Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1825
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

[RP] Hotel de Guyane
Goto page: 1, 2  >
 
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Résidences de la Noblesse Française + -> Résidence de Benoit Fisdohit
Previous topic :: Next topic  
Author Message
benoit
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 19 Mar 2010
Posts: 5,226
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 31/12/2018, 03:27    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
Cet hotel particulier et ses dépendances sont localisées sur les parcelles C5 (hotel) et C4 (Magasins/entrepots) du IVeme Arrondissement, soit entre les rues de Sevres et de Babylone, des deux cotés de la Rue du Bac


L'entrée principale est situé rue de Babylone, par un portail percé dans un haut mur d'enceinte encadré par deux groupes d'immeubles d'habitation, qui sont les logements des employés de Benoit


Une fois passé le portail, on arrive dans une vaste cours entourées sur 3 cotés par des écuries et garages de voitures et ateliers, l'hotel particulier étant sur le 4eme coté
Ce dernier est tout en longueur, haut de 3 étages, soit un de plus que les batiments environnants. Il dispose aussi de 3 niveaux de sous sols et caves


C'est là, la résidence de Benoit et de sa famille, dont les appartements sont au 1er étage, qui est divisé en 3 zones :

A droite de l'escalier central, l'appartement privé de Benoit, comprenant chambre, salon, bibliothèque, salle d'eau...
A gauche, un appartement similaire, usuellement pour la maitresse de Maison, mais qui est devenu l'appartement des invités de marque.C'est cet appartement qui est à la disposition de Zélie lors de ses séjours à Paris



Entre ces deux appartements, 4 appartements de deux chambres et d'un salon/salle de jeu pour les enfants. Pour l'heure, 3 sont decorés, le dernier sert de chambre d'invité


A l'arriere du batiment principal, un vaste jardin arboré, encadré par les ailes, qui sont des batiments initialement séparés , désormais reliés au batiment principal par des serres

Dans celle de droite, les reserves et cuisines

Dans celle de gauche, une piscine et le vivier

Topic balisé par Khan le 29.12.2018
_______________

-Président du Conseil, Ministre de la Guerre, des Armées et des Colonies, Lieutenant Général
-Lord Manor of Rugby, -CB(hon.)
Back to top
benoit
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 19 Mar 2010
Posts: 5,226
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 31/12/2018, 03:48    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Fin Décembre 1824

Cela faisait maintenant 4 mois que Benoit était revenu en compagnie de Zélie, pour qui il avait aménagé l'appartement de la maitresse de maison.
Soucieux de son confort et de lui remonter le moral, à chaque séjour Parisiens de la demoiselle, il prenait soin de l'amener souvent en promenade ou au théatre et , à défaut de pouvoir les avoir tous, il veillait à ce qu'ils aient au moins deux diners par semaines, en plus des samedis et dimanches, ensemble, leurs emplois du temps ( de ministres) étant fort chargés.

Et là, cela faisait une semaine que les rires des enfants résonnaient dans la maison : ces derniers étaient arrivés d'Angleterre pour passer la Saint Epi et seul Raphael, l'ainé, devraient y retourner pour reprendre les cours après les festivités de la nouvelle année.

_______________

-Président du Conseil, Ministre de la Guerre, des Armées et des Colonies, Lieutenant Général
-Lord Manor of Rugby, -CB(hon.)
Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,128
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 31/12/2018, 14:13    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Qu'il faisait bon d'entendre vivre une maison. Cela me rappelle mes jeunes années, enfin mes plus tendres années. Je me souviens m'amuser avec ma soeur et lui lancer des boules de neige en pleine figure. Et surtout la voir se mettre dans une colère noire juste quelques secondes alors que de la neige dégouline de sa tête. Certes, je suis encore jeune, mais je sais que ces petits moments ne seront plus. Le principal est que je les garde en mémoire pour que jamais ils ne s'éteignent. Mes parents me manquent depuis qu'ils ont décidé de déménager pour profiter un peu du restant de leur vie. Paris n'était plus leur lieu de villégiature préféré, la fronde etc... Et peut-être que mon père n'y était plus le bienvenue également. De ces choses là, j'en ignorais tout. Mais peu importe désormais.

Cela fait plusieurs mois que mon cher ami, Benoît, s'occupe de moi à m'inviter plusieurs fois par semaine dès que je me trouve non loin de Paris et cela pratiquement toutes les semaines. Les week end, nous les passons généralement ensemble lorsque je ne suis pas à Cherbourg, ma ville préférée de tout le royaume. Là-bas, on y vit tranquillement, loin de tout ce qui peut se passer en Seine.

Depuis peu, la maison prenait vit. Les enfants étaient présents. Chacun d'eux me faisait penser à leurs mères et donc aux femmes qui l'ont connu et partager un bout de sa vie. Je ne sais ce qui pourrait arriver entre lui et moi, je préfère vivre le présent et de profiter de chaque instant. La perte de l'homme qui tenait une grande place pour moi sans pour autant qu'il y ait quelque chose entre nous, m'avait quelque peu ébranlé. Le perdre, lui également, me serait... Non, n'y pensons pas. Je préfère penser à la vie plutôt qu'à son contraire. Ce dernier est trop ennuyeux et risque de me faire rougir les yeux. Donc, non !

J'apprécie l'attention que me donne mon hôte. Et ces enfants sont tout aussi adorable... ou presque. Ils ont leur âge après tout et je pourrais bien être leur grande soeur au vue de nos différences d'âges. Bon j'exagère un peu ou pas... Mais peu m'importe, je m'amuse comme une folle avec eux.

Ce matin, je suis d'humeur amusée. Aussi, je m'attèle à ma toilette. Puis j'apprécie regarder par la fenêtre avec comme simple habit, une chemise de nuit sous une robe de chambre mauve. Il va de soi que cette dernière est bien fermée lorsque je me retrouve vers l'immense fenêtre de la chambre. C'est que je suis très pudique même dans l'intimité. Le ciel est bleu malgré la neige recouvrant les toitures, lampadaires et les trottoirs.

Je reste ainsi quelques petites minutes pour apprécier chaque seconde ce paysage nappé de blanc. Qu'avait-il prévu pour ce jour ? C'était la surprise apparemment. Pour ma part, un diner avec ces enfants comme il sait les préparer m'irait très bien également. La journée ne fait que commencer après tout. Je reste encore quelques minutes dans la chambre qui m'avait été apprêtée depuis des mois m'évitant de loger en taverne, l'ancienne maison parentale ayant été vendue.

_______________
Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,128
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 07/08/2019, 17:03    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Cela faisait deux jours, non trois jours que je me trouvais à Paris. C'est donc sans surprise que je m'installa chez Benoît, dans les appartements qui m'étaient réservés.

