Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1825
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

[RP/Privé] Des roues et des bosses

 
Post new topic   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> Archives -> Archives dossiers du jeu -> Archives société ferroviaire -> La Société Ferroviaire -> Archives
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Eloy de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 01 Mar 2012
Posts: 2,613
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 27/01/2014, 18:47    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
BAAAAM! La valise venait de choir. Capucine venait d'exploser l'osier contenant les fourrures de Victoire dans l'escalier, les laissant courir sur les marches suivantes. Le personnel se précipita, et Eloy, qui descendit à sa suite, l'aida à se relever.

Eh bien ma chère enfant, il va falloir apprendre à garder l'équilibre.

Plus de peur que de mal semblait-il, et la pauvre capucine se confondait en excuses. Eloy et Victoire avaient décidé de partager leur temps entre Paris et Saint-Denis, mais cette dernière accaparait pour l'instant leur soirées et leur nuits; le froid hiver requérait de quoi se parer chaudement. Mais l'important n'était pas là. Ils allaient finir par être en retard, et Francine avait promis au Maréchal une oie au miel et aux amandes, sa spécialité. Et l'oie trop cuite ou froide était tout simplement... Un crime. Capucine relevée, il dévala donc les marches de l'escalier, à la recherche de Victoire, qu'il trouva dans le salon, cherchant toujours désespérément une boucle d'oreille égarée.

Alors ma chère, toujours pas de traces? Pourtant le diamant devrait briller avec toutes ses bougies. On va finir par être en retard.

Et voilà le Maréchal qui, contre toute attente, se mit à quatre pattes et entreprit de fouiller sous le large canapé du salon. La boucle contre l'oie, le combat était inégal, et il avait déjà faim. Alors qu'un œil cherchait la boucle, l'autre visualisait la merveille dans son plat, accompagnée de quelques légumes, pour leur donner bonne conscience. Mon Royaume pour une oie. Ou du moins un diam's. Un gros diam's. Une idée lui vint: il semblait bien qu'il avait vu Victoire se rendre dans les cuisines, boucles aux oreilles; se relevant brusquement, il s'assomma à moitié sur le rebord du canapé. Drôle de vie que celle de bonne a temps très partiel. En fait, ce devait faire partie des rares fois dans sa vie ou il faisait une tâche domestique. Il avait dû cuisinier par ci par là quand il était jeune planton dans le régiment de provence... Quoique... Les officiers avaient du personnel... Se tenant la tête, il se releva, légèrement rouge d'avoir eu la tête en bas et de s'être assomé.

Vous êtes allée voir dans la cuisine? Je vous ai vu partir avec les diamants aux oreilles. Vérifiez qu'on ne les ai pas fait cuire.

_______________
Back to top
Victoire de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 29 Sep 2012
Posts: 4,344
Localisation: Là où on ne l'attend pas
Féminin

PostPosted: 27/01/2014, 19:42    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Mais où est passée cette satanée boucle? Pourtant j’étais bien descendue avec!  Je relevais les coussins de fauteuils, regardait sur la cheminée, les guéridons, les tables d’appoint, le bureau.. Rien! Aurait-elle pu glisser dans ma robe?  Je baissais les manches, découvrant mes épaules et écartais ma robe pour voir si elle n’avait pas glissé dans mon décolleté, mais rien non plus..
Un fracas parvint du hall et je vis arriver quelques minutes après Eloy.

Que s’est-il passé? Auriez vous chuté très cher? Non, je ne l’ai pas retrouvée. Je vous assure l’avoir cherchée partout. Quant à être en retard, ce n’est pas grave. L’oie sera froide c’est tout. Mais c’est moins grave que de ne pas retrouver cette boucle.


J’étais très contrariée. Elle me plaisait beaucoup et c’était le dernier cadeau du maréchal. A quelle occasion déjà? Ah oui! Il avait oublié un diner auquel il m’avait convié.. Un repas en tête à tête.
Je soupirais, quand je le vis se baisser et se mettre à quatre pattes sur le tapis en recherche à son tour.
Jamais je n’avais vu le maréchal se départir de d’une attitude digne et bouche ouverte, je le regardais faire ébahie. Je suivais son cheminement interloquée et quand je le vis entrer dans le pied du canapé, j’éclatais de rire.


