Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1825
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

[RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
 
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Département de la Seine + -> Ville de Paris
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Alcide
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 30 Jan 2017
Posts: 372
Masculin

PostPosted: 27/02/2017, 16:21    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
La rue et la Seine non loin. C'est le retour à la dure réalité de la vie parisienne. Le moment de redonner sa liberté à la demoiselle était venu. Un sourire pour répondre au sourire . Une question vient clore la marche.

-Me remercier pour si peu . Un sourire sera amplement suffisant.

Une lueur amusé allume le regard du bonhomme.

-Oh si , il y a un moyen. Promettez moi de ne plus vous perdre. Les jardins sont une chose , les rues une autre.

La tête qui s'incline pour ponctuer.
Back to top
Hope
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 25 Feb 2017
Posts: 95
Localisation: Paris
Féminin

PostPosted: 27/02/2017, 16:53    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

La jeune femme lui fit alors le plus beau de ses sourires, hochant la tête à la demande de promesse. Cela allait être très difficile pour elle, vu qu'elle était toujours dans la lune, mais elle ne pouvait pas lui dire non. Son regard perdu dans le sien, elle se mit à rire avant de lui dire.

- Je vous promets que je vais essayer de ne plus me perdre.

Elle fit une magnifique révérence à l'homme, et regarda autour d'elle. Une de ses rues la mèneraient bien à une auberge pas trop miteuse ou elle pourra prendre une chambre et pouvoir enfin se reposer un peu et soulager ses pauvres pieds qui souffraient le martyre.

- Au plaisir de vous revoir monsieur le chevalier.
 

_______________
Back to top
Alcide
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 30 Jan 2017
Posts: 372
Masculin

PostPosted: 28/02/2017, 09:23    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

Il incline la tête pour saluer le départ et le remerciement.

-Bonne journée mademoiselle , prenez soin de vous.

Il prend le temps de surveiller le départ et le cheminement de la jeune femme qui s'éloigne. Une déformation nouvelle , qui vient de sa nouvelle occupation. la sécurité des jeunes femmes devient une habitude. il aurait pu l'accompagner jusqu'à un lieu voulu par elle. Mais il ne faut jamais imposer une présence inconnue.

Il reprend le cours de sa journée et détourne le regard vers l'autre côté du fleuve . C'est vers cette direction qu'il se rend , un pont avant la traversée.
Back to top
Blanche
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 22 Feb 2017
Posts: 69
Localisation: St-Denis
Féminin

PostPosted: 15/03/2017, 19:37    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

Une lueur douce dans le regard, le pas non chaland, elle avait trouver sans mal l'endroit proposé. 
Le château donc on lui parlait comme point de repère la fait s'arrêter longuement, elle observe l'architecture dans les moindres détails avant de reprendre la marche sans laisser le château du regard, un détail la turlupine. 


Qui est la famille qui habite ce majestueux château? 


Blanche trouvas une certaine plénitude à ce lieu, endroit tellement tranquille, que ça présence semble dérangé les oiseaux ou toutes autre petite bête qui devrait y être. 
Elle prend appuie adossé contre un arbre, un regard sur tout ce qui l'entoure à faire le bilan de cette ville qui lui avait été d'écrite comme ville abondante au sens large, forte tendance à la politique. 
Un sourire se dessine son visage de constater que ce fameux récit était absent de tout ce qu'elle avait pu voir et vivre depuis son arrivée. 


Voilà qu'un brave d'entre tous les braves viennent là sortir de ses songes et de cette solitude, qui dorénavant, devenue ca meilleur amie. 
Le gazouillis d'un oiseau qui brise le silence. 
Un sourire ponctué d'un léger soupir s'échappe. Il n'aura pas fallut un long moment pour faire accepter ça présence dans ce lieu qui semble désert. 
Être discrète, une autre chose que papa lui avais enseigné. 
Alors que les bestioles semblent ne plus lui faire attention, elle les observes attentivement se posent une question . 


Un  beau jardin, un endroit si paisible, où sont les enfants? Pas d'enfant sur Paris?
Back to top
Blanche
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 22 Feb 2017
Posts: 69
Localisation: St-Denis
Féminin

PostPosted: 16/03/2017, 14:43    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

Le tour des lieux la charme, seulement l'aspect désertique la désarme, un navire est plus achalandé que ce joli parc.  
Seul endroit où il semble y avoir un engouement... les tribunaux. Pas un endroit pour elle. 
Elle retourne au village doucement, un arrêt pour admirer le fameux château. Ça décision viens à ce moment précis, retourné sur St-Denis ouvrir la malle coûte que coûte et ensuite Cherbourg. Ce n'était pas comme si elle allait manquer a quelqu'un. 
Back to top
Frances Weldon
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 26 Jun 2017
Posts: 2
Localisation: Paris
Féminin

PostPosted: 29/06/2017, 00:03    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote


Trois coups à la porte l'avaient abruptement tirée de sa lecture ce matin là, leur voisine de palier et amie de sa mère n'oubliait jamais leur rendez-vous hebdomadaire. Un rendez-vous arrangé par les parents absents dans le but de chaperonner leur fille lorsqu'elle s'aventure loin des quatre murs de la demeure familiale. Apprêtée depuis plus d'une heure déjà, la jeune femme venait tout juste de recevoir en main propre une lettre de son père à Londres dont elle n'avait parcouru que les deux premières lignes avant cette attendue interruption.

