Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index

Forum Officiel du jeu Monarchies
Immergez-vous en France en l'an 1825
www.monarchies.droits-divins.com
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

[RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 517, 18, 19  >
 
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Département de la Seine + -> Ville de Paris
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Auguste_T
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 16 Aug 2016
Posts: 83
Masculin

PostPosted: 20/09/2016, 08:48    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
Les graines de septembre.

La conversation est engagée , puise qu'il est bien fait mention d'une demande interrogative , précédé dans le train de l'avancée de la causerie par une affirmation. qui fait suinter le trait d'un soupçon de dévoilement . Car la passion est personnelle et de fait si l'on consent à faire pareille allégation c'est que la demoiselle qui'il côtoie est l'artiste exposée. Tout porte à le croire ou tout du moins , une amie proche. Le regard de l'auguste convive se fait plus acéré , prenant plus d'intérêt à la féminine présence . 


Pendant ce temps la musique pose les lignes conductrice de l'art pictural ainsi sublimé par les cordes de deux instruments. Il fait écoute sans pour autant s'évader sur la partition. Car la question est en attente d'une réponse , sa réponse ne peut tarder d'avantage.


-La douleur est marquée par les croquis qui sont à nos yeux révélés, la posture des modèles tout en marques et en traits. Le choix des poses exprime une douleur mélancolique,il n'y a pas de repos , de joie d'abandon enfin pour ce que j'en perçois à titre personnel. Même le nu féminin couché ne semble pas apaisée. 


Il fait voir un sourire sur son faciès taillé à la serpe. 


-Ceci reste que mon avis , il ne met pas en défaut la qualité picturale des œuvres exposées.   


L'art à le mérite de faire causer, mais il ne faut pas que cela cause un embarras. Car il n'aurait plus qu'à débarrasser les lieux.
Back to top
Juliette
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 05 Sep 2016
Posts: 25
Localisation: Bas Fonds Parisiens
Féminin

PostPosted: 20/09/2016, 19:36    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

Juliette, qui vissée au bar avait suivi toute la conversation entre Auguste et Augellin, réprima un rire aux dernières paroles de ce dernier. Elle leva ses yeux bleus au ciel avant de tourner vers lui son minois amusé, savamment sublimé par un immense sourire enfantin:

 -Oh, je vous assure, quand nous autres nous posons nous ne souffrons jamais, en général les gens se posent des questions bien singulières sur la nudité, mais je n'ai à ce jour connu personne qui soit né en langes !

Puis, consciente que comme toujours elle tombait comme un cheveu sur la soupe que personne ne désirait elle haussa les épaules et regarda la sortie. Il était temps pour elle de tirer sa révérence avant d'offenser un Pierre, un Paul ou pire encore un Jacques sans même le vouloir. D'un geste amical elle finit par saluer l'artiste:

 -Bien, je vous souhaite une bonne soirée. Augellin, j'espère pouvoir vous dire à très bientôt.

Un dernier regard au tableau de la vieille Berthe et la voilà partie, pouffant encore quelques rues plus loin aux dires de l'homme. Est-ce qu'elle souffrait, elle ? Oui, elle souffrait, parce-qu'elle avait soif et qu'elle n'avait pas aimé le champagne. Elle fouilla dans sa poche et alla se prendre une bouteille de mauvaise gnôle avant de retourner au Trou à Rat. Ce jour avait été ennuyeux, parce-que culturel parait-il et il parut soudain à la jeune femme judicieux d'allier l'amusement au reste. Combien de rires, de sourires francs ou de personnes non désireuses de se faire voir par plus haut ou de se montrer  avait-elle vu ou remarqué ? Aucun... Pourtant, les œuvres du peintre exposé valaient bien plus qu'un étalage de courtisans.

Un jour... Ouais en fait non, rien ne changerait jamais, mais le croire faisait quand même du bien.

_______________
Je suis votre muse.
Back to top
Augellin
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 15 Oct 2015
Posts: 801
Localisation: Paris
Féminin

PostPosted: 23/09/2016, 20:55    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

Tout en écoutant Auguste parler, Juliette les interrompit et sa réponse fit pouffer la brune . 
Elle devait se l'avouer la spontanéité de la jeune femme était rafraîchissant, la modèle prit congé et Augellin la bisa en souriant avant de se tourner vers son interlocuteur . 