Eloy! Enfin relevez vous! Et si quelqu’un entrait!  Non, je n’y suis pas allée,  je vais y aller de suite!

Je partis vivement, venant de me rappeler brusquement que j’y étais bien allée pour vérifier que tout serait prêt à l’heure et je me souvins que j’avais humé le fumet des légumes qui mijotaient, passant mon nez au dessus de la marmite.


Francine, voulez vous regarder si ma boucle manquante n’aurait pas chuté tout à l’heure  dans la marmite quand je suis venue tout à l’heure?

Et voilà Francine d’écumer et de trifouiller ans les légumes, secouant la tête.

Non madame, il n’y a rien,  j’ai farci l’oie avec une partie, et je l’aurais vue.


Il semblait que la boucle était perdue, et peut-être pas pour tout le monde, et je soupirais.

Tant pis, vous pouvez faire servir Francine. Monsieur le comte meurt de faim surtout qu’il sait qu’il y a cette oie qui parait délicieuse.

Je retournais au salon, dépitée. Moi qui ne perdait jamais rien sauf la tête parfois. Il ne me restait plus qu'à faire exécuter une copie avec celle restante.

Désolée Eloy, il semble qu'elle soit perdue. Nous allons passer à table. Nous avons assez pris de retard. Venez vous?

Je pris son bras et partîmes pour la salle à manger. Une fois assise j'essayais d'oublier cette histoire de boucle en changeant de sujet.

Avez vous pensé aux plans pour la demeure du lac? Et ce qui me concerne, le pavillon de chasse me parait suffisant, mais
peut-être avez vous imaginé quelque chose de plus... Imposant?

L'oie arrivait avec ses fumets qui fient palpiter mes narines. Je découvrais que j'avais faim.

_______________
Back to top
Eloy de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 01 Mar 2012
Posts: 2,613
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 28/01/2014, 18:31    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

L'oie froide! elle voulait lui faire manger de l'oie froide! O grandeur ennemie, au diable les convenances, les boucles et les paillettes, il voulait son Oie! Redoublant d'ardeur, il courut dans toute la maisonnée pour retrouver la boucle; il n'était pas question que ses papilles soient abusées par des pensées contradictoires. Victoire filait en cuisine, avant d'en revenir, dépitée mais... Prête à passer à table. Une merveille; sans attendre, Eloy s'élança à sa suite. Un vrai gamin.

Oh, navré ma chère, navré, nous la retrouverons certainement sous peu. Il serait en effet fâcheux d'arriver trop tard à Saint-Denis... Et cette oie qui risque de se perdre..

Sourire aux lèvres, il s'installa face à elle, et leur servit à tout deux du vin. Il fallait bien cela pour passer le temps et oublier la dinde.

J'y ai rapidement repensé, mais rien de bien concret. Le pavillon en lui-même me va très bien, pour une fois je ne ferai pas dans l'ostentation, sauf si vous vous y sentez par trop à l'étroit.

Dans le même temps, l'oie parvenait jusqu'à eux. Sa délicieuse odeur lui parvint avant même qu'elle n'ai franchi les portes de la salle à manger; enfin, l'ogre allait pouvoir s'exprimer.

Il faudra cependant faire quelque chose avec ces jardins, tout a plus ou moins été laissé à l'abandon. Vous aviez peut-être pensé à quelque chose?

_______________
Back to top
Victoire de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 29 Sep 2012
Posts: 4,344
Localisation: Là où on ne l'attend pas
Féminin

PostPosted: 28/01/2014, 20:12    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Espérons le très cher, cela m’ennuierait beaucoup de ne pas la retrouver.

Je sonnais pour que l’on serve et l’oie arriva, trônant sur un grand plateau d’argent, dorée à souhait couronnée se petits légumes odorants. Après nous l’avoir présentée entière, le majordome alla la découper sur une sellette.

Non, le pavillon est parfait tel quel. Je m’y sens bien et ne souhaite pas qu’il soit modifié. Peut-être revoir la décoration..je n’en suis pas satisfaite. Mais je n’y veux rien de trop précieux ou léger.

On vint me porter une assiette, mais je la refusais.

Servez monsieur le comte en premier. Il est affamé et je n’ai pas très faim pour ma part.

