Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1825
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

[RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris
Goto page: 1, 2, 3, 4  >
 
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Département de la Seine + -> Ville de Paris
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Guest
Guest

Offline




PostPosted: 27/11/2013, 17:23    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?

~ De la renaissance de la Cathédrale


 


La cathédrale Notre-Dame de Paris semblait avoir été laissée à l'abandon trop longtemps par les autorités religieuses soumises aux lois infâmes de l'anticléricalisme ambiant. Vicaire général du diocèse, l'honorable abbé d'Abbevilliers de Montreuil songea de ce fait utile de permettre la remontée en grâce du somptueux bâtiment par les Français. De grands travaux de réflexion et de nettoyage furent par conséquent organisés. Les vitraux devaient retrouver leur éclat de jadis et les lourdes tentures en tapisserie refaire leur entrée dans un lieu à la fois pieux et historique.

Votre Eminence. salua un beau matin le Vicaire général en lui baisant l'anneau cardinalice, le cardinal-archevêque qui passait à travers le choeur accompagné d'une importante suite ecclésiastique dont chacun se signa devant le Maître-Autel ayant retrouvé toute sa majesté et sa puissance.

Le vieillard était reconnaissable entre tous à la vue de sa soutane rouge recouvert d'un surplis en la plus fine des dentelles, une barrette de la couleur des martyrs sur la tête et une ample cappa magna pourpre rehaussée d'hermine sur les épaules. La queue de l'imposante chape prélatice qui devait avoisiner les douze mètres de long par égard à sa dignité avait été savamment relevée sur son bras, lui donnant l'air d'étouffer sous cet amoncellement de falbalas. En effet, le vieux prélat, petit et maigre, donnait l'air d'avoir cent ans alors même qu'il n'en avait que vingt de moins. Terriblement malade, il avait fait de son Vicaire général et au grand dam de ses auxiliaires, son dauphin bien que Seules Sa Majesté et Sa Sainteté étaient en mesure de faire leur propre choix. Toutefois, la vue de son éminent chanoine lui fit effectuer un large sourire édenté qui évoquait le spectre de la mort et de la putréfaction à sa seule vue.

Quel plaisir monsieur le Vicaire général. débuta-t-il, la voix chevrotante. On nous a entretenu que vous aviez eu une formidable idée. Notre chaire devrait déjà être vôtre... Si cela ne tenait qu'à notre volonté.

Votre Eminence est trop bonne mais il nous faudrait alors être votre auxiliaire... La chose n'est pas gagnée. répliqua le vieil abbé, cachant à la perfection son immense joie à voir la mine déconfite des clercs accompagnant le cardinal.

La visite se poursuivit ensuite où l'honorable chanoine offrit à l'éminent vieillard et à l'ensemble de ses suivants la perspective des embellissements en cours, espérant au fond que le cardinal-archevêque entreprît, seul, d'écrire au Pape pour officialiser la situation du Vicaire général et d'enfin lui permettre de scinder une mitre, même auxiliaire, qu'il attendait depuis ses années au séminaire. 
Back to top
Angelynn
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 20 Apr 2011
Posts: 699
Localisation: Paris
Féminin

PostPosted: 16/12/2013, 02:56    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

Des travaux, il y en avait un peu partout, par ici ça se construit, par ailleurs ça se rénove, Paris s’agrandit, et la ville aux lumières, majestueuse ne serait pas Paris, sans la cathédrale, divine représentation d’une croyance grande et respectée… D’ailleurs, tout Paris ou presque, y vient se confesser, les titres de noblesses évitent les petites chapelles, pour montrer à ses croyants, qu’ils étaient bien plus pratiquants que la moyenne, alors que leurs soirées de fin de semaine, partagés entre théâtres et salons, ils s’amusaient à quelques jeux interdits, dans les boudoirs parisiens !

Angie, avait grandit dans les campagnes, et près de Nice, de petite bourgeoisie, l’écu des Montrieux faisait la fierté de son père, mais la fortune n’avait en fin de course, que les terres et les domaines où il fallait payer, taxes et domestiques… Le temps n’avait pas été toujours de bonne augure, et sans en parler aux siens, depuis déjà quelques années, elle avait ouvert des auberges, semé des champs et travaillé elle-même dedans, pour rembourser les dettes…

Son éducation religieuse, n’avait pas manqué de s’appliquer autant à sa sœur qu’à elle, et si ce n’était tous les dimanches, elle venait une fois par semaine s’agenouiller devant ses saintes préférées… Marie la bien nommée en premier, mais Rita pour les causes désespérées ! Toute aide étant bonne à prendre, il fallait aussi lui quémander, un peu de repos, une pitance dans l’assiette, mais surtout celle de sa sœur, et à l’occasion, éviter de perdre ces biens nombreux qu’il faut entretenir à force de francs aux zéros innombrables.