Vous semblez voir a travers mes œuvres Monsieur ... Cela a le mérite que je me présente , Je suis Augellin MonteNegro  l'exposante principale d'aujourd'hui . 
Peu de personnes ont su voir ce que vous avez décelé dans mes travaux . Il est vrai que je pousse mes modèles a prendre des poses souvent torturées mais qui font ressortir la beauté naturelle du corps humain . 


Léger sourire de la part de l'artiste tandis que ses yeux parcouraient la salle qui  laissait entendre entre les notes de musique les bruissements des conversations et les froufrous des tissus que ces dames portaient . 
Elle reporta son attention a nouveau sur l'homme qui lui faisait face . 


J'aimerais vous croquer un jour Monsieur , me le permettriez-vous ? 


Oui oui elle savait que cette phrase là pouvait prêter a confusion, mais cela la faisait rire en voyant la tête de futurs croqués ^^ . 
Back to top
Auguste_T
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 16 Aug 2016
Posts: 83
Masculin

PostPosted: 26/09/2016, 07:28    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

Septembre 

L'idée pensée peu de temps  vient trouver sa résolution. L'aveu pieux de son interlocutrice vient en affirmer le trajet mental. Elle est bien l'une des ...Alors ils sont plusieurs ce qui peut expliquer la différence de sensibilité picturale et l'école suivie , les maîtres qui sont inspirations. Il ne fait pas grand cas de l’interruption propagée par une autre convive, ne jugeant pas très important les mots exprimés sans un aval diplomatique de la prime politesse. Il revient donc porter son intérêt nouveau vers l'artiste déclarée. Le devoir de présentation vient de faire tinter son entrée courtoise. 


-Enchanté de vous être présenté , permettez que je fasse de même. Auguste- Théodore de Cossé. 


Voilà la chose représentative est effectuée. Il reprend le cours du flot de la conversation engagée. En gage d'amorce il se permet une légère inclinaison de la tête et une ponctuation solaire d'un sourire marqué. 


-Je n'ai aucun mérite à avoir écumé les quelques points dont j'ai fait mention. Tout est sur les toiles , pour celui qui les regardent , voire qui les auscultent. Dois-je en juger que l'auteure , donc vous même est portée sur l'étude des corps . Avec une passion certaine si on en prend la quintessence artistique reportée sur la toile. 


Une question réponse qui ne demande pas véritablement une commentaire, mais qui permet de poursuivre sur le fil de la causerie. Il vient pour conclure sa partie .


-Pour ce qui est de croquer , je crains que la chose ne puisse se faire. 


Le refus est posé , il n'a pas prétention à devenir modèle d'un tableau. Quelque fut l'artiste...
Back to top
Augellin
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 15 Oct 2015
Posts: 801
Localisation: Paris
Féminin

PostPosted: 26/09/2016, 17:08    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

La réponse d'Auguste lui fit plisser légèrement le nez, chose qu'elle faisait quand elle était contrariée ou confuse . 

Cela me chagrine quelque peu que vous ne me laissiez pas faire votre portrait, vous avez un visage expressif qui m'inspire Monsieur de Cossé . 
J'eus aimé mettre ce dessin là dans mes souvenirs personnels . Mais si tel est votre souhait, je le respecterai . 

Elle lui sourit chaleureusement, comprenant bien que certaines personnes n'apprécient guère de se retrouver couchés sur papier ou toile ad eternam . 
La musique s'était tue et le ciel avait commencé a prendre ses couleurs flamboyant avant le bleu infini constellé de diamants . 

Je crois que mon exposition n'est pas aussi apprécié que je l'aurais souhaité . 

Petit soupir en voyant les gens commencer a partir discrètement ou pas . 

Je pensais les parisiens plus férus d'art et curieux . L'êtes vous Monsieur ? 
Puis-je vous faire goûter une spécialité de chez moi ? Une boisson faite a base de marc de raisin , un délice . 


Petite gorgée de grappa qui avait remplacé la limonade et un bien être l'envahit momentanément , lui rappelant le soleil de l'Italie qui chauffait le corps et les esprits de ses rayons puissants . 