Je n’avais que peu d’idées ,  mais j’en avais une à la quelle je tenais par-dessus tout, et une autre qui était un souhait.

Pour la maison….je n’ai aucun avis. Faites selon votre gré. Mais pour le reste…
Je voudrais qu’il y ait une ile sur le lac. Pas forcément grande, mais que l’on puisse y marcher. Avec un jardin japonais. Avec des petits ponts et des petites pagodes et des rivières miniatures. Ensuite je désirerais une serre, afin d’y faire pousser des plantes exotiques. Je pourrais demander à Tornade et Benoit de m’envoyer des plants…


Je picorais quelques légumes et les portais à ma bouche. C’était succulent et Eloy mangeait avec grand appétit cela faisait plaisir à voir.
Il mangeait comme quatre et gardait toujours un corps mince et élégant.
L’orage se mit à gronder et la pluie tomba soudain.

Pensez vous que cela soit une bonne idée de partir ce soir?

_______________
Back to top
Eloy de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 01 Mar 2012
Posts: 2,613
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 29/01/2014, 18:02    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Il découpait, tranchait, séparait, harmonisait... PLUS VITE BON SANG! Non, pas le Maréchal, mais le domestique qui ppréparait l'oie. Enfin, une large assiette lui fût servie. Quelques secondes encore, et Victoire commençait. Elle parlait, magnifique, plus de temps pour déchirer la chair parfaitement cuite. Un délice. Un régal. Le met des Rois. Des Empereurs. Des Martiens. Non, peut-être pas des Martiens. Il écoute distraitement, tout à son plaisir gustatif.

La décoration oui, bien sûr, vous pensez bien que j'ai quelque meubles et objets à vous proposer.

Un sourire, une nouvelle bouchée, une gorgée de vin. Goinfre. Odieux goinfre. un enfant devant une sucrerie. Toujours le même cet odieux maréchal, homme de caprices, d'envies soudaines, et de plaisirs dispendieux. Il écoute tout de même, sinon Victoire le tue. Une île. Elle veut une île. Manquerait plus que cela. Encore un peu et on les voilà accusés d'être des évadés fiscaux, vendeurs de cheveux. A moins que ce ne soit de crèmes pour cheveux... Qu'importe, une affaire de femme. Puis il s'imagine sur son île, avec son ami le jour de la semaine, allongé dans le sable chaud... A saint-Denis. Donc, nécessairement en épais manteau de fourrure. Ou alors, Albert préparerait un feu, et ils danseraient tels des vikings au milieu des volutes de fumée de quelque geyser. Pas avec Albert la danse, avec Victoire. Quoique... Nouvelle idée, Victoire et lui, seuls sur une île déserte, obligés de se débrouiller avec les moyens du bord, de fabriquer des cannes à pêche en bambou et de chasser la mygale. Peut-être même des lettres qui arriveraient par la mer.

Nous pouvons l'envisager, en effet. Elle devra néanmoins être relativement près du bord, et en longueur, pour laisser passer les barges fluviales de la Seine. Ce devrait pouvoir s'arranger. Il faudrait que j'en parle à quelque ouvrier qualifié en la matière. Des quantités de terre importantes...

Tout en réfléchissant, il avala une nouvelle bouchée de la délicieuse volaille. Sacrifiée pour le bien de la nation. Navré ma chère, mais le Royaume l'exigeait. La grande marche en avant. Jusqu'à Saint-Denis du moins. Une serre, parfait. Il aurait peut-être du chocolat. En bon métropolitain, il n'avait point encore compris le processus de fabrication de la merveille. Et après tout, il n'appréciait pas tant que ça la délicieuse sucrerie. C'était certain bon, mais rien d'exceptionnel à cette petite merveille de la gastronomie française. Ah, voilà qu'il mélangeait l'oie et le chocolat. L'orage grondait alors. La pluie se mit à tomber bruyamment. pas question de repousser le voyage.

Eh bien, nous avons un déjeuner demain... Et tout est prêt pour le départ. Il serait bête de repousser.