Nous nous voyons peu mais lorsque cela se fait, nous profitons de ce moment. Tout du moins, je profite du moment présent, de chaque seconde qui s'écoule à ses côtés, à mieux le connaître et donc à mieux l'apprécier. J'espère que mes parents sont fiers de leur fille.


Mes pensées vont vers lui. En ce moment, je suis assise devant ma console de toilette et je me brosse les cheveux. Et puis, je souris, comme ça, sans aucune raison particulière. Peut-être suis-je simplement heureuse. Qui eut cru qu'il y a plus d'un an, je serais là assise. Il y a plus d'un an, j'avais l'impression que seul le roi m'appréciait. Mon roi... mon ami. Il n'est plu à mon grand regret et il me manque. il restera mon grand amour secret, certes cela n'était pas réciproque, mais ça m'aidait à avancer.

De nos jours, je n'ai rien à reprocher à qui que ce soit, et ça me fait du bien. Je fais ce que l'on me demande. Le seul point sombre à mes yeux, c'est le Siècle. Le faire revivre serait pour moi ma plus grande fierté. Un renouveau lui ferait du bien, le dépoussiérer de son passé tout en gardant sa lignée intacte. Je ne perds pas espoir néanmoins. Nouveau coup de brosse dans mes cheveux, je dois être à mon trentième coup de brosse, et il m'en reste plus d'une soixantaine à effectuer. J'esquisse de nouveau un sourire.

Quelques minutes plus tard, j'arrive à mon dernier coup de brosse. Je me regarde dans le miroir et suis satisfaite de moi. Mes cheveux sont délicatement bien soyeux. Du bruit se fait entendre à l'extérieur, ni une, ni deux, je me dirige vers l'immense fenêtre et jette mon regard vers l'extérieur.

Rien, néanmoins un fiacre venait de passer. Il a dû surement se prendre un gros caillou dans les roues. Je soupire de bien-être. Il est temps pour moi de me promener dans les rues passantes de la ville lumière.

_______________
Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,128
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 22/09/2019, 15:27    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Depuis que j'avais proposé d'emménager dans ma demeure de Cherbourg à Monsieur Auger et son amie, je me suis installée chez Benoît. Ce dernier m'est très attentionné. Nous faisons, il va de soi, chambre à part et aucune consommation n'a été faite de notre part. D'abord amis, nous nous apprécions petit à petit, nous apprenant à nous connaître. Mon amitié lui est fidèle. De cela, il peut en être sûr. Mon amour pour lui, c'est fait petit à petit, me mettant à penser à lui un peu plus chaque jour et appréciant sa présence au point que son absence se fait sentir à présent. D'ailleurs, je me mets souvent à penser à lui, à ce qu'il fait. Pense-t-il à moi aussi souvent que moi je pense à lui ? Je l'espère sincèrement. Mais je ne lui en voudrais pas si tel n'était pas le cas.

J'apprécie ces petits moment passés ensemble devant la cheminée. Je regarde son visage éclairé par la simple braise venant de la cheminée. J'aime regarder ses traits, ses petites rides qui s'affichent sur son visage. J'apprécie chacun de ses traits. D'ailleurs mes doigts aiment lui caresser délicatement sa joue puis venir se glisser dans sa chevelure délicatement en un mouvement lent. Je m'amuse même à enrouler quelques mèches autour de mon doigt tout en le regardant comme hypnotiser par son regard.

C'est installé dans l'un des fauteuils du salon que je me mets à penser à lui. Un livre à la main, je lis paisiblement l'histoire qui m'est conté dans ma petite tête rousse.


- Je vais vous trouver ! Si si si ! Le grand méchant loup est là !!!!

C'est une petite voix qui se fait entendre mêlés à des rires d'enfants.

Je lève mon regard de mon bouquin et je me mets à sourire. Les enfants de mon tendre s'amusent à courir dans l'immense maison. Leur père doit être aux anges de les voir ainsi, heureux d'être là avec leur père. Certes, ils ne le voit pas comme ils voudraient pouvoir le voir, mais au moins il était là avec eux. Apparemment, les enfants de benoît et moi-même nous nous entendons bien, moi qui n'est nullement l'habitude de m'occuper d'enfants. Je peux bien dire que ces deux-là sont de vrais anges, tout du moins avec moi. On dirait même qu'ils m'ont adopté. Cela me ravit car j'appréhendais un peu notre relation.

- Zélie ! Zélie ! il m'embête !!!!

Une petite boule de cheveux arrive en courant vers moi. Je lui ouvre mes bras à son approche.

- Tsss.... Voyons... Il n'y a pas de méchant loup chez votre père.

Voyant l'autre bout de chou non loin de nous, je lui tends la main pour l'inviter à s'approcher de nous deux.

- Il se fait tard, vous ne devriez pas être tous les deux dans votre lit ?

Petite réflexion de ma part, levant mon index en l'air.

- Et si je vous lisais une petite histoire ? Cela vous tenterait ? Et après, au dodo !

Au vue de leurs yeux ravis de cette idée, je me lève pour me diriger vers la bibliothèque pour y ranger celui que je tenais mais également pour en sortir un nouveau.

- En parlant de méchant loup, si je vous racontais l'histoire du petit chaperon rouge... Ca vous dit ?

- oui ! oui !!! me répondent-ils à l'unisson.

- Partons sur le petit chaperon rouge !

Je m'installe confortablement dans le divan du salon, les deux petits de chaque côté de moi, la tête posée sur mes bras. Je leur souris tout en ouvrant le livre à la première page.

Mon regard se tourne vers chacun d'eux. Leur impatience est visible en cet instant. Aussi, je commence à leur conter l'histoire du petit chaperon rouge.

_______________
Back to top
benoit
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 19 Mar 2010
Posts: 5,226
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 11/10/2019, 03:58    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Il ya des moments de grace, comme ça, où on se pause juste là...et on profite du spectacle


Et en soit, celui devant Benoit lui convenait trés bien : ses deux ainés, Raphael et Clara, qui du haut de leurs 8 ans (" presque 9 ! "dirait Raphael) encadrant Zélie, qui leur racontait une histoire, avant que, vu l'heure tardive, ils ne rejoignent leur lit respectif, et partent en balade au pays des rêves et y rejoignent petite Sophie, qui, elle avec ses 3 ans, jouait déjà avec Morphée depuis un moment.


C'est donc tranquilement que lui aussi écoute l'histoire du petit Chaperon Rouge, tout en s'approchant lentement et aussi silencieusement que possible dans le dos du grand fauteuil


Il s'arrete juste derriere le dossier, et ecoute les pérégrinations de la petite fille avec son panier ainsi que celles du loup
C'est avec un sourire espiegle qu'il suit l'interrogatoire du petit chaperon rouge, jusqu'à ce que sa belle rouquine-à-lui déclame la tirade : "Mère Grand, que vous avez de grands bras"
"C'est pour mieux vous caliner mes enfants !"