Last edited by Augellin on 04/10/2016, 16:41; edited 1 time in total
Back to top
Auguste_T
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 16 Aug 2016
Posts: 83
Masculin

PostPosted: 27/09/2016, 11:34    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

l'art en septembre.


Froncement nasal pour marquer le temps ou le pas et le commentaire vient à surgir aussitôt , justifiant le fait physique du froncement . Il note les arguments structurels et chagriné. Il fait amende honorable en précisant la cause de son refus. Courtoisie oblige .


-Point de chagrin , je vous prie . Car croquer je ne souhaite point , ne voulant pas être figé dans le temps et le mouvement. De surcroît , je n'ai pas pour vocation de laisser mon image prendre la poussière ou trôner sur le manteau d'une cheminée sous le regard indifférent de ma descendance. Je ne veux point pontifier où que cela soit . Préférant garder un certain incognito. Pour vos souvenirs , ils seront ceux de votre mémoire . 


Un sourire contrit , plus que contraint . il vient de clore ce débat là et prend la peine de vider son verre de vin, pour faire bonne contenance d'un contenu. Elle propose une spécialité de sa région. il prend tout de même la peine de prendre la carafe et d'y humer le liquide...Fort et alcoolisé sont les résultats de son travail nasal. 


-Je ne vais pas tenter l'expérience , trop corsé pour moi et surtout trop tôt pour pareille boisson. n'ayant point encore fait un dîner digne de nom. Je me contenterai , si vous n'y voyez pas d'objection de vin . 


Il fait acte à ses dires. chargeant la mule de cristal de son liquide pâle. Par deux fois , il refuse , il est d'humeur contrariante en ce début de soirée. Entier , il est , entier il reste. Il n'est pas en train de vendre une robe de son atelier et faire harangue sur le marché de Saint Denis. 
Back to top
Augellin
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 15 Oct 2015
Posts: 801
Localisation: Paris
Féminin

PostPosted: 29/09/2016, 10:44    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

Léger sourire amusé en écoutant les explications d'Auguste . 
L'homme était de ceux qui ne laisseraient pas de traces visibles mais qui marqueraient sans doute la mémoire des gens, en tous cas, il avait marqué l'esprit d'Augellin pour un sacré moment . 


Vous me laisserez un souvent fort agréable Monsieur et ce pour longtemps  . 


Le sourire se fit chaleureux tandis qu'elle portait le regard sur Stark qui filait comme a son habitude sans un mot ou à l'anglaise comme vous voudrez . 
Les autres convives suivaient également lentement le vernissage se terminait est-ce qu'elle aurait d'autres gens qui viendraient voir les œuvres exposées ? Seul le temps le dirait !
Son attention se reporta sur Auguste . 


Toutes mes excuses Monsieur, je dois aller saluer les partants . 


Salut gracieux de la tête accompagné a nouveau d''un sourire chaleureux et la jeune femme déposa son verre pour aller effectivement saluer les gens qui s'en allaient et les remercier de s'être déplacés . 
Back to top
Azelma
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 19 Apr 2016
Posts: 3,331
Localisation: Saint Rémy de Provence
Féminin

PostPosted: 02/10/2016, 11:27    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

La journée touche à sa fin, l'exposition va sous peu fermer ses portes, Thierry, après un long moment passé avec elle, est rentré pour travailler. La  jeune femme en a profité pour converser avec certains visiteurs, laissant l'artiste discuter avec un homme qu'elle ne connaît pas. Pas genre à taper l'incruste, la jeune femme a attendu qu'ils aient terminé leur discussion... Elle sourit en observant les mimiques d'Augellin, lui aurait-elle demandé de le croquer? Si elle ne l'a pas fait, elle en a l'idée son regard, son minois ainsi taquin le lui signifient aisément.
Cette première exposition est une réussite, peut-être pas au regard de son amie qui en avait une grande attente mais aux yeux de la maire de Paris c'est un excellent début.
Aussi, elle s'approche un verre à la main qu'elle tend à Augellin qui semble seule perdue dans ses pensées.
Alors mon amie! Lui souriant en tendant le verre. Quelle belle après-midi que voilà! Vos oeuvres ont su provoquer réactions, je suis ravie de cette initiative.
Nouveau sourire en la fixant amicalement, Azelma perçoit une forme de déception chez son amie et pourtant, il n'y a franchement pas de quoi!
Il va être bientôt l'heure de fermer les portes de la salle... Qu'en pensez-vous?