    - Que vous êtes pâlotte ma chère Frances, venez je vous emmène aux jardins du Luxembourg, le bon air donnera des couleurs à vos joues!

Madame Coudard avait ce matin là l'engouement tactile, puisqu' accompagnait ses mots d'une délicate caresse , glissant ses doigts gantés sur la joue veloutée de la jeune femme.

    - ..Quoique la couleur de cette robe rehausse le gris de vos yeux! vous pouvez amener aux jardins de la lecture, j'y croiserais certainement quelques amies, comme chaque semaine, et je m'en voudrais de vous abandonner à votre ennui.

Une suggestion irrésistible qui ne pouvait que trouver un écho favorable chez la jeune brune et qu'elle se hâta d'accepter cueillant un livre au hasard sur un rayon de la bibliothèque paternelle, dont les pages formeraient un carcan improvisé , discret et sûr à sa missive. Son chaperon aurait donc donné rendez-vous là bas à quelques connaissances féminines, la garantie d' une sortie plaisante qui virerait vite à la corvée-devoir si elle devait se contenter de la seule compagnie de la jeune femme taiseuse. Trop taiseuse au goût de la bavarde voisine.

Au fil des pas qui les éloignaient de leur résidence, la Weldon s'épanouissait dans une robe vermillon extraordinaire, une ombrelle d'un rose chair au-dessus de sa tête, que des doigts gantés de dentelle blanche enserraient précieusement. La Seine à leur droite éclatait de lumière faisant moirer l'étoffe bruissante. Une buée s'en élevait de cette eau, pompée par le soleil, et l'on éprouvait inexorablement une quiétude si douce que leur visage s'en illuminait. Un rafraîchissement bienfaisant, récompense du ciel à respirer, après quelques ruelles dépotoirs traversées toutes narines pincées afin d'en supporter les exhalaisons ammoniaquées.

Lorsqu'elles atteignirent le chemin de halage, elles laissaient à chaque pas, sur leur sillage l'écho d'un babil joyeux -à une seule voix- et un mélange suave de deux parfums féminins vaporeux. La voisine gironde s'évertuait tant bien que mal à combler les silences posés de la jeune fille, parlant pour deux. Si Frances l'écoutait avec patience -du moins en apparence- elle se faisait force en réalité afin de ne jamais laisser suer son désintérêt pour les sujets abordés. Simple question d'éducation. Aussi parfois elle laissait s'échapper un hochement de tête approbateur qu'elle distribue avec une justesse calculée dans le but de ne pas alarmer son chaperon. Pourtant, si elle s'était laissée abreuvée par ses récits, leur voisinage commun n'aurait plus eu de secrets pour elle, cruellement dépeint avec un réalisme -mâtiné d'exagération- nu de toute affection par Madame Coudard. Faut dire que la jeune femme préférait secrètement garder une image immaculée des visages régulièrement croisés, non point par niaiserie, mais à dessein afin de leur imaginer une vie, tissée sur mesure par son imagination féconde : un passe-temps qui l'amuse incontestablement.

Pas après pas, leur marche mesurée avait achevé de guider leurs souliers vers leur destination finale. Les jardins Parisiens les plus convoités par les autochtones en cette saison, poumons palpitants de la ville. Le soleil de juillet flambait à présent au milieu du firmament; l'air semblait plein d'une gaieté brûlante dans l'ébauche d'une allée; aucun frisson de brise ne remuait les feuilles des saules et des peupliers. Une foule de promeneurs circulait sous les arbres géants qui font de ce coin du jardin le plus délicieux des parcs à ses yeux. Des femmes, des filles aux cheveux jaunes comme les blés, aux seins démesurément rebondis, au teint plâtré de fard, aux lèvres sanguinolentes, lacées, sanglées en des robes parfois extravagantes, traînaient sur les frais gazons leurs toilettes; tandis qu'à côté d'elles des jeunes gens posaient en leurs accoutrements de gravures de modes, arborant parfois des monocles qui ponctuaient de niaiserie leur sourire.

Quelques voix féminines s'étaient élevées spontanément dans leur dos, accueillant leur arrivée avec chaleur. Après quelques échanges de politesses, Frances décida de laisser son chaperon s'adonner à sa passion -les commérages et le vin- auprès de ses connaissances retrouvées, choisissant de se diriger vers l'ombre d'un kiosque pour l'instant vide. Fort probablement, quelques musiciens voudront y reprendre leur place mais pour l'heure elle n'a qu'une hâte : finir la lecture de cette missive qui apportera à son coeur autant de chaleur qu'un soleil de juillet. La relation qu'elle entretenait avec son père était d'autant plus profonde que rien ne lui ferait plus plaisir que son écriture sur un papier couchée.

