chose selon elle, cela ne pouvait qu'encourager. Elle espérait qu'il y avait quelque chose de prévu pour les gens qui se démenaient comme des diables sans occuper la moindre charge mais qui portaient pour autant un bout du système sur leurs pauvres épaules.

Dans l'ensemble, tout ceci lui semblait bien encourageant. Elle continuerait donc de suivre tout ceci avec attention, comme modeste sujet de ce beau Royaume qu'elle aimait tant.
_______________


Last edited by Emilie on 08/01/2019, 19:52; edited 1 time in total
Back to top
LouisKinder
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 18 May 2018
Posts: 158
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 08/01/2019, 18:48    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

Louis écouta le discours du Roi avec une grande attention, sans perdre le fil une seule fois. 


Etant donné sa nouvelle fonction de député, sans oublier le fait qu'il va bientôt devenir maire de Paris, il se rendait compte de l'ampleur du travail à accomplir. Mais cela ne lui fît pas peur car Louis adore relever des défis. 


En ce qui concerne les propositions, il fût agréablement surprit par la modernité du discours du monarque. Il n'en revenait pas d'avoir enfin trouvé quelqu'un qui pense comme lui sur un très grand nombre de sujets. 


Ainsi, il fût ravi d'apprendre que la noblesse basée sur la méritocratie allait faire son retour. Cette mesure lui plaisait particulièrement car pour lui, le seul moyen d'attirer les gens à exercer des fonctions politiques est de les inciter. 
De plus, ses propos concernant le développement du commerce extérieur afin d'améliorer les relations diplomatiques de la France concordent totalement avec ce que pense Louis. En effet, ceci permettra de développer le pays et de faire profiter toute la population de ces changements liés à la révolution industrielle.


Après avoir écouté ce discours, Louis était surexcité à l'idée de travailler au service d'un Roi qui pense comme lui et avait hâte de commencer ce grand chantier.
Back to top
Nicolas.Lévy
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 09 May 2017
Posts: 1,326
Masculin

PostPosted: 09/01/2019, 18:06    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

L'arrivée de sa Majesté fut annoncé et il entra dans le grand hall. Une fois installé il entama son discours. Long discours.
Mais c'est ce qu'il faut. Il s'exprime avec clarté sur ce qu'il souhaite pour la France. Que ce qui a pu arriver par le passé reste le passé. Cela ne sert à rien de regarder en arrière. Comment avancer si à chaque fois l'on est arrêté par ce qui a pu se passer par le passé. A quoi bon.

Tout en l'écoutant je me rend compte que j'étais bien loin d'imaginer tout ce qu'il s'était passé derrière les murs du Gouvernement lors du règne précédent.
Pour tout dire je ne m'y étais pas forcément intéressé. Je faisais mon travail et voilà. Hors aujourd'hui c'était dans l'autre sens. Je voulais plus m'investir donc je m'intéresse à ce qu'il se passe et entendre le discours du roi est encourageant dans le sens où le Royaume de France ne revivra pas le chaos qu'il a du vivre par le passé si je comprend bien ses dires.
Je comprend mieux pour le coup certains départs soudains.

Une réunion des Maires allaient avoir lieu fin du mois. C'était très bien . Le discours avait été long, certes mais très clair et constructif.

_______________
Back to top
Jules_Di_Guglielmo
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 18 Aug 2018
Posts: 157

PostPosted: 09/01/2019, 22:35    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

La politique est affaire d'idées, de convictions, mais aussi de séduction. Or, Jules avait été indéniablement séduit par le discours du roi. Bien que notre homme préfère juger les actes avant les paroles, il sentait bien qu'il avait parlé en toute sincérité, et qu'il était animé du feu sacré. Il ressentait sa volonté de redresser la France et de la faire briller au sein du concert des nations. Quant au fait de se rapprocher du peuple, il ne pouvait qu'y adhérer, en y mettant cependant une nuance : rendre le discours accessible et se rapprocher du terrain oui, mais tout en gardant la stature d'un roi. Quoi qu'on en dise, le roi reste à part, il est le père de la nation. Mais sa majesté en est bien consciente à n'en pas douter.
Toutes les idées et projets annoncés trouvaient échos aux oreilles de Jules, à commencer par le maître des courriers. Il y a forcément de bonnes idées à prendre parmi les gens du peuple, quelque soit leur statut social.


"Certains sont plus doués pour contester que pour proposer des solutions hélas! Ah ça, pour poster des affiches il y a du monde, mais pour le reste..."


Il avait écouté très attentivement la prise de parole du monarque, la main sous le menton. A la fin, il sourit en regardant le roi, satisfait de ses paroles. Reste donc à mettre tout cela en pratique.


Last edited by Jules_Di_Guglielmo on 10/01/2019, 12:26; edited 1 time in total
Back to top
JeanditNeu
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 06 Jan 2013
Posts: 2,720
Masculin

PostPosted: 10/01/2019, 01:58    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

Que c' était beau , bien construit, bien présenté , pleins d' avenirs en tous genres. Jean aurait presque pu y croire. Pas forcément à cause de son " titre "  de premier Bonapartiste du Royaume que il doutait.

Non pas que il ne porte pas toutes ses chances et ses efforts au nouveau souverain .Il était novateur , enfin vu les précédents..



Les présents semblaient enthousiasmes .. de mines . Et lui... il se tâtait, et pas sous le manteau  . Tout à l' heure il avait la première séance de la Chambre Basse. 
_______________
Back to top
Anastasie Lévis-Mirepoix
Haute Justice
Haute Justice

Offline

Joined: 08 Jan 2017
Posts: 1,925
Localisation: Dans le coeur de son Beau Brun d'Epoux pour le meilleur et pour le ... Meilleur !
Féminin

PostPosted: 10/01/2019, 10:39    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Grand Hall du Parlement Reply with quote

Un silence quasi religieux s'est installé dans le grand hall durant toute l'allocution, fort longue, du Roi. Anastasie a écouté avec grande attention et peut se faire une idée plutôt nette du programme annoncé et des résolutions à mettre en œuvre. Tout ceci est porteur d'espoir de ne pas voir ce royaume tomber dans une léthargie bien trop souvent constatée ces dernières années.
C'est donc plutôt rassurée quant à l'avenir qu'elle quitte le grand hall puis traverse le parvis du Parlement afin de regagner ses bureaux.

_______________
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Parlement + -> Entrée du Parlement All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 3  >
Page 2 of 3

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group
powered by ArgenBLUE free template