Back to top
MSN
Gabrielle de Sade
Conseil des Ministres
Conseil des Ministres

Offline

Joined: 03 May 2015
Posts: 1,875
Localisation: à coté d'un bel esprit
Féminin

PostPosted: 02/10/2016, 20:12    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

Le visage de Gabrielle s'illumina à la vue de son ange,il lui avait promis de venir et il n'avait pas failli à sa parole. Première sortie du jeune couple en public dont elle tenait à faire.Elle lui sourit pour le voir se diriger sur son coté dont son souffle la fit frissonner.

-Vous prenez le temps de me regarder sur toutes les coutures.Il devait sûrement y passer et repasser.

Elle lui sourit s'accrochant à son bras qui lui offrait.Elle avait pu déjà voir presque toute l'exposition en entière à par un petit coin de paradis caché par des paravents. Eh oui,les nus..dont elle s'engouffra avec son aimé loin des regards dont sûrement certains n'oseraient y aller.Il faut bien s'appeler Sade pour s'aventurer par ici.Elle en a plein la vue et se doute bien que les toiles viennent de la miss et non d'Azelma. Elle sortit des nus en riant voyant que les gens partaient,ils allaient prendre le même chemin pour se diriger vers les peintres.

-Très belle exposition à vous deux!Prenant légèrement la joue de la miss pour la faire sourire et la regarde.Mon invitation à dîner, tiens toujours... Avant que vous n'avez pu de temps à me consacrer avant de devenir extrêmement célèbre.On connaît bien cela chez les Sade.


- Bonne fin de journée à vous.Elle s'en alla avec son aimé de l'exposition.

_______________

Back to top
Agnan_de_Maillé
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 29 May 2016
Posts: 22
Masculin

PostPosted: 02/10/2016, 21:47    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

-Je t'ai détaillé dans les moindres détails mon amour et me plais à te contempler dès que l'occasion se présente. Tu es la plus ravissante d'entre toutes.

Bras dessus bras dessous, ils allèrent tous deux découvrir et mater ces œuvres que les bonnes mœurs ne peuvent afficher ouvertement au regard de n'importe qui, qui plus est des nus. Ils firent un rapide tour des œuvres, Agnan profite de la discrétion du lieu pour déposer un doux baiser dans le cou de son aimée. En sortant Gabrielle riait et ils se dirigent vers la sortie en n'oubliant pas de saluer les artistes.

-Votre exposition est une réussite Mesdames.


Il sortit de l'exposition accompagner de son amour de toujours.
Back to top
Auguste_T
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 16 Aug 2016
Posts: 83
Masculin

PostPosted: 03/10/2016, 08:19    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

La nuit vient.


En septembre les jours raccourcissent et le lever de siège ce doit d'être fait , il laisse de fait l'artiste faire les politesses d'usage dans le mondain. Pour lui c'est le moment de s'éclipser avant la venue de la lune . Le retour vers l'ombre et son discret manteau . Il prend une porte à l’opposé de la sortie et se trouve dans une cour intérieure non loin des écuries. Lieu où est parqué les voitures de l'hôtel de ville. Il prend la porte qui s'ouvre dans l'autre celle qui permet la sortie des équipages. 


Un instant il était un verre à la main dans le monde de la lumière et l'instant après le voilà de retour dans un monde plus familier celui des rues et des ombres..
Back to top
Augellin
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 15 Oct 2015
Posts: 801
Localisation: Paris
Féminin

PostPosted: 04/10/2016, 16:53    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

Elle sursauta légèrement quand Azelma lui tendit un verre et sourit en le prenant . 


Mes excuses ma douce, je crois que j'étais ailleurs un bref instant . 


Écoutant ce que son amie disait , la jeune artiste hocha la tête . 


Merci de m'avoir prêté la salle Azlema,  je pensais vraiment que plus de monde viendrait ... Les gens sont décidément bien étranges . 
Au moins ceux qui étaient là ont semblé aimer ! 


Petit coup d’œil à l'endroit où elle bavardait avec Auguste, un petit rire amusé lui échappa en voyant celui ci s'éclipser par derrière sans chichis . 
L'homme avait réussi à l'intriguer et la brune espérait une autre rencontre dans un autre lieu . 
Elle se retourna vers Azelma après avoir balayé la salle de son regard sombre . 