Benoit ouvre alors les bras, et viens les enlacer tout les trois dans un grand éclat de rire, gratifiant Zélie d'un baiser sur ses cheveux.


Après le mouvement de flottement et calins paternels qui suit, il se retrouve finalement agenouillé face à elle, donnant la main à chacun des deux enfants qui eux, restent collés des deux cotés de la conteuse,  attentifs à la fin de l'histoire.


Une fois celle-ci terminée, ils profitent d'un moment de calme dans les bras de la jeune femme avant de la gratifier d'un bisous simultané sur ses joues afin de luis souhaiter la bonne nuit, opération renouvelée dans la foulée à leur père.
Ils rejoignent alors une des gouvernantes qui les attend sur le pas de la porte du salon, en mesure de les accompagner à leur chambre.


Benoit prend alors la main de Zélie, la regarde droit dans les yeux en lui souriant
"Ma douce et tendre amie
Avec ce que je viens de voir ce soir, c'est confirmé : nos enfants à a venir, pour peu qu'Epicure daigne nous en accorder, auront au moins une chance dans leur vie
Celle de vous avoir comme maman."


Là dessus, il se redresse, et viens l'embrasser, la calinant quelques instants avant que de reprendre, tout en restant enlacé à elle
"Avant que nous n'envoyons notre requête auprès de Sa Majesté, puisqu'à notre union il nous faut son accord, souhaitez-vous que nous discutions de ...nous ?"

"
_______________

-Président du Conseil, Ministre de la Guerre, des Armées et des Colonies, Lieutenant Général
-Lord Manor of Rugby, -CB(hon.)
Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,128
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 12/10/2019, 21:16    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

C'est que j'apprécie ce moment tranquille avec ces petits Fisdohit à mes côtés et moi à leur lire une petite histoire. Aussi, je me mets à leur conter en changeant ma voix à la situation. Je les sens à mon écoute, bien sage. Je les vois même suivre ma voix tout en suivant l'histoire de leurs yeux. Je souris de l'intérieur, ravie que l'histoire leur plaise et surtout qu'ils apprécient ma lecture. Aussi je poursuis.

... Le loup, la voyant entrer, lui dit en se cachant dans le lit sous la couverture : « Mets la galette et le petit pot de beurre sur la huche, et viens te coucher avec moi. » Le petit Chaperon rouge se déshabille, et va se mettre dans le lit, où elle fut bien étonnée de voir comment sa mère-grand était faite en son déshabillé. Elle lui dit : « Ma mère-grand, que vous avez de grands bras !

Et c'est là que mon petit coeur se met à sauter soudainement. D'ailleurs les deux jeunes enfants sursautent tout autant que moi, si ce n'est plus. Puis tout trois nous nous mettons à sourire et à rire en comprenant qu'il s'agissait de Benoît. Mon coeur bat la chamade. Est-ce dû à son arrivée bondissante ou à sa simple présence. Je ne saurais dire.

Les enfants se jettent alors dans les bras de leur père. Je suis ravie de les voir ainsi tous les trois. C'est à ce moment-là que je comprends qu'en fait ma famille me manque. Ces petits moments me manquent en fait. Leurs petits gestes de tendresses plus précisément. Après son baiser sur mes cheveux, je lui offre mon plus beau sourire. Il est là, devant moi, enfin devant nous. Je le vois s'installer devant nous, les deux petits se remettent à leur place, impatients d'entendre la fin de l'histoire.

Je toussote avant de reprendre, prenant une grosse voix sur la réplique du loup, et ma voix normale sur celle du chaperon rouge...

Elle lui dit donc : « Ma mère-grand, que vous avez de grands bras !

— C'est pour mieux t'embrasser, ma fille.

— Ma mère-grand, que vous avez de grandes jambes !

— C'est pour mieux courir, mon enfant.

— Ma mère-grand, que vous avez de grandes oreilles !

— C'est pour mieux écouter, mon enfant.

— Ma mère-grand, que vous avez de grands yeux !

— C'est pour mieux voir, mon enfant.

— Ma mère-grand, que vous avez de grandes dents !

— C'est pour mieux te manger. »

Et en disant ces mots, ce méchant loup se jeta sur le petit Chaperon rouge, et la mangea !

Mon regard se tourne vers les enfants tout en refermant le livre.

- Et voilà ! L'histoire est terminée les enfants et donc... c'est l'heure maintenant d'aller vous coucher.

Et tout aussi surprise, ils m'offrent chacun d'eux un gros bisous sur chacune de mes joues ainsi que ceux de leur père avant d'aller rejoindre leur gouvernante. Quant à moi, je reste assise, tout en regardant heureuse Benoît agenouillé devant moi.

Cela me fait penser à sa demande en mariage sur le fameux bateau, le jour de mon anniversaire. Quel beau cadeau qu'il m'avait fait en cet instant.

Ma main se laisse prendre par les siennes, c'est alors qu'il s'adresse à ma personne. Des enfants... ah oui... en fait je n'y ai pas vraiment pensé. Mais bon, peut-être qu'un jour il y en aura. Je suis jeune encore. Je réponds à son sourire par un sourire. Mes yeux brillent rien que de le savoir à mes côtés en cet instant. Chaque chose en son temps, c'est tout du moins ce que je pense en cet instant. Qui sait ce que l'avenir sera.

Je reste muette lui laissant la parole et vient ensuite l'instant que j'apprécie le plus, son baiser. J'y réponds également, posant légèrement l'une de mes mains sur sa joue comme pour mieux apprécier notre échange langoureux mais prude.

L'accord du roi... Je n'y avais même pas pensé. D'ailleurs le savais-je ? Peut-être que oui, peut-être que non... peu importe. Si son aval est obligatoire, cela sera donc. Comprenant, j'acquiesce de la tête.

- Je peux vous laisser vous en occuper ?

C'est qu'en fait, je ne sais comment faire et surtout je ne voudrais faire de bourde.

Puis à sa dernière question, je glisse ma main dans la sienne. Je suis étonnée par celle-ci en fait, ne comprenant pas trop où il voulait vraiment en venir. Mais question, il doit y avoir sûrement que ce soit de lui ou de moi.

- Euh... oui... je veux bien. Profitons du fait que nous ne soyons que tous les deux. De quoi désirez-vous que nous discutions exactement ?
_______________
Back to top
benoit
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 19 Mar 2010
Posts: 5,226
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 13/10/2019, 10:54    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Acquieces tout en la gardant en ses bras
"Trés bien
Je vais lui demander audience, a laquelle il sera bon que nous venions tout les deux afin de lui présenter notre projet pour une vie commune.


Et c'est de cela qu'il serait bon que nous parlions.


Moi, je souhaite continuer ma vie avec vous à mes cotés, voyager avec vous, faire des découvertes avec vous,vous avoir à mes cotés dans les moments de joie comme dans les difficultés, tout en etant aux cotés des votres dans ces même moment que vous allez vivre.