Dans l’immense demeure religieuse, les gens venaient y admirer vitraux et reliques, ainsi que de constater les travaux de rénovation… Il fallait dire que le merveilleux édifice, était un régal pour les yeux… Et souvent, même ceux qui y venaient fréquemment, ne pouvaient s’empêcher de visiter, avant que de prier pour la paix de leur âme !


Sainte Marie, mère de Dieu… dit elle, en commençant sa génuflexion, faites que tout ailles bien dans ma maison… Et que mes parents depuis là haut, me pardonnent de ne point avoir dévoilé mes défauts… Et s’il est vrai qu’ils me voient, je ne travaille, que pour ne point perdre l’héritage que je veux donner à ma sœur !

Ils la voulaient mariée en premier, pour avoir un époux convenable et à la richesse inépuisable, mais elle n’avait jamais aspiré qu’à celui de son Alexandra, pour qu’elle n’ai aucnement à souffrir de quoi que ce soit… Une dote lui serait donnée, conséquente, en terres et domaines importants, pourvu que l’homme respectueux et pas trop vieux, puisse subvenir à l’entretient de ces cadeaux ! Angie ne garderait au final que quelques terres et les auberges disséminées dans le royaume, juste assez pour ne pas mourir sans le pain, et pas trop, pour ne pas attirer la convoitise de ces messieurs grisés par la fortune !

_______________

Back to top
Visit poster’s website
Angelynn
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 20 Apr 2011
Posts: 699
Localisation: Paris
Féminin

PostPosted: 29/12/2013, 00:38    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

Cette cathédrale est décidément un endroit réconfortant… Jean serait heureux de l’y trouver, lui qui est si croyant, il aurait été un cardinal dans l’âme dans une autre vie ! ^^ Et toutes ces pensées à cet instant, se tournent vers cette année infernale qu’elle avait passé prisonnière de brigands, ils faisaient la traite des blanches, et l’horreur avait été parfois des plus insoutenables… Cet épisode d’ailleurs, n’avait été divulgué à personne, Jean s’était assuré de sa sécurité durant longtemps, jusqu’à son voyage vacances en Italie !

La rousse aurait voulu trouver un prêtre pour se confesser… Non qu’elle ait à dire qu’elle avait pêché, mais se soulager de son immense peine ! Tout ce qu’elle avait subit, le mal qu’on lui avait fait, les horreurs que ces femmes suportent en vivant ainsi enchainées à leurs bourreaux ! Il est des souffrances qui ne sont pas à garder pour soi, sachant qu’elle n’oserait jamais en parler, ni à Céleste, ni à sa sœur ! Jean était son confident, puisque présent à ce moment critique de sa vie !!!

Après cet évènement d’ailleurs, elle avait décidé de fuir quelques temps la France, laissant en gérance ces établissements à ses employés et quelques amis. A son retour, la honte qu’elle avait dans l’âme, l’avait éloignée de François, elle ne le reverrait sans doute jamais, il devait avoir refait sa vie, et c’était tant mieux ! Elle n’oserait sans doute jamais le regarder en face, après tant d’humiliations ! Ce devait être aussi la raison qui faisait qu’elle ne voulait plus se marier, se sentant sale et peu méritante ! Tout autant qu’un homme ne serait pas heureux à vivre avec une femme ainsi bafouée !!!

Agenouillée, elle priait, la Sainte Vierge serait peut être apte à comprendre, à moins de se vouer à la sainte des causes perdues. Après tout, elle n’était plus femme à mériter tant d’attentions d’un homme… Dans son esprit cependant, elle avait gardé le souvenir de cet homme… Jean Baptiste, un homme plus âgé qu’elle et un peu loufoque, tout comme elle d’ailleurs.

La demoiselle, ne voulait plus être aimée, la peur sans doute que celui qui aurait son cœur, ne sache ce qu’avait été son calvaire ! Une visite chez le médecin avant de partir si loin, lui avait confirmé qu’elle n’aurait jamais d’enfant, la souffrance avait blessé sa fierté et son âme… La vie vaut elle d’être vécue sans le bonheur d’enfanter ? L’homme qui serait à ses côté ne devait pas payer pour les erreurs qu’elle avait commises… ou plutôt, ce mal qui avait su faire basculer son destin !

Ses larmes se séchaient peu à peu, elle gardait en elle ce pesant fardeau… Et sur ce prie Dieu, les genoux endoloris, elle levait son regard vers la statue dressée devant elle, avant de poser son front sur ses mains jointes, et de penser à cette prière que sa mère lui apprenait enfant :

L’Eternel est mon berger :
je ne manquerai de rien.