Oui vous avez raison, on dirait qu'il n'y a plus personne a part nous deux . 


L'artiste colla une bise a son amie et chuchota 


Merci d'avoir exposé avec moi Azelma, cela m'a fait chaud au cœur, vous êtes merveilleusement talentueuse . 


Elle se mit en oeuvre de recouvrir les tableaux un a un avec soin, ils seraient ramenés a son atelier demain par ses soins exception faite si une personne souhaitait acquérir l'un de ceux ci .   
Back to top
Azelma
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 19 Apr 2016
Posts: 3,331
Localisation: Saint Rémy de Provence
Féminin

PostPosted: 04/10/2016, 17:45    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

Alors qu'elles partagent avant de fermer les portes et recouvrir les toiles, la Sade et son compagnon viennent les saluer. Azelma les salue d'une inclinaison de tête et d'un large sourire.
Merci à vous deux d'être venus.
Puis elle les laisse converser un instant avec l'artiste avant de reprendre ses propos.
Augellin, pour une première c'est une réussite, vous pouvez me croire!  En ce qui concerne le prêt de la salle c'est avec un plaisir certain que je réitérerai si vous le désirez. Lui sourit amicalement avant de lui répondre en un murmure: Je vous l'avais promis mon amie... Je doute d'exposer à nouveau un jour, mais je n'ai qu'une parole. Nouveau sourire avant de lui déposer une bise sur la joue.
Ensemble elles couvrent les toiles, Az prenant la précaution de mettre de côté les siennes afin de les récupérer prestement. La journée a été longue, elle n'est pas encore habituée à ce genre de réunion aussi festive soit-elle. La jeune femme a un peu de mal avec le monde même si cela ne se remarque pas.
Puis une fois, le tour de la salle effectué, les deux amies quittent la salle ensemble, en conversant de la journée, faisant un bilan, notant ce qui a bien fonctionné et ce qu'elles pourraient améliorer lors d'un autre événement.
Back to top
MSN
Sennet Malines
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 02 Nov 2016
Posts: 31
Localisation: Saint Denis
Masculin

PostPosted: 03/11/2016, 22:09    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux.
L’Ecclésiaste (IIe siècle avant J-C) 
 
 


 

 
La vie au bord de la scène reste aussi banale que celle d'un artiste sans mécène à plonger un misérable regard ardent sur une vallée désenchantée par l’Agrippine silencieuse et devenue si rare, survolant l'agrume séchée et enfouie dans la terre. Une vie qui paraît tantôt haletante par la découverte de recoins palpitant d'aventure comme de longues nuits couvertes par ces mouchoirs de coton. Sennet restait bien trop souvent enfermé dans un carré qu'il louait à Louis Chaufour à sept franc six sous, le bois qui allongeait la pièce crépitait sous le tonnerre de la semelle du Malines, jouant contre la souplesse tombée en désuétude. L'agencement des meubles donnait presque l'envie de s'en taillader les lèvres de morsures, la pitié féminine inexistante rendrait compte au Sennet du piteux dans lequel il s'était porté volontaire pour supporter. La piaule s'étalait sur plus de deux grandes enjambées d'homme, elle était similaire en à quelques orteils près en largeur. Le plafond en pente coupait le confort de se tenir droit et sur une échine droite, elle le contraignait à se courber. Un pauvre bureau tenait sur ses quatre pattes d'ébène dont le table rase était recouvert d'un mouchoir brodé et dont les rebords étaient méticuleusement brodé d'un bleu tendre. Le lit valait une meute de paille, un bois dur et le satin besogneux restait constamment humide et alimenté par l'eau naturelle qui s'écoulait entre les tuileries du toit. La chambre du Malines était d'un véritable poème sous les cieux doux comme la soie.