Une fois son joli fondement posé sur une chaise libre, son premier réflexe, avant même de libérer son souffle, fut d'ouvrir le livre, d'en éplucher les pages, une fois..deux fois..la troisième, tout aussi vaine, fut sans tendresse pour l'objet tellement ses gestes d'habitude calmes et adroits s'étaient quelque peu emballés dans leur impatience. La lettre aurait tout bonnement disparu et cette constatation plongeait la Weldon dans un profond désarroi, colorant de pourpre ses joues, la faisant se lever d'un bond, prête à rebrousser chemin jusqu'à trouver le volage papier.


_______________
Décédée.
Back to top
Amaury d'Appremont
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 10 Apr 2016
Posts: 65
Masculin

PostPosted: 29/06/2017, 15:18    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

Flânant lentement entre les bosquets du Luxembourg où les rosiers et les lilas en fleurs exhalaient un parfum envoûtant, Amaury en vint à penser qu’il aurait dû peut-être s’habiller plus légèrement. Le complet de laine qu’il arborait le plus souvent lui donnait un air de banquier respectable dont l’impression était accentuée par le haut-de-forme noir et la cravate bleu nuit piquée d’une perle de nacre. C’était du reste la seule fantaisie qu’il s’autorisait après avoir cédé aux instances de son domestique qui affirmait qu’il s’agissait là d’une excentricité que devait lui permettre sa jeunesse. Le jeune homme pourtant ne souhaitait pas donner par cette vêture une quelconque impression d’importance, ni même une gravité toute bourgeoise dont il se moquait par ailleurs. Non ; c’était peut-être par une discrétion toute aristocratique qu’il se drapait ainsi de l’uniforme sérieux porté par les ingénieurs des mines et les directeurs des postes. Rien d’ailleurs ne déplaisait davantage à Amaury que l’excentricité fièrement affichée de certains bourgeois qui tiraient leur richesse nouvelle, souvent immense, des guerres de l’Empire après avoir fait prospérer leurs affaires sous la Révolution et qui, la Monarchie revenue, portaient fièrement une cocarde blanche à la boutonnière et des souliers à boucles rehaussés de bas blancs. Une telle hypocrisie si elle ne prêtait à rire, révoltait un jeune homme qui ne pouvait ignorer ses origines, bien qu’il s’en soit affranchi de son propre chef.

Ici et là, Amaury croisait une douairière affalée sur un banc sous un érable ou un couple papillonnant dont l’ombrelle de la jeune femme servait souvent à masquer un baiser volé par son amant. La bonne société parisienne semblait parfois se donner rendez-vous dans ces élégants jardins du sud de la capitale, au pied d’un édifice qui abritait l’une des plus vénérables institutions de l’Etat. Le jeune homme appréciait vivement s’y promener chaque dimanche et à moins qu’il ne pleuve averse, il ne manquait jamais ce rendez-vous hebdomadaire avec une nature si belle dont la ville était avare. Après avoir écouté la messe à Saint Laurent, instant de grâce qu’il se faisait un devoir de perpétuer hebdomadairement, comme souvenir de jeunesse peut-être, ou par une habitude inculquée par ses éducateurs dès l’âge tendre, il déjeunait frugalement dans tel café ou autre enseigne qu’il trouvait. Hélant un fiacre ou une voiture de louage, il se rendait ensuite dans « ses jardins », un paradis de verdure où tout se mariait sans discordance.

Pour la première fois cependant, Amaury souffrit de cette promenade pourtant attendue. Le soleil déjà aride frappait tous ceux qui n’étaient pas couverts ou qui, comme lui, l’étaient peut-être trop. Aussi, à la vue d’un bassin, il prit le parti d’aller y tremper son mouchoir pour se rafraîchir le visage et peut-être la nuque. S’installant sur la pierre de taille qui servait de rebord à l’étendue d’eau claire, il fit ainsi et poussé par le besoin de sentir plus de fraîcheur encore, ôta ses gants et son couvre-chef pour mieux y tremper les mains. Ainsi découvert, il s’aspergea le visage tout à fait, sentant couler le long de son cou blanc une eau vivifiante. S’essuyant, il croisa le regard désapprobateur d’un sexagénaire en redingote qui détourna aussitôt la tête. Que certains individus pouvaient-ils avoir l’esprit étriqué songea-t-il en se relevant tout à fait. C’est là qu’il vit à quelques mètres, exactement dans l’espace délimité par son ombre, une enveloppe blanche encore immaculée. Regardant autour de lui, ne voyant personne, il s’approcha donc et s’en saisit pour y découvrir sur l’avers le nom d’une femme, peut-être d’origine britannique, inscrit d’une plume franche et rapide, certainement celle d’un homme rompu aux affaires. Personne ne se trouvant alentour, il la conserva, presque gêné d’avoir en sa possession un morceau d’une correspondance privée, peut-être intime.