_______________
Back to top
Victoire de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 29 Sep 2012
Posts: 4,344
Localisation: Là où on ne l'attend pas
Féminin

PostPosted: 29/01/2014, 18:50    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Oulala! Les meubles d'Eloy! Il allait encore me sortir des bergères Louis quelque chose, des biscuits à fracasser sur les murs, bref des meubles et bibelots dont je ne voulais pas dans le pavillon. Autant j'acceptais qu'il en mette partout ailleurs, quoique à Tanlay chaque meuble serait à discuter, autant la pavillon, je le voulais presque dépouillé mais avec tapis moelleux et meubles presque rustiques.
Je ne répondis pas, sachant que le sujet reviendrait immanquablement sur le tapis...persan. je me contentais d'un " merci " prononcé du bout des lèvres.
Je l'observais incrédule. Il ne mangeait pas, il dévorait, non il baffrait. L'oie allait y passer entièrement, sauf le petit morceau de blanc que l'on m'avait servi. Mais où donc mettait-il tout cela?


Des barges autour de MON ile? Ah mais cela ne va pas du tout! Faites un canal de dérivation, quelque chose qui l'isole. Je me vois mal me promener ou être assise ou ...faisant autre chose et être épiée par les mariniers.


C'est que je voyais bien autre chose que de sages promenades dans cette ile. Quelque chose de plus physique et plus acrobatique. Je n'allais quand même pas faire monter un mur tout autour de l'ile pour préserver mon intimité. Un coup de tonnerre me fit sursauter.

Oui bien sur... Si vous pensez que c'est raisonnable.

Je ne le sentais pas ce voyage. Mais puisqu'il insistait je n'allais pas le contrarier pour si peu. De ma fourchette je pris des légumes et les enfournais.

Aïeuuuh!

je portais ma main à la bouche et en tirait de deux doigts la boucle toute engluée de sauce.

Ah voici la boucle. Vous aviez raison très cher. Je suis rassurée de l'avoir retrouvée.

Je l'essuyais tout en testant que je n'avais pas endommagé une dent en mordant dessus. Je reposais ma serviette et repoussais mon assiette que j'avais mis un temps infini à terminer. Eloy lui avait terminé et je sonnais pour qu'on vint débarrasser.

Un dessert où voulez vous que l'on parte de suite?
_______________
Back to top
Eloy de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 01 Mar 2012
Posts: 2,613
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 04/02/2014, 00:12    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Eloy avait une chance folle ce soir, Victoire était d'humeur bavarde. Ainsi put-il bien tranquillement s'enfiler la quasi-totalité de l'oie, en n'ayant qu'à hocher la tête par ci par là. Mais il semblait que pour l'instant une réponse était attendue. Encore fallait-il se rappeler de quoi l'heureux couple parlait. Ah, oui, Ile. Et barge. Et non. Et déviation. Pourquoi pas la lune. Pas folle la guêpe, et ne voulant pas être privé de dessert (des pets de nonne, oui mon cher), il répondit vaguement, de façon à noyer le poisson, au moins pour ce soir. Détourner la Seine, rien que cela.

Je vais y réfléchir, et trouverai une solution; il ne faudrait pas mettre à mal ce petit coin de paradis.

C'est alors que se déroula une prédiction séculaire, qui voulait qu'un jour une Marquise crache du diamant. Victoire n'était certes pas marquise, du moins pas pour le moment, mais elle en avait l'étoffe. Et la boucle. D'oreille. Trop gros, le diam's, elle aurait pu s'étouffer. Son tailleur allait se voir passer un savon. Uniquement de façon à détendre le Maréchal, un jour où la colère l'aurait pris.

Vous devriez la porter tout de suite, ce nerf d'oie fera fureur à Versailles.

Il pouffe, reprend contenance, avale une gorgée de vin, repouffe, s'étouffe, fait des rimes (pauvres cependant). Et puis on lui propose un dessert. Pets de nonne, ou Saint-Denis? Un juste compromis. Survolté, Eloy se leva, s'approcha de Victoire pour lui tirer la chaise quand elle se lèverait (il venait de décider que cela se faisait), et s'apprête mentalement à partir. Il devra faire en sorte que Francine lui glisse un panier avec les pets. Pas les siens, espérons-le. HA HA HA.

Partons ma chère, j'ai bien peur que si nous restons trop cet orage nous décourage.