Chaque soirs, l'homme descendait de son entre pour gagner la table ronde à laquelle se trouvait plusieurs choses plus réconfortante que le sifflement du vent contre les tuiles. Un bol de soupe aux morilles et de fromage, du pain des quidams déchiré par la main de Louis, du fromage dans une assiette et les chaises libres attendant patiemment le séant du Malines. Avec délicatesse assermentée d'une manie incroyable à tirer le bois de la chaise en le soulevant et évitant le cris de ses battes contre le sol, il prit place, installé à quelques coudées de Louis et de sa mère, Catherine. Tous deux impolis personnages, aboyant leur grossièretés et leur pensées grotesques sur la Couronne, héroïne d'une nouvelle France. De silence et consterné, il mangeait en acquiesçant ici et là, comme à l'écoute d'un pauvre violoniste tentant d'appâter sa Juliette déjà sourde. Les heures du souper étaient quasi toutes similaires, le Chat grondait sa lassitude par de longs soufflets contre sa soupe et grignotait son pain sans en remercier le Christ, scandé par la mère Chaufour.


Le tempérament endurcit par les années, le visage un peu moins sage et plus chafouin que le mignon d'un sonnet murmuré à l'oreille de la première jouvencelle, il arborait un faciès carré et presque froid. Il pourrait laisser penser à une pseudo agoraphobie mais arrive sans aucun mal à imposer sa carcasse de chair et faire passage forcé contre les badauds traînant leur lourde patte dans les ruelles de la Capitale, qui d'ailleurs bien connue par sa Cour des Miracles. 


La couronne d'automne s'installait jours après jours, rapidement, et il ne comptait plus ses feuilles fanées et mortes qui couvraient le sol paveteux d'une tapisserie d'un vert mort et colorié d'un marron tristouille. De sortie, le port altier, il se promène sûr et certain dans les artères de Paris, fréquentées par les couleuvres bleues que formes les lignes d'infanterie de la Garde Nationale, les regards baissés et moins fier qu'à une certaine époque où le Porte - Aigle était entouré d'un cerceau de marmot babillant bribes et chants apprit à la cours des écoles militaires ou dans les livres contés par les Vétérans de Vaudeville aujourd'hui mourant de nostalgie dans leur vaines tentatives d'écriture ou dans leur Hospices.


Fin décidé à découvrir autre chose que les tristesses des décors qu'il ne cesse d'afficher à ses orbes gris, il approche d'un endroit nouveau, attirant foule plutôt bien décorée et accompagnée. Il s'en approche alors, plutôt félin et quittant le vague de son regard morne, découvrant les lieux dans lesquels auront lieux les enchères. Il se fait une petite place dans la salle, la bourse dans la paume de sa main, il regarde, observe, silencieux et taciturne. 


 
 
 
 
 
Back to top
Appoline
Membre de Monarchies

Offline

Joined: 27 Sep 2016
Posts: 238
Localisation: Un pied ici, un autre là
Féminin

PostPosted: 04/11/2016, 08:25    Post subject: [RP] Salle Culturelle de la mairie de Paris Reply with quote

[ Vente aux Enchères d'Art aborigène Africain



Avant l'arrivée du premier potentiel acheteur]




Levée à l'aurore après une nuit pratiquement beige, pour ne pas dire blanche; elle qui craignait faire le pied de grue, livrée au noroît, jusqu'à ce que la maire de Paris lui ouvre les portes. Or c'était sans compter sur l'enthousiasme à toute épreuve d'Azelma. Dès la première heure matinale, les portes étaient bel et bien grandes ouvertes et on l'y attendait de pied ferme. Un échange de courtoisies et les salutations d'usage, a lieu sur le seuil d'une salle qui sent la cire et le parquet verni. Le plaisir de se voir s'exprime lui juste par un sourire. Nulle nécessité de quelque démonstration quand elles savent toutes deux à présent qu'elles s'apprécient, toutes inconnues qu'elles sont encore l'une pour l'autre.

    -Savez-vous que j'ai omis l'indication de l'heure sur les affichettes? qu'elle s'exclame dès qu'elles seront dedans "Je viens de rajouter 16 heures sur celle qui informe sur la devanture, en peinture rouge*, en espérant que ce soit visible de loin.

Omission calamiteuse qui pourrait faire capoter la vente. Mais la voix est étrangement calme, à se surprendre elle-même.

    -Probablement que des personnes seront susceptibles de venir nous rejoindre à toute heure indécrottable optimiste qu'elle est...mais on ne se refait pas. Aussi, avec votre permission mademoiselle de Galaup, j'aimerais commencer à installer les chaises.