Avançant dans une allée ombragée aux arbustes feuillus, il dépassa à sa droite un groupe nombreux, riant fort, de dames et de messieurs en toilettes estivales avachis sous des ombrelles. Il sourit à cette vue, regrettant presque de n’avoir à Paris aucune connaissance de sa génération avec laquelle rire ainsi, ou converser comme il l’avait fait outre-manche avec un jeune lord aux vues identiques que les siennes. Tout à ses pensées, il allait se réfugier sous un kiosque qu’il croyait vide mais manqua de renverser une jeune fille élégante à l’air affolé. Il la salua respectueusement en pinçant le bord de son haut-de-forme et hésita même un instant à lui proposer son aide. Il se ravisa cependant, trop pressé d’assouvir sa curiosité. Il s’installa donc sous le kiosque, ôta son couvre-chef et prenant le premier feuillet de la missive, commença sa lecture.
Back to top
Azelma
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 19 Apr 2016
Posts: 3,331
Localisation: Saint Rémy de Provence
Féminin

PostPosted: 22/07/2017, 15:08    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote


Samedi 22 juillet 1823

Le temps se prête à la promenade, la brune étouffe dans son bureau du ministère, elle a besoin de s’aérer l’esprit. De nombreux événements occupent ses pensées, l’avancée de l’enquête sur le régicide est très présente mais pas que. Le différend qui oppose son époux et le Prince  la soucie également, Thierry a peu d’amis, Frédéric aussi, elle a pensé à tort apparemment qu’ils s’étaient bien trouvés tous les deux... Mais ces derniers jours, elle se demandait où cela les mènerait... L’annonce lue ce matin concernant la nomination d’un nouveau procureur de Seine l’interpelle également.

Que vont devenir les dossiers en cours ? La demoiselle pourrait-elle poursuivre ces derniers ? Elle espère intimement que oui.

L’ordonnance Royale lue le matin même également, lui annonce bien de l’ouvrage en perspective de ces élections à venir...

Pour toutes ces raisons, ses pas l’ont guidée ici même, elle ne sent même pas le regard de ses hommes dans son dos, ni même leurs présences, non elle est happée par ses pensées.

Alors qu’elle marche dans les allées plus ou moins ombragées des jardins, qu’elle croise sans prêter attention des promeneurs, la brune se demande comment son époux a pris la nouvelle de son soudain remplacement.  Si elle se doutait que cela allait arriver, elle ne s’attendait pas à ce que cela se passe ainsi, Thierry ne lui en avait nullement parlé.

Totalement emprunte à sa réflexion, elle ne voit même pas les légers saluts de tête de certains messieurs qu’elle croise. Ce sont ses hommes qui répondent pour elle tout en conversant entre eux.

Elle passe devant les fontaines où des enfants jouent, seulement à  cet endroit, elle sort de ses songes pour les observer en souriant, des souvenirs de jeux avec ses frères envahissent son esprit et étirent ses lèvres.

Certains gamins poussent des voiliers en bois à l’aide d’un bâton dans les bassins, la d’Argenson les regarde avec attention stoppant ses pas pour contempler la scène. Avec Louis et François-Marie, ils leur arrivaient de fabriquer des bateaux de fortune et de les faire évoluer sur les eaux de la rivière non loin de chez eux. Parfois,  ils couraient sur la rive pour suivre les déplacements de ces derniers emportés par le courant, avant que ces derniers ne disparaissent engloutis par un flot ou emporté trop loin pour qu’ils puissent les suivre.

Un geste malhabile et un des voiliers sur le bassin chavire au grand regret des gamins, la brune les observe tenter de le récupérer avec grande difficulté, les bras trop courts, ils n’y parviennent pas. C’est un homme, probablement le père du propriétaire du voilier qui vient au secours des jeunes enfants qui crient de joie quand il parvient à le ramener vers le bord pour le redresser.

Un profond soupir passe le seuil de ses lèvres, si ça pouvait être si simple dans la vie, son frère serait encore parmi eux... Aussi, après avoir replacé sa mèche rebelle derrière son oreille, la brune reprend sa marche dans les jardins. S’engouffrant dans une allée  ombragée avant de trouver un banc libre et de s’y installer.

Renard et Louvet s’installent sur le banc qui fait face au sien, prenant place auprès d’une vieille femme qui commence à leur parler ce qui amuse Azelma.

Cette dernière sort de son sac, le carnet de travail où sont apposées toutes les notes qu’elle trouve essentielle sur l’enquête, assise sereinement à l’ombre d’un platane, elle les relit et annote certaines.  Elle reste un long moment à travailler à ainsi en profitant du beau temps et de la fraîcheur accordée par l’arbre proche du banc.

Puis, elle range son carnet et commence à observer les promeneurs qui passent devant elle, des familles, des couples, des groupes , certains la font sourire, d’autres hausser un sourcil. Quand un couple atypique passe, elle les suit du regard imaginant leur histoire, ce qui les unit, enfin elle se fait un roman de ces deux-là.