Il me fait reposer dans de verts pâturages,
Il me mène à des eaux paisibles.

Il restaure mon âme ;
il me conduit dans des sentiers de justice,
à cause de son nom.

Même je marcherais
par la vallée de l’ombre de la mort,
je ne craindrai aucun mal, car tu es avec moi.
Ta houlette et ton bâton me rassurent.

Tu dresses devant moi une table
en la présence de mes ennemis ;
tu as oint ma tête d’huile,
ma coupe est comble.

Oui la bonté et la gratuité me suivront
tous les jours de ma vie,
et j’habiterai dans la maison de l’Eternel
pour de longs jours.

_______________

Back to top
Visit poster’s website
Abbé Simon
Guest

Offline




PostPosted: 15/03/2014, 15:27    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote


~ De la célébration d'une Missa Pontificalis en la Cathédrale Notre-Dame de Paris ~


Ce dimanche à neuf heures, l'ensemble de la capitale fut bouleversée de la sonnerie des cloches dédiée au carême de la Cathédrale Notre-Dame. Dès lors, les badauds curieux comme les croyants des environs emplirent rapidement celle-ci. De nombreuses voitures s'y arrêtèrent, laissant descendre de riches pénitentes ou de gros bourgeois trop heureux de se montrer en ce saint lieu, tandis que d'autres, plus modestes, garnissaient les nefs latérales, la tête baissée, plongés dans la prière. Bientôt le perron fut empli d'une masse de gens, parfois des indigents, patientant tout du long de l'office, espérant peut-être une aumône des dames en crinoline ou des messieurs en haut-de-forme qui sortiraient par les portes dans plus d'une heure. A l'intérieur, les cierges étaient de partout allumés et une quiétude toute particulière berçait cet immense édifice laissé terne et sobre, exempt de toute forme de décoration afin de respecter la période de quarante jours de pénitence qui devait suivre le Mardi gras via le Mercredi des Cendres et se prolonger jusqu'à la Pâques. L'orgue de coeur emplit soudain l'ensemble trop calme de ses notes puissantes, agrémentant l'attente des fidèles de l'entrée prochaine de la procession ecclésiastique. Derrière les boiseries imposantes qui séparaient alors le commun situé dans la nef, du sacré, au coeur, quelques diacres et clercs en surplis et rabat s'activaient encore afin que tout soit fin prêt lors de l'arrivée de l'imposant clergé diocésain. Trois évêques devaient célébrer le divin office en ce jour, la circonstance était d'importance... tout se devait d'être parfait.
Back to top
Giovanni
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 19 Jul 2011
Posts: 4,701
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 15/03/2014, 15:53    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

Et c'était un Vicomte qui, pour une fois, se rendait à Notre-Dame pour la messe. Non pas ostensiblement, se montrant déjà bien assez un peu partout de le Royaume, mais ayant décidé de se montrer plus pieux dorénavant. Aussi était-il venu assister à l'office du jour que le son des cloches étaient venu lui rappeler. Il ne savait pas si Madame viendrait, la pauvre étant fort occupée ces temps-ci, mais lui avait fait l'effort.

L'élégant Vicomte à la jambe de bois descendit, appuyé sur le bras de Pierre, son fameux chauffeur et aidé de sa superbe canne en bois précieux et au pommeau d'argent d'argent parsemé d'éclats de diamant, là était la base de toute tenue du Vicomte. En ce jour, il avait tenu à se parer de ses plus beaux vêtements, circonstance obligeant selon lui. Ainsi sa redingote d'un bleu roi était-elle ornée de quelques arabesques brodées de soie dorée, tandis que, s'y accordant, le Vicomte arborait un pantalon de la même teinte et, par dessous, une chemise de soie ayant de la dentelle au col et aux manches. Voilà qui était pour plaire au couturier de métier, aujourd'hui Ministre, député et on en passe...

Passant la porte de la Saint Église, il confia son haut-de-forme de forme à Pierre tandis qu'il se trouva une place de choix. Faisant signe de piété, il salua ceux qu'il croisa, ne se voulant pas dédaigneux ou hautain envers qui que ce fût, ceci n'étant d'ailleurs de toutes les façons point dans sa nature.

Assis, l'infirme pour le moins bien conservé malgré sa condition attendait le début de l'office, écoutant avec admiration le son magistral de l'orgue. Ce Noble qui n'avait mit les pieds dans une Eglise un dimanche que très rarement se dit intérieurement qu'il ne savait plus trop comment cela se déroulait par ailleurs !

Ah, que Feu Sa Mère lui en aurait voulu de s'être montré si distant avec la Religion ces derniers temps ! 