Avez-vous des envies, des projets ?


Des conditions aussi ?


Comme conditions, pour peu qu'on puisse appeler cela comme ça,de mon coté je veux de l'honneteté, du respect, de l'échange entre vous et moi.


Si vous avez des choses à me dire, en bien comme en moins bien, il faut me les dire, et sans tarder.
Cela vaut aussi bien pour la décoration de cette maison, ou d'une autre qui nous serait commune  nous deux, comme de l'éducation des enfants, actuels comme à venir, mais aussi de nos autres activités pouvant influer sur notre vie de famille.


Je ne suis qu'un Homme, donc je suis sujet à faire des erreurs, quant bien même je pense honnêtement que ce n'en sont pas.
C'est désormais vous qui allez être mon ultime garde fou : si vous ne dites rien sur un de mes choix, un de mes actes dont vous avez connaissance, c'est comme si vous approuviez...donc, ayant cette approbation de votre part, je continue en cette voie.


cela vaut sur mon travail en tant que ministre comme de ceci."


Et là, il l'embrasse à nouveau, intensément, pour ne pas dire passionnément, avant que de se détacher, à grand regret
Reprenant son souffle, il lui fait un sourire coquin, tout en la calinant doucement

"Par exemple...
...là, si vous ne dites rien...
...il se peut que nous amorcions quelques...
...agréables voyages réservés aux adultes

...comme une sorte de..."répétition de notre nuit de noces


Vous voyez ?"


Lui laisse un instant de reflexion puis reprend

"D'ailleurs, vous avez une préférence pour ce grand jour ?
Fin Novembre, pour une lune de miel pendant les festivité de la Saint Epi, ça vous conviendrait ?"
_______________

-Président du Conseil, Ministre de la Guerre, des Armées et des Colonies, Lieutenant Général
-Lord Manor of Rugby, -CB(hon.)
Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,128
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 13/10/2019, 15:36    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Toujours assise à ses côtés et qui plus ait dans ses bras. Je suis heureuse en cet instant. Je l'écoute et à chaque mot qu'il me prononce, je sens mon coeur se serrer. Je suis émue, ravie d'entendre ses envies nous concernant. Je me mets de nouveau à rêver d'un nous. Ma seule référence étant ma famille, je ne peux que m'appuyer sur mon éducation et sur ce que j'ai pu voir de la relation entre mon père et ma mère. Relation discrète mais en parfaite harmonie. Nulle dispute, tout du moins devant nos yeux, que ce soit de ma soeur ou de moi-même.

- Je serais ravie d'être à vos côtés pour lui faire notre demande... Pensez-vous qu'il puisse la refuser ?

Mes doigts se croisent un peu plus en écoutant la suite. Le "nous". Notre relation.

- Je suis du même avis que vous quant à notre relation. Sincérité, Honnêteté, Respect, Confiance, et sans oublié Fidélité sont les principes qui m'ont été transmises par mes parents que je respecterai et espère que ce sera la même chose pour vous. Personnellement, je ne vois pas une vie de couple autrement.

Je laisse passer quelques secondes de silence. Mon regard se fige sur lui, un doux baiser se laisse aller sur sa joue, puis je reprends.

- Le seul point négatif que je vois mais que je comprends, c'est juste votre manque de présence à mes côtés. Mais nos emplois du temps respectifs n'arrangent pas les choses non plus. Ceci n'est donc pas un reproche que je vous fais, mon tendre. Sinon, je vous apprécie tel que vous êtes, droit et tendre à la fois. Vous me rendez déjà heureuse, vous savez. Il est vrai que j'ai tendance à douter de moi. Je sais... ça ne se vois pas !

Un petit sourire s'affiche alors sur mon visage avant de reprendre.

- Non ce que je veux vous dire, c'est qu'en fait, je me demande si je vous rends aussi heureux que je le suis à vos côtés. Maintenant concernant notre "nous". Voici comment je vois les choses...

Un nouveau regard tendre en sa direction avant de reprendre.

- Sachez qu'en public, je serais toujours à vos côtés. C'est, à mon avis, mon rôle d'épouse d'être votre soutien. Par contre, en privé, je ne me priverai pas de vous faire savoir si quelque chose ne me plaît pas. Par contre, ce sera votre rôle également de bien me connaître. Mes attitudes peuvent me trahir si je puis dire. Avec le temps, vous les connaitrez, je n'en doute pas. Pour ma part, nos problèmes resteront ici, chez nous et uniquement entre nous deux. Si dispute il y avait entre nous, les enfants actuels ou futurs devront rester à l'écart de cela.

C'est alors qu'il m'embrasse tendrement, puis passionnément... Je ne peux que lui répondre avec délice, appréciant l'instant puis à contre coeur il s'arrache de mes lèvres pour poursuivre notre conversation.

- Oh, et bien... je serais ravie d'être votre jolie garde-fou à la condition également que vous le soyez aussi pour moi. Je peux facilement m'emporter telle une tornade... et je pense que vous allez avoir bien plus de travail avec moi comme garde-fou ! D'ailleurs... Monsieur Fisdohit.... tututute, vous vous calmez un tout petit peu !

Je lui souris, les yeux brillant d'amour pour lui. Je lui dépose de doux et tendre baisers sur les lèvres, ma main se serrant autour de la sienne. Puis petit moment de flottement, juste de quelques secondes pour reprendre mes esprits. Mes joues rougissent quelque peu sur ma prochaine réponse, n'ayant nullement l'habitude de discuter de ce sujet.

- Et concernant les agréables voyages réservés aux adultes dont vous me parlez, je dois être de la vieille école... Je préfère attendre pour ma part. Si père ou mère savait qu'il y a eu consommation avant le mariage... je risque d'avoir des soucis avec eux et vous aussi d'ailleurs, mon cher. Et pour le savoir, ils le sauront. Je n'arrive pas à leur cacher quoi que ce soit sur ma vie privé ! Ils doivent avoir un don d'ubiquité, je ne sais pas. Donc si cela ne vous dérange pas, je préfère attendre notre nuit où nous serons officiellement un couple. Quant à la date... Fin novembre !?! Mmmm. Oui cela me convient... Désirez-vous une petite cérémonie ou une grande cérémonie ? Pour ma part, peu m'importe. Le principal pour moi est de vous rendre heureux et que nous nous promettons de vivre ensemble jusqu'à ce que la mort nous sépare.

Puis je reprends mon sérieux, tout en le fixant du regard.