Pourtant lorsqu’ils croisent un homme , son regard est attiré par la silhouette masculine, assez fin, joliment vêtu, un haute-forme pour coiffe, il lui fait penser à Monsieur d’Appremont dont elle n’a pas de nouvelle récente.  La jeune femme se dit qu’il doit être fort affairé ou parti en villégiature, ceci expliquerait son absence, elle suit du regard l’homme qui lui ressemble avant de sortir son carnet d’esquisse et son fusain pour laisser voyager son esprit et cesser l’agitation qui est toujours présente dans sa tête.

Elle a besoin de faire le vide, d’écarter d’elle tous les soucis et préoccupations actuels, de faire une pause réelle.

Son fusain esquisse l’idée qu’elle se fait de Saint Rémy, ce domaine même si elle n’y est encore jamais allée, lui est très précieux et elle est persuadée que c’est un endroit magnifique. Aussi laisse-t-elle son imagination guider sa main, un fin sourire aux lèvres ne se préoccupant plus du tout de ce qui se joue autour d’elle.
Back to top
MSN
Nicolas.Lévy
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 09 May 2017
Posts: 1,326
Masculin

PostPosted: 24/07/2017, 16:32    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

Nous sommes le premier jour de la semaine et me voilà en grande promenade dans le jardin du Luxembourg.
Beau, très beau jardin dit en passant. Hier je mettais arrêter chez un glacier et aujourd'hui ce sont les fleurs qui m'appellent.
Pourtant je n'ai pas la main verte. Je suis plutôt le genre de personne à laisser les plantes pousser sans m'en occuper. N'est ce pas le travail des femmes
de s'occuper des fleurs ? Non je ne suis pas macho sur les bords mais je dirais que c'est une bonne excuse pour ne pas devoir m'en occuper.

Le voile est donc levé sur le fait que je n'ai pas de fleurs chez moi ... parce qu'il faut s'en occuper. Rien de plus lassant.
Des animaux ? Non plus. D'ailleurs je devrais peut être songer à prendre un cheval un jour. Cela m'évitera de fatiguer mes pauvres jambes ...
Non pas que je sois vieux, la vieillesse est encore bien loin de moi.

Mes pensées bien lointaine, je marche d'un pas lent le long de ce grand jardin. Mais combien de personnes s'occupent de ce jardin ?
J'ose même pas imaginer le nombre de mains qui doivent, chaque jour, s'occuper de ces plantes.
Je prend place sur un banc, coude sur mes genoux et je regarde loin devant moi.

Plusieurs personnes déambulent. Bavardant. Riant. Jouant pour les enfants. Moi je suis seul sur mon banc, le regard bien loin.
Lorsque je remarque une personne que j'ai rencontré hier. Une personne avec qui j'avais parlé longuement au bar hier après midi.
Cette personne est la mairesse de Paris. Personne charmante et amusante. Mais aussi patiente vu le spécimen que l'on avait croisé ... personnage assez lourd d'ailleurs.

Elle est accompagné par deux hommes. Son escorte ? Haussant les épaules je me lève et je m'approche d'Azelma, la regardant afin d'être sur que je ne me trompais
pas de personne. Sinon de quoi j'aurai l'air ? Tout simplement d'un homme maladroit qui n'est pas foutu de reconnaitre la mairesse de Paris .....

_______________
Back to top
Azelma
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 19 Apr 2016
Posts: 3,331
Localisation: Saint Rémy de Provence
Féminin

PostPosted: 24/07/2017, 16:54    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

Lundi 24 juillet 1823
    
Cela fait déjà deux jours que la jeune femme a l’esprit occupé, surchargé, de nombreuses choses à penser et à faire. Deux jours, qu’elle s’enferme dans son bureau du Louvre et se fait des noeuds au cerveau tentant au mieux d’avancer. Deux jours c’est rien dans une vie, mais c’est long lorsqu’on est enfermé dans un bureau et que le beau temps extérieur attire les promeneurs dans les parcs et quais de Seine.

Dans quelques heures à peine, son époux doit la rejoindre dans ce bureau, mais là ! Elle a besoin d’air... Aussi elle laisse en plan ce qu’elle fait, c’est que les derniers événements la perturbent légèrement. Elle sort de son bureau, Jeckel et Heckel la suivent illico presto.

Azelma sort du Louvre, effectue sans y songer les pas jusqu’au pont des Arts qu’elle traverse et longe les rues et ruelles jusqu’aux jardins du Luxembourg. A peine un petit quart d’heure de marche, Paris est grand et petit, mais quand on le connaît bien ça se fait prestement surtout lorsqu’on a la tête ailleurs comme elle l’a actuellement.

Sans y prêter attention, le trio pénétre dans les jardins, la jeune femme emprunte l’allée centrale, ses pas se font moins rapides. Mais comme l’avant-veille, elle se déplace sans prêter attention au monde qui l’entoure. Seuls les odeurs de la flore enchantent ses sens, mais la tête est en pleine action, à faire et défaire des plans.