_______________
Back to top
DufourAlexandre
Parti Royaliste Progressiste

Offline

Joined: 12 Jul 2011
Posts: 1,501
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 15/03/2014, 16:18    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

Conformément à sa forte pratique de la foi qu'il avait reçue de ses ancêtres et ce dès sa naissance où il fut ondoyé par son oncle, le marquis d'Abbevilliers de Carladès descendit de son coupé de ville devant la cathédrale Notre-Dame de Paris. Vêtu assez sobrement pour l'occasion, de gris majoritairement, mais son élégance trahissant sa haute naissance - les bas de soie n'étant plus une affaire commune - l'aristocrate pénétra le lieu saint, se découvrant d'abord et se signant avec piété de l'eau bénite mise à disposition des fidèles. Saluant avec respect et en silence les quelques connaissances de son monde qu'il rencontrait, quelle ne fut sa surprise de découvrir le baron... non vicomte de Montclar installé dans la nef. Allant à lui d'un pas lent, effectuant une génuflexion appuyée à l'égard du Maître-Autel, il s'agenouilla ensuite sur le prie-Dieu derrière l'unijambiste.

« Je profite de cette occasion, cher vicomte, pour vous prier d'excuser ma fureur lorsque vous fûtes injustement accusé de malversation frauduleuse de biens appartenant à la Couronne. Je reconnais aujourd'hui mon erreur et vous prie de m'accorder votre pardon en ce jour de pénitence. » souffla-t-il à demi-mots, ne pouvant justement aller quérir la sainte communion sans d'abord avoir expié ses fautes.

Le Chancelier attendit alors dans la position de prière, espérant que le ministre l'ait entendu et consente à agréer à sa requête.

_______________
Alexandre du Four d'Abbevilliers
Marquis et Pair de Carladès
Ministre extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume de France

« Il est, dans les grandes cours, un autre moyen de se grandir, c'est de se courber. »
Charles Maurice de Talleyrand-Perrigord


Back to top
Louis-Alex. d'Auberville
Guest

Offline




PostPosted: 15/03/2014, 17:15    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

La religion était affaire importante dans la famille d'Auberville. Bien que Louis-Alexandre ne se laissait pas endoctriner dans la monarchie de droit divin par conviction politique, il croyait néanmoins à Épicure. Chaque vesprée était ponctuée d'une prière, chaque repas recevait intérieurement un fin mot religieux. Le fils du vieux ministre, qui avait été élevé dans un monastère italien, était tout aussi croyant que son père. Ainsi le Baron de Villers et Alexandre arrivèrent sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris dans leur berline noire aux fraîches armoiries.

Côte à côte, les deux hommes gravirent les marches. Auberville l'Ancien claudiquait, appuyé sur sa canne de vieillesse, tandis que Auberville le Jeune marchait d'un pas aisé. Les deux hommes avaient l'habitude de se parer de noir et ce jour n'était point une exception ; ils étaient dans leurs austères vêtements d'un noir profond, qui étaient confectionnés par un des meilleurs couturiers de Paris. Pénétrant dans l'immense édifice, le ministre se signa avec l'eau bénite et sourit aux gens qu'il croisait tandis qu'il se dirigeait vers les prie-Dieu les plus près du chœur.


- Voici Sa Grandeur le Chancelier de France., chuchota discrètement le vieil intellectuel à son fils, Et devant lui se trouve le Ministre de la Guerre.

Les présentations étant faites, Louis-Alexandre continua le ballet de courtoisie en s'inclinant respectueusement devant le marquis de Carladès ; la révérence était belle si l'on omettait le fait qu'elle se brisait par la gêne de la canne. Mais elle était sincère, Auberville l'Ancien admirant secrètement le Premier Conseiller du Roi qui possédait une carrière politique exemplaire et une finesse d'esprit rarissime par les temps qui courraient. Après un sourire, le Baron continua vers son ami Giovanni ; deux des Quatre étaient donc à cette grand-messe. Une légère inclinaison du buste et un nouveau sourire, puis le vieux ministre alla faire sa génuflexion devant le Maître-Autel. Non sans avoir vérifié d'un bref coup d'oeil que son fils saluait comme il se doit les deux nobles, il alla s'installer sur un des prie-Dieu et entama son dialogue intérieur avec l'instance divine au son imposant de l'orgue de chœur.
Back to top
Alexandre d'Auberville
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 20 Dec 2013
Posts: 93
Masculin

PostPosted: 15/03/2014, 17:16    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

La puissance de l'orgue de Notre-Dame de Paris était telle les membres du croyant en tremblaient alors que son esprit en était profondément raffermi. La main tremblotante porta l'eau bénite à l'esprit fort. Alexandre d'Auberville, qui avait mené pendant toute son enfance et son adolescence une vie monastique, était impressionné par les sons tonitruants des cylindres religieux ; mais il était surtout tombé amoureux des lieux. La splendeur de la France -fille aînée de l'Église- ressortait trismégiste dans le coeur du jeune homme de lettres suite à la visite de cette cathédrale. Les vitraux d'une précision remarquable, les pierres finement taillées, les ors savamment ciselés faisaient de l'endroit un monument majestueux. Mieux encore, l'élite des édifices religieux de France et de Navarre.