Victoire levée, sa petite mission confiée, il arpente la demeure, invective de vieux messieurs en uniforme sur les tableaux, vérifie pour la quinzième fois les valises, fait atteler, charger, enfile son pardessus de Voyage, et attend, en trépignant, une Victoire en retard. Du moins dans son esprit. C'est que le vison, c'est lourd, et porté à bout de bras.. Albert, à ses côtés, tente de lui prendre la fourrure, puis abandonne en voyant son maître saisi par un  brin de folie qui veut le faire jouer au domestique. On aura tout vu. Manquait de baffes celui-là.

Victoire! Il faut partir!

Il tape du pied, balance la fourrure dans les bras d'Albert, va se servir un verre (et pour cause il n'a presque pas bu), puis martèle le sol de ses bottes. Histoire qu'on l'entende. L'enfant est de retour, et la pauvre Victoire risque d'en faire les frais.

_______________
Back to top
Victoire de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 29 Sep 2012
Posts: 4,344
Localisation: Là où on ne l'attend pas
Féminin

PostPosted: 04/02/2014, 11:55    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Restons calme..Surtout restons calme.

Je voyais bien que le maréchal ne m’écoutait qu’à moitié, bien plus occupé avec son oie que par mes propos.
Fallait-il que je me mette des plumes sur la tête ou ailleurs pour qu’il fît attention? Je haussais les épaules, repoussant une assiette depuis longtemps vide et raccrochais le « nerf «  à mon oreille.
Et lui qui trainait se leva tout à coup.
Survolté, surexcité il tournait trépignait, vociférait. L’instinct me fit me lever juste à temps qu’il ne retire ma chaise. Jamais il n’avait pris le soin de le faire auparavant. Je tendis ma main et tâtais son front. Non point de fièvre à part dans ses yeux et je me pris à douter de ma raison. Je devais exagérer les choses. Je posais ma serviette calmement et allais donner les derniers ordres quand je fus coupée par Eloy qui remonté à nouveau courut en tous sens.


J’avais voulu du changement, j’en avais. On était tombés de Charybde en Scylla. Lui qui ne s’occupait de rien,  s’affairait à tout dans le plus grand désordre perturbant les gens de maison et même Albert l’imperturbable.

Je tentais en vain de rattraper mon manteau et finalement m’assis en attendant que le maréchal s’épuise. Mais j'en fus pour mes frais.


Mais je vous attend mon ami, je suis prête et depuis longtemps.. Et cessez de marteler le parquet qui ne vous a rien fait! Je me levais et murmurais à Albert passant prés de lui. Pauvre de nous Albert, monsieur le comte est dans sa phase de régression. Serrons les rangs et faisons face.

Je récupérais mon manteau que je mis sur les épaules, et tandis qu’Eloy buvait son énième verre,  je rejoignis la voiture, prenant la pluie au passage, le cocher l’ayant garée trop loin.
Cheveux trempés, le manteau sentant le chien mouillé, je m’enfonçais dans la berline tachant de faire bonne figure. Il suffisait d’un qui ronchonnait. Et c’était à mon tour d’attendre. D’attendre surement que le maréchal s’arrache à son cognac préféré.


Albert, allez chercher monsieur le comte s’il vous plait. Je ne vais pas passer la nuit ici toute seule, et ramenez cette maudite bouteille. Il la suivra.

Je jetais mon manteau sur la banquette en vis-à-vis et défit mon chignon pour faire sécher mes cheveux plus rapidement. Il ne manquerait plus que je prisse froid.  Quelle mouche piquait donc Eloy? Au conseil il avait du mal à garder son sérieux bien que gérant la situation, à la maison il ne tenait pas en place…Qu’est-ce qui faisait ce changement… Une maitresse? Avait-il une maitresse? Cette idée me fit bondir.  Qu’il commence déjà à s’occuper de moi avant d’en prendre une!  Je  me renfrognais J’allais le faire filer par un de mes hommes du cabinet noir. Je voulais en avoir le cœur net. Après j’aviserai en fonction du résultat.

_______________
Back to top
Eloy de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 01 Mar 2012
Posts: 2,613
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 08/02/2014, 19:28    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Alors qu'il attendait Victoire à l'intérieur, Albert vint le dire qu'elle l'attendait aussi.. Dans la Berline. Coordination, quand tu nous tient.

Bien branle-bas de combat Albert, verrouillez les écoutilles, hissez la grande voile, nous partons!