Ses hommes par contre gardent l’œil ouvert, ils se font encore plus de souci depuis l’annonce du Roi, elle devient une personne important dans le Royaume de France et si elle en a pas encore tout à fait conscience eux si !

Aussi lorsqu’ils aperçoivent un homme assis qu’ils ne connaissent pas regarder Azelma avec insistance, ils se rapprochent d’elle d’un pas assuré. Mais lorsque ce dernier se lève et entame une avancée vers elle...
Ni une ni deux, Louvet et Renard se lancent dans la direction de l’homme en question... Ils forment un rempart entre elle et lui.
Louvet pose sa main sur l’épaule de l’homme pour qu’il n’avance pas plus, Renard lui demande :

Monsieur vous avez un problème ?

Notre brune sort de ses pensées en voyant leur précipitation et entendant son homme s’adresser à ??? Un homme de toute évidence. Mais pour l’instant, son rempart d’armoire à glace l’empêche de voir la personne qu’ils interpellent.
Aussi, s’approche-t-elle doucement d’eux, Renard à l’affut de tout, vi un bon chien de garde ! Tss ! Donc Renard, fait un geste de la main en direction d’Azelma pour qu’elle patiente un instant et il reprend à l’attention de l’homme

Monsieur , puis je vous demander pourquoi vous reluquez la dame de cette manière ?

Oh mais que se passe-t-il ? S’escagasse notre d’Argenson.
Back to top
MSN
Nicolas.Lévy
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 09 May 2017
Posts: 1,326
Masculin

PostPosted: 24/07/2017, 17:32    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

Mais qu'est ce que j'avais dont fait la ? Moi qui pensait que l'on pouvait s'adresser à la Mairesse de Paris, à s'approcher d'elle sans être bloqué par une porte de deux humains.
Les portes vivantes existent donc ! Et comment ne pas les louper lorsque deux molosses se trouvent devant moi, m'empêchant d'avancer d'avantage.
Tellement protecteurs les molosses que je vois juste le haut de la chevelure de la Mairesse.
Non mais pas de panique je ne vais pas l'agresser votre précieuse Mairesse. Et puis n'ayant rien contre elle je ne vois pas pourquoi je serais désagréable avec elle.

Mais les molosses ne semblent pas rigoler. Je les regarde, me disant que je devais détendre l'atmosphère avant qu'ils ne me jettent hors de ce jardin.


Je n'ai aucun problème et vous ? Je souris, un brin amusé tout de même par cette scène.

Et là je ris, oh oui je ris ! Moi reluquer la Mairesse ? Bah voyons.

Déjà l'on ne dit pas reluquer mais regarder, ce terme est plus correcte à employer devant la Mairesse de Paris, non ? Vous ne trouvez pas ?
Non pas que je la trouve désagréable à regarder mais je vais vous décevoir, je ne la regardais pas de cette façon. Mais plutôt de la manière ...


Et là je prend un air enjoué, un peu faussement, mais n'ayant jamais prit de cours de théâtre, l'improvisation n'est pas mon fort.

Oh mais qui vois je ! Ce serais ce pas la Mairesse de Paris ? Et si j'allais la voir pour lui présenter mes salutations ? Dis je tout sourire.
Et là bam ! Deux gardes du corps me barre la route.

Le geste de la main vers Azelma ne passe pas inaperçu, pas très discret !

Vous le prenez pour un chien à l'empêcher d'approcher ? Je ne vais pas l'agresser.


Je recule de deux pas, les bras écartés.


Me voyez vous armé ? Non.


J'ouvre mes mains.

Même pas un cailloux pour simple défense.

Je ris puis je répond à Azelma qui est toujours bloqué par ses molosses.

Il se passe que vos molosses m'ont juste bloqué l'accès pour vous saluer. Les toutous sont bien dressés. Dis je toujours aussi amusé.Me moquant ouvertement de ses deux hommes. Après tout qu'est ce qu'ils comptent me faire ? S'en prendre à moi alors que je ne les attaque pas ? Je fais juste discuter, rien de bien méchant.

_______________
Back to top
Azelma
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 19 Apr 2016
Posts: 3,331
Localisation: Saint Rémy de Provence
Féminin

PostPosted: 24/07/2017, 17:59    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote


Voilà que l’homme fait une leçon de vocabulaire à Jeckel et Heckel, au départ interloqués par la répartie de ce dernier, ils froncent les yeux mais n’agissent pas. La mairesse ? Ouf ! Déjà pour cet individu, elle est juste la mairesse, veut-on du mal à un maire ? Ils en doutent, déjà ils se détendent légèrement... Très légèrement mais un peu quand même.

Lui présenter ses salutations d’accord, les deux armoires à glace se regardent un instant prêts à lui sauter dessus au cas où tout de même.

L’homme éclate de rire, Louvet reprend la parole : C’est vous qui le dites !

Je ne vous permets pas....

Azelma qui entend l’échange, s’approche et se faufile entre les deux hommes pour voir avec surprise l’homme qu’ils viennent d’agresser. Si elle n'intervient pas, elle sait que ça va prendre des proportions qu'elle ne désire pas... Déjà, question inaperçus c'est mort, nombreux passants les regardent, aussi décide-t-elle de prendre les choses en main! Na!