Au signal de son père, Auberville le Jeune observa les deux hommes penchés sur leurs prie-Dieu l'un derrière l'autre. Son père, qui était ministre et baron, fit une grande révérence au Chancelier de France. L'homme de lettres en avait entendu parler en lisant les journaux et les archives, ainsi qu'en fréquentant les salons bourgeois et aristocratiques où son vieux géniteur avait l'habitude de se rendre après d'harassantes journées de travail. Paraît-il que ce jeune aristocrate était vif d'esprit et fort bien éduqué, et qu'il avait été un brillant professeur des universités et éminent ministre avant de délivrer ses bons conseils au roi. Devant tant de gloire et de finesse, Alexandre fit la plus belle révérence qu'il put. Puis après s'être relevé, il s'inclina plus modestement devant l'ami de son père ; après tout l'homme amputé n'était que ministre et vicomte, et non pas marquis, chancelier et conseiller royal.

Non sans avoir fait sa pieuse génuflexion devant le Maître-Autel, Alexandre alla s'installer sur le prie-Dieu voisin de celui de son père. Jetant un regard autour de lui, il ne vit que le marquis de Carladès murmurant des paroles incompréhensibles qu'il prit pour une prière à Épicure. Se retournant vers le choeur, Auberville le Jeune plongea dans ses prières. Il était temps de demander la faveur divine pour accomplir avec brio ses nouvelles fonctions : donner de judicieux conseils au Duc et Pair d'Arpajon n'était pas chose aisée.

_______________

Alexandre d'Auberville
(1796-1820)


Second et dernier Baron de Villers
Conseiller politique et homme de lettres
Back to top
Giovanni
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 19 Jul 2011
Posts: 4,701
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 15/03/2014, 17:31    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

Quelle ne fut pas la surprise du Vicomte en voyant se placer, sur un prie-Dieu, devant lui, le Marquis de Cardalès. Quel ne fut pas son étonnement en l'entendant s'excuser ! Etait-ce bien là le Maitre de France, le Marquis de Cardalès, son ami de jadis auquel il vouait une certaine raucune pour être l'un des responsables de son exil à Cherbourg, ce noble de naissance, cet orgueilleux aristocrate, ce politique de talent, cet homme plein de dignité qui venait de prononcer quelques mots d'excuses en ce jour de pénitence ? Semblait-il que oui. Il n'en croyait pas ses yeux, bien que n'en montrant rien sur son visage.

Certes, si cet épisode fâcheux avait creusé un faussé qu'il pensait perpétuel entre les deux hommes, pouvait-il oublier leurs actions communes au sein du Parti Constitutionnel d'alors ? Pouvait-il oublier qu'il avait toujours été traité avec dignité, convié à toutes les cérémonies de famille, au Mariage, à la Saint-Epi, étant parmi ceux qui étaient présents à l'annonce de l'événement que portait la Baronne d'alors en son sein ? Certes pas, il ne pouvait pas oublier. Le juge qu'il était avait rapidement pesé le pour et le contre, d'autant que les circonstances du jour l'aidait au pardon.

Aussi, après quelques inclinaisons de tête vers le vieux barbu -ce cher d'Auberville- de plus en plus déglingué et son jeune fils qu'il avait eu l'occasion de rencontrer à Cherbourg, souffla-t-il doucement:

Cher Marquis, Votre Seigneurie, oublions tout ceci. Vos excuses me sont plaisantes et appréciables, pour cela je vous rmeercie. Si, certes, je vous en ai voulu pour l'expression de tant de mépris pour un fait qui n'était pas mien, aujourd'hui ceci n'est plus.

Souriant doucement, il affichait par ce sourire tout son ravissement à l'idée d'en avoir finit avec cette rancune, ravissement d'autant plus grand que c'était le Marquis-Pair qui y avait mit fin.
_______________
Back to top
Victoire de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 29 Sep 2012
Posts: 4,344
Localisation: Là où on ne l'attend pas
Féminin

PostPosted: 15/03/2014, 18:42    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

Ne pas se montrer ce jour là aurait été une faute qui aurait fait scandale. Puisqu’il fallait y aller, allons y…  Agnostique j’étais, et rien si ce n’est qu’une simple preuve, un atome de l’existence de quelque chose de divin n’aurait pu me faire changer de philosophie.
Il était inutile de rajouter des polémiques supplémentaires ni d’opprobre sur les personnes me touchant de près. Et puisque il était de bon ton tel Janus d’avoir deux faces, j’allais faire démonstration de mon art consommé de jouer la comédie. C’est que j’apprenais vite, il n’était pas besoin de me montrer deux fois ce qu’il fallait faire.