- Nous devons d'ailleurs parler également sur deux points importants... notre futur demeure et sur le Siècle. Commençons par le plus agréable, notre demeure. Vous connaissez mon attachement pour Cherbourg, notamment pour ma demeure et je connais également votre attachement à ce lieu, très joli et très... masculin. Comment allons-nous faire pour remédier à ce dilemme ? Nous continuons ce que nous faisons actuellement, résidence ici sur Saint Denis la semaine et le weekend et durant les jours où nous ne travaillons pas à Cherbourg ? Résidence Principal à St Denis et Secondaire à Cherbourg ? Encore que... je risque d'être dorénavant plus souvent en Manche qu'en Seine avec le Cadastre. D'ailleurs, j'ai trouvé une personne qui pourra me seconder. ou Nous gardons nos deux résidences principales ? Sachez que mon cœur sur le sujet balance. J'aime Cherbourg comme vous le savez... Mais j'aime également vous avoir à mes côtés... Pensez-vous pouvoir vivre à Cherbourg à mes côtés et garder votre résidence pour nos passages sur Paris ? Dans ce cas, Cherbourg deviendrait notre résidence principale et ici, notre résidence secondaire. Cette dernière option a l'avantage également de nous rapprocher de vos enfants. A moins que vous décidiez de les garder à vos côtés finalement.

De mon index, je lui remets une mèche rebelle en place. Le sujet délicat arrive... le Siècle.

- J'aimerai avoir maintenant votre avis concernant le Siècle. Vous n'êtes pas sans savoir que je suis la personne qui gère le Siècle dorénavant. Le Siècle a un passé que je ne pourrais jamais nié, ni même effacé. Je ne ferais pas de politique, tout du moins ouvertement. Ce que je veux dire, c'est que je ne me présenterai sûrement jamais à une élection. Mais il se pourrait qu'un jour, ou peut-être pas, que nos idées diffèrent. Peut-être d'ailleurs, diffèrent-elles déjà. Peut-être pourrait-on mettre en place une règle... Laisser la politique sur le pas de la porte ? Je ne sais pas... Qu'en pensez-vous ?

Je me souviens des réunions paternels royalistes, des disputes entre eux suite à des idées différentes. Les minutes qui suivent lui sont réservées afin qu'il puisse répondre à mon interrogation... Puis un petit sourire s'affiche de nouveau...

- Ah et il y a un troisième sujet sur lequel nous devons aussi parler... nos futurs enfants...

Je lui dépose un doux baiser sur sa joue avant de reprendre.

- Bien... vous n'êtes plus tout jeune, mon cher fiancé... De ce que vous m'avez déjà dit, vous ne seriez pas contre d'être de nouveau père... Avez-vous fixé de votre côté un nombre d'enfants à ne pas... dépasser ? Vous en avez déjà trois que vous ne voyez pas comme vous le voudriez. Et je sais que cela vous attriste. Pour ma part, je ne peux concevoir d'éloigner mon enfant de moi. Certes tout comme moi, il ou elle aura des précepteurs à terrifier. Mais je veux être présente pour lui ou elle comme Mère l'a été pour moi. Donc, comme vous devez vous en doutez, je ne suis pas contre de devenir à mon tour mère. Je suis encore jeune pour ma part, je ne possède aucune expérience dans ce domaine à part peut-être faire des misères à ma sœur lorsque moi-même j'étais une enfant. Je vous avoue que cette idée d'être à mon tour mère me fait un peu peur, comme pour toute chose qui nous sont inconnues. Désirez-vous que l'on commence dès que possible d'en avoir, c'est à dire dès que nous serons unis ? ou préférez-vous que nous attendions quelques années afin d'avoir notre premier enfant ? Tout en sachant que vous vieillissez et que le risque d'en avoir s'amoindrit avec les années qui passent. Pour ma part, je vous aime, benoît. Et avoir un enfant de vous, me ferait grand plaisir. Mais si vous estimez qu'il serait trop tôt, je me conformerai à vos désirs, mon coeur. Ah et autres questions... Vous préférez un garçon ou une fille ? Et dernière question... si si, promis ! Père et Mère faisaient chambre à part sauf certains soirs, sûrement leurs agréables voyages réservés. Désirez-vous que l'on fasse autant ou préférez-vous que nous fassions chambre commune jusqu'à la fin de notre vie ? Si vous désirez que je devienne mère, il va de soi qu'il nous faudra faire chambre commune un certain temps... si votre choix se porte sur les chambres séparées.

Je lui souris tendrement, affectueusement, amoureusement même. Mes doigts ne peuvent s'empêcher de se glisser dans la chevelure de l'homme que j'aime éperdument tandis que mes lèvres s'approchent des siennes tel un aimant pour y déposer un doux et tendre baiser.
_______________
Back to top
benoit
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 19 Mar 2010
Posts: 5,226
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 13/10/2019, 20:02    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Lui sourie et rit même à quelques uns des propos de la jeune femme
"Ma Zélie Chérie
Cela fait plus d'un an que nous vivons sous le même toit, et plus de 6 mois que nous nous sommes promis l'un a l'autre
Tout ce temps là, aucune consommation ou autre amorce de voyage vers le 7e ciel voire au delà de faites, ni même envisagée, de moi vers vous, ou de vous vers moi...

Ou alors je suis vraiment aveugle, sourd et totalement insensibilisé à ces choses là
Ce que certaines grenouilles de bénitiers et adeptes de commérages confirmeront : je ne suis qu'un homme après tout...
Mais laissons les à leur lavoir et revenons à nous

Nulle doute que ces bonnes ames se font les chantres des rumeurs et ragots quant à nos nuits et nos moments d'intimité, mais vous comme moi savons...et c'est là tout ce qui compte

Et comme vous le voyez :  je vous aime, vous m'aimez, nous nous aimons...et ce sans aucune étreinte torride ni quoi que ce soit que la bonne morale ne puisse réprouver.

Je n'ai pas eu besoin de ça pour vous apprécier puis vous aimer jusqu'à aujourd'hui, alors je pense être en mesure de vous aimer encore demain et les jours a venir.

Bien sur, je mentirais si je vous disais que je ne vous désire pas, là, présentement...de même que je me doute que c'est pareil pour vous.

Mais il est exclu que je vous force en quoi que ce soit sur ce sujet là, y compris une fois que nous serons mariés...et donc forcément maintenant que nous ne le sommes pas encore.

Et ce, peu importe les raisons : c'est mon intimité, mais c'est aussi la votre et en la matiere, la seule maitresse de celle là, c'est vous et vous seule : je peux proposer, en tant qu'actuel ami, bientot comme mari : c'est vous seule qui décidez et approuvez...ou pas

Donc rassurez-vous...et rassurez madame votre mère : vous n'êtes pas en compagnie d'un fauve paré à consommer tout ce qui passe à sa portée...même si là, devant moi, vous êtes des plus délectables, et que oui, vous voir avec mes enfants, constater les liens qui se tissent avec vous, cela me donne l'envie de vous en faire.

Combien, quel modèle, dans combien de temps...ma foi...