Ses hommes grognent alors qu’ils les traitent de toutous bien dressés, la brune esquisse un sourire amusé, ses hommes la regardent et elle les fixe un à un :

Mais oui ! Vous n’êtes pas bien !

Interdits, Louvet va pour reprendre la parole mais elle lève l’index en sa direction : Taratata !

Puis elle regarde Nicolas :

Monsieur Lévy quel plaisir de vous revoir, je vous présente messieurs Louvet et Renard... qui sont un peu tendus en ce moment.

Puis à ses hommes :

Je vous présente Monsieur Lévy, il passe quelques jours sur Paris, il est échevin au cadastre à Saint-Denis.

Bonjour monsieur... Disent-ils en choeur.

Azelma les regarde en fronçant les sourcils et soupire, les hommes comprennent que le risque est écarté ou plutôt qu’il n’y  a pas de risque, mais ils vont garder un œil sur lui malgré tout.

Ils reculent d’un pas laissant Azelma s’avancer vers le Lévy, elle incline la tête et lui sourit avant de poursuivre :

Pardonnez les... Ils sont un peu... Comment dire... Tendus, je ne vois pas d’autre mot pour les définir depuis quelques jours.

Elle lui sourit : Comment allez-vous ? Vous profitez de cette belle journée pour admirer nos jardins ?

Puis plus doucement afin que ses hommes ne l’entendent pas : Et agresser de vos salutations le maire de Paris ?

La brune éclate de rire, alors qu’elle entend ses hommes marmonner derrière elle, si elle n’avait pas été là, ils auraient continué à l’enquiquiner ce Nicolas, c’est qu’ils ne sont pas des tendres parfois, bien que devant elle... Ils évitent de montrer leurs sales caractères ou tout simplement leur tempérament masculin prêt à débattre et en découdre.

La d’Argenson poursuit amusée : Je crois que vous les avez un peu chatouillé de vos propos, mais je puis vous assurer qu’ils sont adorables. En tous les cas, vous avez une sacré répartie...

Hum, oui avec elle, ils l’étaient.... et là, ils conservent une bonne distance.
Back to top
MSN
Nicolas.Lévy
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 09 May 2017
Posts: 1,326
Masculin

PostPosted: 26/07/2017, 16:00    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

Voyant le regard des hommes, mes réponses ne devaient pas leur plaire . Mais pour tout dire je m'en moquais mais ouvertement.
Si l'on n'a pas le droit de juste échanger deux mots avec la mairesse, comment font les habitants pour régler les soucis de la ville qu'ils peuvent rencontrer ?
Echanger par courrier ? Oui pourquoi pas, mais parfois c'est mieux d'échanger avec la personne en face, ça évite pas mal de paperasse.
J'imagine bien les molosses faire pareil lorsque son époux ou fiancé ou simple compagnon veux lui parler et là BAM ! les molosses se plantent devant lui.
J'espère pour lui que ce n'est pas le cas sinon ça doit être assez amusant à voir.

Je dois faire quoi ? Fuir en courant ? Bah voyons ! Non à la place j'attends, toujours devant eux. Quand je veux je peux être borné et têtu. Pas de chance pour eux.
Voilà que la Mairesse sort de sa cachette. Je souris amusé à son " Taratata". Ce qui rend muet les toutous.

Elle me présente ses molosses. Je hoche la tête.

Enchanté Messieurs.
Un peu ? Le mot est léger. Je dois avoir la tête d'un tueur ?
Je ris

Je souris aux molosses à leur échos en me saluant. Bah voilà quand ils veulent. Couché les toutous, ça va bien se passer.


Je vais très bien, jusqu'à ce que vos toutous me bloquent la route. Et vous même?. Je souris, je sens que je vais souvent les appeler ainsi ! Et ils vont adorer ça . Non ?

Agresser ? Je souris toujours aussi amusé. Mais je ne compte en aucun cas vous agressez. Je vous ai vu de loin alors il me semblait normal de venir vous dire bonjour.
J'espère juste ne pas vous déranger. Quoi que si vous comptez vous promener en tranquillement dans ce jardin, si je peux vous donner un conseil, éviter les molosses car niveau tranquillement vous en êtes loin.


Je la regarde en riant. Je jette un regard vers les toutous, et ils restent bien sagement derrière. Quoi qu'ils ne semblent pas ravi ... ça marmonne, ça marmonne !
Je les regarde avec un petit sourire en coin histoire de les narguer un peu avant de retourner mon attention vers la Mairesse.


Je ne suis pas du genre à rester dans mon coin et me laisser marcher dessus. Tout les Maires ont des toutous ou juste vous ?
Vous avez eu un échantillon au bar avec le spécimen, que lorsque je pense quelque chose, je le dis. Je peux être assez direct mais ça ne plait pas toujours ...

Je ris. Quand je parle du spécimen, je parle biensur de cet homme qui passe pour un bouffon au bar.