J’étais venue seule bien sur, afficher en un lieu pareil un concubinage que tout le monde condamnait mais taisait surement à cause du poste du maréchal aurait été une déclaration de guerre stupide.
Toute de noir vêtue, voile en dentelle sur la tête cachant à demi le visage, je m’avançais dans la nef centrale lentement pour que chacun me reconnaisse et puisse attester de ma présence, et puis jugeant que cela ne suffisait pas, je saluais en passant l’exquis marquis  Carlades avec respect, puis le vicomte, ensuite Louis et envoyais un sourire à Alexandre avant de prendre place et de m’abîmer dans un semblant de prière et un profond recueillement non moins feint.

_______________
Back to top
DufourAlexandre
Parti Royaliste Progressiste

Offline

Joined: 12 Jul 2011
Posts: 1,501
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 15/03/2014, 19:02    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

Les personnalités connues et moins connues du beau Paris défilaient dans la nef presque autant que le commun des croyants de la capitale. Quel brassage d'ordres et de classes sociales ! La religion unifiait tous les hommes devant un même Père, quelle beauté que ce geste réconciliateur... et réservé évidemment à la seule religion. Saluant muettement et en hochant légèrement la tête le baron de Villers et les autres qui lui firent le respect de le saluer, le marquis n'entendit pas moins l'amnistie annoncée du vicomte. Emettant un rictus satisfait, le Chancelier de France n'ajouta rien sinon un « Merci. » a peine audible qui se voulait adressé à son interlocuteur seul. Scrutant alors franchement le Maître-Autel devant lui, il se signa avec une réelle ferveur religieuse, priant intérieurement de toutes ses forces et confessant à son Créateur ses fautes, celles qui avaient suivi sa dernière confession, encore toute proche. L'orgue du choeur de la cathédrale poursuivait sa beauté instrumentale, émouvant jusqu'aux tréfonds de l'âme de l'aristocrate, sombrant bientôt dans le plus total abandon de soi devant Dieu, Celui qu'il aimait à servir et Auquel il croyait le plus sincèrement du monde conformément à son éducation et à ses valeurs.

_______________
Alexandre du Four d'Abbevilliers
Marquis et Pair de Carladès
Ministre extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume de France

« Il est, dans les grandes cours, un autre moyen de se grandir, c'est de se courber. »
Charles Maurice de Talleyrand-Perrigord


Back to top
Courtisans
Guest

Offline




PostPosted: 15/03/2014, 19:25    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote

D'une Messe Pontificale à Notre-Dame

__________

* Point de vue de Mme Vve la Princesse de Chimay *


La voiture noire de la princesse douairière s'arrêta, elle aussi, devant l'édifice religieux en toute sa splendeur. En descendit, aidée de laquais en livrée à ses armes, une vieille aristocrate d'un temps révolu, portant une robe à panier ouatée de violet sombre, une mantille garnie d'un voile presque noir couvrant son visage jusqu'au buste et tombant, par derrière la perruque poudrée de blanc, jusqu'au bas de la jupe. Pas un morceau de chair n'était alors découvert. Toutefois, la tenue, bien qu'adaptée aux circonstances, respirait la richesse et l'opulence ; et si madame de Chimay ne portait guère un seul bijou en ce jour de pénitence, le luxe des tissus suffisait à prouver l'importance du capital de leur détentrice. Traversant ainsi la nef centrale après s'être signée avec moult dévotion et accompagnée de ses trois dames de compagnie, plus modestes mais toutes aussi aigries par la force de l'âge, elle ne se soucia point de qui que ce fut et trouva place au septième rang, s'agenouillant avec ferveur et ouvrant son missel à la page concernée, laissant glisser entre ses gants, une à une, les perles de jais de son chapelet. Derrière elle s'agenouillèrent à leur tour ses dames toutes apprêtées et revêtues de noir comme des veuves éplorées, imitant leur bienfaitrice à leur manière, une voilette cachant leurs rides et leurs blancs cheveux, pour l'une d'elle au moins, artificiels.
Back to top
Abbé Simon
Guest

Offline




PostPosted: 16/03/2014, 11:47    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote


~ De la célébration d'une Missa Pontificalis en la Cathédrale Notre-Dame de Paris (suite) ~