Chose dite, chose faite. Les chaises lourdes, sont traînées dans un crissement régulier, puis alignées en rang d'oignons. Une dizaine seulement, car son optimisme poussé à son paroxysme, possède une limite : il freine des quatre fers abruptement devant le ravin de la réalité.
Pendant ce temps là, deux hommes baraqués, telle des armoires normandes mouvantes, déchargent une charrette, en de réguliers va-et-viens. De lourds caissons susceptibles d'abriter un homme, pénètrent l'enceinte de la salle, chargés sur leurs larges épaules : En somme, deux Atlas transportant des globes mais qui ont oublié leur tutu. Si cubiques puissent être les caisses, elle n'en demeurent pas moins ses globes à elle, son monde à elle, où tout ne tourne pourtant pas toujours rond . Sur la façade de ces cubes en bois, elle avait pris le soin de "peinturlurer" le mot "FRAGILE" d'une écriture dégoulinante sur chaque face. Prudence oblige. Certaines statues, celles qui ne pénètrent dans aucun contenant rigide, sont amenées enveloppées de draps dans l'espoir de leur épargner quelques chocs. Un grand bouclier, immense, serti de nacre et d'os, se voit flanqué du même sort. Les lances, et autres armes, sont délicatement elles, enroulées dans un tapis. Et enfin les bijoux, sont suspendus adroitement à un arbre de petite taille, elle l'a déraciné non sans raison : ses branches fournies pour n'avoir jamais été taillées offrent le support idéal pour mettre en valeur colliers, bracelets, et bague. Il esy une caisse cependant, un peu particulière, isolée, et qui semble contenir un vrai mystère. Appoline gardera précieusement l'objet, scellé et destiné à quelque fin connaisseur si d'aventure il se présentait.

Quant à Alexander, après avoir dûment salué Azelma à leur arrivée, le visage se fait plus expressif à son adresse que la dernière fois, il lui laisse entrevoir un véritable plaisir de la revoir, dilué dans un charmant sourire, pourtant si rare sur les lèvres carmines. Excité bien qu'il ne le montre que peu, il veille assidûment sur les allers-retours, en faisant de crissants cent pas, une lance africaine brandie à la main. On l'aurait cru Zeus prêt à piquer leurs fesses aux deux mastodontes humains, s'ils avaient eu à faire un faux pas. Par prudence, devant leur va et vient incessant et leurs charges lourdes, il fut chassé au loin au fond de la galerie, jouer seul au guerrier, terrasser un ennemi invisible.

Sa marraine, malgré qu'elle soit littéralement happée par la tâche, le couve des yeux tourbeux, enchantée secrètement de le voir s'épanouir ainsi loin de Londres. Bientôt il ne restera plus que quelques détails insignifiant à régler, peaufiner le décor jusqu'à suggérer olfactivement l'Afrique. Continent où elle n'a d'ancré qu'un orteil, tandis que les neuf autres se planteraient entre Londres et Paris. Et c'est une concrète de parfum qu'elle a elle même élaborée en l'île de Gorée, qui vient diffuser une senteur florale, légèrement vanillée, amandée, très raffinée. De ces senteurs qui évoquent la douceur des îles et invite l'été en plein automne. Les nez les plus avertis y percevront au moins le divin parfum du Frangipanier sur un lit de mousse. Les autres, n'y sentiront que vanille et amande.

Sur une table enveloppée d'"Indienne" de couleur marronâtre, sont exposés sans être étiquetés quelques objets non-destinés à une vente aux enchères, puisqu'il n'y est plus question d'art mais d'artisanat et de curiosités, de gastronomies aussi. Des épices rares et fines, de la gomme arabique, des plantes au pouvoir médicinal avéré, un herbier décrépi où sont exposées des feuilles séchées, des fleurs, d'une flore exotique, ayant appartenu à un botaniste Hollandais.. Puis écritoire en ébène rose voué initialement à être offert à un occidental, la culture sénégambienne n'étant qu'Orale.. et mille petites choses surprenantes, qu'elle fera découvrir aux plus curieux.