_______________
Back to top
Azelma
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 19 Apr 2016
Posts: 3,331
Localisation: Saint Rémy de Provence
Féminin

PostPosted: 26/07/2017, 16:24    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote


La brune s’amuse non seulement du contexte mais également des propos tenus par le jeune homme. Non il n’a point la tête d’un assassin mais le huit janvier les deux enfants n’avaient pas l’air de porteur de bombe alors ses hommes effectivement se méfient de tous ceux qu’ils ne connaissent pas.

 Non, je suis enchantée de vous revoir, j’étais venue m’aérer l’esprit et partager un moment avec vous me plait bien.

Elle lui sourit avant de répondre à sa question : Non, effectivement tous les maires n’ont pas d’armoire à glace, j’en ai hérité lorsque j’ai été appelée à d’autres fonctions.

Azelma balaie l’air de la main sans entrer plus avant dans les détails. Expliquer le pourquoi du comment, elle n’est pas sûre que cela l’intéresse.

J’ai bien conscience que vous êtes un homme qui a son franc parler, c’est une qualité à mon sens.

La d’Argenson l’observe rire, c’est un jeune homme amical et toujours souriant même si parfois il peut être piquant.  Mais tout cela lui convient tout à fait, Azelma lance un regard en direction de Louvet et Renard avant de revenir à Nicolas en ajoutant à leur sujet :

Je puis vous assurer que ces dernières semaines ont mis leurs nerfs à rude épreuve mais ils ne sont toujours aussi virulents. Comme elle a eu des semaines particulières, les pauvres en ont fait les frais, si en décembre leurs présences l’usaient, elle s’est fait à eux et la supportent comme elle est alors elle ne se voit pas s’en débarrasser quoi que ce jour arrivera sûrement un jour.

Puis elle l’invite à effectuer quelques pas avec elle d’un geste de la main accompagné d’un :

Feriez-vous quelques pas avec moi ? Alors trouvez-vous toujours Paris agréable et vivant ? La femme mystère ne vous manque pas de trop ?

Elle sourit à cette question, mais c’est surtout à elle que son amie manquait. Avant qu’il n’ait le temps de répondre, elle demande :

La chambre fournie vous sied-t-elle ?

Ils marchent sereinement en discutant, mais elle n’oublie pas qu’elle a un rendez-vous important dans environ une heure. Elle le regarde du coin de l’œil d’un air amusé, car si ses hommes ont agi si prestement c’est qu’elle avait la tête ailleurs, autrement elle aurait vu Nicolas avant eux et serait allée vers lui pour le saluer.
Back to top
MSN
Nicolas.Lévy
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 09 May 2017
Posts: 1,326
Masculin

PostPosted: 28/07/2017, 15:59    Post subject: [RP/Ouvert à tous] Le jardin du Luxembourg Reply with quote

D'autres fonctions ? Suis je face à une nouvelle " femme mystère" ? Elles ne sont donc pas amies pour rien.

D'autres fonctions ? c'est à dire ? Seriez vous comme votre amie ? Vous aimez le mystère.

Je ris. Une qualité ? Parce que j'en ai une ? Encore heureux que j'en ai quand même . Mais ce n'est pas une qualité pour tout le monde car quand on dit
ses vérités à une personne, ça ne passe pas toujours bien. Mais si c'est une qualité je vais continuer à garder mon franc parler alors.

J'acquiesce pour la suivre pour quelques pas le long de ce somptueux jardin, les molosses nous quittant pas.


Pour tout vous dire, je préfère largement Paris à Saint Denis, et il m'est même passé par l'esprit de déposer ma lettre de démission du poste du
responsable de cadastre pour rester définitivement ici. Mais la femme mystère compte sur moi pour ce poste alors je trouverai mal venu de l'abandonné même
si ce bureau est vide le plus souvent. Même très souvent. Seul ma présence et le bruit de quelques mouches rompt le silence.


Je ris. Mais en y pensant, c'est un peu ça ....


Je voyais la femme mystère de temps en temps au bar mais étant donné que je l'ai pas mal déserté ces temps ci, cela fait bien longtemps que je ne l'ai pas croisé.
Et vu ses responsabilité, je doute qu'elle s'inquiète d'un pauvre habitant comme moi. Je suis juste un nom sur la grande liste des habitants de Saint Denis.
Je me demande d'ailleurs si cette liste est longue vu comme cette ville semble être désertée. Alors si je la déserte aussi, cela ne va pas aider
à ce qu'elle revive. Même si pour le moment je suis ici.

La chambre me convient parfaitement . C'est sur que niveau calme je suis mieux chez moi mais c'est mieux que d'être à la rue.
Même si l'on est en été ...


Je lui souris.

Et vous, dites moi , qu'est ce qui vous plait tant sur Paris , à par votre travail qui semble vous mettre l'esprit ailleurs ?


_______________
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Département de la Seine + -> Ville de Paris All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Page 2 of 9

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group
powered by ArgenBLUE free template