Soudain, les grandes orgues de la cathédrale mirent en route leurs jeux et ce sont tonitruants que les sons de l'instrument monumental emplirent le vaste espace. Alors que l'ensemble des fidèles se leva comme appartenant à un seul corps, la procession ecclésiastique débuta, d'un pas lent. Un grand clerc en soutane noire portée sous un surplis de dentelle agitait l'encensoir d'argent ciselé, répandant autour de lui une vapeur parfumée, au goût si particulier. Suivaient le grand crucifix de vermeil porté par un autre clerc et ses acolytes portant chacun un cierge allumé. Puis, d'autres clercs encore, des sous-diacres, des diacres, des dizaine de ces jeunes hommes préparés pour la plupart à porter un jour la barrette. Les surplis changeaient ensuite en chasubles violettes brodées d'argent : des prêtes, le visage grave. Au centre d'eux, le Livre des Saintes-Ecritures porté haut comme afin que chacun puisse l'adorer. Enfin, la procession se poursuivait avec le chapitre de Notre-Dame dont les chanoines, ornés de chasubles plus riches encore, portaient tous leur chape canoniale où trônait un châle d'hermine. Le Vicaire Général de l'archidiocèse clôturait cet ensemble, les mains jointes, la tête haute, une petite mitre portée en guise de couvre-chef en rappel de son ordination en tant qu'abbé mitré sous l'Ancien Régime. Enfin, c'étaient deux évêques, gantés de violet, des pierres au doigt, leurs chapes d'argent palissant sous l'éclat de leurs mitres où des topazes s'accordaient à la vêture de pénitence. Enfin, le cardinal-archevêque, vieux, malade, pliant presque sous tout cet attirail de cérémonie. Tenant en main sa crosse ornée, il avançait difficilement, sa chape prélatice couleur de rose sèche - temps de carême oblige - mais longue de sept mètres, portée par des prêtres-acolytes, un troisième portant son bras gauche afin qu'il ne s'effondre pas sur le dallage de la nef.

Arrivant dans le choeur, chaque ecclésiastique s'inclinait respectueusement devant le Maître-Autel, rompant ensuite la suite brillante en deux parties distinctes, à droite ou à gauche sur les stalles prévues à cet effet. Les chanoines émérites, le Vicaire Général, les évêques et les acolytes de l'éminent prélat furent enfin seuls à s'agenouiller aux marches dudit autel brûlant sous les ors des cierges et des bougeoirs tandis que le vieux cardinal inclina modestement la tête, autant que sa difficile position lui permettait encore. Débutèrent donc les prières au pied de l'autel, dont le fameux Confiteor que perpétrait bientôt le Kyrie, splendide.
Back to top
De Rochechouart
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 17 Nov 2013
Posts: 210
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 18/03/2014, 21:02    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote



    En sa qualité de premier concélébrant, l'évêque de Soissons fit son entrée dans la Cathédrale en compagnie de tout le cortège habituel dédié à la messe. Le vieil homme d'Eglise signait les fidèles sur son passage, toujours en faisant des mouvements lents. L'âge et les mensurations de Jean-François-Joseph permettaient de simples gestes, son bras équivalait presque à la taille des cuisses de cochon que l'on portait à la Grande Tuerie de Paris située antérieurement sur le parvis de Notre-Dame. Vêtu de sa chape prélatrice violette et d'autres vêtements liturgiques que prévoyait la paramentique épicurienne, Monseigneur de Rochechouart marchait jusqu'à l'autel en ayant en sa main gantée et ornée de pierreries, la merveilleuse crosse épiscopale des évêques de Soissons. Le titulaire du premier évêché suffragant de l'archidiocèse de Reims arriva devant le maître-autel et enfin retira sa mitre puis la donna à un bedeau à proximité de sa personne, le vieillard détestait tenir en mains beaucoup d'objets complètement inutiles montrant uniquement sa dignité épiscopale. La Liturgie de l'Eglise voulait que les officiants posent un baiser sur la table sacrée servant aux différents sacrifices, le gros Soissonnais déposa ses lèvres charnues sur la grande table de marbre. Après la vénération du maître-autel, Jean-François-Joseph de Rochechouart alla à sa place assignée de concélébrant, c'est-à-dire proche du cardinal et archevêque de Paris. L'homme d'Eglise n'attendit guère les premiers mots ouvrant la messe, prononcés par le Prince de l'Eglise à moitié en état de succomber à cause des terribles souffrances en raison de son âge archaïque. Le cardinal passerait certainement pas la fin du mois, Monsieur de Soissons se demandait qui pourrait bien remplacer le Prince en voie de disparition à l'archevêché de Paris, serait-ce éventuellement un homme de Dieu parmi les membres du chapitre du diocèse Parisien ? L'Archevêché de Paris méritait tout d'abord un prélat principalement jeune, la province ecclésiastique et le diocèse devaient absolument être dynamisés sinon l'ennui actuel resterait omniprésent !