[quatorze heures et onze minutes]

Les journaliers dont elle a loué les services sont d'ores et déjà repartis chez eux. La salle, avec l'aide de la maire et de ses employés zélés, est fin prête. Qui y pénètre, s'attend à un voyage autant visuel qu'olfactif, éveillant les sens. Un peu de dépaysement offert à tout curieux, qu'il achète ou pas. Quelques badauds parfois entrent juste pour jeter un oeil, certains se risquent même à ne jamais le récupérer en provoquant la métisse. Deux grossiers énergumènes un peu torchés déboulent dans une bourrasque d'haleine avinée. Le plus grand trébuche sur la petite marche de la porte et lui tombe littéralement dans les bras. Si surprise, elle tente d'abord de le redresser, les bras étaux auront tôt fait de le relâcher : L'insolent aurait fait preuve d'outrecuidance en abusant de cette promiscuité jusqu'à lui empoigner fougueusement l'entrecuisse à travers l'étoffe. Ni une, ni deux, une gifle fuse des plus cinglantes, et une seconde lui fait écho. Aguerrie aux confrontations physiques au bord du Vénus noir, elle sait immobiliser un homme en quelques pressions sur des points névralgiques centraux. Mais quand celui qui la provoque est aussi imbibé que son fardeau, elle le fait même avec élégance, imperturbable, jusqu'à lui arracher des larmes, tordant son bras jusqu'à ce qu'il ne puisse plus. Les yeux torves mais mutique, elle le jette brutalement sur son acolyte, lui laissant à peine le temps de cracher un "S'il te faut un maître pour te dresser..escla....".. Dans l'absolu, tout s'est passé si vite.

Allez savoir si c'est le regard assassin de la signare, ou la lance dont elle s'est saisie, qui les ont fait détaler comme deux hases farouches. De retour vers Azelma et son filleul inquiet, elle ne laisse transparaître aucun émoi. Adresse ensuite un regard rassurant à la maire et enroule son bras en serpent autour des épaules de l'enfant en lui chuchotant au creux de l'oreille
"C'est vous qui les avez fait fuir avec votre arme..je vous déclare guerrier Wolof blanc" "

Pendant que son dos abandonne lentement sa courbe et que son buste se redresse, son œil bute sur une silhouette masculine assise au premier rang, et qu'elle n'a pas vue entrer. Elle n'en entrevoit d'abord qu'une nuque musclée et la chevelure de jais. La chemise seyante gaine comme une seconde peau les reliefs sculptés de son dos, pourtant dérobé à son regard de moitié par un dossier en chêne. Habillée d'une robe noire sobre- quoiqu'élégante dans sa sobriété- elle se dirige, la démarche aérienne, les pas silencieux, pour se poster derrière lui. Taiseuse de nature souvent, elle observe un instant le silence, les yeux aux aguets s'adonnant à des calculs savants de distance et d'orientation afin de deviner, avant qu'il ne parle, quel objet accapare l'attention de ses orbes. Sa voix s'élève enfin au bout d'un court instant, immobile dans son dos, pour évoquer sans ambiguïté, l'objet de ses instances.

    -Ce masque est censé protéger des boues anthropophages qui semblent dévorer les hommes pour ne jamais les recracher.


Ses mains se posent lestement sur les rebords inoccupés du dossier de sa chaise. Instinctivement la promiscuité refuse de dépasser les limites de la bienséance.

    -Vous êtes mon premier client... victime qui plus est, de mon omission de signaler l'heure sur l'affiche.


Un souffle vient ajourer sa phrase, les yeux scrutant le masque en question comme s'ils trouvaient refuge derrière

    -Quel objet vous intéresse et je vous le vends sans passer par la case enchères. Cela vous épargnera d'attendre avec moi encore deux heures de temps leur début.


[i]Ses jambes qui l'avaient supportée vaillamment jusqu'à cette heure faiblissent enfin, lui rappelant sa condition de simple mortelle. Ses doigts fins glissent sur la bordure arrondie des dossiers alignés jusqu'à les contourner, pour investir enfin une chaise, estimée à une distance honorable de deux assises vides depuis l'inconnu.


*Préparation à base de sanguine, de cochenille, qu'elle aura dilué elle même la veille.

_______________
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Forum Officiel du jeu Monarchies Forum Index -> + Département de la Seine + -> Ville de Paris All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 3, 4, 517, 18, 19  >
Page 4 of 19

 
Jump to:  

Index | Create my own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group
powered by ArgenBLUE free template