Ce que je souhaite avant tout, c'est que si nous en avons , il ou elle, ou ils ou elles, soient en bonne santé...et n'arrivent pas forcément tous en même temps.
Ils , elles, seront les bienvenues, et je tacherais d'être au niveau pour les élever correctement toutes et tous

Mais, surtout, c'est que vous aussi vous le soyez à l'issue de votre maternité : j'ai mis du temps à me remettre de Tornade et de Clémance, qui n'y ont pas survécue l'une et l'autre.

Je ne suis pas sur que je pourrais me remettre s'il vous arrivait le même destin.
Assurément, je les chérirais, mais sans vous...non, je ne souhaite pas y penser.

Je vous aime, Zélie
C'est donc votre bonheur que je veux, vous voir grandir encore plus que vous ne l'êtes, vous voir réussir, et parmi vos réussites, que je souhaite nombreuses, celle qui est de vous voir donner la vie et aider ensuite à la construire, comme tout parent le fait de ses enfants. Et d'être avec vous pour cela, depuis le début jusqu'au moment où il volera de ses propres ailes

Et si Epicure ne nous en donne pas des nouveaux, ou qu'il décide de prendre son temps et jouer avec nos nerfs, et bien on en a déjà 3 à élever, ce qui en soit, est déjà pas si mal."

La regarde un moment, empli de fierté de la voir devant lui
"Pour notre demeure, l'organisation actuelle me conviens bien, mais rien ne nous interdit de trouver un jour une maison qui nous soit commune à tout les deux

Et je dois me rendre assez fréquement à Cherbourg moi aussi : c'est le principal chantier naval de la Marine Royale, et je tache de suivre les divers travaux
De même, il y a quelques haras dans la région, qui intéressent directement les armées, cavalerie, artillerie et trains en tête

Je vais donc être amené à souvent voir ma chambre de votre maison

A moins que, comme vous l'évoquez, nous fassions chambre commune

je sais que c'est pas spécialement la mode dans la bourgeoisie ou la noblesse, encore que...

Mais pour ma part, quand j'etais fils de colons au Nebraska, la question ne se posait pas : à la maison, les parents, dormaient dans le même lit, et dans la tribu de mes grand parents, on partageait le même tipi.
Papa, maman, et les 7 enfants...
Autant vous dire que là, l'idée même de faire chambre à part ne nous ai jamais venue : il aurait fallu pour cela  déjà avoir des chambres.

Alors nous, et bien, pour être honnête, je nous vois plus faire chambre commune, quitte à ce que nous ayons chacun un bureau avec canapé pour y dormir quand de par nos travaux, nous serons amenés à passer nos nuits a rédiger et lire plutôt que dormir dans le lit conjugal.

Mais si vous souhaitez on peut rester au modèle en vogue actuellement : chacun notre chambre, et comme pour vos parents, je vous rejoins quand vous le désirez."

Fais là une pause, lui laissant le temps de digérer et répondre
Pour la politique, on verra ensuite
_______________

-Président du Conseil, Ministre de la Guerre, des Armées et des Colonies, Lieutenant Général
-Lord Manor of Rugby, -CB(hon.)
Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,128
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 13/10/2019, 21:48    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

De lui sourire, de se contenir de rire à certains de ces mots parfois. C'est que Mère devrait l'apprécier. De cela, je n'en ai aucun doute. Benoît est un homme adorable, honnête avant tout. C'est l'une des qualités qu'elle apprécie avant tout. Dire ce que l'on pense. C'est ainsi que j'ai été élevée. Dire ce que l'on pense, mais pas n'importe quand, ni n'importe où.

- Pour ma part, je dois vous avouer que je ne me sentirais pas à l'aise vous sachant dans la pièce d'à côté.

Petit retroussement de nez, avant de reprendre.

- Vous avez ce don de me rassurer par votre présence. Et qui plus ait, je ne veux perdre aucune seconde, minute, que ce soit de jour ou de nuit, sans vous. Si je peux gagner ces petits moments à vos côtés, vous me comblerez. Aussi, pourquoi perdre de ce temps précieux à nous voir séparer par un simple mur et nous faire perdre des minutes, secondes ou heures alors que nous pourrions profiter d'être enfin ensemble après une journée qui me semblerait longue par votre absence.

Et de lui sourire fièrement avant d'annoncer.

- Donc chambre commune ! Chose faite de ce côté là, donc... Sincèrement, si je peux profiter de votre présence de jour comme de nuit, je ne veux passer à côté. Vous savez, peu m'importe ce qui se dit de nous, actuellement. Comme vous le dites, cela ne regarde que nous et rien que nous. Pour le reste, peu m'importe. Qu'ils ou elles parlent, quelle belle affaire ! Je ne me préoccupe nullement des ragots. Ce qui compte pour moi, c'est que vous m'aimez et que vous soyez fier de votre épouse. Je vous aime. Vous êtes et serez toujours mon ami, mon meilleur ami, mon tendre, mon amour, mon confident. Qui a cette chance, vraiment ? Par moment, j'ai l'impression d'être dans un rêve. Et une peur m'envahit alors car ô grand jamais, je ne voudrais me réveiller. Car cela signifierai sûrement de vous perdre.

Quant à nos enfants... j'espère être à la hauteur et surtout profiter le plus longuement possible de ces derniers. Dans ma famille, les femmes sont assez robustes, nul décès suite à une naissance. Nous sommes des dures à cuire chez les Thellier ! Vous ne vous débarrasserez pas de moi comme ça, non mais !


Et de lui sourire tout en l'embrassant tendrement. Sa vie n'a pas été facile, perdre deux êtres chères. J'espère tout autant que lui que je ne les rejoindrai pas de si tôt. Mon baiser se fait alors plus langoureux et mes lèvres ont bien du mal à quitter les siennes. Mais il le faut... à mon grand regret.


- Je suis encore jeune, mais je pense qu'il serait préférable de ne pas trop attendre d'en avoir. Et puis, je serais fière de tenir dans mes bras un petit Fisdohit-Thellier. Dans la famille Thellier, un garçon ravirait mon Père. Le pauvre, imaginez-le avec pour seule descendance que des filles ! Mais seul le temps nous le permettra, je le conçois. Aussi laissons le temps œuvrer ! Et puis même si je n'en ai nullement besoin, ce sera la preuve de mon amour pour vous, de notre amour. Par contre, pas question que j'arrête de travailler ! Non, non et non ! Tout du moins jusqu'au moment où je ne pourrais plus. J'en apprends un peu plus sur vous, cela me ravit. Je ne savais pas que vous aviez de la famille au Nebraska. Ca se trouve où déjà ? Oh et vos grands parents font parti d'une tribu ?!? et se partageait un tipi ?!?

Pour le coup, je dois faire de gros yeux, étonnée, ne connaissant ce monde et ignorant jusqu'à cet instant complètement d'où venait sa famille. Et d'ailleurs, cela me ravit, car il en aura des histoires à me raconter, à nous raconter.