    N'étant ni sur sa chaire épiscopale, ni dans sa cathédrale, ni en son diocèse, le crosseron du bâton pastoral de l'évêque était dirigé vers le choeur. Toujours debout l'acolyte en charge des besoins du Rochechouart, le Père Omont observait en particulier son maître. L'ecclésiastique interpella son laquais en lui demandant d'approcher d'un signe de main et chuchota :


    " J'espère que vous n'avez point oublié d'acheter les nouvelles créations de ce pâtissier proche de l'hôtel particulier de Rochechouart...Vous connaissez si bien mon appétit grandissant avec rapidité à chaque instant. "

    L'homme acquiesça suite aux propos du ministre de Dieu en disant : " N'ayez crainte, Monseigneur. Vous me savez prévenant. "

_______________


"Ça fait pleurer les oiseaux, ça fait chier les abeilles "
Son Éminence le Cardinal Jean-François-Joseph de Rochechouart
Cardinal-Évêque de Soissons
Back to top
Le_Marquis
Guest

Offline




PostPosted: 18/03/2014, 23:48    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Cathédrale Notre-Dame de Paris Reply with quote



Pinaise, ça en fait du monde ici et là, tout l’tralala, les costumes et tout, j’arrive à vider les poches d’un pépé qui r’garde passer tout l’tintouin, on dirait qu’c’est la fête là, j’chuis toujours aux aguets, d’puis qu’l’môme m’rend la vie dure, j’espère qu’y s’est pas rendu compte que j’chuis une fille, sinon ça va barder pour lui, j’m’en vais l’rap’ler à l’ordre, deux revers du poignet, un coup d’tête et zou ! Va pas m’courir longtemps su’l’haricot l’marmot ! Pfff

Mon p’tit vieux sent rien, pas même que j’ai prit sa bourse, trop occupé à r’garder les cortèges d’habits élégants ! Bah moi ça m’intéresse pas, sauf ceux qui r’gardent, et j’m’amuse bien… Une espèce d’horreur à 4 pattes vient m’mordre l’bas d’mes frusques, attiré par l’odeur sur’ment… Zut, v’là l’môme qui m’a r’péré, faut qu’j’le sème, c’est l’horreur c’gamin là, plus j’le fuis, plus y m’suit ! Raaaa

Crotte, la volaille m’coince l’chemin, ouais j’chais bien qu’y faut pas passer, mais faut qu’j’déguerpisse d’ici, la teigne va m’rattraper et j’veux pas, s’rait capable de m’faire lui donner ma bourse, j’serais bien allée à l’école, mais l’géant m’fout la frousse, et j’ai peur qu’y m’jette dans l’bain encore une fois ! Ouais ok l’a rien vu, mais l’était derrière la porte, faudra qu’j’trouve l’moyen d’bouffer les r’pas d’l’école sans y aller, mais quand qu’il est là, j’tremble comme qu’si j’avait froid !

Magique d’faire autant d’impression, j’croyais pas qu’on pouvait autant avoir peur… Là l’garde c’est pas pareil, même si qu’il m’prend par l’pal’tot, j’gesticule les 4 fers en l’air, donnant des coups dans l’vent, sans même toucher l’méchant garde qui m’prend pour un voleur ! J’ai rien prit moua, qu’une bourse et c’est tout, c’est pour les bonnes œuvres, j’crie même pas, j’anime jambes et bras et pis j’le fait lâcher prise d’un coup d’pied sous l’bras, avant d’déguerpir comme un lapin, j’change d’quartier, là j’chuis pas la bienvenue… Raaa quoi qu’y faut pas faire pour éviter l’vilain môme ! Faut qu’j’lui trouve un nom à c’ui là hein ? hummm
vermisseau ?

Heyyyy il est déjà là ? Crotte, et j’repars, les ruelles sont mon repaire, mais le sien aussi, alors on connait bien les rues tous les deux, sauf que, on connait mieux Paris qu’on s’connait l’un l’autr’ faudrait pas qu’y m’rend’chèvre, sinon j’le mords ! Boudiou, y m’fait courir ces derniers temps l’mioche, c’est un chieur fini là, j’vais vite m’fatiguer, mais pas tout d’suite, j’chaurais bien lui faire m’lâcher la grappe hein ?


J’me cache dans un coin et j’compte mes pièces, pas des masses, mais j’pourrais m’ach’ter des fringues propres, juste une chemise et un falzar, l’premier qui touche à ma casquette, je lui décalque une volée, que même pas on va l’reconnaitre après, avec mon minois tout sale et c’couvre chef, j’chuis le plus garçon des gamins du quartier ! héhé

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Département de la Seine + -> Ville de Paris All times are GMT + 1 Hour
Goto page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 of 4

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group
powered by ArgenBLUE free template