Et joignant le geste à la parole, son verre toujours dans une main, il attrapa son manteau de l'autre, traversa la cour lui aussi sur la pluie, en profita pour menacer le cocher de lui couper les jarrets s'il renouvelait l’expérience, et s'engouffra dans la berline.

Eh bien ma chère, nous voilà partis. Vous avez été plus rapide que je le pensais.

Et la voiture s'ébranla, partant le long de la route sinueuse qui menait à Rochechouart. Le temps était toujours aussi épouvantable, mais rien ne saurait altérer la bonne humeur du Maréchal. Si en plus il était aidé par un délicieux cognac... Conversant allégrement, face à une Victoire semblait-il désespérée, il tenait haut la barre de l'animation au sein de la voiture. Mais alors qu'ils étaient partis depuis un bon moment, un choc plus violent que les autres fit vibrer et verser, dont la roue venait semblait-il de se briser. Tout penchés l'un sur l'autre, le verre de cognac renversé, les voilà fins au milieu de nulle part.

Eh bien alors cocher, on ne sait plus éviter les trous?

Remontant tant bien que mal à portée de la portière, Eloy sortit sous la pluie et se retrouva face à son domestique au désespoir, bien en mal de réparer la roue.

Ma chère? Aimez-vous le camping?

_______________
Back to top
Victoire de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 29 Sep 2012
Posts: 4,344
Localisation: Là où on ne l'attend pas
Féminin

PostPosted: 09/02/2014, 16:08    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Pour une fois que j'étais à l'heure, vous ne vous en êtes même pas aperçu! Un comble!

Le maréchal de fort bonne humeur, sans doute grâce au cognac, entretenait la conversation, tandis que dehors l'orage se déchaînait. Je n'étais absolument pas
rassurée, me pelotonnant sur moi même comme si cela pouvait me protéger de quoique ce soit. Et cette réflexion que je me faisais fut confirmée quelques minutes après.
La berline versa d'un coup et je fus projetée sur Eloy et son verre que bien sur je renversais.
Avec beaucoup de difficultés m'agrippant à la banquette je réussis à dégager Eloy qui sortit pour réapparaitre quelques instants plus tard à la fenêtre de la portière.


Albert aurait-il bu aussi? Sommes nous enlisés? pourquoi parlez vous de camper?


J'ouvris la portière qui s'ouvrit en grand entrainée par son poids et le gîte du à l'inclinaison de la voiture et me retrouvais dehors à plat ventre dans...la boue.
Maudite! je devais être maudite trois fois! Mais qu'avais je fait à Epicure pour à chaque fois me retrouver dans des situations pareilles?


Eloy!!! Au secours!

La pluie glaciale n'arrangeait rien et on n'y voyait goutte à 5 pas. Assise sur mon séant, les cheveux dégoulinants tombant sur mon visage, je frappais de mes poings le sol rageusement.

Quand je vous disais qu'il n'était pas prudent de quitter ce soir. Qu'allons nous faire à présent?

Et à bout de nerfs je partis en sanglots.
_______________
Back to top
Eloy de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 01 Mar 2012
Posts: 2,613
Localisation: Paris
Masculin

PostPosted: 11/02/2014, 11:29    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Et Victoire tenta une sortie. Une réussite, assurément, droit dans la magnifique flaque qui lui tendait les bras à la sortie de la berline. Si Eloy sourit d'abord, en voyant le pauvre état de la ministre, il ravala bien vite ses humeurs taquines en voyant qu'elle n'avait pour le moins pas l'humeur à la plaisanterie. Assise dans sa boue, toute ruisselante, elle enrageait, avant de fondre en larmes. Le voilà fin, le Maréchal, mis en accusation pour crime de vêtements ruinés. Il se pencha vers Victoire, s'accoupissant à ses côtés, et déposa sur ses lèvres mouillées un rapide baiser. Remède miracle? Il n'y croyait que peu.

J'en suis navré ma chère, sincèrement. C'est que j'imaginais la route plus praticable que cela. Mais faisons contre mauvaise fortune bon coeur, il ne sera pas dit qu'un essieu brisé aura fait reculer Victoire de Courcelles et Eloy de Tollonie.