- Et bien, vous savez toujours me surprendre, mon cher. Il vous faudra donc me raconter quelques anecdotes sur vos aïeuls. Je suis déjà impatiente de vous écouter. Imaginez nos enfants ! Pfiouuuu, ils seront étonnés et ravis de connaître l'histoire de leur famille.

Et de me blottir un peu plus dans ses bras, appréciant cet instant et son parfum ennivrant. Non, non, nous resterons sages. Se sentir bien aux côtés de l'être cher, que demandez de plus au final.

- Pour notre demeure, dites-moi si je me trompe... au final, nous resterons à Cherbourg puisque nous y serions le plus souvent et celle-ci lorsque nous serons en Seine. Quant à votre chambre, monsieur Fisdohit, une fois que vous serez mon époux, ce ne sera plus votre chambre, mais notre chambre ! Mon coeur, j'ai hâte que nous soyons officiellement unis. Je ne savais pas que l'on pouvait aimer une personne à ce point. Comme vous devez vous en douter, vous êtes mon premier et sûrement mon dernier. Cela ne vous pose aucun soucis ? J'ai entendu dire que pour certains hommes d'expérience notamment, cela pouvait les gêner. Pour ma part, je suis ravie que cela se fasse avec vous. Vous saviez que Père, fut un temps, voulait absolument me marier avec un total inconnu ! enfin tout du moins un inconnu pour moi. Mais au final, cela ne s'est jamais passé. Mère avait sûrement du lui dire quelques mots pour le faire changer d'avis.
_______________
Back to top
Louis de Bourbon
Roi de France
Roi de France

Offline

Joined: 03 Aug 2018
Posts: 1,106
Localisation: Palais des Tuileries, Paris

PostPosted: 03/11/2019, 12:04    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Quote:




= SA MAJESTÉ LE ROI =


A l’attention du Lieutenant Général Benoit Fisdohit, Duc d'Aumale, Comte de Carcassonne, Vicomte de Balaincourt et Pair de France


Le 3 octobre 1825



    Votre Prestigieuse Seigneurie, cher Duc,

    Nous accusons bonne réception de votre courrier nous demandant audience. Nous avons le plaisir de vous informer que Nous sommes disposer à vous recevoir, vous et la Baronne le 4 novembre à 15h au petit salon du rez de chaussée.

    Bien à vous









_______________
Back to top
benoit
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 19 Mar 2010
Posts: 5,226
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 12/11/2019, 00:50    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Se retient de rire, puis la regarde avec des yeux de prédateur savourant déjà sa proie
"Zélie-chérie, vous allez découvrir que la vigueur n'a rien à voir avec l'age, mais plutôt la pratique assidue et l'entrainement.

D'ailleur, à se sujet là..."

Sur ce, l'enlace plus fermement, puis la souleve du sol et la prend en ses bras...et commence à se promener dans le salon

"...commençons donc celui du passage de la porte de notre logis commun, et particulièrement notre chambre commune le jour des noces

Donc là, on va tout droit et, hop...on passe de coté pour passer l'espace de la porte, donc là, entre le fauteuil et le canapé

Voilaaa, on est passé.
]
Bon, maintenant, faut aller dans une autre piece..."

Et donc tout en riant, d'aller et venir entre le mobilier de la pièce, puis la salle à manger et le petit salon, gardant Zélie en ses bras

A un moment, il avise le canapé devant la cheminée du petit salon et va droit dessus, le contourne, se tourne vers le foyer....et s'assoie, prenant soin que les pieds de la jeune femme soient allongés sur les coussins du canapé, tout en la gardant en ses bras.
Avisant le plaid du fauteuil d'à coté, il le récupère, et en recouvre le corps de Zélie, comme s'il la bordait dans son lit.
"Bien
On est arrivé
Le lit conjugal, se sera une fois marié .

Là, on va commencer par le canapé conjugal, devant un bon feu en cette fraiche nuit d'automne, et en restant habillé, bien evidemement, comme il se doit

Vous êtes bien installée ? Moi, vous avoir allongée sur moi, je savoure

Reprenons nos echanges, si vous le voulez bien.

Pour la chambre commune, cela va de soit pour moi aussi

Quant à la localisation de notre résidence principale, ce sera effectivement selon nos déplacements
J'espere juste que nous serons le plus souvent au même endroit, mais ça, nous ne pouvons l'anticiper
Nous ferons au mieux

Ensuite, pour ce qui est de notre intimité, et bien...si je me doute des raisons de Monsieur votre Père, Madame votre Mère à fort bien agi, et rappelez vous bien ce que je vais vous dire, et ce surtout si vous tombez sur des individus qui vous soutiennent le contraire, voire prire

Le seul humain décisionnaire sur ce que vous faites de votre corps, de votre être...c'est vous, et vous seule

Que vous ayez eu ou non des amants, en tant que votre mari, je suis appelé qu'à n'être que bénéficiaire de votre bonne volonté


Je tacherais donc d'être à la hauteur de cet honneur que vous me faites d'être celui à qui vous offrez vos charmes, et je ne peux que souhaiter que vous trouverez au moins autant de plaisir que moi en ces moments là

Sur ces sujets là, si je dois avoir une exigence de vous, c'est que vous soyez honnête et franche avec moi.
De mon coté, soyez assurée que je le serais tout autant avec vous."

La laisse digérer tout cela, puis reprend
"Et donc, le Siècle, c'est ça?

Je sais que vous avez pris la suite de Faith MacKenzie, qui elle même à repris les clés alors que les locaux étaient à l'abandon

Il me semble que désormais ce groupe d'influence se défini comme un parti ultra royaliste, avec une tendance à revendiquer un retour complet aux lois et moeurs de l'ancien régime

Ce qui m'etonne quelque peu, mais, tout comme Athéna ou Faith, femmes elles aussi brillantes et actives pour le Royaume tout comme vous vous l'êtes, vous devez avoir vos raisons de les avoir rejoint."

_______________

-Président du Conseil, Ministre de la Guerre, des Armées et des Colonies, Lieutenant Général
-Lord Manor of Rugby, -CB(hon.)
Back to top
Zélie
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 28 Feb 2016
Posts: 1,128
Localisation: Cherbourg/Paris
Féminin

PostPosted: 12/11/2019, 22:19    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Des yeux de prédateur me fixent, je tente bien que mal de retenir mon rire. Au bout de quelques secondes, je pouffe de rire avant de lui répondre.

- de la pratique assidue et de l'entrainement... Mmmm...

Je n'ai pu terminer ma phrase que soudainement je sens mon corps enlacé se décoller. Pour le coup, je ris tout en m'accrochant bien à son cou.

- Monsieur Fisdohit ! Que faites-vous !?!

Je ris toujours tout en me demandant où il allait m'emmener ainsi.

- Notre Chambre commune ?!?

Je ne peux empêcher mes éclats de rire

- chut... nous allons réveiller les enfants !

Mes rires continuent néanmoins mais de manière plus étouffés. Puis après quelques péripéties dans le labyrinthe guyanais, nous nous retrouvons sur un canapé faisant face à la cheminée.

- Canapé conjugal sage. Cela me convient !

Puis je me laisse choyer, bien installée sur mon tendre. Je me tourne vers lui, nos visages se faisant face à face, mon menton posé sur le haut de son torse.

- Je ne suis pas trop lourde, j'espère... non non ne répondez pas !

Un rire s'échappe de ma bouche.

- ça va, ça va... mon couchage est un peu dur, mais ça va !

J'esquisse un sourire et lui dépose un doux baiser sur ses lèvres.

A sa proposition de reprendre nos échanges, j'acquiesce de la tête puis l'écoute de nouveau.

- Sachez que je ne suis pas de celle qui se laisse malmener, bien au contraire... Les Thellier sont des durs à cuir !!!!

Je lui souris, heureuse de cet instant.

- Plus sérieusement, au moindre soucis entre nous, je vous en ferais part. Il va de soi, que je demande évidemment la même chose de votre côté. Franchise et honnêteté. Le contraire me contrariera fortement.

Puis vient le sujet du Siècle... Je l'écoute tout lui esquissant mon plus beau sourire.

- oui c'est bien le Siècle... C'est bien plus qu'un parti, en fait... En effet, nous devons avoir nos raisons. Pour ma part, j'y ai rejoint à la demande du Prince d'Orange... étonnamment d'ailleurs... au vue de nos problèmes d'appréciation l'un de l'autre. Il a du trouver les mots qu'il fallait...

Lui fait le cadeau d'une grimace à l'énonciation du prince d'orange, beau-frère de feu sa majesté puis ma tête se faisant plus lourde, je pose ma joue sur son torse alors que mon regard se tourne vers les flammes de la cheminée.

- Ce moment est fort agréable et cette chaleur... j'aime l'automne rien que pour ces petits moments.

En cet instant, je me souviens que petite, je m'emmitouflais ainsi dans les bras de mère me réchauffant au passage.

- Donc cela ne vous pose pas de problème que je gère le Siècle ?!? J'ai envie de lui redonner un nouveau souffle... et aussi pour que l'on garde en mémoire le nom de ses grandes dames que vous venez de citer, entre autres.

Je laisse quelques minutes passées profitant du crépitement des flammes sur les bûches de bois.

- C'est jolie un feu de cheminée quand même, surtout quand on le regarde dans les bras de celui qu'on aime...

J'esquisse un sourire, ravie de cet instant passé dans ses bras.

Je lui murmure tout bas..

- Je vous aime, monsieur Fisdohit... Sachez qu'à chaque instant passé à vos côtés, vous me rendez heureuse. Et vous en remercie... Pour le mariage... sincèrement, aussi étrange que cela puisse paraître de ma part, je préfèrerai une petite cérémonie, est-ce possible à votre avis ?
_______________
Back to top
benoit
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 19 Mar 2010
Posts: 5,226
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 24/11/2019, 20:21    Post subject: [RP] Hotel de Guyane Reply with quote

Lui sourie  et embrasse ses cheveux tout en la câlinant
"J'apprécie particulièrement ces moments de calme au coin du feu, et ce d'autant plus que je vous ai en mes bras.

Et aux dernières nouvelles, de nos jours, les femmes peuvent pleinement assumer des hautes fonctions, s'engager en politique, et j'en passe

Cela même une fois mariée...ou alors j'ai pas lu toutes les lois éditées en mon absence

Donc, ma chérie, en bon ami, et accessoirement aussi en bon mari, il va de soit que je ne vous demanderais pas d'aller contre vos idées et convictions, et ce d'autant plus que c'est là un grand défi que vous relevez : vous partez de bien loin, et de bien bas, bien malheureusement.

Mais c'est là justement le genre de projet qui peuvent vous développer et faire déployer vos ailes, alors, à part si le Siècle ne cherche à nuire à ma personne, ou mes proches, ou pire, à nuire au roi, sa famille et par cela le royaume en son ensemble, je ne vois pas en quoi je doive m'opposer à ce que vous soyez la responsable de cette organisation."

Laisse passer un petit moment, caressant les cheveux de Zélie
"Et puis, après tout, si jamais d'aventure votre groupe arrive à ses fins et ne ramène les lois et institutions de ce pays à leur état d'avant 1789, cela impliquera de facto que vous, comme toutes les autres femmes en ce royaume, redeveniez les servantes dociles et soumises aux bons désirs et volontés de votre seigneur et maitre...
...
Hum, à la réflexion, je dois bien avouer que l'idée est tout sauf déplaisante
...
Et si en plus c'est là votre intime volonté, forcément, je ne peux que vous encourager.

La regarde alors fixement...puis éclate de rires.
Puis le regarde en souriant.
"Franchement, moi, je ne vous vois pas juste vous résumer à ce role limité a l'ombre de votre époux, à l'image de nos mères et nos aieulles
Ni vous, et pas plus les autres dames et demoiselles en ce pays, soyez en assurée.

Du chemin a été fait et de ce que j'ai pu en voir depuis bientot 10 ans que je suis revenu de Russie, ce pays, tout secteurs, sujet ou institutions confondues, en a grandement bénéficié

Honnêtement, quant bien même je vienne de comprendre les motivations profondes de certains individus ayant rejoint le Siècle, je pense qu'il y a certains retours en arrière sur lesquels vous allez devoir être des plus vigilante.
Je sais bien que tout comme Faith le fut avant vous, vous le serez.
En cela, j'ai confiance
C'est de vos autres membres, et particulièrement des masculins, que je reste...réservé.

Mais cela, vous vous en doutiez déjà, alors laissons les au dehors de ces lieux, et occupons-nous de nous."

Viens glisser sa joue contre la sienne, enchaine par un baiser sur les cheveux couleur automne
"Donc, une cérémonie la plus simple possible?
Parfait, cela me va.
Après tout, on a pas à faire étalage de notre vie privée

Lors des dernieres inspections et manoeuvres dans le Cotentin, j'ai souvenir de jolies petites eglises du coté de la cote orientale, vers Saint Vaast- La Hougue
J'aurais plaisir à découvrir celle de Cherbourg, puisque comme le veut la tradition, la cérémonie à lieu dans la ville où est domiciliée la mariée"

_______________

-Président du Conseil, Ministre de la Guerre, des Armées et des Colonies, Lieutenant Général
-Lord Manor of Rugby, -CB(hon.)
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Résidences de la Noblesse Française + -> Résidence de Benoit Fisdohit All times are GMT + 1 Hour
Goto page: 1, 2  >
Page 1 of 2

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group
powered by ArgenBLUE free template