Souriant doucement, il lui tendit deux mains, et l'aida à se relever. En avant, moussaillons! Dans sa tête se bousculaient un nombre invraisemblable de crétineries, qu'il empêchait tant bien que mal de franchir ses lèvres. Il la conduit juste sous un épais chêne aux branchages touffus. là, collés contre le tronc dans un creux salvateur, ils étaient abrités de la colère des dieux. Pour le moment. Le tonnerre grondait, mais au loin, bien heureusement.

Ne rêviez-vous pas, après les bas-fonds parisiens, les couloirs du Louvre, les chemins sinueux de Normandie et les plaines bourguignonnes, d'une promenade dans les bois drancéens, exposée au déchaînement du ciel? Avouez tout du moins que la situation est peu commune.

Il sourit tendrement, tentant de lui arracher un brin de bonne humeur. Vu les signaux que lui adressait le cocher dans le dos de Victoire, ils allaient devoir prendre leur mal en patiente.

Un instant ma chère, je vais voir la voiture.

Et l'abandonnant quelques instants, il alla converser avec le mécanicien de fortune. L'essieu était bel et bien brisé en deux, il faudrait un temps pour le moins important pour réparer. Revenant vers Victoire, il ne se départit pas de son sourire qu'il voulait un peu coupable, pour se faire pardonner ce départ précipité. En passant, il avait saisi une bouteille survivante de cognac, et deux verres, dégottés dans la malle de la berline, au milieu d'un fatras d'assiettes brisées, anciennement panier de campagne. Du bout des doigts, il tenait une grande nappe blanche qui servirait avantageusement de serviette pour nettoyer la malheureuse.

Une goutte de cognac pour vous remettre ma chère. Avez-vous froid?

_______________
Back to top
Victoire de Tollonie
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 29 Sep 2012
Posts: 4,344
Localisation: Là où on ne l'attend pas
Féminin

PostPosted: 14/02/2014, 14:51    Post subject: [RP/Privé] Des roues et des bosses Reply with quote

Pour être peu commune elle l’est! Mais j’aurais préféré moins d'eau. Mois qui en ait une peur panique, il faut toujours que je m'y retrouve dessous. C’est pire que tout!
Eloy quand serez vous un peu raisonnable?  Chaque fois je pâtis de vos pitreries. Regardez moi et voyez dans quel état je me trouve.


Je faisais le constat des dégâts. Fichue la robe. Seul point positif, mes bagages dans la voiture en regorgeait.

Je crois que je préfère encore les bas fonds. Ils sont plus secs. Et cet abri que vous nous avez trouvé est surement romantique, mais bien inconfortable.

Mais où allez…

Il était reparti vers la berline maréchalienne que je comparais à un corbillard armorié, à croire que les grands de ce monde n’avaient aucune imagination pour les rendre plus agréables de vue. De Payns, Montclar, Corbiéres, elle étaient toutes du même acabit. Cela en était désespérant de platitude.
Je me rencognais dans le tronc le plus possible attendant Eloy qui serait trompé lui aussi. Bien fait après tout! Qu’il s’enrhume ce ne serait que justice.
Le voyant revenir  trempé avec un drap et une bouteille, je compris que notre situation allait durer, sinon perdurer. Il ne me restait plus qu‘à tenter de prendre les choses du bon coté. Je me  plaignais d’une vie trop linéaire, voilà qui changeait. Je pris le verre tendu le maculant au passage de boue et le tendis.


Une goutte? Je pense que ce serait trop peu. Remplissez donc ce verre. Et bien sur que j’ai froid, mais sans doute devrais je me rendre jusqu’à la voiture afin de m’y changer à moins que.. A moins que vous n’y retourniez et fouilliez dans une de mes malles et m’apportiez de  quoi le faire.
Et dites à votre idiot de cocher qui manie les rênes comme un gens foutre de regarder ailleurs voir si j’y suis. Mais peut-être saurait-il par là une auberge ou quelque chose qui pourrait nous accueillir?
Cela me réconcilierait avec lui..Un peu

J’avalais le verre cul sec, m’ébrouant sous la rudesse de l’alcool.


Bigre, ça déménage! Heps! Ne repartez pas avec la bouteille, laissez la moi! je sens que je vais en avoir besoin
_______________
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> Archives -> Archives dossiers du jeu -> Archives société ferroviaire -> La Société Ferroviaire -> Archives All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group
powered by ArgenBLUE free template